FR 03

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DE L'ALLIER (03)
 

 
Contacter le Conseil General de l'Allier (03). Contacter le Conseil General de l'Allier (03).

Bienvenue dans le département de l'Allier (03) qui se situe dans la Région Auvergne.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, 1 rue Victor Hugo, BP 1669, 03016 Moulins cedex

 Téléphone : +33 (0)4 70 34 40 03

 Fax : +33 (0)4 70 34 40 40

Courriel : cginfo@cg03.fr

 Site Internet Officiel :http://www.allier.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/departementdelallier

 YouTube Officiel :https://www.youtube.com/user/cgallier03

Blason et logo
Département de l'Allier


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Moulins.

Blason et Armes du département de l'Allier 03
Ancien logo du Conseil Général de l'Allier 03  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental de l'Allier 03

Président du Conseil Départemental

Monsieur Gérard Dériot

Né le 1 novembre en 1944 (70 ans) à Louroux-Hodement (Allier).

En fonction depuis le 02/04/2015.

Il est également Sénateur de l'Allier depuis le 1er octobre 1998 et Il est aussi adjoint au maire de Cérilly

Nuance politique : Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

Courriel : g.deriot@senat.fr 

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/gerard.deriot

Découvrez la liste des mairies dans le département de l'Allier.

Consultez la préfecture du département de l'Allier.

Le conseil général de l'Allier est dans la Région : Auvergne.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département de l'Allier (03).


Le département de l'Allier est composée de 38 conseillers départementaux

Le departement
de l'Allier

a une superficie de
7 340 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 342 911 personnes avec une densite de 47 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général de l'Allier intègre 3 arrondissements, avec 19 cantons.
  •  Vous trouverez 320 communes dans le Conseil Départemental de l'Allier.

Le département de l'Allier en quelques mots :

Il est en Auvergne, mais il possède beaucoup plus de caractéristique du bourbonnais, ce qui historiquement place l’Allier au carrefour de nombreux troubles politiques.


Ceci étant, il y fait un climat composite, pour le plaisir des yeux et du corps !


Héritant de la guerre et de sa situation frontalière, l’Allier a vu se développer sur ses terres un nombre d’industries différentes absolument remarquable.


Il y fait bon vivre, très bon même, à tel point que son nom porte la marque étymologique de la baignade !


Histoire et situation géographique

L’Allier, qu’est-ce ? Dans notre cas, il s’agit bien plus d’un département français qu’un auxiliaire, et nous verrons même qu’il n’y a strictement aucun rapport entre les deux. Le département de l’Allier est en effet celui qui se situe le plus au nord de l’Auvergne, ce qui expliquerait sa discrétion dans le paysage français puisqu’il n’est pas celui où on peut trouver le plus de ces volcans légendaires qui font la renommée de la région. Cependant, historiquement, il s’agit de l’asile de Paris, le département de replis à partir duquel beaucoup de décisions furent prises ! C’est en effet en Allier que nous trouverons la très connue cité thermale de Vichy où s’est replié le Maréchal Pétain pendant la seconde guerre mondiale. C’est pour cette raison notamment que Moulins est aujourd’hui sa préfecture.

Climat

Le département de l’Allier a beau ne pas avoir de volcan à revendiquer, il n’empêche que son relief est particulièrement accentué dans les écarts qui le composent. En effet, son climat est directement affecté par les différentes altitudes qui façonnent le département ! Entre 200 mètres au-dessus du niveau de la mer à Montluçon et 1 000 mètres à l’Assise, les différences d’averses vont du simple au double. En somme le climat dans le département de l’Allier peut varier entre les influences océaniques qui l’atteignent et l’élévation du relief, conférant à quelques localités, des attributs montagnards. Neige, averses plus fréquentes, mais aussi végétation luxuriante et paysages verdoyants à perte de vue : ça vaut bien un peu plus de pluie qu’en bas pendant l’année !

