FR 13

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DES BOUCHES DU RHÔNE (13)
 

 
Contacter le Conseil General des Bouches du Rhône (13). Contacter le Conseil General des Bouches du Rhône (13).

Bienvenue dans le département des Bouches du Rhône (13) qui se situe dans la Région Provence Alpes Côte d'Azur.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, 52 avenue Saint Just, 13256 Marseille cedex 20

 Téléphone : +33 (0)4 13 31 13 13

Courriel : infos@cg13.fr

 Site Internet Officiel :https://www.cg13.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/conseilgeneral13

 Twitter Officiel :http://twitter.com/le_cg13

 Flux d'actualités (RSS) Officiel :https://www.cg13.fr/?type=100

 Google+ Officiel :https://plus.google.com/u/0/102894592596631921909

Blason et logo
Département des Bouches du Rhône


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Marseille.

Blason et Armes du département des Bouches du Rhône 13
Ancien logo du Conseil Général des Bouches du Rhône 13  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental des Bouches du Rhône 13

Présidente du Conseil Départemental

Madame Martine Vassal

Née le 29 mars en 1962 (53 ans) à Marseille (Bouches-du-Rhône).

En fonction depuis le 02/04/2015.

Elle est également 2ème adjointe au maire de Marseille

Nuance politique : Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

Découvrez la liste des mairies dans le département des Bouches du Rhône.

Consultez la préfecture du département des Bouches du Rhône.

Le conseil général des Bouches du Rhône est dans la Région : Provence Alpes Côte d'Azur.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département des Bouches du Rhône (13).


Le département des Bouches du Rhône est composée de 58 conseillers départementaux

Le departement
des Bouches du Rhône

a une superficie de
5 087 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 1 984 784 personnes avec une densite de 390 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général des Bouches du Rhône intègre 4 arrondissements, avec 29 cantons.
  •  Vous trouverez 119 communes dans le Conseil Départemental des Bouches du Rhône.

Le département des Bouches du Rhône en quelques mots :

Le département des Bouches-du-Rhône a une identité très forte ancrée dans l’histoire de Marseille et dans sa défense au cours des deux derniers millénaires.


Le climat du département profite d’un été et d’un hiver absolument exemplaires, mais le printemps et l’automne occasionnent de très importantes averses conduisant quelques fois à des inondations.


L’économie du département est guidée par le tourisme, mais cherche aussi à se reconvertir dans des secteurs possédant une valeur ajoutée plus importante que celui qu’ils exploitent depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale.


Le tourisme dans les Bouches-du-Rhône est en quantité de personne, l’un des plus développés de France. Pour cause, le département possède deux villes magnifiques incarnées par Aix-en-Provence et Marseille, ainsi que des environs uniques sur Terre.


Il n’y a que le sud dans l’assiette, dans les Bouches-du-Rhône. Aussi, n’oubliez pas de faire le plein de produits frais, et de bien regarder comment on fait de la vraie bouillabaisse !


Histoire et situation géographique

Le département des Bouches-du-Rhône est, comme chacun s’en doute, dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il est le troisième département le plus peuplé de France avec approximativement 2 millions de Bucco-Rhodaniens.

Avant Marseille, la région était peuplée par une myriade de peuplades mêlant les grands peuples Celtes et Ligures à d’autres plus mystérieux et moins répandus comme les Véruciniens ou encore les Oxybiens ! Puis enfin, vinrent les Grecs qui apportèrent avec eux les techniques et la discipline nécessaire à l’édification d’un port exemplaire, aux portes de la Gaule. C’était la naissance de Massalie, aujourd’hui Marseille. Les Phocéens, peuple en déroute face à l’envahisseur Cyrus Le Grand, père de l’empire perse, vinrent peupler la ville. La cité n’a depuis jamais cessé de s’agrandir, jusqu’à inquiéter les barbares qui formèrent une coalition pour l’assiéger. Rome en fut averti et, insultée par des pillages inconscients dans ses camps par les barbares, envoya une armée pour terrasser les illégitimes et protéger Massalie. Sous domination romaine, Massalie est vite devenue la ville la plus développée, la plus dynamique et la mieux gérée de toute la Gaule. Rome décida même de la laisser s’autogérer avec sa propre curie et ses propres magistrats !

