FR 06

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DES ALPES MARITIMES (06)
 

 
Contacter le Conseil General des Alpes Maritimes (06). Contacter le Conseil General des Alpes Maritimes (06).

Bienvenue dans le département des Alpes Maritimes (06) qui se situe dans la Région Provence Alpes Côte d'Azur.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, 147 boulevard du Mercantour, BP 3007, 06201 Nice Cedex 3

 Téléphone : +33 (0)4 97 18 60 00

Courriel : cg06@cg06.fr

 Site Internet Officiel :https://www.cg06.fr

 Facebook Officiel :https://fr-fr.facebook.com/ConseilGeneral06

 Twitter Officiel :https://twitter.com/CG06

 Flux d'actualités (RSS) Officiel :https://www.cg06.fr/flux-rss-32.html

Blason et logo
Département des Alpes Maritimes


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Nice.

Blason et Armes du département des Alpes Maritimes 06
Ancien logo du Conseil Général des Alpes Maritimes 06  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental des Alpes Maritimes 06

Président du Conseil Départemental

Monsieur Eric Ciotti

Né le 28 Septembre en 1965 (49 ans) à Nice (Alpes Maritimes).

En fonction depuis le 18/12/2008.

Il est également Député de la 1ère circonscription des Alpes-Maritimes depuis le 20 juin 2007 et Il est aussi Secrétaire national de l’UMP chargé des questions de sécurité

Nuance politique : Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

Courriel : eciotti@assemblee-nationale.fr

 Site Internet Officiel :http://www.eric-ciotti.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/ECIOTTI

 Twitter Officiel :https://twitter.com/ECiotti

Découvrez la liste des mairies dans le département des Alpes Maritimes.

Consultez la préfecture du département des Alpes Maritimes.

Le conseil général des Alpes Maritimes est dans la Région : Provence Alpes Côte d'Azur.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département des Alpes Maritimes (06).


Le département des Alpes Maritimes est composée de 54 conseillers départementaux

Le departement
des Alpes Maritimes

a une superficie de
4 299 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 1 082 014 personnes avec une densite de 252 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général des Alpes Maritimes intègre 2 arrondissements, avec 27 cantons.
  •  Vous trouverez 163 communes dans le Conseil Départemental des Alpes Maritimes.

Le département des Alpes Maritimes en quelques mots :

Le département est vieux de quelques milliers d’années et possède une histoire riche en conquêtes et en conflits de frontières, et s’est stabilisé il y a à peine un siècle et demi.


Il faut considérer le climat des Alpes-Maritimes sous un double aspect : magnifiquement ensoleillé et profitable aux vacanciers, mais aussi capricieux lorsque certaines averse et orages tendent à s’éterniser.


Les Alpes-Maritimes ne tablent pas que sur leur immense ressource touristique pour alimenter leur économie, ils ont aussi un pôle de BTP très performant.


Les classiques palaces de Nice et de Cannes, avec une grande variété d’animations et d’événements dans les plus petites villes sauront contenter les touristes de toutes sortes.


Histoire et situation géographique

Ah, les Alpes-Maritimes, la porte de la France vers l’Italie se situe effectivement à l’extrême sud-est de notre territoire, dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Pour identifier proprement ce département, il faut aller fouiller son passé qui s’avère à la fois riche et complexe !

En effet, c’est par ce département qu’il y a quelques deux milliers et demi d’années, les romains arrivèrent et conquièrent la Gaule. Et du patrimoine, l’Empire Romain en a rapporté avec lui ! En effet, comme ses départements voisins, les Alpes-Maritimes ont subi de très nombreuses invasions mettant à rude épreuve ses cultures, ses habitants et ses ressources. Cependant, le plus grand empire de l’Antiquité a laissé des traces profondément ancrées dans le département. Par exemple, on attribue à Hercule, ou Héraclès pour les intéressés, la fondation de Villefranche ! Dès lors, les Alpes-Maritimes devinrent une province à part entière, rattachée à Rome et au Pape, au cours du Ier siècle de notre ère. Ils y élevèrent même une capitale, nommée Cemenelum, aujourd’hui Cimiez, où toutes les installations traditionnelles furent assurées et quelques fois même conservées.