Economie, entreprise, agricole, industriel

Etant donné son passé mitigé, l’Allier a hérité d’un dynamisme dont la Ligne de démarcation de la Seconde Guerre mondiale, suivant méticuleusement les frontières du département, est responsable. Ce faisant, ce sont de très nombreux secteurs de production primaires qui se bousculent dans la région, entre le caoutchouc, la chimie, l’industrie du bois, l’électricité, l’armement, l’automobile et bien d’autres. Cependant, c’est l’agro-alimentaire qui génère la majeure partie du PIB du département. L’axe central dont il profite, aussi quelques fois appelée « la diagonale du vide », lui confère une position idéale pour ce qui est de la distribution des denrées transformées ou non. Par ailleurs, la nature généralement préservée du département, par le biais d’un certain nombre de lois nationales et internationales, favorise l’expansion d’une agriculture aux inquiétudes réduites. En ce qui concerne la valeur traditionnellement éloquente, le chômage, il se maintient parfaitement dans la moyenne nationale.

Le département de l’Allier est par conséquent un espace composite, aux opportunités diverses et très bien desservi vers l’intérieur, autant que vers l’extérieur.

Attractivité touristique

Pourquoi l’Allier ? Nul rapport avec le sombre passé de Vichy, il faut aller voir du côté des latins et des occitans ! Autrefois Aléir chez ces derniers, la rivière principale qui irriguait l’Allier était appelée Elaver par les latins. Littéralement, c’est l’endroit « où se baigner ». Le département de l’Allier est, en effet, une terre remarquablement parcourue de nombreuses rivières et autres cours d’eau conférant à ses forêts et ses montagnes, une végétation exubérante et cependant enchanteresse. La forêt de Tronçais dans la montagne anciennement bourbonnaise, est l’œuvre la plus réussie de cette nature en fête. C’est pour cela que des randonnées et des circuits y sont régulièrement aménagés, pour combler autant les aventuriers que les familles en quête de leur petite clairière de rêve !

Bien entendu, il y a aussi Vichy et ses thermes ! Mais la ville aux pastilles mentholées n’a pas que des remous à offrir à ses touristes, car elle est aussi au cœur d’un très ancien complexe de châteaux datés entre le XVème et le XVIIème siècle. Le Château de La Palice et ses 4 siècles de construction en est probablement le meilleur exemple. Plus de 500 autres châteaux sont à découvrir et même à débusquer dans tout le département de l’Allier. De quoi se cultiver entre les séances de relaxation en hydrothérapie !

Saveurs

Comment ne pas parler, lorsqu’on se trouve dans le bourbonnais, de la charolaise ? Oui, bien évidemment on pourrait parler du bourbon, mais le département de l’Allier élève aussi ce majestueux animal si cher au peuple et à la fierté française ! Passez dans un restaurant de l’Allier, à Montluçon, à Vichy ou à Moulins, et il sera de votre devoir de ne pas faire l’impasse, ni sur la viande charolaise élevée dans les prés à quelques mètres de vous, ni sur la délicieuse andouillette traditionnelle de Saint-Pourçain ! A la fin du repas, une petite pastille de Vichy et vous aurez tout compris à la belle vie du département de l’Allier.

Le Saviez-vous ?

L’Allier a longtemps été tiraillé entre la langue d’oc et la langue d’oïl, et se refusait à parler français. De nombreux autres dialectes ont longtemps interféré comme le francoprovençal.

Commentry, dans le département de l’Allier, a été la première ville au monde, en 1882, à élire un maire socialiste.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
de l'Allier (03)

 
 

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 548 M€
  • 438 M€
  • 329 M€
  • 219 M€
  • 110 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,8 %
  • 2012+5,5 %
  • 2013-0,7 %
  • 2014+7,4 %
  • 417,3
  • 405,7
  • 428
  • 424,9
  • 456,4

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1552 €
  • 1241 €
  • 931 €
  • 621 €
  • 310 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,7 %
  • 2012+5,5 %
  • 2013-0,7 %
  • 2014+7,5 %
  • 1 179,4
  • 1 148
  • 1 211
  • 1 203
  • 1 293

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 417 M€
  • 334 M€
  • 250 M€
  • 167 M€
  • 83 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,5 %
  • 2012+3,6 %
  • 20130,7 %
  • 2014+5,7 %
  • 310,6
  • 315,2
  • 326,4
  • 328,8
  • 347,5

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1181 €
  • 945 €
  • 708 €
  • 472 €
  • 236 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,6 %
  • 2012+3,6 %
  • 20130,8 %
  • 2014+5,7 %
  • 877,8
  • 892
  • 924
  • 931
  • 984