Après quelques ravages entre l’armée des Francs et celle des espagnols, les Bouches-du-Rhône furent le théâtre de bien des trahisons et d’événements purement inouïs, entre l’histoire du roi Louis l’Aveugle et la soumission de la Provence au Prince de Condé et à sa prodigieuse armée.

Finalement, le département devient définitivement les Bouches-du-Rhône en 1790, les Bucco-Rhodaniens étant alors satisfaits de la déchéance du roi et de la noblesse qu’ils tenaient en horreur depuis des siècles.

Climat

Le climat est l’une des raisons pour laquelle les Bouches-du-Rhône sont ce qu’elles sont aujourd’hui. Il était propice au développement d’un commerce maritime grâce aux faibles risques de la Méditerranée, à l’implantation plus en plus importante de l’homme grâce à la douceur de ses températures, et au dynamisme économique grâce à l’attrait qui caractérise le climat.

Les averses sont courtes et brutales cependant, avec entre 500 et 700mm d’intempéries par an. L’hiver est agréable, l’été reste chaud et sec et c’est pendant l’automne et le printemps que la pluie fait son office. Le Mistral souffle presque 100 jours par an à une vitesse de plus de 100km/h. C’est notamment aussi grâce à ce courant d’air passant par Marseille que le département des Bouches-du-Rhône a pu profiter d’un commerce maritime aussi important.

Economie, entreprise, agricole, industriel

Tout d’abord, il faut considérer que plus de 50% du territoire des Bouches-du-Rhône est classé en espaces naturels. Il est donc inexploitable dans l’état. Il faut aussi considérer qu’il est un département jeune, avec plus de la moitié de sa population en dessous de 40 ans !

Venons-en maintenant à des chiffres qui parlent plus fort : le PIB par habitant en France par an est de 25 325€. Dans les Bouches-du-Rhône, il est de 27 097€, ce qui constitue une différence de près de 10% ! Cependant, selon l’INSEE, le taux de chômage du département ne se porte pas mieux que partout ailleurs en France avec ses 12% tout rond. Cela s’explique en particulier par la présence d’une industrie héritée de la Seconde Guerre Mondiale et qui a du mal à faire face à la concurrence internationale. Charbonnage, industrie pétrochimique, et agro-alimentaires sont les trois piliers de la production bucco-rhodanienne. Heureusement, le département a su enclencher sa reconversion en concentrant ses efforts dans le secteur de l’aéronautique, la production énergétique et la micro-électronique.

Attractivité touristique

Bien entendu, il s’agit du plus gros apport du département en termes de recettes : le tourisme !

Les Calanques et ses paysages irréels, la Camargue avec ses taureaux et ses flamants roses, Arles et ses ruines impeccables… Oui, il y a bien de quoi faire rêver plus d’un visiteur. C’est pour cette raison qu’à moins de ne pas se détendre sous le soleil chaud de la Méditerranée, il faudra aux touristes un peu plus que deux semaines de vacances pour tout y voir. Rien que Marseille et ses ports mythiques, son ambiance nocturne chaleureuse inégalable et sa ferveur à toute épreuve, saura vous occuper au moins une bonne semaine. Quant à Aix-en-Provence, je vous laisse deviner la beauté des environs, la tranquillité pénétrante de la ville et la frénésie festive qui y règnent.

Mais si un endroit est inévitable, s’il y a une destination qu’il ne faut pas manquer dans les Bouches-du-Rhône, il s’agit bien des Calanques de Cassis avec la Corniche des Crêtes juste à côté. Toute la beauté de la région est contenue dans ce petit bout de terre entre la mer, la roche unique de Cassis et les falaises qui se précipitent dans l’eau bleue.

Saveurs

Les Bouches-du-Rhône riment assez bien avec Provence et huile d’olive. Mais quand on pense à Marseille, la première spécialité du département semble une évidence : le pastis ! Attablé au Vieux-Port de Marseille, ou assit sur les docks à regarder le soleil se coucher sur la Méditerranée avec un pastaga dans la main, voilà le véritable esprit du Marseillais fier de sa ville.

