FR 08

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DES ARDENNES (08)
 

 
Le point rouge sur la carte vous donne la position du département des Ardennes 08 sur la carte de France.
Contacter le Conseil General des Ardennes (08). Contacter le Conseil General des Ardennes (08).

Bienvenue dans le département des Ardennes (08) qui se situe dans la Région Champagne Ardenne.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, CS 20001, 08011 Charleville-Mézières Cedex

 Téléphone : +33 (0)3 24 59 60 60

 Fax : +33 (0)3 24 37 76 76

Page de contact officielle

 Site Internet Officiel :http://www.cd08.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/08Ardennes

 Flux d'actualités (RSS) Officiel :http://www.cd08.fr/rss.xml

Blason et logo
Département des Ardennes


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Charleville Mézières.

Blason et Armes du département des Ardennes 08 Ancien logo du Conseil Général des Ardennes 08  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental des Ardennes 08

Président du Conseil Départemental

Monsieur Benoît Huré

Né le 5 juin en 1953 (62 ans) à Neuville-lez-Beaulieu (Ardennes).

En fonction depuis le 01/04/2004.

Il est également Sénateur des Ardennes depuis le 19 octobre 2004 et Il est aussi Conseiller général du canton de Signy-le-Petit depuis le 29/03/1992

Nuance politique : Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

Courriel : benoit.hure@wanadoo.fr 

Découvrez la liste des mairies dans le département des Ardennes.

Consultez la préfecture du département des Ardennes.

Le conseil général des Ardennes est dans la Région : Champagne Ardenne.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département des Ardennes (08).


Le département des Ardennes est composée de 38 conseillers départementaux

Le departement
des Ardennes

a une superficie de
5 229 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 282 778 personnes avec une densite de 54 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général des Ardennes intègre 4 arrondissements, avec 19 cantons.
  •  Vous trouverez 463 communes dans le Conseil Départemental des Ardennes.

Le département des Ardennes en quelques mots :

Le département des Ardennes est historiquement très profondément marqué par les guerres et les conflits frontaliers étant donné sa position aux abords de la Belgique.


Le climat ardennais est considéré comme « dégradé » car hybride entre différentes forces climatiques qui donnent au département des hivers rudes et des automnes pluvieux.


L’économie dans les Ardennes n’est pas à son plus fort, bien qu’elle fasse perdurer une tradition métallurgique séculaire.


Histoire et situation géographique

Le département des Ardennes a hérité d’une histoire riche en conflits et en tensions frontalières. Situées dans la partie haute de la région Champagne-Ardenne, les Ardennes sont surtout connues pour leur forêt réputée infranchissable et que l’épreuve du temps s’est chargée de défaire. Cette forêt dense chevauchant la frontière entre la France et la Belgique était déjà, dès les premiers jours après la naissance du pays aux lendemains du sacre de Charlemagne, une zone d’échange et de discussion prodigieusement poreuse. Effectivement, si la stratégie militaire de 1939 reposait sur une illusion célèbre du nom de ligne Maginot, les Ardennes ont aussi joué un rôle fondamental dans la libération de la France lors de la Bataille des Ardennes en 1944-45 suite à laquelle l’occupant fut définitivement repoussé.

Le statut historique des Ardennes est par conséquent quelque peu mitigé du point de vue de son utilité stricte. Il semble aujourd’hui impensable de concevoir cette région comme une zone sure, protégée par la nature qui l’entoure. Cependant, l’histoire y est plus ancrée, tant dans la terre que dans les esprits des Ardennais, qu’ailleurs en France. Il s’agit très certainement d’un des rares départements où la mémoire et l’émotion du temps, la cohésion et la solidarité, sont les valeurs premières partagées par tout français circulant dans ses longs couloirs du temps, entre Sedan et Charleville-Mézières.

Climat

Le département des Ardennes possède un climat quelque peu capricieux, quoique stable dans sa rigueur. En effet, quel que soit le niveau d’altitude impliqué et la situation climatique à deux points distants du département, l’atmosphère est traditionnellement désignée comme étant « dégradée ». Ainsi, lorsqu’on s’éloigne plus vers l’ouest du département, le climat est dit « continental dégradé », c’est-à-dire qu’il implique des hivers rudes avec des gelées importantes et un automne pluvieux. En hiver 2015, il y a eu 273 heures de soleil dans la région, contre 331 de moyenne sur l’ensemble du territoire. A la même saison, il y a eu 217mm de précipitations contre 195mm de moyenne nationale.