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 131 M€
  • 105 M€
  • 78 M€
  • 52 M€
  • 26 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-15,2 %
  • 2012+12,4 %
  • 2013-5,6 %
  • 2014+13,4 %
  • 106,7
  • 90,5
  • 101,7
  • 96
  • 108,9

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 371 €
  • 297 €
  • 222 €
  • 148 €
  • 74 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-15,1 %
  • 2012+12,5 %
  • 2013-5,6 %
  • 2014+13,6 %
  • 301,6
  • 256
  • 288
  • 272
  • 309

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 538 M€
  • 431 M€
  • 323 M€
  • 215 M€
  • 108 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,8 %
  • 2012+5,5 %
  • 2013-0,7 %
  • 2014+5,6 %
  • 417,3
  • 405,7
  • 428
  • 424,9
  • 448,5

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1524 €
  • 1219 €
  • 914 €
  • 610 €
  • 305 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,7 %
  • 2012+5,5 %
  • 2013-0,7 %
  • 2014+5,6 %
  • 1 179,4
  • 1 148
  • 1 211
  • 1 203
  • 1 270

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 451 M€
  • 360 M€
  • 270 M€
  • 180 M€
  • 90 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,4 %
  • 2012+5,7 %
  • 2013-1,3 %
  • 2014+4,2 %
  • 337,3
  • 345,3
  • 365,1
  • 360,3
  • 375,5

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1277 €
  • 1021 €
  • 766 €
  • 511 €
  • 255 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,5 %
  • 2012+5,7 %
  • 2013-1,3 %
  • 2014+4,3 %
  • 953,3
  • 977
  • 1 033
  • 1 020
  • 1 064

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 96 M€
  • 77 M€
  • 58 M€
  • 38 M€
  • 19 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-24,4 %
  • 2012+4,0 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+13,2 %
  • 80
  • 60,5
  • 62,9
  • 64,6
  • 73,1

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 271 €
  • 217 €
  • 163 €
  • 109 €
  • 54 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-24,4 %
  • 2012+4,1 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+13,1 %
  • 226,1
  • 171
  • 178
  • 183
  • 207

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 93 M€
  • 74 M€
  • 56 M€
  • 37 M€
  • 19 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,1 %
  • 2012+1,5 %
  • 20130,4 %
  • 2014+2,9 %
  • 71,8
  • 74
  • 75,1
  • 75,4
  • 77,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 264 €
  • 211 €
  • 158 €
  • 106 €
  • 53 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,0 %
  • 2012+1,9 %
  • 20130,5 %
  • 2014+2,8 %
  • 203
  • 209
  • 213
  • 214
  • 220

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 50 M€
  • 40 M€
  • 30 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,8 %
  • 2012+1,0 %
  • 2013+5,7 %
  • 2014+1,7 %
  • 39
  • 38,3
  • 38,7
  • 40,9
  • 41,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 142 €
  • 113 €
  • 85 €
  • 57 €
  • 28 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,0 %
  • 20120,9 %
  • 2013+5,5 %
  • 2014+1,7 %
  • 110,1
  • 109
  • 110
  • 116
  • 118

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 10 M€
  • 8 M€
  • 6 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-12,3 %
  • 2012-7,0 %
  • 2013-7,6 %
  • 2014+6,6 %
  • 8,1
  • 7,1
  • 6,6
  • 6,1
  • 6,5

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 27 €
  • 22 €
  • 16 €
  • 11 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-12,3 %
  • 2012-6,5 %
  • 2013-7,0 %
  • 2014+5,2 %
  • 22,8
  • 20
  • 18,7
  • 17,4
  • 18,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 9 M€
  • 7 M€
  • 6 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-11,5 %
  • 2012-10,1 %
  • 2013-4,8 %
  • 2014+8,5 %
  • 7,8
  • 6,9
  • 6,2
  • 5,9
  • 6,4

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 260 M€
  • 208 M€
  • 156 M€
  • 104 M€
  • 52 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,9 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014+6,0 %
  • 186,1
  • 193,4
  • 200
  • 204,3
  • 216,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 736 €
  • 588 €
  • 441 €
  • 294 €
  • 147 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,0 %
  • 2012+3,5 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014+6,1 %
  • 526,1
  • 547
  • 566
  • 578
  • 613