Ensuite, voyons ce que la Provence nous réserve. Bien évidemment, n’attendez-vous surtout pas à y trouver des produits préparés : la consigne, c’est la fraîcheur avant tout ! Il est donc courant de constater que dans les Bouches-du-Rhône, il n’y a pas une ville, pas un village sans son marché au moins chaque semaine ! Une fois le panier rempli, vous pourrez préparer votre première bouillabaisse, avec les poissons fraîchement péchés dans la matinée et achetés sur le port, s’il-vous-plaît. Pour le soir, une bonne petite soupe au pesto, préparée par la grand-mère marseillaise, et sans qui, aucune soupe au pesto n’aurait aussi bon goût ! Et si on a un petit creux ? Une bonne petite anchoïade étalée sur une tranche de pain de campagne, avec quelques crudités feront parfaitement l’affaire !

Le Saviez-vous ?

Il y a 276 monuments historiques classés dans le département des Bouches-du-Rhône. La moitié est concentrée dans Aix-en-Provence.

Paul Cézanne, Elie Kakou, Marcel Pagnol, Fernandel, Edmond Rostand et Charles Maurras sont nés dans les Bouches-du-Rhône.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
des Bouches du Rhône (13)

 
 

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 3047 M€
  • 2437 M€
  • 1828 M€
  • 1219 M€
  • 609 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,5 %
  • 2012+4,9 %
  • 2013-0,2 %
  • 2014+1,2 %
  • 2 315,1
  • 2 396,8
  • 2 513,4
  • 2 508,2
  • 2 538,9

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1519 €
  • 1215 €
  • 912 €
  • 608 €
  • 304 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+4,7 %
  • 2013-0,5 %
  • 2014+1,0 %
  • 1 166,2
  • 1 203
  • 1 260
  • 1 254
  • 1 266

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 2337 M€
  • 1869 M€
  • 1402 M€
  • 935 M€
  • 467 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,6 %
  • 2012+4,1 %
  • 20130,6 %
  • 2014+2,0 %
  • 1 759,6
  • 1 823,7
  • 1 897,9
  • 1 908,9
  • 1 947,2

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1165 €
  • 932 €
  • 699 €
  • 466 €
  • 233 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+3,9 %
  • 20130,3 %
  • 2014+1,8 %
  • 886,3
  • 915
  • 951
  • 954
  • 971

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 739 M€
  • 591 M€
  • 443 M€
  • 295 M€
  • 148 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,1 %
  • 2012+7,4 %
  • 2013-2,6 %
  • 2014-1,3 %
  • 555,6
  • 573
  • 615,5
  • 599,3
  • 591,7

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 370 €
  • 296 €
  • 222 €
  • 148 €
  • 74 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012+6,9 %
  • 2013-2,6 %
  • 2014-1,7 %
  • 279,9
  • 288
  • 308
  • 300
  • 295

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 3047 M€
  • 2437 M€
  • 1828 M€
  • 1219 M€
  • 609 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,5 %
  • 2012+4,9 %
  • 2013-0,2 %
  • 2014+1,2 %
  • 2 315,1
  • 2 396,8
  • 2 513,4
  • 2 508,2
  • 2 538,9

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1519 €
  • 1215 €
  • 912 €
  • 608 €
  • 304 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+4,7 %
  • 2013-0,5 %
  • 2014+1,0 %
  • 1 166,2
  • 1 203
  • 1 260
  • 1 254
  • 1 266

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 2574 M€
  • 2060 M€
  • 1545 M€
  • 1030 M€
  • 515 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,9 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013-0,3 %
  • 2014+1,3 %
  • 2 017
  • 2 055,4
  • 2 125,9
  • 2 118,6
  • 2 145,4

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1284 €
  • 1027 €
  • 770 €
  • 514 €
  • 257 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,5 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013-0,7 %
  • 2014+1,0 %
  • 1 016
  • 1 031
  • 1 066
  • 1 059
  • 1 070