Le reste du département possède un climat dit « océanique dégradé », qui se caractérise par une exacerbation des qualités océaniques dans le sens de la saison. Disons simplement qu’en hiver, il y fait plus froid et humide et en été, il y fait plus chaud et sec. Cette spécificité est issue de sa situation hybride, entre les influences climatiques de la Manche et de la Mer du Nord.

Economie, entreprise, agricole, industriel

En 1675, sous Louis XIV, le Roi Soleil, fut créée la première manufacture royale d’armes, à Charleville-Mézières. En effet, la situation du département des Ardennes avoisinant les mines de charbon de Lorraine et les aciéries du nord, lui conférait une efficacité optimale. Depuis, les Ardennes ont préservé cette implication économique dans le domaine métallurgique en se diversifiant jusqu’au milieu du XXème siècle. De nombreuses commandes massives y ont été passées, notamment en ce qui concerne les chemins de fer et même les derniers TGV avec la SNCF qui sous-traite encore une partie de ses ouvrages dans la région !

Malgré ce dynamisme dans le métal et le savoir-faire séculaire des Ardennes, la reconversion de la deuxième moitié du XXème siècle a occasionné quelques impasses, menant au taux de chômage actuel qu’on lui connaît : plus de 12% d’après l’Insee.

Attractivité touristique

Du point de vue des monuments, il faudra se tourner vers les anciens champs de bataille et le très emblématique Château de Sedan, un monstre de forteresse du Moyen-âge, l’une des plus imposantes d’Europe avec ses 35 000m² et ses murs de 27 mètres de largeur. Il sera bien entendu aussi hors de question de passer à côté de la ville natale du génie poétique Arthur Rimbaud, j’ai nommé la charmante bourgade de Charleville-Mézières. Il s’agit cependant aussi de la ville la plus grande et la plus peuplée du département.

Saveurs

La cuisine ardennaise s’élabore autour d’une sincérité et d’une générosité symptomatique du département. Il faut réchauffer les cœurs et remplir les estomacs abondamment. C’est pour cette raison que la cuisine du département trouve son inspiration dans l’utilisation allègre de la pomme de terre, sous toutes ses formes, depuis la salade aux lardons, jusqu’à la traditionnelle cacasse à cul nu. Il s’agit d’un plat mêlant lard, pomme de terre et oignons, dans le plus grand partage.

Le Saviez-vous ?

Arthur Rimbaud a toujours rêvé de revenir à Charleville-Mézières pour y faire une partie de sa vie. Malheureusement sur le chemin du retour, une gangrène à la jambe puis un cancer l’emporta alors qu’il ne se trouvait qu’à Marseille.

En 1870, lors de la bataille de Sedan où Napoléon III fut capturé, Bismarck lui-même dirigeait ses troupes sur le champ de bataille depuis une colline qui dominait la lutte.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
des Ardennes (08)

 
 

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 477 M€
  • 381 M€
  • 286 M€
  • 191 M€
  • 95 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,4 %
  • 2012-0,9 %
  • 2013+5,9 %
  • 2014+3,8 %
  • 339,3
  • 364,5
  • 361,4
  • 382,8
  • 397,2

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1636 €
  • 1308 €
  • 981 €
  • 654 €
  • 327 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,7 %
  • 2012-0,5 %
  • 2013+5,9 %
  • 2014+3,9 %
  • 1 156,1
  • 1 245
  • 1 239
  • 1 312
  • 1 363

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 358 M€
  • 286 M€
  • 215 M€
  • 143 M€
  • 72 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+1,2 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014+4,1 %
  • 268,3
  • 276,9
  • 280,3
  • 286,4
  • 298

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1226 €
  • 981 €
  • 736 €
  • 491 €
  • 245 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,5 %
  • 2012+1,6 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014+4,1 %
  • 914
  • 946
  • 961
  • 982
  • 1 022