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 167 M€
  • 134 M€
  • 100 M€
  • 67 M€
  • 33 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-34,6 %
  • 2012+14,1 %
  • 2013+4,5 %
  • 2014+9,7 %
  • 139,4
  • 91,2
  • 104,1
  • 108,8
  • 119,4

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 473 €
  • 378 €
  • 284 €
  • 189 €
  • 95 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-34,5 %
  • 2012+14,3 %
  • 2013+4,4 %
  • 2014+9,7 %
  • 393,9
  • 258
  • 295
  • 308
  • 338

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 155 M€
  • 124 M€
  • 93 M€
  • 62 M€
  • 31 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+18,6 %
  • 2012-4,6 %
  • 20130,0 %
  • 2014-2,7 %
  • 109,2
  • 129,5
  • 123,6
  • 123,6
  • 120,3

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 85 M€
  • 68 M€
  • 51 M€
  • 34 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,7 %
  • 20120,0 %
  • 2013-0,4 %
  • 2014-3,1 %
  • 70,6
  • 71,1
  • 71,1
  • 70,8
  • 68,6

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 150 M€
  • 120 M€
  • 90 M€
  • 60 M€
  • 30 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+60,0 %
  • 2012+4,3 %
  • 2013-1,4 %
  • 2014+6,9 %
  • 71
  • 113,6
  • 118,5
  • 116,8
  • 124,9

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 425 €
  • 340 €
  • 255 €
  • 170 €
  • 85 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+59,9 %
  • 2012+4,4 %
  • 2013-1,2 %
  • 2014+6,9 %
  • 200,8
  • 321
  • 335
  • 331
  • 354

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 29 M€
  • 23 M€
  • 17 M€
  • 11 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+29,9 %
  • 2012+11,7 %
  • 2013-11,8 %
  • 2014+7,1 %
  • 16,4
  • 21,3
  • 23,8
  • 21
  • 22,5

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 67 M€
  • 54 M€
  • 40 M€
  • 27 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+104,8 %
  • 2012-7,4 %
  • 2013+1,2 %
  • 2014+8,1 %
  • 27
  • 55,3
  • 51,2
  • 51,8
  • 56

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 40 M€
  • 32 M€
  • 24 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+25,0 %
  • 2012+18,2 %
  • 2013-2,7 %
  • 20140,6 %
  • 22,4
  • 28
  • 33,1
  • 32,2
  • 32,4

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 10,6 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 1,8 M€ (Prélevé)

2013 : 4,5 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 222,5 M€

2011 : 204,8 M€

2010 : 210,4 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 630 €

2011 : 580 €

2010 : 594,7 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 61%

2011 : 59,3%

2010 : 62,4%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : + 8,7%

2011 : - 2,7%

2010 : + 2,6%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 67 M€

2011 : 61 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 19,53%

2011 : 18,29%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 6,5%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 139,4 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 4,5%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 135,5 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 64 M€
  • 51 M€
  • 38 M€
  • 25 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-33,1 %
  • 2012+54,2 %
  • 2013-5,2 %
  • 2014+45,6 %
  • 37,2
  • 24,9
  • 38,4
  • 36,4
  • 53

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 51 M€
  • 41 M€
  • 30 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-22,5 %
  • 2012-6,7 %
  • 2013+8,2 %
  • 2014-10,0 %
  • 42,2
  • 32,7
  • 30,5
  • 33
  • 29,7

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 26 M€
  • 21 M€
  • 16 M€
  • 10 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,1 %
  • 2012+2,4 %
  • 2013-2,9 %
  • 2014+6,4 %
  • 21,6
  • 20,5
  • 21
  • 20,4
  • 21,7

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 48,7%

2013 : 37,9%

2012 : 37,8%

2011 : 27,5%

2010 : 34,9%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 27,2%

2013 : 34,3%

2012 : 30%

2011 : 36,2%

2010 : 39,5%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 19,9%

2013 : 21,2%

2012 : 20,7%

2011 : 22,6%

2010 : 20,2%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 24 M€
  • 19 M€
  • 14 M€
  • 9 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,1 %
  • 2012+10,7 %
  • 2013-11,2 %
  • 2014-36,6 %
  • 18
  • 17,8
  • 19,7
  • 17,5
  • 11,1