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 472 M€
  • 378 M€
  • 283 M€
  • 189 M€
  • 94 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+14,5 %
  • 2012+13,5 %
  • 20130,5 %
  • 2014+1,0 %
  • 298,1
  • 341,4
  • 387,4
  • 389,5
  • 393,5

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 235 €
  • 188 €
  • 141 €
  • 94 €
  • 47 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,8 %
  • 2012+13,5 %
  • 20130,5 %
  • 20140,5 %
  • 150,2
  • 171
  • 194
  • 195
  • 196

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 409 M€
  • 327 M€
  • 245 M€
  • 163 M€
  • 82 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,7 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+2,0 %
  • 2014+1,9 %
  • 313,2
  • 321,6
  • 327,6
  • 334
  • 340,5

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 204 €
  • 163 €
  • 122 €
  • 82 €
  • 41 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,1 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+1,8 %
  • 157,7
  • 161
  • 164
  • 167
  • 170

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 245 M€
  • 196 M€
  • 147 M€
  • 98 M€
  • 49 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,9 %
  • 2012+1,8 %
  • 20130,2 %
  • 20140,7 %
  • 191,6
  • 199
  • 202,5
  • 203
  • 204,5

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 122 €
  • 98 €
  • 73 €
  • 49 €
  • 24 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,6 %
  • 2012+1,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014+1,0 %
  • 96,5
  • 100
  • 101
  • 101
  • 102

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 14 M€
  • 12 M€
  • 9 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,1 %
  • 2012-10,0 %
  • 2013+85,2 %
  • 2014+20,0 %
  • 6,6
  • 6
  • 5,4
  • 10
  • 12

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 7 €
  • 6 €
  • 4 €
  • 3 €
  • 1 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,1 %
  • 2012-10,0 %
  • 2013+85,2 %
  • 2014+20,0 %
  • 3,3
  • 3
  • 2,7
  • 5
  • 6

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 14 M€
  • 11 M€
  • 8 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,1 %
  • 2012-8,8 %
  • 2013+84,6 %
  • 2014+22,9 %
  • 6,2
  • 5,7
  • 5,2
  • 9,6
  • 11,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 1653 M€
  • 1323 M€
  • 992 M€
  • 661 M€
  • 331 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,5 %
  • 2012+4,5 %
  • 2013+1,7 %
  • 2014+2,6 %
  • 1 233,6
  • 1 264
  • 1 320,3
  • 1 342,9
  • 1 377,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 824 €
  • 660 €
  • 495 €
  • 330 €
  • 165 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,0 %
  • 2012+4,4 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014+2,4 %
  • 621,4
  • 634
  • 662
  • 671
  • 687

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 836 M€
  • 669 M€
  • 501 M€
  • 334 M€
  • 167 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-22,9 %
  • 2012+8,8 %
  • 2013+4,1 %
  • 2014+2,9 %
  • 696,4
  • 536,6
  • 584
  • 607,9
  • 625,4

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 421 €
  • 337 €
  • 253 €
  • 168 €
  • 84 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-23,3 %
  • 2012+8,9 %
  • 2013+3,8 %
  • 2014+2,6 %
  • 350,8
  • 269
  • 293
  • 304
  • 312

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 736 M€
  • 589 M€
  • 441 M€
  • 294 M€
  • 147 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,4 %
  • 2012-2,5 %
  • 20130,4 %
  • 2014-2,0 %
  • 550,4
  • 613,1
  • 598
  • 600,3
  • 588,4

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 514 M€
  • 411 M€
  • 309 M€
  • 206 M€
  • 103 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,6 %
  • 2012-0,3 %
  • 2013-0,4 %
  • 2014-3,5 %
  • 426,1
  • 428,6
  • 427,1
  • 425,6
  • 410,6

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 1005 M€
  • 804 M€
  • 603 M€
  • 402 M€
  • 201 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+23,0 %
  • 2012+4,0 %
  • 2013-4,5 %
  • 2014+3,2 %
  • 654,6
  • 805,1
  • 837,6
  • 799,5
  • 824,8