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 119 M€
  • 95 M€
  • 71 M€
  • 48 M€
  • 24 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+23,2 %
  • 2012-7,3 %
  • 2013+18,9 %
  • 2014+2,9 %
  • 71
  • 87,5
  • 81,1
  • 96,4
  • 99,2

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 408 €
  • 326 €
  • 245 €
  • 163 €
  • 82 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+23,5 %
  • 2012-7,0 %
  • 2013+18,7 %
  • 2014+3,0 %
  • 242,1
  • 299
  • 278
  • 330
  • 340

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 477 M€
  • 381 M€
  • 286 M€
  • 191 M€
  • 95 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,9 %
  • 2012-0,9 %
  • 2013+5,9 %
  • 2014+3,8 %
  • 331,6
  • 364,5
  • 361,4
  • 382,8
  • 397,2

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1636 €
  • 1308 €
  • 981 €
  • 654 €
  • 327 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+10,2 %
  • 2012-0,5 %
  • 2013+5,9 %
  • 2014+3,9 %
  • 1 129,6
  • 1 245
  • 1 239
  • 1 312
  • 1 363

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 399 M€
  • 319 M€
  • 239 M€
  • 160 M€
  • 80 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,6 %
  • 2012+7,3 %
  • 2013-2,5 %
  • 2014+10,4 %
  • 286,3
  • 288
  • 309
  • 301,3
  • 332,5

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1369 €
  • 1095 €
  • 822 €
  • 548 €
  • 274 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012+7,6 %
  • 2013-2,5 %
  • 2014+10,5 %
  • 975,3
  • 984
  • 1 059
  • 1 033
  • 1 141

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 98 M€
  • 78 M€
  • 59 M€
  • 39 M€
  • 20 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+68,9 %
  • 2012-31,4 %
  • 2013+55,0 %
  • 2014-20,5 %
  • 45,3
  • 76,5
  • 52,5
  • 81,4
  • 64,7

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 335 €
  • 268 €
  • 201 €
  • 134 €
  • 67 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+69,2 %
  • 2012-31,0 %
  • 2013+55,0 %
  • 2014-20,4 %
  • 154,3
  • 261
  • 180
  • 279
  • 222

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 81 M€
  • 65 M€
  • 49 M€
  • 32 M€
  • 16 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,3 %
  • 20120,3 %
  • 2013+3,9 %
  • 2014+1,8 %
  • 62,7
  • 63,5
  • 63,7
  • 66,2
  • 67,4

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 277 €
  • 222 €
  • 166 €
  • 111 €
  • 55 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,6 %
  • 20120,5 %
  • 2013+4,1 %
  • 2014+1,8 %
  • 213,6
  • 217
  • 218
  • 227
  • 231

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 51 M€
  • 41 M€
  • 31 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,3 %
  • 2012-1,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014+3,9 %
  • 39,3
  • 41,4
  • 41
  • 41
  • 42,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 175 €
  • 140 €
  • 105 €
  • 70 €
  • 35 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,1 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014+3,5 %
  • 134,1
  • 141
  • 141
  • 141
  • 146

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 8 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,5 %
  • 2012-1,4 %
  • 2013-5,9 %
  • 2014+3,1 %
  • 6,3
  • 6,9
  • 6,8
  • 6,4
  • 6,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 29 €
  • 23 €
  • 17 €
  • 12 €
  • 6 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,6 %
  • 2012-2,9 %
  • 2013-5,2 %
  • 2014+2,3 %
  • 21,5
  • 24
  • 23,3
  • 22,1
  • 22,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 8 M€
  • 6 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,0 %
  • 2012-1,6 %
  • 2013-3,2 %
  • 2014+5,0 %
  • 6
  • 6,3
  • 6,2
  • 6
  • 6,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 216 M€
  • 173 M€
  • 130 M€
  • 87 M€
  • 43 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,3 %
  • 2012+2,1 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+4,8 %
  • 158,7
  • 164
  • 167,5
  • 172,1
  • 180,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 743 €
  • 594 €
  • 446 €
  • 297 €
  • 149 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,6 %
  • 2012+2,5 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+4,9 %
  • 540,7
  • 560
  • 574
  • 590
  • 619

