FR 02

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DE L'AISNE (02)
 

 
Contacter le Conseil General de l'Aisne (02). Contacter le Conseil General de l'Aisne (02).

Bienvenue dans le département de l'Aisne (02) qui se situe dans la Région Picardie.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, Rue Paul Doumer 02013 Laon cedex

 Téléphone : +33 (0)3 23 24 60 60

Page de contact officielle

 Site Internet Officiel :http://aisne.com

 Flux d'actualités (RSS) Officiel :http://aisne.com/spip.php?page=backend_actualites

Blason et logo
Département de l'Aisne


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Laon.

Blason et Armes du département de l'Aisne 02
Ancien logo du Conseil Général de l'Aisne 02  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental de l'Aisne 02

Président du Conseil Départemental

Monsieur Nicolas Fricoteaux

Né le 27 mai en 1962 (53 ans) à Sissonne (Aisne).

En fonction depuis le 02/04/2015.

Nuance politique : Union des Démocrates et Indépendants (UDI)

Découvrez la liste des mairies dans le département de l'Aisne.

Consultez la préfecture du département de l'Aisne.

Le conseil général de l'Aisne est dans la Région : Picardie.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département de l'Aisne (02).


Le département de l'Aisne est composée de 42 conseillers départementaux

Le departement
de l'Aisne

a une superficie de
7 369 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 540 888 personnes avec une densite de 73 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général de l'Aisne intègre 5 arrondissements, avec 21 cantons.
  •  Vous trouverez 816 communes dans le Conseil Départemental de l'Aisne.

Le département de l'Aisne en quelques mots :

L’Aisne est un espace stratégique français militaire et géographique d’une extrême importance, en témoigne son histoire chahutée.


Son activité économique mérite qu’on s’y intéresse pour les opportunités de reconversion à venir.


Il est l’un des départements les plus riches en monuments médiévaux, et certains sont d’une beauté à couper le souffle.


L’Aisne est un parfait endroit pour découvrir une cuisine rustique et cependant originale ainsi que de grande qualité.


Histoire et situation géographique

Le département de l’Aisne a une histoire qui semble plutôt inhabituelle aux vues de sa délimitation d’aujourd’hui. En effet, il est un département très bien implanté dans le territoire français avec à peine quelques kilomètres de frontières communes avec le Luxembourg. Pourtant, on pourrait qualifier l’Aisne d’espace stratégique tant il a été disputé et mis en valeur par les anciens monarques français, notamment à Soisson même. Pépin le Bref s’y fait couronner et Laon a même été la capitale des derniers grands rois Carolingiens ! Depuis l’arrivée des romains, les deux villes ont été des places fortes à défendre, jusqu’en 1917 et la tristement célèbre offensive du Général Nivelle, aussi appelée « l’Offensive du Chemin des Dames », dans la campagne adjacente à Soisson.

Retenons surtout qu’il s’agit d’un des plus vieux départements français existant, aux côtés de la Marne et de la Côte d’Or. Passionnant d’histoire, la terre, les pierres de chaque ville et de chaque village respirent un héritage millénaire faisant rayonner la région Picardie avec noblesse et fierté.

Climat

Concernant le climat, les Axonais ont assez peu le choix : les températures maximales sont légèrement en dessous de la moyenne nationale, et pareillement pour les minimales. Cependant, après un été tel que celui qu’on a eu en 2015, cette petite douceur ferait plaisir à plus d’un Picard ! Mieux encore, il y pleut 20% moins que partout ailleurs en France en moyenne. Qui a dit que le nord n’était pas accueillant ?

Economie, entreprise, agricole, industriel

Du point de vue de l’économie, il ne faut pas mentir, le département de l’Aisne n’est pas le meilleur élève de la République française. Le chômage y est supérieur de deux points par rapport à la moyenne nationale et son PIB mériterait un petit coup de pouce pour atteindre un palier satisfaisant. En vérité, il s’agit d’un département en pleine reconversion, tel le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais ou l’industrie métallurgique de la Vallée des Anges en Lorraine. On pourrait parfaitement bien aussi l’apparenter au cas de Détroit aux Etats-Unis qui, depuis quelques années, retrouve une productivité, un rayonnement et une fière allure ! Pour ce qui est du département de l’Aisne, il n’y a pas de doute quant à son potentiel : sa production agricole est exemplaire. Il est le premier producteur de betterave sucrière, deuxième pour le blé, et troisième concernant la pomme de terre parmi tous les départements français. L’agro-alimentaire et le tertiaire ne demandent qu’à s’y développer davantage, pour profiter au mieux d’une situation géographique au carrefour de l’Europe, sur des terres généreuses.