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 504 €
  • 403 €
  • 302 €
  • 202 €
  • 101 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+22,5 %
  • 2012+4,0 %
  • 2013-4,8 %
  • 2014+2,8 %
  • 329,7
  • 404
  • 420
  • 400
  • 411

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 291 M€
  • 232 M€
  • 174 M€
  • 116 M€
  • 58 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+30,9 %
  • 2012-0,0 %
  • 2013-9,1 %
  • 20140,0 %
  • 185
  • 242,1
  • 242
  • 220
  • 220

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 245 M€
  • 196 M€
  • 147 M€
  • 98 M€
  • 49 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+116,0 %
  • 2012+5,0 %
  • 2013+1,6 %
  • 2014+10,1 %
  • 80,4
  • 173,7
  • 182,3
  • 185,3
  • 204

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 460 M€
  • 368 M€
  • 276 M€
  • 184 M€
  • 92 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+5,5 %
  • 2013-2,8 %
  • 2014-0,5 %
  • 363,1
  • 363,1
  • 383,1
  • 372,5
  • 370,6

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 37,7 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 7,3 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 4,4 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 1 421,6 M€

2011 : 1 341,7 M€

2010 : 1 351 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 713 €

2011 : 673 €

2010 : 680,5 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 66,9%

2011 : 65,3%

2010 : 67%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : + 6,0%

2011 : - 0,7%

2010 : + 2,6%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 326,4 M€

2011 : 312,3 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 15,05%

2011 : 15,05%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 4,3%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 697,8 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 3,7%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 696,4 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 355 M€
  • 284 M€
  • 213 M€
  • 142 M€
  • 71 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,1 %
  • 2012-6,6 %
  • 2013-7,1 %
  • 2014-5,1 %
  • 295,9
  • 289,8
  • 270,8
  • 251,6
  • 238,8

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 391 M€
  • 313 M€
  • 234 M€
  • 156 M€
  • 78 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,8 %
  • 2012+26,1 %
  • 2013+11,2 %
  • 2014+6,1 %
  • 242,6
  • 218,9
  • 276
  • 306,8
  • 325,6

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 72 M€
  • 57 M€
  • 43 M€
  • 29 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+316,8 %
  • 2012-76,0 %
  • 2013+167,8 %
  • 2014-35,5 %
  • 14,3
  • 59,6
  • 14,3
  • 38,3
  • 24,7

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 40,4%

2013 : 42%

2012 : 44%

2011 : 50,6%

2010 : 53,3%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 55%

2013 : 51,2%

2012 : 44,8%

2011 : 38,2%

2010 : 43,7%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 4,2%

2013 : 6,4%

2012 : 2,3%

2011 : 10,4%

2010 : 2,6%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 67 M€
  • 53 M€
  • 40 M€
  • 27 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+20,3 %
  • 2012+23,5 %
  • 2013-10,2 %
  • 2014-21,0 %
  • 37,5
  • 45,1
  • 55,7
  • 50
  • 39,5

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 41 M€
  • 33 M€
  • 25 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,9 %
  • 2012+45,5 %
  • 2013+6,6 %
  • 2014-32,6 %
  • 21,6
  • 22
  • 32
  • 34,1
  • 23

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 1 M€
  • 0 M€
  • 0 M€
  • 0 M€
  • 0 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014+400,0 %
  • 0,1
  • 0,1
  • 0,1
  • 0,1
  • 0,5

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 419 M€
  • 335 M€
  • 251 M€
  • 167 M€
  • 84 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,2 %
  • 2012-7,9 %
  • 2013+24,5 %
  • 2014+5,8 %
  • 258,7
  • 287,7
  • 265
  • 329,8
  • 348,9

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 10%

2013 : 12,8%

2012 : 14,4%

2011 : 13,2%

2010 : 12,6%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 5,8%

2013 : 8,8%

2012 : 8,3%

2011 : 6,4%

2010 : 7,2%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 0,1%

2013 : 0%

2012 : 0%

2011 : 0%

2010 : 0%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 88,7%

2013 : 84,7%

2012 : 68,4%

2011 : 84,3%

2010 : 86,8%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 316 M€
  • 253 M€
  • 190 M€
  • 127 M€
  • 63 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,9 %
  • 2012-1,8 %
  • 2013-5,9 %
  • 2014-4,3 %
  • 263,6
  • 237,4
  • 233,2
  • 219,4
  • 210