Jusqu’au XIXème siècle et la fin de l’Unification Italienne, aussi appelé le Risorgimento, les Alpes-Maritimes étaient encore morcelées des deux côtés de la frontière. Depuis lors, Nice a rejoint la France pour former le département que nous connaissons et chérissons aujourd’hui.

Climat

Le plus beau temps de France ? Le plus agréable, où chacun a envie d’avoir un petit pied-à-terre pour se détendre à tout moment de l’année, puisque dans tous les cas, les Alpes-Maritimes et ses 300 jours de soleil par an auront forcément de quoi réjouir les cœurs ? Oui, mais pas seulement. En effet, il s’agit aussi du département le plus orageux de France, avec entre 70 et 110 jours d’orage par an selon Météo France. Ces orages sont aussi parmi les plus violents et les plus soutenus, occasionnant régulièrement leur lot d’inondations.

Maintenant que nous sommes prévenus, tournons-nous vers ce que nous connaissons mieux : la beauté du climat méditerranéen ! L’eau azur reproduite sur le blason du département est à tous les coups ce qui apporte le plus aux Alpes-Maritimes, tant du point de vue de l’image que l’on s’en fait, que de sa grande source de revenus : le tourisme.

Economie, entreprise, agricole, industriel

Le tourisme est effectivement l’atout premier du département qui s’emploie à entretenir un secteur tertiaire à la pointe de tout ce qui se fait de mieux, y compris technologiquement. C’est certainement ce qui démarque le plus les Alpes-Maritimes de ses départements voisins : la recherche technologique dans la direction de biens qui possèdent une valeur ajoutée importante. En effet, avec Nice comme deuxième cité hôtelière de France, il faut s’attendre à avoir affaire à un service à toute épreuve.

Cependant, l’ingénierie du bâtiment a une place importante dans la dynamique entrepreneuriale des Alpes-Maritimes, car on y trouve un pôle de recherche technologique parmi les plus performants de France.

Attractivité touristique

Quel autre département peut se targuer d’avoir à disposition à la fois la mer Méditerranée et les Alpes ? Ne cherchez pas longtemps, il n’y en a aucun, et c’est aussi pour ça que les Alpes-Maritimes attirent inconditionnellement. L’activité touristique est au cœur de toute la vie quotidienne du département. Depuis les palaces jusqu’aux plages en tous genres, en passant par une flopée de restaurants tous éveillant plus l’appétit les uns que les autres, les Alpes-Maritimes ne manqueront de rien pour contenter tous les désirs ! Les stations balnéaires de Cannes, de Nice ou de Menton ont chacune un peu de ce qu’on voudrait dans notre paradis personnel.

Si Nice, comme nous l’avons dit plus haut, est la deuxième cité hôtelière de France, Cannes attire aussi parfaitement grâce à son festival et à tous les autres services qui s’y sont développés depuis. Spa, ambiance nocturne effrénée, promenade sur la Croisette, bref, tout est fait pour associer « vacances » et « plaisir ».

Une vingtaine d’autres festivals en tous genres sauront assurer une atmosphère exceptionnelle toute l’année ! Pour ceux qui souhaitent découvrir des bourgades plus intimistes, chacun pourra découvrir qu’elles sont toutes aussi animées que les grandes villes ! J’en veux pour exemple le Combat naval fleurit de Villefranche, tradition séculaire et Ô combien pittoresque !