Attractivité touristique

Le département de l’Aisne a de nombreux atouts pour attirer les touristes, mais il y en a un qui les supplante tous : son patrimoine médiéval unique. Les amoureux de créneaux, de contreforts et de mémoire épique ne voudront qu’une chose après y avoir séjourné : y rester, et y rester pour de bon ! Laon, le joyau du département a tout pour accrocher le cœur des plus sceptiques. Légèrement en hauteur, la ville s’entoure d’une muraille de 7km, défiante et majestueuse, percée de portes imposantes n’invitant qu’à en découvrir toujours plus. Et plus, Laon peut en donner avec ses 80 monuments classés et surtout, sa magnifique Cathédrale Notre-Dame-de-Laon. Cette dernière, élevée au-dessus de tous les toits, étonne par sa finesse, la beauté de sa pierre blanche et sa taille absolument prodigieuse pour l’époque, car, rappelons-le, elle fut construite entre 1155 et 1235 ! Si nos ancêtres les Carolingiens ont élevé de telles merveilles, il serait dommage de passer à côté !

Un circuit entier de bâtiments fameux, admirables, de promenades savamment conduites à travers des bois et sur des sentiers qui racontent des histoires sans retenue, voilà ce que le département de l’Aisne a à offrir au touriste curieux. Pour ceux qui recherchent la tranquillité et la relaxation, les bords de l’Aisne, le fleuve cette fois, sont parcourus de petits gîtes et de maisons d’hôtes traditionnelles parfaitement préparés à vous rendre à une sérénité qui n’a jamais quitté les lieux depuis des siècles.

Saveurs

Même si le département de l’Aisne se trouve en Picardie, le maroilles reste une de ses spécialités qu’il n’a pas honte de partager avec les Ch’tis puisqu’ils sont produits sur place, de bout en bout et portent eux aussi le macaron AOC. En somme, l’Aisne est profondément rustique, généreux, jovial, et accueillant dans son patrimoine. Cependant, le département réserve quelques surprises, comme dans sa cuisine à l’autruche, l’animal provenant même de quelques élevages locaux ! Pour plus de finesse, il reste encore le champagne, car l’Aisne a l’avantage de pouvoir revendiquer 3 cépages uniques dans la région de Château-Thierry.

Le Saviez-vous ?

Plusieurs plans du film Un long dimanche de fiançailles ont été réalisés dans l’Aisne, notamment tous ceux où on aperçoit la fameuse locomotive d’époque.

Paul et Camille Claudel, Jean de la Fontaine, Alexandre Dumas, Jean Racine et Nicolas de Condorcet sont nés dans le département de l’Aisne. Henri Matisse y a passé son enfance.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
de l'Aisne (02)

 
 

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 754 M€
  • 603 M€
  • 452 M€
  • 302 M€
  • 151 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,3 %
  • 2012+4,6 %
  • 2013+5,3 %
  • 2014-0,4 %
  • 589,5
  • 570,2
  • 596,4
  • 628,3
  • 626,1

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1358 €
  • 1087 €
  • 815 €
  • 543 €
  • 272 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,4 %
  • 2012+4,5 %
  • 2013+5,2 %
  • 2014-0,5 %
  • 1 066,3
  • 1 030
  • 1 076
  • 1 132
  • 1 126

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 615 M€
  • 492 M€
  • 369 M€
  • 246 M€
  • 123 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,7 %
  • 2012+2,1 %
  • 2013+5,9 %
  • 2014+2,5 %
  • 459,6
  • 462,8
  • 472,3
  • 500,2
  • 512,6

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1106 €
  • 885 €
  • 664 €
  • 443 €
  • 221 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,6 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+5,8 %
  • 2014+2,3 %
  • 831,4
  • 836
  • 852
  • 901
  • 922

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 156 M€
  • 125 M€
  • 94 M€
  • 62 M€
  • 31 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-17,3 %
  • 2012+15,5 %
  • 2013+3,1 %
  • 2014-11,3 %
  • 129,9
  • 107,4
  • 124,1
  • 128
  • 113,5