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 9 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,2 %
  • 2012-43,7 %
  • 2013+25,0 %
  • 2014-14,0 %
  • 6,5
  • 7,1
  • 4
  • 5
  • 4,3

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 3 M€
  • 2 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 2,6
  • 2,6
  • 2,6
  • 2,6
  • 2,6

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 70 M€
  • 56 M€
  • 42 M€
  • 28 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-39,7 %
  • 2012+2,3 %
  • 2013+17,7 %
  • 2014+42,5 %
  • 56,7
  • 34,2
  • 35
  • 41,2
  • 58,7

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 15,1%

2013 : 27,1%

2012 : 31,3%

2011 : 29,5%

2010 : 22,4%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 5,9%

2013 : 7,7%

2012 : 6,4%

2011 : 11,7%

2010 : 8,1%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 3,6%

2013 : 4%

2012 : 4,1%

2011 : 4,3%

2010 : 3,2%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 80,3%

2013 : 63,7%

2012 : 55,6%

2011 : 56,6%

2010 : 70,9%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 54 M€
  • 43 M€
  • 32 M€
  • 22 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,0 %
  • 2012+21,7 %
  • 2013-16,9 %
  • 2014-7,8 %
  • 34,5
  • 36,9
  • 44,9
  • 37,3
  • 34,4

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 152 €
  • 122 €
  • 91 €
  • 61 €
  • 30 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,6 %
  • 2012+22,1 %
  • 2013-16,5 %
  • 2014-8,5 %
  • 97,6
  • 104
  • 127
  • 106
  • 97

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 46 M€
  • 37 M€
  • 28 M€
  • 19 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+12,7 %
  • 2012+28,6 %
  • 2013-18,9 %
  • 2014-10,8 %
  • 26,7
  • 30,1
  • 38,7
  • 31,4
  • 28

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 132 €
  • 106 €
  • 79 €
  • 53 €
  • 26 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+12,7 %
  • 2012+29,3 %
  • 2013-19,1 %
  • 2014-11,2 %
  • 75,5
  • 85,1
  • 110
  • 89
  • 79

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 21 M€
  • 17 M€
  • 13 M€
  • 8 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+88,2 %
  • 2012+84,4 %
  • 2013-37,9 %
  • 2014-42,7 %
  • 5,1
  • 9,6
  • 17,7
  • 11
  • 6,3

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 60 €
  • 48 €
  • 36 €
  • 24 €
  • 12 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+86,2 %
  • 2012+85,2 %
  • 2013-38,0 %
  • 2014-41,9 %
  • 14,5
  • 27
  • 50
  • 31
  • 18

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 252 M€
  • 202 M€
  • 151 M€
  • 101 M€
  • 50 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,3 %
  • 2012+2,8 %
  • 2013+1,7 %
  • 2014+5,5 %
  • 182,6
  • 190,4
  • 195,7
  • 199,1
  • 210,1

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 714 €
  • 571 €
  • 428 €
  • 286 €
  • 143 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,5 %
  • 2012+2,8 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+5,5 %
  • 515,9
  • 539
  • 554
  • 564
  • 595

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 225 M€
  • 180 M€
  • 135 M€
  • 90 M€
  • 45 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,6 %
  • 2012+10,8 %
  • 2013+4,0 %
  • 2014-4,4 %
  • 148,2
  • 162,4
  • 179,9
  • 187,1
  • 178,9

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 636 €
  • 509 €
  • 382 €
  • 254 €
  • 127 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,8 %
  • 2012+10,7 %
  • 2013+4,1 %
  • 2014-4,3 %
  • 418,9
  • 460
  • 509
  • 530
  • 507

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 51,5%

2013 : 56,9%

2012 : 55,1%

2011 : 51,5%

2010 : 47,7%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 60,5%

2013 : 60,5%

2012 : 59,9%

2011 : 60,4%

2010 : 58,8%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 249 M€
  • 199 M€
  • 150 M€
  • 100 M€
  • 50 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,1 %
  • 2012+3,1 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014+5,6 %
  • 180
  • 187,3
  • 193,1
  • 196,7
  • 207,8

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 707 €
  • 565 €
  • 424 €
  • 283 €
  • 141 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,2 %
  • 2012+3,2 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+5,7 %
  • 508,7
  • 530
  • 547
  • 557
  • 589