Saveur

Qui dit Nice, dit salade niçoise ! Voilà pour l’entrée, simple, frais, avec bien évidemment l’air de la mer dans son assiette. On reste sur des basiques, mais le département des Alpes-Maritimes possède aussi de quoi surprendre, comme avec par exemple la panisse. Il s’agit d’une spécialité millénaire que les ancêtres ligures présents dans le département bien avant les romains, mangeaient. Il s’agit d’une préparation réalisée à base de purée de pois chiches, rassemblée en boudin qui est ensuite tranché et cuit dans la friture. Comme une barquette de frites, cette spécialité provençale peut être achetée et consommée dehors.

Le Saviez-vous ?

Plus de 23% des logements du département des Alpes-Maritimes sont des logements secondaires.

Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le département a toujours voté à droite.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
des Alpes Maritimes (06)

 
 

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 1652 M€
  • 1322 M€
  • 991 M€
  • 661 M€
  • 330 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,1 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013-4,8 %
  • 2014+1,5 %
  • 1 376,7
  • 1 306,7
  • 1 351,7
  • 1 287,4
  • 1 307

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1506 €
  • 1205 €
  • 904 €
  • 602 €
  • 301 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,3 %
  • 2012+3,9 %
  • 2013-4,8 %
  • 2014+1,3 %
  • 1 254,9
  • 1 189
  • 1 235
  • 1 176
  • 1 191

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 1278 M€
  • 1022 M€
  • 767 M€
  • 511 M€
  • 256 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+6,4 %
  • 2013-2,9 %
  • 20140,3 %
  • 1 000,2
  • 1 000,5
  • 1 064,7
  • 1 034,2
  • 1 037,6

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1168 €
  • 934 €
  • 701 €
  • 467 €
  • 234 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,2 %
  • 2012+6,9 %
  • 2013-2,9 %
  • 20140,0 %
  • 911,7
  • 910
  • 973
  • 945
  • 945

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 452 M€
  • 361 M€
  • 271 M€
  • 181 M€
  • 90 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,6 %
  • 2012-6,3 %
  • 2013-11,8 %
  • 2014+6,4 %
  • 376,5
  • 306,3
  • 287,1
  • 253,2
  • 269,4

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 412 €
  • 329 €
  • 247 €
  • 165 €
  • 82 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,7 %
  • 2012-6,1 %
  • 2013-11,8 %
  • 2014+6,1 %
  • 343,2
  • 279
  • 262
  • 231
  • 245

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 1652 M€
  • 1322 M€
  • 991 M€
  • 661 M€
  • 330 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,1 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013-4,8 %
  • 2014+1,5 %
  • 1 376,7
  • 1 306,7
  • 1 351,7
  • 1 287,4
  • 1 307

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1506 €
  • 1205 €
  • 904 €
  • 602 €
  • 301 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,3 %
  • 2012+3,9 %
  • 2013-4,8 %
  • 2014+1,3 %
  • 1 254,9
  • 1 189
  • 1 235
  • 1 176
  • 1 191

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 1435 M€
  • 1148 M€
  • 861 M€
  • 574 M€
  • 287 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012+3,3 %
  • 2013-4,2 %
  • 2014+3,9 %
  • 1 125
  • 1 157,6
  • 1 196,2
  • 1 146,2
  • 1 190,6

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1312 €
  • 1049 €
  • 787 €
  • 525 €
  • 262 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,7 %
  • 2012+3,8 %
  • 2013-4,2 %
  • 2014+3,6 %
  • 1 025,5
  • 1 053
  • 1 093
  • 1 047
  • 1 085

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 302 M€
  • 242 M€
  • 181 M€
  • 121 M€
  • 60 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-40,8 %
  • 2012+4,3 %
  • 2013-9,2 %
  • 2014-17,6 %
  • 251,7
  • 149,1
  • 155,5
  • 141,2
  • 116,4

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 275 €
  • 220 €
  • 165 €
  • 110 €
  • 55 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-40,7 %
  • 2012+4,4 %
  • 2013-9,2 %
  • 2014-17,8 %
  • 229,4
  • 136
  • 142
  • 129
  • 106