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 282 €
  • 226 €
  • 169 €
  • 113 €
  • 56 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-17,4 %
  • 2012+15,5 %
  • 2013+3,1 %
  • 2014-11,7 %
  • 234,9
  • 194
  • 224
  • 231
  • 204

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 721 M€
  • 576 M€
  • 432 M€
  • 288 M€
  • 144 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,7 %
  • 2012+5,0 %
  • 20130,2 %
  • 20140,5 %
  • 589,5
  • 567,9
  • 596,4
  • 597,8
  • 600,5

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1296 €
  • 1037 €
  • 778 €
  • 518 €
  • 259 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,8 %
  • 2012+4,9 %
  • 20130,1 %
  • 20140,3 %
  • 1 066,3
  • 1 026
  • 1 076
  • 1 077
  • 1 080

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 639 M€
  • 511 M€
  • 384 M€
  • 256 M€
  • 128 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,8 %
  • 2012+2,5 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014+2,3 %
  • 492,4
  • 501,1
  • 513,7
  • 520,7
  • 532,7

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1150 €
  • 920 €
  • 690 €
  • 460 €
  • 230 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,6 %
  • 2012+2,3 %
  • 2013+1,3 %
  • 2014+2,1 %
  • 890,7
  • 905
  • 926
  • 938
  • 958

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 117 M€
  • 93 M€
  • 70 M€
  • 47 M€
  • 23 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-31,1 %
  • 2012+23,6 %
  • 2013-6,8 %
  • 2014-12,1 %
  • 97,1
  • 66,9
  • 82,7
  • 77,1
  • 67,8

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 211 €
  • 169 €
  • 126 €
  • 84 €
  • 42 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-31,1 %
  • 2012+23,1 %
  • 2013-6,7 %
  • 2014-12,2 %
  • 175,6
  • 121
  • 149
  • 139
  • 122

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 121 M€
  • 97 M€
  • 73 M€
  • 49 M€
  • 24 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,3 %
  • 20120,2 %
  • 2013+2,9 %
  • 2014+3,0 %
  • 91,4
  • 95,3
  • 95,5
  • 98,3
  • 101,2

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 218 €
  • 175 €
  • 131 €
  • 87 €
  • 44 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,1 %
  • 20120,0 %
  • 2013+2,9 %
  • 2014+2,8 %
  • 165,2
  • 172
  • 172
  • 177
  • 182

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 76 M€
  • 61 M€
  • 45 M€
  • 30 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,0 %
  • 20120,5 %
  • 2013+3,1 %
  • 2014+1,1 %
  • 61,4
  • 60,2
  • 60,5
  • 62,4
  • 63,1

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 137 €
  • 109 €
  • 82 €
  • 55 €
  • 27 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,9 %
  • 20120,0 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+1,8 %
  • 111,1
  • 109
  • 109
  • 112
  • 114

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 24 M€
  • 19 M€
  • 14 M€
  • 10 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,8 %
  • 2012+26,8 %
  • 2013+17,3 %
  • 2014+8,7 %
  • 11
  • 12,3
  • 15,6
  • 18,3
  • 19,9

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 43 €
  • 34 €
  • 26 €
  • 17 €
  • 9 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+10,0 %
  • 2012+28,2 %
  • 2013+16,7 %
  • 2014+8,8 %
  • 20
  • 22
  • 28,2
  • 32,9
  • 35,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 24 M€
  • 19 M€
  • 14 M€
  • 10 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+12,0 %
  • 2012+26,4 %
  • 2013+18,3 %
  • 2014+9,4 %
  • 10,8
  • 12,1
  • 15,3
  • 18,1
  • 19,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 386 M€
  • 309 M€
  • 232 M€
  • 154 M€
  • 77 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,2 %
  • 2012+3,8 %
  • 2013+4,9 %
  • 2014+2,3 %
  • 289,6
  • 288,9
  • 299,8
  • 314,6
  • 321,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 695 €
  • 556 €
  • 417 €
  • 278 €
  • 139 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,3 %
  • 2012+3,6 %
  • 2013+4,8 %
  • 2014+2,1 %
  • 523,8
  • 522
  • 541
  • 567
  • 579