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 159 €
  • 127 €
  • 96 €
  • 64 €
  • 32 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-10,4 %
  • 2012-1,7 %
  • 2013-6,0 %
  • 2014-4,5 %
  • 132,8
  • 119
  • 117
  • 110
  • 105

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 309 M€
  • 247 M€
  • 185 M€
  • 124 M€
  • 62 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-10,0 %
  • 2012-1,6 %
  • 2013-8,0 %
  • 2014-5,5 %
  • 257,4
  • 231,7
  • 228
  • 209,8
  • 198,2

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 156 €
  • 125 €
  • 93 €
  • 62 €
  • 31 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-10,3 %
  • 2012-2,0 %
  • 2013-7,9 %
  • 2014-5,7 %
  • 129,7
  • 116,3
  • 114
  • 105
  • 99

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 292 M€
  • 233 M€
  • 175 M€
  • 117 M€
  • 58 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-29,2 %
  • 2012+24,2 %
  • 2013-19,8 %
  • 2014+1,2 %
  • 243,1
  • 172,1
  • 213,8
  • 171,5
  • 173,5

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 147 €
  • 118 €
  • 88 €
  • 59 €
  • 29 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-29,7 %
  • 2012+24,4 %
  • 2013-19,6 %
  • 2014+1,2 %
  • 122,4
  • 86
  • 107
  • 86
  • 87

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 1622 M€
  • 1298 M€
  • 973 M€
  • 649 M€
  • 324 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,4 %
  • 2012+4,1 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+3,5 %
  • 1 204
  • 1 232,7
  • 1 283,7
  • 1 306,4
  • 1 351,6

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 809 €
  • 647 €
  • 485 €
  • 324 €
  • 162 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,1 %
  • 2012+3,9 %
  • 2013+1,6 %
  • 2014+3,2 %
  • 606,5
  • 619
  • 643
  • 653
  • 674

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 1437 M€
  • 1149 M€
  • 862 M€
  • 575 M€
  • 287 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,5 %
  • 2012+8,7 %
  • 2013+1,6 %
  • 2014-0,5 %
  • 1 048,7
  • 1 085,1
  • 1 179
  • 1 197,3
  • 1 191

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 718 €
  • 574 €
  • 431 €
  • 287 €
  • 144 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+8,4 %
  • 2013+1,2 %
  • 2014-0,7 %
  • 528,3
  • 545
  • 591
  • 598
  • 594

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 61,2%

2013 : 62,7%

2012 : 62,1%

2011 : 59,5%

2010 : 59,6%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 69,4%

2013 : 68,4%

2012 : 67,6%

2011 : 67,6%

2010 : 68,4%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 1578 M€
  • 1263 M€
  • 947 M€
  • 631 M€
  • 316 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,5 %
  • 2012+4,2 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+3,6 %
  • 1 167,2
  • 1 196,9
  • 1 247,1
  • 1 269,6
  • 1 315,3

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 787 €
  • 630 €
  • 472 €
  • 315 €
  • 157 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,2 %
  • 2012+4,0 %
  • 2013+1,6 %
  • 2014+3,3 %
  • 588
  • 601
  • 625
  • 635
  • 656

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 601 M€
  • 481 M€
  • 360 M€
  • 240 M€
  • 120 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,9 %
  • 2012+5,5 %
  • 2013+1,1 %
  • 2014+4,1 %
  • 442,6
  • 450,8
  • 475,4
  • 480,7
  • 500,6

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 189 M€
  • 151 M€
  • 113 M€
  • 76 M€
  • 38 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,2 %
  • 2012-1,4 %
  • 2013+1,2 %
  • 2014+2,0 %
  • 156,6
  • 154,7
  • 152,6
  • 154,4
  • 157,5