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 239 M€
  • 191 M€
  • 143 M€
  • 95 M€
  • 48 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,8 %
  • 2012-4,8 %
  • 20130,4 %
  • 2014+3,2 %
  • 195,2
  • 198,8
  • 189,3
  • 190
  • 196,1

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 217 €
  • 174 €
  • 130 €
  • 87 €
  • 43 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,7 %
  • 2012-4,4 %
  • 20130,6 %
  • 2014+2,9 %
  • 178
  • 181
  • 173
  • 174
  • 179

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 151 M€
  • 121 M€
  • 90 M€
  • 60 M€
  • 30 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,9 %
  • 2012+4,0 %
  • 2013-9,2 %
  • 2014-1,2 %
  • 125,6
  • 119,4
  • 124,2
  • 112,8
  • 111,5

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 137 €
  • 110 €
  • 82 €
  • 55 €
  • 27 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,8 %
  • 2012+3,7 %
  • 2013-8,8 %
  • 2014-1,0 %
  • 114,5
  • 109
  • 113
  • 103
  • 102

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 50 M€
  • 40 M€
  • 30 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+5,0 %
  • 2013-21,2 %
  • 2014+14,2 %
  • 40
  • 40
  • 42
  • 33,1
  • 37,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 46 €
  • 37 €
  • 28 €
  • 18 €
  • 9 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,4 %
  • 2012+6,7 %
  • 2013-21,1 %
  • 2014+13,5 %
  • 36,5
  • 36
  • 38,4
  • 30,3
  • 34,4

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 50 M€
  • 40 M€
  • 30 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,3 %
  • 2012+5,9 %
  • 2013-21,5 %
  • 2014+13,8 %
  • 39,2
  • 39,1
  • 41,4
  • 32,5
  • 37

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 833 M€
  • 666 M€
  • 500 M€
  • 333 M€
  • 167 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012+5,7 %
  • 2013+3,2 %
  • 2014-0,9 %
  • 635,2
  • 636,5
  • 672,5
  • 693,9
  • 687,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 761 €
  • 609 €
  • 456 €
  • 304 €
  • 152 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+6,0 %
  • 2013+3,3 %
  • 2014-1,3 %
  • 579
  • 579
  • 614
  • 634
  • 626

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 514 M€
  • 411 M€
  • 308 M€
  • 205 M€
  • 103 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,8 %
  • 2012+6,4 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014+4,6 %
  • 428,1
  • 347,7
  • 369,8
  • 374,8
  • 392

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 468 €
  • 375 €
  • 281 €
  • 187 €
  • 94 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,0 %
  • 2012+7,0 %
  • 2013+1,2 %
  • 2014+4,4 %
  • 390,2
  • 316
  • 338
  • 342
  • 357

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 326 M€
  • 261 M€
  • 195 M€
  • 130 M€
  • 65 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+36,2 %
  • 2012-16,4 %
  • 2013-1,7 %
  • 2014-4,4 %
  • 199,2
  • 271,4
  • 227
  • 223,1
  • 213,3

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 158 M€
  • 126 M€
  • 95 M€
  • 63 M€
  • 32 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012-0,7 %
  • 2013-0,3 %
  • 2014-8,0 %
  • 130,1
  • 131,3
  • 130,4
  • 130
  • 119,6

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 678 M€
  • 542 M€
  • 407 M€
  • 271 M€
  • 136 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,2 %
  • 2012+13,5 %
  • 2013-8,3 %
  • 2014+6,4 %
  • 456,1
  • 498
  • 565
  • 518
  • 550,9

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 619 €
  • 495 €
  • 372 €
  • 248 €
  • 124 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,9 %
  • 2012+13,9 %
  • 2013-8,3 %
  • 2014+6,1 %
  • 415,8
  • 453
  • 516
  • 473
  • 502

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 424 M€
  • 339 M€
  • 254 M€
  • 169 M€
  • 85 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+18,3 %
  • 2012+6,5 %
  • 2013-9,3 %
  • 2014+6,3 %
  • 280
  • 331,3
  • 353
  • 320
  • 340