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 257 M€
  • 206 M€
  • 154 M€
  • 103 M€
  • 51 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,7 %
  • 2012-2,2 %
  • 2013+3,6 %
  • 20140,4 %
  • 214,4
  • 193,6
  • 189,3
  • 196,2
  • 197

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 465 €
  • 372 €
  • 279 €
  • 186 €
  • 93 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,7 %
  • 2012-2,6 %
  • 2013+3,5 %
  • 20140,3 %
  • 387,7
  • 350
  • 341
  • 353
  • 354

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 211 M€
  • 168 M€
  • 126 M€
  • 84 M€
  • 42 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,4 %
  • 2012+7,7 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014+1,4 %
  • 159,8
  • 157,5
  • 169,7
  • 173
  • 175,5

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 134 M€
  • 107 M€
  • 80 M€
  • 53 M€
  • 27 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,5 %
  • 20120,1 %
  • 20130,3 %
  • 2014-2,2 %
  • 110,5
  • 111
  • 111,1
  • 111,4
  • 108,9

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 179 M€
  • 143 M€
  • 107 M€
  • 72 M€
  • 36 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+29,8 %
  • 2012+2,4 %
  • 2013-2,4 %
  • 2014+6,9 %
  • 107,7
  • 139,8
  • 143,2
  • 139,7
  • 149,3

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 322 €
  • 257 €
  • 193 €
  • 129 €
  • 64 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+29,4 %
  • 2012+2,4 %
  • 2013-2,3 %
  • 2014+6,3 %
  • 194,8
  • 252
  • 258
  • 252
  • 268

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 38 M€
  • 31 M€
  • 23 M€
  • 15 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+14,2 %
  • 2012+1,3 %
  • 2013-5,0 %
  • 2014-3,6 %
  • 27,5
  • 31,4
  • 31,8
  • 30,2
  • 29,1

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 70 M€
  • 56 M€
  • 42 M€
  • 28 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+64,0 %
  • 2012-1,6 %
  • 2013+2,7 %
  • 20140,7 %
  • 35
  • 57,4
  • 56,5
  • 58
  • 58,4

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 49 M€
  • 39 M€
  • 29 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+800,0 %
  • 2012+1,3 %
  • 20130,0 %
  • 2014+1,7 %
  • 4,4
  • 39,6
  • 40,1
  • 40,1
  • 40,8

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 7,7 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 4,3 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 1,4 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 332,6 M€

2011 : 333,3 M€

2010 : 322,1 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 600 €

2011 : 602 €

2010 : 582,6 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 64,7%

2011 : 66,5%

2010 : 65,4%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : - 0,2%

2011 : + 3,5%

2010 : + 4,6%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 141,1 M€

2011 : 136,2 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 31,72%

2011 : 31,72%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 3,2%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 214,3 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 12,3%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 210,8 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 95 M€
  • 76 M€
  • 57 M€
  • 38 M€
  • 19 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-36,7 %
  • 2012+18,5 %
  • 2013+3,0 %
  • 2014-14,8 %
  • 79,5
  • 50,3
  • 59,6
  • 61,4
  • 52,3

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 57 M€
  • 46 M€
  • 34 M€
  • 23 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+19,4 %
  • 2012+23,8 %
  • 2013+11,0 %
  • 2014-11,0 %
  • 28,9
  • 34,5
  • 42,7
  • 47,4
  • 42,2

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 27 M€
  • 21 M€
  • 16 M€
  • 11 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+19,4 %
  • 2012-7,7 %
  • 2013-16,1 %
  • 20140,0 %
  • 18,6
  • 22,2
  • 20,5
  • 17,2
  • 17,2

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 46,1%

2013 : 48%

2012 : 48%

2011 : 46,9%

2010 : 61,2%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 37,2%

2013 : 37,1%

2012 : 34,4%

2011 : 32,1%

2010 : 22,3%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 15,2%

2013 : 13,4%

2012 : 16,5%

2011 : 20,6%

2010 : 14,3%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 45 M€
  • 36 M€
  • 27 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-26,7 %
  • 2012+7,2 %
  • 2013-29,6 %
  • 2014+28,2 %
  • 37,8
  • 27,7
  • 29,7
  • 20,9
  • 26,8