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 1389 M€
  • 1112 M€
  • 834 M€
  • 556 M€
  • 278 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,7 %
  • 2012+4,2 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014+3,9 %
  • 1 015,6
  • 1 053,3
  • 1 097,3
  • 1 114,2
  • 1 157,9

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 692 €
  • 554 €
  • 415 €
  • 277 €
  • 138 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+4,0 %
  • 2013+1,3 %
  • 2014+3,6 %
  • 511,6
  • 529
  • 550
  • 557
  • 577

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 356 M€
  • 285 M€
  • 213 M€
  • 142 M€
  • 71 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,3 %
  • 2012-7,1 %
  • 2013-23,9 %
  • 20140,6 %
  • 261,7
  • 296,5
  • 275,4
  • 209,5
  • 210,7

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 179 €
  • 143 €
  • 107 €
  • 72 €
  • 36 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,1 %
  • 2012-7,4 %
  • 2013-23,9 %
  • 20140,0 %
  • 131,8
  • 149
  • 138
  • 105
  • 105

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 120 M€
  • 96 M€
  • 72 M€
  • 48 M€
  • 24 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,2 %
  • 2012+2,7 %
  • 2013+1,1 %
  • 2014+1,1 %
  • 91
  • 94,8
  • 97,4
  • 98,5
  • 99,6

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 60 €
  • 48 €
  • 36 €
  • 24 €
  • 12 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,8 %
  • 2012+2,1 %
  • 20130,0 %
  • 2014+2,0 %
  • 45,8
  • 48
  • 49
  • 49
  • 50

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 242 M€
  • 194 M€
  • 145 M€
  • 97 M€
  • 48 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+18,2 %
  • 2012-11,8 %
  • 2013-37,6 %
  • 20140,1 %
  • 170,7
  • 201,7
  • 178
  • 111
  • 111,1

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 121 €
  • 97 €
  • 73 €
  • 48 €
  • 24 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+17,4 %
  • 2012-11,9 %
  • 2013-38,2 %
  • 20140,0 %
  • 86
  • 101
  • 89
  • 55
  • 55

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 52,7%

2013 : 53%

2012 : 64,6%

2011 : 68%

2010 : 65,2%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 168 M€
  • 134 M€
  • 101 M€
  • 67 M€
  • 34 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-14,0 %
  • 2012+2,7 %
  • 20130,8 %
  • 2014+27,6 %
  • 123,3
  • 106
  • 108,9
  • 109,8
  • 140,1

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 84 €
  • 67 €
  • 50 €
  • 34 €
  • 17 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-14,7 %
  • 2012+3,8 %
  • 20130,0 %
  • 2014+27,3 %
  • 62,1
  • 53
  • 55
  • 55
  • 70

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 33 M€
  • 27 M€
  • 20 M€
  • 13 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,4 %
  • 2012+1,5 %
  • 2013+4,1 %
  • 2014-0,4 %
  • 26,2
  • 26,3
  • 26,7
  • 27,8
  • 27,7

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 17 €
  • 13 €
  • 10 €
  • 7 €
  • 3 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,5 %
  • 20120,0 %
  • 2013+7,7 %
  • 20140,0 %
  • 13,2
  • 13
  • 13
  • 14
  • 14

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 135 M€
  • 108 M€
  • 81 M€
  • 54 M€
  • 27 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-17,9 %
  • 2012+3,1 %
  • 2013-0,2 %
  • 2014+37,1 %
  • 97,1
  • 79,7
  • 82,2
  • 82
  • 112,4

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 67 €
  • 54 €
  • 40 €
  • 27 €
  • 13 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,2 %
  • 2012+2,5 %
  • 20130,0 %
  • 2014+36,6 %
  • 48,9
  • 40
  • 41
  • 41
  • 56

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 363 M€
  • 290 M€
  • 218 M€
  • 145 M€
  • 73 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+53,9 %
  • 2014+13,0 %
  • 173,7
  • 267,4
  • 302,1

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 181 €
  • 145 €
  • 109 €
  • 72 €
  • 36 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,2 %
  • 2012-20,2 %
  • 2013+54,0 %
  • 2014+12,7 %
  • 106,7
  • 109
  • 87
  • 134
  • 151