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 133 M€
  • 107 M€
  • 80 M€
  • 53 M€
  • 27 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,2 %
  • 2012+69,7 %
  • 2013+5,3 %
  • 2014+2,3 %
  • 60
  • 60,7
  • 103
  • 108,5
  • 111

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 116 M€
  • 93 M€
  • 69 M€
  • 46 M€
  • 23 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,8 %
  • 2012+2,3 %
  • 2013-4,5 %
  • 2014+4,7 %
  • 96,5
  • 87
  • 89
  • 85
  • 89

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 14,8 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 13,1 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 934,8 M€

2011 : 845,7 M€

2010 : 884,2 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 854 €

2011 : 769 €

2010 : 806 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 78,1%

2011 : 73,1%

2010 : 78,6%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : + 10,5%

2011 : - 4,4%

2010 : + 3,7%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 233,3 M€

2011 : 226,6 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 12,42%

2011 : 12,42%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 3,4%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 424,4 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 2,0%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 419,3 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 214 M€
  • 171 M€
  • 128 M€
  • 86 M€
  • 43 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-29,8 %
  • 2012-9,4 %
  • 2013-15,6 %
  • 2014+2,6 %
  • 178,2
  • 125,1
  • 113,4
  • 95,7
  • 98,2

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 158 M€
  • 126 M€
  • 95 M€
  • 63 M€
  • 32 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-23,5 %
  • 2012-11,7 %
  • 2013+9,8 %
  • 2014+11,0 %
  • 131,5
  • 100,6
  • 88,8
  • 97,5
  • 108,2

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 72 M€
  • 57 M€
  • 43 M€
  • 29 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+20,2 %
  • 2012+6,8 %
  • 2013-11,1 %
  • 2014+11,7 %
  • 46,5
  • 55,9
  • 59,7
  • 53,1
  • 59,3

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 36,4%

2013 : 37,8%

2012 : 39,5%

2011 : 40,8%

2010 : 47,3%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 40,2%

2013 : 38,5%

2012 : 30,9%

2011 : 32,8%

2010 : 34,9%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 22%

2013 : 21%

2012 : 20,8%

2011 : 18,3%

2010 : 12,4%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 75 M€
  • 60 M€
  • 45 M€
  • 30 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-33,5 %
  • 2012+19,8 %
  • 2013-11,7 %
  • 2014-36,4 %
  • 62,4
  • 41,5
  • 49,7
  • 43,9
  • 27,9

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 41 M€
  • 33 M€
  • 24 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-35,3 %
  • 20120,0 %
  • 2013-2,3 %
  • 2014-30,2 %
  • 34
  • 22
  • 22
  • 21,5
  • 15

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 4 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,7 %
  • 20120,0 %
  • 2013-20,0 %
  • 2014-50,0 %
  • 3
  • 2,5
  • 2,5
  • 2
  • 1

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 218 M€
  • 174 M€
  • 131 M€
  • 87 M€
  • 44 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-47,8 %
  • 2012-10,0 %
  • 2013-0,4 %
  • 2014-2,4 %
  • 181,5
  • 94,8
  • 85,3
  • 85
  • 83

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 24%

2013 : 31,1%

2012 : 32%

2011 : 27,8%

2010 : 24,8%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 12,9%

2013 : 15,2%

2012 : 14,2%

2011 : 14,8%

2010 : 13,5%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 0,9%

2013 : 1,4%

2012 : 1,6%

2011 : 1,7%

2010 : 1,2%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 71,3%

2013 : 60,2%

2012 : 54,9%

2011 : 63,6%

2010 : 72,1%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 235 M€
  • 188 M€
  • 141 M€
  • 94 M€
  • 47 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+19,6 %
  • 2012-11,8 %
  • 2013-16,4 %
  • 2014+31,4 %
  • 164
  • 196,2
  • 173
  • 144,6
  • 190