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 12 M€
  • 10 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+5,3 %
  • 2013-20,0 %
  • 2014-2,5 %
  • 9,5
  • 9,5
  • 10
  • 8
  • 7,8

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 1 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0 M€
  • 0 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 0,9
  • 0,9
  • 0,9
  • 0,9
  • 0,9

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 66 M€
  • 53 M€
  • 40 M€
  • 27 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-32,1 %
  • 2012+37,8 %
  • 2013+8,6 %
  • 2014-29,1 %
  • 54,5
  • 37
  • 51
  • 55,4
  • 39,3

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 39,6%

2013 : 27,2%

2012 : 35,9%

2011 : 41,4%

2010 : 39%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 11,5%

2013 : 10,4%

2012 : 12,1%

2011 : 14,2%

2010 : 9,8%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 1,3%

2013 : 1,1%

2012 : 1%

2011 : 1,3%

2010 : 0,9%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 57,9%

2013 : 71,9%

2012 : 61,7%

2011 : 55,3%

2010 : 56,1%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 68 M€
  • 54 M€
  • 41 M€
  • 27 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+15,6 %
  • 2012+12,7 %
  • 2013-32,1 %
  • 2014+3,9 %
  • 43,5
  • 50,3
  • 56,7
  • 38,5
  • 40

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 122 €
  • 98 €
  • 73 €
  • 49 €
  • 24 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+15,5 %
  • 2012+12,1 %
  • 2013-32,4 %
  • 2014+4,3 %
  • 78,8
  • 91
  • 102
  • 69
  • 72

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 50 M€
  • 40 M€
  • 30 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+16,5 %
  • 2012+8,4 %
  • 2013-50,5 %
  • 2014-1,5 %
  • 32,8
  • 38,2
  • 41,4
  • 20,5
  • 20,2

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 90 €
  • 72 €
  • 54 €
  • 36 €
  • 18 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+16,4 %
  • 2012+8,7 %
  • 2013-50,7 %
  • 2014-2,7 %
  • 59,3
  • 69
  • 75
  • 37
  • 36

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 25 M€
  • 20 M€
  • 15 M€
  • 10 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,4 %
  • 2012+29,8 %
  • 2013-84,2 %
  • 2014-9,1 %
  • 14,2
  • 16,1
  • 20,9
  • 3,3
  • 3

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 46 €
  • 36 €
  • 27 €
  • 18 €
  • 9 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+12,8 %
  • 2012+31,0 %
  • 2013-84,2 %
  • 2014-16,7 %
  • 25,7
  • 29
  • 38
  • 6
  • 5

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 386 M€
  • 309 M€
  • 232 M€
  • 154 M€
  • 77 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,5 %
  • 2012+2,2 %
  • 2013+5,3 %
  • 2014+4,2 %
  • 282,7
  • 286,8
  • 293,1
  • 308,6
  • 321,7

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 695 €
  • 556 €
  • 417 €
  • 278 €
  • 139 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,3 %
  • 2012+2,1 %
  • 2013+5,1 %
  • 2014+4,1 %
  • 511,4
  • 518
  • 529
  • 556
  • 579

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 304 M€
  • 243 M€
  • 182 M€
  • 122 M€
  • 61 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,4 %
  • 2012-7,8 %
  • 2013+6,2 %
  • 2014-1,8 %
  • 247,2
  • 253,2
  • 233,5
  • 247,9
  • 243,5

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 548 €
  • 439 €
  • 329 €
  • 219 €
  • 110 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,2 %
  • 2012-7,9 %
  • 2013+6,2 %
  • 2014-2,0 %
  • 447,2
  • 457
  • 421
  • 447
  • 438

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 47,5%

2013 : 49,6%

2012 : 49,4%

2011 : 54,7%

2010 : 53,8%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 62,8%

2013 : 61,7%

2012 : 62,1%

2011 : 62%

2010 : 61,5%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 380 M€
  • 304 M€
  • 228 M€
  • 152 M€
  • 76 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,3 %
  • 2012+2,3 %
  • 2013+5,5 %
  • 2014+4,5 %
  • 276,9
  • 280,6
  • 287
  • 302,8
  • 316,3

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 683 €
  • 546 €
  • 410 €
  • 273 €
  • 137 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,2 %
  • 2012+2,2 %
  • 2013+5,4 %
  • 2014+4,2 %
  • 500,9
  • 507
  • 518
  • 546
  • 569