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 132 M€
  • 106 M€
  • 79 M€
  • 53 M€
  • 26 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-22,0 %
  • 2012-0,7 %
  • 2013+2,9 %
  • 2014+2,8 %
  • 110,1
  • 85,9
  • 85,3
  • 87,8
  • 90,3

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 450 €
  • 360 €
  • 270 €
  • 180 €
  • 90 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-21,9 %
  • 2012-0,3 %
  • 2013+3,1 %
  • 2014+3,0 %
  • 375,3
  • 293
  • 292
  • 301
  • 310

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 148 M€
  • 118 M€
  • 89 M€
  • 59 M€
  • 30 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,7 %
  • 2012+13,4 %
  • 2013-6,9 %
  • 2014+15,6 %
  • 98,2
  • 100,9
  • 114,4
  • 106,5
  • 123,1

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 87 M€
  • 70 M€
  • 52 M€
  • 35 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,3 %
  • 2012-0,4 %
  • 2013-0,4 %
  • 2014-2,1 %
  • 72,7
  • 72,9
  • 72,6
  • 72,3
  • 70,8

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 114 M€
  • 91 M€
  • 68 M€
  • 46 M€
  • 23 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+33,7 %
  • 2012+5,5 %
  • 2013-0,1 %
  • 2014-0,6 %
  • 67,4
  • 90,1
  • 95,1
  • 95
  • 94,4

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 391 €
  • 313 €
  • 235 €
  • 156 €
  • 78 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+34,1 %
  • 2012+5,8 %
  • 20130,0 %
  • 2014-0,6 %
  • 229,7
  • 308
  • 326
  • 326
  • 324

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 17 M€
  • 13 M€
  • 10 M€
  • 7 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,5 %
  • 20120,8 %
  • 2013+7,7 %
  • 20140,0 %
  • 12
  • 12,9
  • 13
  • 14
  • 14

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 54 M€
  • 43 M€
  • 32 M€
  • 22 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+94,8 %
  • 2012-8,7 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+5,2 %
  • 23
  • 44,8
  • 40,9
  • 42
  • 44,2

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 40 M€
  • 32 M€
  • 24 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,3 %
  • 2012+10,0 %
  • 2013-7,6 %
  • 2014+1,0 %
  • 30,1
  • 30
  • 33
  • 30,5
  • 30,8

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 6,8 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 5,2 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0,5 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 180,3 M€

2011 : 176 M€

2010 : 177,6 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 618 €

2011 : 601 €

2010 : 605 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 58,4%

2011 : 61,1%

2010 : 62%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : + 2,5%

2011 : - 0,9%

2010 : + 4,3%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 52,7 M€

2011 : 51,3 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 21,25%

2011 : 21,25%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 8,4%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 115,3 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 3,0%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 110,1 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 44 M€
  • 35 M€
  • 26 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+29,6 %
  • 2012-16,8 %
  • 2013+23,0 %
  • 2014+20,7 %
  • 23
  • 29,8
  • 24,8
  • 30,5
  • 36,8

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 41 M€
  • 33 M€
  • 25 M€
  • 17 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+48,1 %
  • 2012-9,9 %
  • 2013-1,9 %
  • 2014-9,2 %
  • 23,3
  • 34,5
  • 31,1
  • 30,5
  • 27,7

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 24 M€
  • 19 M€
  • 14 M€
  • 9 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,8 %
  • 2012+13,3 %
  • 2013-2,0 %
  • 20140,0 %
  • 17
  • 17,3
  • 19,6
  • 19,2
  • 19,2

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 37,1%

2013 : 31,6%

2012 : 30,5%

2011 : 34,1%

2010 : 32,3%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 27,9%

2013 : 31,6%

2012 : 38,4%

2011 : 39,4%

2010 : 32,8%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 19,4%

2013 : 19,9%

2012 : 24,2%

2011 : 19,8%

2010 : 23,9%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 12 M€
  • 10 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,3 %
  • 2012-17,4 %
  • 2013+33,8 %
  • 2014+5,3 %
  • 8,8
  • 8,6
  • 7,1
  • 9,5
  • 10

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 5 M€
  • 4 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-35,9 %
  • 2012+8,0 %
  • 2013+11,1 %
  • 2014+33,3 %
  • 3,9
  • 2,5
  • 2,7
  • 3
  • 4