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 214 €
  • 171 €
  • 128 €
  • 85 €
  • 43 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+19,1 %
  • 2012-11,2 %
  • 2013-16,5 %
  • 2014+31,1 %
  • 149,5
  • 178
  • 158
  • 132
  • 173

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 189 M€
  • 151 M€
  • 113 M€
  • 75 M€
  • 38 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+25,9 %
  • 2012-16,2 %
  • 2013-14,8 %
  • 2014+36,5 %
  • 124,8
  • 157,1
  • 131,6
  • 112,1
  • 153

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 171 €
  • 137 €
  • 103 €
  • 69 €
  • 34 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+25,6 %
  • 2012-16,0 %
  • 2013-15,0 %
  • 2014+36,3 %
  • 113,8
  • 142,9
  • 120
  • 102
  • 139

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 121 M€
  • 97 M€
  • 73 M€
  • 49 M€
  • 24 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+29,2 %
  • 2012-29,0 %
  • 2013-17,9 %
  • 2014+58,8 %
  • 78,3
  • 101,2
  • 71,9
  • 59
  • 93,7

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 110 €
  • 88 €
  • 66 €
  • 44 €
  • 22 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+28,9 %
  • 2012-28,3 %
  • 2013-18,2 %
  • 2014+57,4 %
  • 71,4
  • 92
  • 66
  • 54
  • 85

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 673 M€
  • 539 M€
  • 404 M€
  • 269 M€
  • 135 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,1 %
  • 2012-1,1 %
  • 2013+1,4 %
  • 20140,4 %
  • 551,3
  • 557,4
  • 551,4
  • 559
  • 561

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 613 €
  • 491 €
  • 368 €
  • 245 €
  • 123 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012-0,6 %
  • 2013+1,4 %
  • 20140,0 %
  • 502,5
  • 507
  • 504
  • 511
  • 511

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 632 M€
  • 505 M€
  • 379 M€
  • 253 M€
  • 126 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,8 %
  • 2012+6,7 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014-4,8 %
  • 479,5
  • 483,3
  • 515,5
  • 526,4
  • 501

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 577 €
  • 462 €
  • 346 €
  • 231 €
  • 115 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,7 %
  • 2012+7,0 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014-5,2 %
  • 437,1
  • 440
  • 471
  • 481
  • 456

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 48,3%

2013 : 50,9%

2012 : 48,4%

2011 : 48,3%

2010 : 47,9%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 54,1%

2013 : 54,1%

2012 : 51,8%

2011 : 55,7%

2010 : 55,1%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 668 M€
  • 534 M€
  • 401 M€
  • 267 M€
  • 134 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,3 %
  • 2012-1,1 %
  • 2013+1,5 %
  • 20140,5 %
  • 545,1
  • 552,2
  • 546,1
  • 554,1
  • 556,6

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 608 €
  • 487 €
  • 365 €
  • 243 €
  • 122 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,0 %
  • 2012-0,6 %
  • 2013+1,4 %
  • 20140,2 %
  • 496,9
  • 502
  • 499
  • 506
  • 507

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 165 M€
  • 132 M€
  • 99 M€
  • 66 M€
  • 33 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,6 %
  • 2012+1,6 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+10,6 %
  • 119,4
  • 118,7
  • 120,6
  • 124
  • 137,2

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 141 M€
  • 113 M€
  • 84 M€
  • 56 M€
  • 28 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,6 %
  • 2012+2,0 %
  • 2013-2,5 %
  • 2014-4,0 %
  • 117,3
  • 114,2
  • 116,5
  • 113,6
  • 109

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 597 M€
  • 478 M€
  • 358 M€
  • 239 M€
  • 119 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,0 %
  • 2012-0,8 %
  • 2013+2,6 %
  • 2014+2,1 %
  • 474,3
  • 478,9
  • 475,2
  • 487,4
  • 497,7