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 64 M€
  • 51 M€
  • 38 M€
  • 25 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,5 %
  • 20120,2 %
  • 20130,9 %
  • 2014+19,9 %
  • 41,8
  • 43,7
  • 43,8
  • 44,2
  • 53

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 55 M€
  • 44 M€
  • 33 M€
  • 22 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,0 %
  • 2012+3,7 %
  • 2013+3,6 %
  • 2014+4,3 %
  • 38,4
  • 40,7
  • 42,2
  • 43,7
  • 45,6

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 212 M€
  • 170 M€
  • 127 M€
  • 85 M€
  • 42 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,3 %
  • 2012+2,0 %
  • 2013+4,6 %
  • 2014+3,9 %
  • 145,8
  • 159,3
  • 162,5
  • 170
  • 176,7

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 600 €
  • 480 €
  • 360 €
  • 240 €
  • 120 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,5 %
  • 2012+2,0 %
  • 2013+4,6 %
  • 2014+4,0 %
  • 411,9
  • 451
  • 460
  • 481
  • 500

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 18 M€
  • 15 M€
  • 11 M€
  • 7 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-20,1 %
  • 2012+8,1 %
  • 2013+8,3 %
  • 20140,7 %
  • 15,4
  • 12,3
  • 13,3
  • 14,4
  • 14,5

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 52 €
  • 42 €
  • 31 €
  • 21 €
  • 10 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,5 %
  • 2012+8,6 %
  • 2013+7,9 %
  • 20140,0 %
  • 43,5
  • 35
  • 38
  • 41
  • 41

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 8 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 20120,0 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014+3,0 %
  • 6,3
  • 6,5
  • 6,5
  • 6,6
  • 6,8

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 23 €
  • 18 €
  • 14 €
  • 9 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,1 %
  • 20120,0 %
  • 2013+5,6 %
  • 20140,0 %
  • 17,8
  • 18
  • 18
  • 19
  • 19

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 11 M€
  • 9 M€
  • 7 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-36,3 %
  • 2012+19,0 %
  • 2013+13,0 %
  • 2014-1,3 %
  • 9,1
  • 5,8
  • 6,9
  • 7,8
  • 7,7

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 31 €
  • 25 €
  • 19 €
  • 12 €
  • 6 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-37,7 %
  • 2012+18,8 %
  • 2013+15,8 %
  • 20140,0 %
  • 25,7
  • 16
  • 19
  • 22
  • 22

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 53,2%

2013 : 54,1%

2012 : 51,5%

2011 : 47,3%

2010 : 59%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 58 M€
  • 46 M€
  • 35 M€
  • 23 M€
  • 12 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,5 %
  • 2012+47,6 %
  • 2013-13,7 %
  • 2014+67,5 %
  • 27,2
  • 22,7
  • 33,5
  • 28,9
  • 48,4

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 164 €
  • 132 €
  • 99 €
  • 66 €
  • 33 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,8 %
  • 2012+48,4 %
  • 2013-13,7 %
  • 2014+67,1 %
  • 76,9
  • 64
  • 95
  • 82
  • 137

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 12 M€
  • 10 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,1 %
  • 2012-1,5 %
  • 2013-1,5 %
  • 2014+51,5 %
  • 7,4
  • 6,8
  • 6,7
  • 6,6
  • 10

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 34 €
  • 27 €
  • 20 €
  • 13 €
  • 7 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,1 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014+47,4 %
  • 20,9
  • 19
  • 19
  • 19
  • 28

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 46 M€
  • 37 M€
  • 28 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,7 %
  • 2012+68,6 %
  • 2013-17,2 %
  • 2014+73,0 %
  • 19,8
  • 15,9
  • 26,8
  • 22,2
  • 38,4

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 131 €
  • 105 €
  • 78 €
  • 52 €
  • 26 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,6 %
  • 2012+68,9 %
  • 2013-17,1 %
  • 2014+73,0 %
  • 56
  • 45
  • 76
  • 63
  • 109

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 270 M€
  • 216 M€
  • 162 M€
  • 108 M€
  • 54 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-3,3 %
  • 2014+3,8 %
  • 224
  • 216,5
  • 224,8