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 2 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+16,7 %
  • 2012+14,3 %
  • 2013+62,5 %
  • 2014+7,7 %
  • 0,6
  • 0,7
  • 0,8
  • 1,3
  • 1,4

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 76 M€
  • 60 M€
  • 45 M€
  • 30 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+96,9 %
  • 2012-36,5 %
  • 2013+37,5 %
  • 2014-23,6 %
  • 32
  • 63
  • 40
  • 55
  • 42

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 15,4%

2013 : 11,7%

2012 : 13,4%

2011 : 11,2%

2010 : 19,5%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 6,2%

2013 : 3,7%

2012 : 5,1%

2011 : 3,3%

2010 : 8,6%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 2,2%

2013 : 1,6%

2012 : 1,4%

2011 : 0,9%

2010 : 1,3%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 64,9%

2013 : 67,5%

2012 : 76,2%

2011 : 82,4%

2010 : 70,7%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 49 M€
  • 39 M€
  • 29 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-27,9 %
  • 2012+101,2 %
  • 2013-39,9 %
  • 2014+95,2 %
  • 24
  • 17,3
  • 34,8
  • 20,9
  • 40,8

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 168 €
  • 134 €
  • 101 €
  • 67 €
  • 34 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-27,8 %
  • 2012+101,7 %
  • 2013-39,5 %
  • 2014+94,4 %
  • 81,7
  • 59
  • 119
  • 72
  • 140

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 41 M€
  • 33 M€
  • 25 M€
  • 17 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-38,9 %
  • 2012+160,0 %
  • 2013-47,6 %
  • 2014+130,0 %
  • 18
  • 11
  • 28,6
  • 15
  • 34,5

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 142 €
  • 113 €
  • 85 €
  • 57 €
  • 28 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-38,5 %
  • 2012+159,9 %
  • 2013-48,0 %
  • 2014+131,4 %
  • 61,3
  • 37,7
  • 98
  • 51
  • 118

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 18 M€
  • 15 M€
  • 11 M€
  • 7 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-730,0 %
  • 2012-242,9 %
  • 2013-146,7 %
  • 2014-464,3 %
  • 1
  • -6,3
  • 9
  • -4,2
  • 15,3

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 62 €
  • 50 €
  • 37 €
  • 25 €
  • 12 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-700,0 %
  • 2012-247,6 %
  • 2013-145,2 %
  • 2014-471,4 %
  • 3,5
  • -21
  • 31
  • -14
  • 52

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 237 M€
  • 190 M€
  • 142 M€
  • 95 M€
  • 47 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,7 %
  • 2012+1,6 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+6,7 %
  • 170,2
  • 176,5
  • 179,4
  • 185,5
  • 197,9

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 815 €
  • 652 €
  • 489 €
  • 326 €
  • 163 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,0 %
  • 2012+2,0 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+6,8 %
  • 579,9
  • 603
  • 615
  • 636
  • 679

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 212 M€
  • 170 M€
  • 127 M€
  • 85 M€
  • 42 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,5 %
  • 2012+6,9 %
  • 2013+4,1 %
  • 20140,0 %
  • 152
  • 158,8
  • 169,7
  • 176,7
  • 176,7

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 727 €
  • 582 €
  • 436 €
  • 291 €
  • 145 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,7 %
  • 2012+7,4 %
  • 2013+4,1 %
  • 20140,0 %
  • 517,7
  • 542
  • 582
  • 606
  • 606

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 59,3%

2013 : 61,7%

2012 : 60,5%

2011 : 57,3%

2010 : 56,6%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 66,4%

2013 : 64,8%

2012 : 64%

2011 : 63,8%

2010 : 63,4%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 236 M€
  • 189 M€
  • 142 M€
  • 95 M€
  • 47 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,7 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013+3,5 %
  • 2014+6,7 %
  • 169,2
  • 175,4
  • 178,4
  • 184,6
  • 197

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 811 €
  • 649 €
  • 487 €
  • 324 €
  • 162 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,9 %
  • 2012+2,2 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+6,8 %
  • 576,6
  • 599
  • 612
  • 633
  • 676