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 544 €
  • 435 €
  • 326 €
  • 217 €
  • 109 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,8 %
  • 2012-0,5 %
  • 2013+2,5 %
  • 2014+1,8 %
  • 432,4
  • 436
  • 434
  • 445
  • 453

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 105 M€
  • 84 M€
  • 63 M€
  • 42 M€
  • 21 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,8 %
  • 2012-1,3 %
  • 2013-6,3 %
  • 2014+4,2 %
  • 87,9
  • 87,2
  • 86,1
  • 80,7
  • 84,1

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 96 €
  • 77 €
  • 58 €
  • 38 €
  • 19 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,4 %
  • 20120,0 %
  • 2013-6,3 %
  • 2014+4,1 %
  • 80,1
  • 79
  • 79
  • 74
  • 77

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 65 M€
  • 52 M€
  • 39 M€
  • 26 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,7 %
  • 2012+4,4 %
  • 2013-0,9 %
  • 2014-0,4 %
  • 53
  • 52,1
  • 54,4
  • 53,9
  • 53,7

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 60 €
  • 48 €
  • 36 €
  • 24 €
  • 12 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,7 %
  • 2012+6,4 %
  • 2013-2,0 %
  • 20140,0 %
  • 48,3
  • 47
  • 50
  • 49
  • 49

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 42 M€
  • 34 M€
  • 25 M€
  • 17 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012-10,2 %
  • 2013-15,2 %
  • 2014+13,4 %
  • 34,9
  • 35,2
  • 31,6
  • 26,8
  • 30,4

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 38 €
  • 31 €
  • 23 €
  • 15 €
  • 8 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,6 %
  • 2012-9,4 %
  • 2013-13,8 %
  • 2014+12,0 %
  • 31,8
  • 32
  • 29
  • 25
  • 28

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 36,1%

2013 : 33,2%

2012 : 36,8%

2011 : 40,3%

2010 : 39,7%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 153 M€
  • 122 M€
  • 92 M€
  • 61 M€
  • 31 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-31,9 %
  • 2012-23,5 %
  • 2013-8,5 %
  • 2014+15,7 %
  • 127,1
  • 86,5
  • 66,2
  • 60,6
  • 70,1

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 139 €
  • 111 €
  • 83 €
  • 56 €
  • 28 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-31,8 %
  • 2012-24,1 %
  • 2013-8,3 %
  • 2014+16,4 %
  • 115,9
  • 79
  • 60
  • 55
  • 64

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 17 M€
  • 13 M€
  • 10 M€
  • 7 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,4 %
  • 2012-16,0 %
  • 2013-0,9 %
  • 2014-3,7 %
  • 14
  • 13,1
  • 11
  • 10,9
  • 10,5

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 15 €
  • 12 €
  • 9 €
  • 6 €
  • 3 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,3 %
  • 2012-16,7 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 12,8
  • 12
  • 10
  • 10
  • 10

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 136 M€
  • 109 M€
  • 81 M€
  • 54 M€
  • 27 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-35,1 %
  • 2012-24,8 %
  • 2013-9,8 %
  • 2014+19,9 %
  • 113,1
  • 73,4
  • 55,2
  • 49,8
  • 59,7

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 124 €
  • 99 €
  • 74 €
  • 49 €
  • 25 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-35,0 %
  • 2012-25,4 %
  • 2013-10,0 %
  • 2014+20,0 %
  • 103,1
  • 67
  • 50
  • 45
  • 54

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 1199 M€
  • 959 M€
  • 719 M€
  • 480 M€
  • 240 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-15,6 %
  • 2014+4,3 %
  • 999
  • 843,4
  • 879,5

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 1096 €
  • 876 €
  • 657 €
  • 438 €
  • 219 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,4 %
  • 20120,9 %
  • 2013-15,6 %
  • 2014+3,9 %
  • 858,7
  • 905
  • 913
  • 771
  • 801

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 121 M€
  • 97 M€
  • 73 M€
  • 49 M€
  • 24 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-15,3 %
  • 2014+12,5 %
  • 101,1
  • 85,6
  • 96,3