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 112 M€
  • 90 M€
  • 67 M€
  • 45 M€
  • 22 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012-0,9 %
  • 2013+7,9 %
  • 2014+13,6 %
  • 74,8
  • 77
  • 76,3
  • 82,3
  • 93,5

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 71 M€
  • 57 M€
  • 43 M€
  • 29 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,2 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013+9,9 %
  • 2014+3,1 %
  • 50,7
  • 51,8
  • 52,5
  • 57,7
  • 59,5

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 297 M€
  • 237 M€
  • 178 M€
  • 119 M€
  • 59 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,3 %
  • 2012-14,3 %
  • 2013+6,0 %
  • 2014+6,1 %
  • 241,8
  • 247,3
  • 212
  • 224,7
  • 238,3

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 536 €
  • 429 €
  • 322 €
  • 215 €
  • 107 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,2 %
  • 2012-14,5 %
  • 2013+6,0 %
  • 2014+5,9 %
  • 437,3
  • 447
  • 382
  • 405
  • 429

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 70 M€
  • 56 M€
  • 42 M€
  • 28 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-15,3 %
  • 2012+4,0 %
  • 2013-8,6 %
  • 2014-5,3 %
  • 58,3
  • 49,4
  • 51,4
  • 47
  • 44,5

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 127 €
  • 101 €
  • 76 €
  • 51 €
  • 25 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-15,6 %
  • 2012+4,5 %
  • 2013-8,6 %
  • 2014-5,9 %
  • 105,5
  • 89
  • 93
  • 85
  • 80

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 31 M€
  • 25 M€
  • 19 M€
  • 13 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,3 %
  • 2012+8,2 %
  • 2013+3,6 %
  • 2014+1,2 %
  • 25,2
  • 23,1
  • 25
  • 25,9
  • 26,2

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 56 €
  • 45 €
  • 34 €
  • 23 €
  • 11 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-7,7 %
  • 2012+7,1 %
  • 2013+4,4 %
  • 20140,0 %
  • 45,5
  • 42
  • 45
  • 47
  • 47

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 40 M€
  • 32 M€
  • 24 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-20,5 %
  • 20120,4 %
  • 2013-20,1 %
  • 2014-13,3 %
  • 33,1
  • 26,3
  • 26,4
  • 21,1
  • 18,3

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 72 €
  • 58 €
  • 43 €
  • 29 €
  • 14 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,9 %
  • 20120,0 %
  • 2013-20,8 %
  • 2014-13,2 %
  • 59,9
  • 48
  • 48
  • 38
  • 33

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 41%

2013 : 44,9%

2012 : 51,3%

2011 : 53,3%

2010 : 56,8%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 57 M€
  • 46 M€
  • 34 M€
  • 23 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-33,5 %
  • 2012+26,8 %
  • 2013-12,9 %
  • 2014+3,7 %
  • 47,7
  • 31,7
  • 40,2
  • 35
  • 36,3

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 103 €
  • 83 €
  • 62 €
  • 41 €
  • 21 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-33,9 %
  • 2012+28,1 %
  • 2013-13,7 %
  • 2014+3,2 %
  • 86,2
  • 57
  • 73
  • 63
  • 65

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 12 M€
  • 9 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-22,7 %
  • 2012-1,3 %
  • 2013-6,8 %
  • 20140,0 %
  • 9,7
  • 7,5
  • 7,4
  • 6,9
  • 6,9

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 21 €
  • 17 €
  • 13 €
  • 8 €
  • 4 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-20,5 %
  • 2012-7,1 %
  • 2013-7,7 %
  • 20140,0 %
  • 17,6
  • 14
  • 13
  • 12
  • 12

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 45 M€
  • 36 M€
  • 27 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-36,1 %
  • 2012+35,5 %
  • 2013-14,3 %
  • 2014+4,6 %
  • 37,9
  • 24,2
  • 32,8
  • 28,1
  • 29,4

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 82 €
  • 66 €
  • 49 €
  • 33 €
  • 16 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-35,9 %
  • 2012+34,1 %
  • 2013-13,6 %
  • 2014+3,9 %
  • 68,6
  • 44
  • 59
  • 51
  • 53

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 456 M€
  • 365 M€
  • 274 M€
  • 182 M€
  • 91 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+5,4 %
  • 2014+6,4 %
  • 339
  • 357,2
  • 380,1