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 76 M€
  • 60 M€
  • 45 M€
  • 30 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,8 %
  • 2012+1,3 %
  • 20130,2 %
  • 2014+17,3 %
  • 52,5
  • 52,9
  • 53,6
  • 53,7
  • 63

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 39 M€
  • 31 M€
  • 23 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,2 %
  • 2012-1,9 %
  • 2013+2,2 %
  • 20140,6 %
  • 30,8
  • 32,1
  • 31,5
  • 32,2
  • 32,4

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 211 M€
  • 169 M€
  • 127 M€
  • 84 M€
  • 42 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,4 %
  • 2012+1,1 %
  • 2013+4,3 %
  • 2014+5,8 %
  • 151
  • 157,6
  • 159,4
  • 166,3
  • 175,9

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 724 €
  • 579 €
  • 434 €
  • 289 €
  • 145 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,6 %
  • 2012+1,5 %
  • 2013+4,4 %
  • 2014+5,8 %
  • 514,4
  • 538
  • 546
  • 570
  • 603

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 20 M€
  • 16 M€
  • 12 M€
  • 8 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+41,7 %
  • 2013+45,1 %
  • 2014+14,9 %
  • 7,2
  • 7,2
  • 10,2
  • 14,8
  • 17

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 70 €
  • 56 €
  • 42 €
  • 28 €
  • 14 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,8 %
  • 2012+45,8 %
  • 2013+45,7 %
  • 2014+13,7 %
  • 24,7
  • 24
  • 35
  • 51
  • 58

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 8 M€
  • 6 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+9,1 %
  • 2013+8,3 %
  • 2014+3,1 %
  • 5,5
  • 5,5
  • 6
  • 6,5
  • 6,7

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 28 €
  • 22 €
  • 17 €
  • 11 €
  • 6 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,6 %
  • 2012+5,3 %
  • 2013+10,0 %
  • 2014+4,5 %
  • 18,7
  • 19
  • 20
  • 22
  • 23

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 12 M€
  • 10 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+152,9 %
  • 2013+93,0 %
  • 2014+24,1 %
  • 1,7
  • 1,7
  • 4,3
  • 8,3
  • 10,3

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 42 €
  • 34 €
  • 25 €
  • 17 €
  • 8 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,7 %
  • 2012+150,0 %
  • 2013+86,7 %
  • 2014+25,0 %
  • 5,9
  • 6
  • 15
  • 28
  • 35

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 60,6%

2013 : 55,9%

2012 : 41,8%

2011 : 23,7%

2010 : 24%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 32 M€
  • 26 M€
  • 19 M€
  • 13 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+22,7 %
  • 2012+21,2 %
  • 2013-3,0 %
  • 2014+1,5 %
  • 18,1
  • 22,2
  • 26,9
  • 26,1
  • 26,5

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 110 €
  • 88 €
  • 66 €
  • 44 €
  • 22 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+23,0 %
  • 2012+21,1 %
  • 2013-3,3 %
  • 2014+2,2 %
  • 61,8
  • 76
  • 92
  • 89
  • 91

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 8 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+25,0 %
  • 2012+27,3 %
  • 2013-5,7 %
  • 2014+6,1 %
  • 4,4
  • 5,5
  • 7
  • 6,6
  • 7

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 29 €
  • 23 €
  • 17 €
  • 12 €
  • 6 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+28,4 %
  • 2012+26,3 %
  • 2013-4,2 %
  • 2014+4,3 %
  • 14,8
  • 19
  • 24
  • 23
  • 24

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 24 M€
  • 19 M€
  • 14 M€
  • 10 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+20,3 %
  • 2012+19,9 %
  • 2013-2,5 %
  • 20140,5 %
  • 13,8
  • 16,6
  • 19,9
  • 19,4
  • 19,5

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 82 €
  • 65 €
  • 49 €
  • 33 €
  • 16 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+21,3 %
  • 2012+19,3 %
  • 2013-1,5 %
  • 20140,0 %
  • 47
  • 57
  • 68
  • 67
  • 67

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 218 M€
  • 174 M€
  • 131 M€
  • 87 M€
  • 44 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-2,0 %
  • 2014+2,9 %
  • 180
  • 176,4
  • 181,5