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 57 M€
  • 46 M€
  • 34 M€
  • 23 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+145,6 %
  • 2014-23,8 %
  • 19,5
  • 47,9
  • 36,5

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 40 €
  • 32 €
  • 24 €
  • 16 €
  • 8 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+220,4 %
  • 2012-69,7 %
  • 2013+140,0 %
  • 2014-25,0 %
  • 10,3
  • 33
  • 10
  • 24
  • 18

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 17,4%

2013 : 21,8%

2012 : 8,3%

2011 : 27,5%

2010 : 7,8%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1165 €
  • 932 €
  • 699 €
  • 466 €
  • 233 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+3,9 %
  • 20130,3 %
  • 2014+1,8 %
  • 886,3
  • 915
  • 951
  • 954
  • 971

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 421 €
  • 337 €
  • 253 €
  • 168 €
  • 84 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-23,3 %
  • 2012+8,9 %
  • 2013-2,4 %
  • 2014+3,1 %
  • 350,8
  • 269
  • 293
  • 286
  • 295

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1284 €
  • 1027 €
  • 770 €
  • 514 €
  • 257 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,5 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013-0,7 %
  • 2014+1,0 %
  • 1 016
  • 1 031
  • 1 066
  • 1 059
  • 1 070

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 179 €
  • 143 €
  • 107 €
  • 72 €
  • 36 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,7 %
  • 2012-6,2 %
  • 2013-7,4 %
  • 2014-5,6 %
  • 149
  • 145
  • 136
  • 126
  • 119

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 181 €
  • 145 €
  • 109 €
  • 72 €
  • 36 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,2 %
  • 2012-20,2 %
  • 2013+54,0 %
  • 2014+12,7 %
  • 106,7
  • 109
  • 87
  • 134
  • 151

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 258 €
  • 206 €
  • 155 €
  • 103 €
  • 52 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012-0,5 %
  • 2013-0,5 %
  • 2014-3,8 %
  • 214,6
  • 215
  • 214
  • 213
  • 205

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 17,5%

2013 : 17,5%

2012 : 17,3%

2011 : 17,6%

2010 : 17,8%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 58,7%

2011 : 51,5%

2010 : 72,5%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 91,9%

2013 : 91,9%

2012 : 89,9%

2011 : 91,6%

2010 : 87,9%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 11,1%

2013 : 11,9%

2012 : 12,7%

2011 : 14,1%

2010 : 14,7%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 14,1%

2013 : 12,6%

2012 : 8,2%

2011 : 10,6%

2010 : 10,5%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 2406078
  • 1924862
  • 1443647
  • 962431
  • 481216
  • 0
  • 2010
  • 20110,4 %
  • 20120,1 %
  • 20130,3 %
  • 20140,2 %
  • 1 985 193
  • 1 992 855
  • 1 995 094
  • 2 000 550
  • 2 005 065

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 93275
  • 74620
  • 55965
  • 37310
  • 18655
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,9 %
  • 2012+3,8 %
  • 2013+3,7 %
  • 20140,0 %
  • 68 815
  • 72 195
  • 74 930
  • 77 729
  • 77 729

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement des Bouches du Rhône a une superficie de 5 087 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,4%

En 2013 le TCAM est de + 0,7%

En 2012 le TCAM est de + 0,7%

En 2011 le TCAM est de + 0,8%

En 2010 le TCAM est de + 0,8%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 23,8% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 23,4% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 22,8% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 22,4% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 22,1% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Bouches du Rhône (13) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Bouches du Rhône depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 285 012 personnes.
  • En l'an 1901 : 734 347 personnes.
  • En l'an 1990 : 1 759 371 personnes.
  • En l'an 2009 : 1 995 094 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
285 012 292 903 313 614 326 302 359 473 362 325 375 003 413 918 428 989
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
473 365 507 112 547 903 554 911 556 379 589 028 604 857 630 622 673 820
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
734 347 765 918 805 755 841 996 929 549 1 101 672 1 224 802 971 935 1 048 762
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
1 248 355 1 470 271 1 632 974 1 724 199 1 759 371 1 835 719 1 995 094