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 110 €
  • 88 €
  • 66 €
  • 44 €
  • 22 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+10,1 %
  • 2012+7,0 %
  • 2013-15,2 %
  • 2014+12,8 %
  • 78,1
  • 86
  • 92
  • 78
  • 88

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 50,7%

2013 : 59,2%

2012 : 58,4%

2011 : 48,4%

2010 : 52,3%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1168 €
  • 934 €
  • 701 €
  • 467 €
  • 234 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,2 %
  • 2012+6,9 %
  • 2013-2,9 %
  • 20140,0 %
  • 911,7
  • 910
  • 973
  • 945
  • 945

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 412 €
  • 329 €
  • 247 €
  • 165 €
  • 82 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,8 %
  • 2012+7,0 %
  • 2013-2,7 %
  • 2014+4,3 %
  • 282,6
  • 316
  • 338
  • 329
  • 343

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1312 €
  • 1049 €
  • 787 €
  • 525 €
  • 262 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,7 %
  • 2012+3,8 %
  • 2013-4,2 %
  • 2014+3,6 %
  • 1 025,5
  • 1 053
  • 1 093
  • 1 047
  • 1 085

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 195 €
  • 156 €
  • 117 €
  • 78 €
  • 39 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-29,8 %
  • 2012-8,8 %
  • 2013-16,3 %
  • 2014+2,3 %
  • 162,4
  • 114
  • 104
  • 87
  • 89

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1096 €
  • 876 €
  • 657 €
  • 438 €
  • 219 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,4 %
  • 20120,9 %
  • 2013-15,6 %
  • 2014+3,9 %
  • 858,7
  • 905
  • 913
  • 771
  • 801

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 143 €
  • 114 €
  • 86 €
  • 57 €
  • 29 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,3 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014-8,4 %
  • 118,6
  • 119
  • 119
  • 119
  • 109

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 18,9%

2013 : 18,4%

2012 : 17,8%

2011 : 19,9%

2010 : 19,5%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 45%

2011 : 40,5%

2010 : 38,8%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 92,1%

2013 : 94,9%

2012 : 94%

2011 : 91,3%

2010 : 93%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 8,2%

2013 : 8,3%

2012 : 9,5%

2011 : 10,8%

2010 : 15,8%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 73,9%

2013 : 73,6%

2012 : 83,5%

2011 : 86%

2010 : 83,7%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 1319299
  • 1055439
  • 791580
  • 527720
  • 263860
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012-0,4 %
  • 2013-0,0 %
  • 20140,3 %
  • 1 097 046
  • 1 099 416
  • 1 094 596
  • 1 094 579
  • 1 097 701

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 27325
  • 21860
  • 16395
  • 10930
  • 5465
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,5 %
  • 2012+2,2 %
  • 2013+6,4 %
  • 20140,0 %
  • 20 231
  • 20 945
  • 21 396
  • 22 771
  • 22 771

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement des Alpes Maritimes a une superficie de 4 299 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,1%

En 2013 le TCAM est de + 0,6%

En 2012 le TCAM est de + 0,7%

En 2011 le TCAM est de + 0,8%

En 2010 le TCAM est de + 0,9%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 28,4% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 28,2% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 27,7% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 27,5% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 27,3% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Alpes Maritimes (06) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Alpes Maritimes depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : Pas de données personnes.
  • En l'an 1901 : 293 213 personnes.
  • En l'an 1990 : 971 829 personnes.
  • En l'an 2009 : 1 094 596 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
Pas de données Pas de données 161 886 Pas de données Pas de données 183 841 Pas de données 189 527 192 062
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
192 133 194 578 198 818 199 037 203 604 226 621 238 057 258 571 265 155
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
293 213 334 007 356 338 357 759 435 253 493 376 518 083 453 073 515 484
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
618 265 722 070 816 681 881 198 971 829 1 011 326 1 094 596