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 748 €
  • 598 €
  • 449 €
  • 299 €
  • 150 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+280,0 %
  • 2012-0,8 %
  • 2013-1,9 %
  • 2014+3,0 %
  • 163,7
  • 622
  • 617
  • 605
  • 623

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 31 M€
  • 25 M€
  • 19 M€
  • 12 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-2,7 %
  • 2014+1,6 %
  • 25,8
  • 25,1
  • 25,5

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 106 €
  • 84 €
  • 63 €
  • 42 €
  • 21 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+8,6 %
  • 2013-2,3 %
  • 2014+2,3 %
  • 78,3
  • 81
  • 88
  • 86
  • 88

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 62,6%

2013 : 120,1%

2012 : 74,1%

2011 : 136%

2010 : 95,7%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1226 €
  • 981 €
  • 736 €
  • 491 €
  • 245 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,5 %
  • 2012+1,6 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014+4,1 %
  • 914
  • 946
  • 961
  • 982
  • 1 022

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 450 €
  • 360 €
  • 270 €
  • 180 €
  • 90 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-21,9 %
  • 2012-0,3 %
  • 2013-5,5 %
  • 2014+2,9 %
  • 375,3
  • 293
  • 292
  • 276
  • 284

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1369 €
  • 1095 €
  • 822 €
  • 548 €
  • 274 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012+7,6 %
  • 2013-2,5 %
  • 2014+10,5 %
  • 975,3
  • 984
  • 1 059
  • 1 033
  • 1 141

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 151 €
  • 121 €
  • 91 €
  • 60 €
  • 30 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+30,4 %
  • 2012-16,7 %
  • 2013+22,4 %
  • 2014+21,2 %
  • 78,2
  • 102
  • 85
  • 104
  • 126

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 748 €
  • 598 €
  • 449 €
  • 299 €
  • 150 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+280,0 %
  • 2012-0,8 %
  • 2013-1,9 %
  • 2014+3,0 %
  • 163,7
  • 622
  • 617
  • 605
  • 623

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 299 €
  • 239 €
  • 179 €
  • 120 €
  • 60 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,5 %
  • 20120,0 %
  • 2013-0,4 %
  • 2014-2,0 %
  • 247,7
  • 249
  • 249
  • 248
  • 243

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 22,6%

2013 : 23,1%

2012 : 22,7%

2011 : 22,9%

2010 : 23,4%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 71%

2011 : 67,4%

2010 : 92,2%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 95,4%

2013 : 101,4%

2012 : 97,1%

2011 : 102,2%

2010 : 99,6%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 11,1%

2013 : 10,1%

2012 : 8%

2011 : 10,4%

2010 : 8%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 54,6%

2013 : 58,5%

2012 : 58,3%

2011 : 63,2%

2010 : 16,8%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 352216
  • 281772
  • 211329
  • 140886
  • 70443
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,3 %
  • 2012-0,3 %
  • 2013-0,0 %
  • 2014-0,1 %
  • 293 513
  • 292 722
  • 291 717
  • 291 678
  • 291 472

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 11688
  • 9350
  • 7013
  • 4675
  • 2338
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,3 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013+4,9 %
  • 20140,0 %
  • 8 779
  • 9 155
  • 9 284
  • 9 740
  • 9 740

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement des Ardennes a une superficie de 5 229 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de - 0,2%

En 2013 le TCAM est de - 0,2%

En 2012 le TCAM est de - 0,2%

En 2011 le TCAM est de - 0,2%

En 2010 le TCAM est de - 0,2%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 23,5% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 22,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 22,3% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 21,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 21,7% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Ardennes (08) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Ardennes depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 246 925 personnes.
  • En l'an 1901 : 315 589 personnes.
  • En l'an 1990 : 296 357 personnes.
  • En l'an 2009 : 291 717 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
246 925 259 795 266 985 281 624 290 622 306 861 319 167 326 823 331 296
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
322 138 329 111 326 864 320 217 326 782 333 675 332 759 324 923 318 865
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
315 589 317 505 318 896 277 811 297 448 293 746 288 632 245 335 280 490
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
300 247 309 380 309 306 302 338 296 357 290 130 291 717