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 821 €
  • 657 €
  • 492 €
  • 328 €
  • 164 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,1 %
  • 2012+7,0 %
  • 2013+5,4 %
  • 2014+6,2 %
  • 533,1
  • 571
  • 611
  • 644
  • 684

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 44 M€
  • 36 M€
  • 27 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-1,4 %
  • 2014+4,8 %
  • 35,8
  • 35,3
  • 37

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 80 €
  • 64 €
  • 48 €
  • 32 €
  • 16 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+16,8 %
  • 2012+4,8 %
  • 2013-1,5 %
  • 2014+4,7 %
  • 53,1
  • 62
  • 65
  • 64
  • 67

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 92,6%

2013 : 91,5%

2012 : 63,1%

2011 : 68%

2010 : 67,4%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1106 €
  • 885 €
  • 664 €
  • 443 €
  • 221 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,6 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+5,8 %
  • 2014+2,3 %
  • 831,4
  • 836
  • 852
  • 901
  • 922

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 465 €
  • 372 €
  • 279 €
  • 186 €
  • 93 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,7 %
  • 2012-2,6 %
  • 2013-1,2 %
  • 20140,3 %
  • 387,7
  • 350
  • 341
  • 337
  • 338

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1150 €
  • 920 €
  • 690 €
  • 460 €
  • 230 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,6 %
  • 2012+2,3 %
  • 2013+1,3 %
  • 2014+2,1 %
  • 890,7
  • 905
  • 926
  • 938
  • 958

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 173 €
  • 138 €
  • 104 €
  • 69 €
  • 35 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-36,7 %
  • 2012+17,6 %
  • 2013+3,7 %
  • 2014-15,3 %
  • 143,8
  • 91
  • 107
  • 111
  • 94

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 821 €
  • 657 €
  • 492 €
  • 328 €
  • 164 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,1 %
  • 2012+7,0 %
  • 2013+5,4 %
  • 2014+6,2 %
  • 533,1
  • 571
  • 611
  • 644
  • 684

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 241 €
  • 193 €
  • 145 €
  • 96 €
  • 48 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,6 %
  • 2012-0,5 %
  • 20130,5 %
  • 2014-2,5 %
  • 199,9
  • 201
  • 200
  • 201
  • 196

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 19,7%

2013 : 19,6%

2012 : 20,2%

2011 : 20,6%

2010 : 19,9%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 98,4%

2011 : 92,1%

2010 : 109%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 99,4%

2013 : 99,4%

2012 : 95,9%

2011 : 96,8%

2010 : 97,1%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 9,8%

2013 : 11,8%

2012 : 11,6%

2011 : 10%

2010 : 16,1%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 71,3%

2013 : 68,6%

2012 : 66%

2011 : 63,1%

2010 : 59,9%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 667129
  • 533703
  • 400278
  • 266852
  • 133426
  • 0
  • 2010
  • 20110,1 %
  • 20120,2 %
  • 20130,1 %
  • 20140,2 %
  • 552 844
  • 553 555
  • 554 521
  • 555 094
  • 555 941

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 17995
  • 14396
  • 10797
  • 7198
  • 3599
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,9 %
  • 2012+4,8 %
  • 2013+8,5 %
  • 20140,0 %
  • 12 335
  • 13 192
  • 13 823
  • 14 996
  • 14 996

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement de l'Aisne a une superficie de 7 369 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,2%

En 2013 le TCAM est de + 0,1%

En 2012 le TCAM est de + 0,1%

En 2011 le TCAM est de + 0,1%

En 2010 le TCAM est de + 0,1%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 22,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 22,4% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 22% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 21,5% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 21,2% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Aisne (02) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Aisne depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 425 326 personnes.
  • En l'an 1901 : 535 114 personnes.
  • En l'an 1990 : 537 259 personnes.
  • En l'an 2009 : 554 521 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
425 326 442 071 459 011 488 805 512 345 526 440 541 558 556 767 558 334
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
554 884 563 942 564 370 551 784 559 774 556 321 555 386 544 984 541 014
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
535 114 534 041 529 836 421 200 488 696 489 031 484 329 453 120 486 759
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
512 597 526 029 533 862 533 970 537 259 535 489 554 521