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 801 €
  • 641 €
  • 481 €
  • 320 €
  • 160 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,1 %
  • 2012-4,9 %
  • 2013-3,3 %
  • 2014+3,9 %
  • 667,7
  • 667
  • 634
  • 613
  • 637

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 34 M€
  • 27 M€
  • 20 M€
  • 13 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-3,3 %
  • 2014+6,8 %
  • 27,2
  • 26,3
  • 28,1

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 100 €
  • 80 €
  • 60 €
  • 40 €
  • 20 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-7,5 %
  • 20120,0 %
  • 2013-3,9 %
  • 2014+6,8 %
  • 83,2
  • 77
  • 77
  • 74
  • 79

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 81,7%

2013 : 70,4%

2012 : 60,5%

2011 : 74,1%

2010 : 85,2%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1181 €
  • 945 €
  • 708 €
  • 472 €
  • 236 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,6 %
  • 2012+3,6 %
  • 20130,8 %
  • 2014+5,7 %
  • 877,8
  • 892
  • 924
  • 931
  • 984

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 473 €
  • 378 €
  • 284 €
  • 189 €
  • 95 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-34,5 %
  • 2012+14,3 %
  • 2013-5,8 %
  • 2014+2,9 %
  • 393,9
  • 258
  • 295
  • 278
  • 286

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1277 €
  • 1021 €
  • 766 €
  • 511 €
  • 255 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,5 %
  • 2012+5,7 %
  • 2013-1,3 %
  • 2014+4,3 %
  • 953,3
  • 977
  • 1 033
  • 1 020
  • 1 064

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 180 €
  • 144 €
  • 108 €
  • 72 €
  • 36 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-32,4 %
  • 2012+53,5 %
  • 2013-5,5 %
  • 2014+45,6 %
  • 105,1
  • 71
  • 109
  • 103
  • 150

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 801 €
  • 641 €
  • 481 €
  • 320 €
  • 160 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,1 %
  • 2012-4,9 %
  • 2013-3,3 %
  • 2014+3,9 %
  • 667,7
  • 667
  • 634
  • 613
  • 637

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 241 €
  • 193 €
  • 145 €
  • 96 €
  • 48 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,7 %
  • 20120,0 %
  • 2013-0,5 %
  • 2014-3,0 %
  • 199,6
  • 201
  • 201
  • 200
  • 194

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 22,3%

2013 : 22,9%

2012 : 23%

2011 : 23,5%

2010 : 23,1%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 62,8%

2011 : 60,9%

2010 : 99,5%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 98,3%

2013 : 96,9%

2012 : 95,1%

2011 : 97,2%

2010 : 98,5%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 14,1%

2013 : 10,1%

2012 : 10,5%

2011 : 7,2%

2010 : 11%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 59,9%

2013 : 60,1%

2012 : 61,3%

2011 : 68,2%

2010 : 70%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 424614
  • 339691
  • 254768
  • 169846
  • 84923
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,1 %
  • 20120,0 %
  • 2013-0,1 %
  • 2014-0,0 %
  • 353 845
  • 353 315
  • 353 362
  • 353 124
  • 353 036

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 9910
  • 7928
  • 5946
  • 3964
  • 1982
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,5 %
  • 2012+2,9 %
  • 2013+3,9 %
  • 20140,0 %
  • 7 610
  • 7 725
  • 7 946
  • 8 258
  • 8 258

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement de l'Allier a une superficie de 7 340 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de - 0,0%

En 2013 le TCAM est de - 0,0%

En 2012 le TCAM est de - 0,0%

En 2011 le TCAM est de - 0,1%

En 2010 le TCAM est de - 0,1%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 30,8% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 30,3% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 29,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 29,4% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 28,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Allier (03) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Allier depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 248 864 personnes.
  • En l'an 1901 : 422 024 personnes.
  • En l'an 1990 : 357 710 personnes.
  • En l'an 2009 : 353 362 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
248 864 260 046 280 025 284 577 298 257 309 270 311 361 329 540 336 758
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
352 241 356 432 376 164 390 812 405 783 416 759 424 582 424 382 424 378
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
422 024 417 961 406 291 370 950 370 562 373 924 368 778 373 481 372 689
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
380 221 386 533 378 406 369 580 357 710 344 721 353 362