FR 16

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DE LA CHARENTE (16)
 

 
Le point rouge sur la carte vous donne la position du département de la Charente 16 sur la carte de France.
Contacter le Conseil General de la Charente (16). Contacter le Conseil General de la Charente (16).

Bienvenue dans le département de la Charente (16) qui se situe dans la Région Poitou Charentes.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, 31 Boulevard Émile Roux, CS 60 000, 16917 Angoulême Cedex 9

 Téléphone : +33 (0)5 16 09 50 00

 Fax : +33 (0)5 16 09 51 50

Courriel : contact@lacharente.fr

Page de contact officielle

 Site Internet Officiel :http://www.lacharente.fr/

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/pages/D%C3%A9partement-de-la-Charente-Officiel/379898098868493

 Twitter Officiel :https://twitter.com/charente

Blason et logo
Département de la Charente


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Angoulême.

Blason et Armes du département de la Charente 16 Ancien logo du Conseil Général de la Charente 16  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental de la Charente 16

Président du Conseil Départemental

Monsieur François Bonneau

Né le 8 février en 1958 (57 ans)

En fonction depuis le 02/04/2015.

Nuance politique : Divers Droite (DVD)

Découvrez la liste des mairies dans le département de la Charente.

Consultez la préfecture du département de la Charente.

Le conseil général de la Charente est dans la Région : Poitou Charentes.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département de la Charente (16).


Le département de la Charente est composée de 38 conseillers départementaux

Le departement
de la Charente

a une superficie de
5 956 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 353 657 personnes avec une densite de 59 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général de la Charente intègre 3 arrondissements, avec 19 cantons.
  •  Vous trouverez 404 communes dans le Conseil Départemental de la Charente.

Le département de la Charente en quelques mots :

Le département de la Charente a été peuplé très tôt et a vu se relayer sur ses terres de très nombreux peuples qui se sont adaptés les uns aux autres pour finalement exploser à la Révolution Française.


La Charente est un département au climat typiquement océanique !


L’industrie du département est fortement axée autour de sa production phare : le Cognac. Vient ensuite l’industrie qui s’est faite spécialiste dans la tuilerie, la faïence et la fonderie.


Le département de la Charente possède tous les atouts qu’un département français a à donner pour faire honneur à notre pays. Depuis ses belles villes médiévales jusqu’à sa faune exceptionnelle, en passant par des spécialités culinaires fameuses et emblématiques.


Histoire et situation géographique

La Charente est un département de la région Poitou-Charentes, comme chacun peut s’en douter. Elle se situe au centre-ouest de la France.

La vie dans la Charente remonte au Neandertal. C’est d’ailleurs à quelques kilomètres d’Angoulême qu’on a retrouvé les restes de 27 néandertaliens adultes et enfants. Une culture commune à tout un pan de la France s’est développée aux alentours du Vème millénaire dans la région : les chasséens. Ce peuple est très connu pour ses dolmens notamment, qu’on peut découvrir dispersés un peu partout dans le département de la Charente. Plus tard, lors de l’invasion romaine, les Santons qui avaient remplacé les chasséens, accueillent les Helvètes sur leurs terres, fuyant premièrement l’empire romain, puis les barbares germains.

En 1494, Angoulême voit naître entre ses murs l’un des personnages emblématiques de l’histoire de France, j’ai nommé François d’Orléans, sacré quelques années plus tard sous le nom de François 1er. De révoltes en révoltes, la Charente montre combien elle abrite un peuple revendicateur, à la fierté et aux aspirations étendues. Essuyant les Dragonnades comme le reste du royaume au cours du règne de Louis XIV, c’est à la Révolution que le département se créa réellement, au grand soulagement des Poitou-Charentais, considérablement investis dans la lutte.

Climat

De manière général, il est aisé de désigner le climat de la Charente comme étant océanique, voire à quelques occasions, océanique dégradé. Ceci étant, il y fait doux en hiver, avec un degré d’intempéries relativement élevé, et ses étés sont aussi modérés et humides. Les températures sont comprises en moyenne entre 8 degrés en hiver et 16 en été.

Economie, entreprise, agricole, industriel

Au sein de la région Poitou-Charentes, la Charente est le département où l’industrie est la plus dynamique. Il y a bien entendu la production locale de Cognac qui représente une part importante du PIB, mais l’industrie charentaise va aussi chercher dans le secteur de la papèterie, de la tuilerie (à l’origine de plus d’1/6ème de la production française), et de la fonderie, comme celle de Ruelle, triplement séculaire, créée en 1753 pour couler les canons de la Marine royale. Il ne faudra pas oublier, en dernier lieu, la délicate faïence de Charente, véritable fierté artistique du département.

Du côté agricole, c’est les vignes allouées à la production du Cognac qui ont le beau rôle parce qu’elles génèrent plus de 45% des revenus agricoles du département pour plus de 47 000 hectares exploités.

Attractivité touristique

Pour un touriste, la Charente représente le parfait alliage de tout ce qui caractérise la France. En effet, il y a tout d’abord les vignobles. Ces vignobles produisent majoritairement du Cognac, mais nous pouvons aussi retrouver des vins charentais plutôt fameux comme le Chardonnay, le Chenin ou le très apprécié Merlot parmi les cépages rouges.

Quand on en vient aux villes, il y a évidemment tout d’abord Angoulême ! Angoulême, c’est la ville du festival international de la BD, oui, mais c’est aussi une ville d’art et d’histoire, où la tendresse de la Charente reste subtilement ancrée dans les habitudes de la population. Vous serez étonné d’y découvrir un hôtel de ville délicieusement médiéval et des lieux de culte à couper le souffle, comme la Cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, certainement l’une des plus anciennes de France, datant effectivement de la fin du XIème siècle. On peut même estimer qu’elle remonte au IVème siècle puisqu’elle s’est bâtit à partir d’une cathédrale datant des années 300 ! Des remparts du Duc d’Epernon subsistent encore dans la ville, rendant toujours plus à Angoulême des airs de cité hors du temps.

Du point de vue de la faune, il faut reconnaître que la Charente possède une variété inexplicablement riche d’oiseaux rares ! En effet, plus de 64 espèces protégées vivent aux abords d’Angoulême dans une zone consacrée Natura 2000 ! Parmi ces espèces on peut notamment trouver le majestueux cygne tuberculé ou encore le magistral grand cormoran. De quoi régaler tous les amateurs d’ornithologie !

Saveurs

Comme le monde entier le sait déjà, nous autres français mangeons des escargots ! Et la Bourgogne n’a pas le monopole de ces petits mollusques. En effet, la Charente a dans ses spécialités les Cagouilles, une sous-espèce d’escargot cuisinée au persil et à l’ail. On peut en trouver farci avec la viande que vous désirerez ! Pour rester dans la viande, il me faut d’ailleurs vous parler du Grillon ! Non, il ne s’agit pas de ce petit insecte qui fait du bruit avec ses pattes arrière, mais d’un pâté purement charentais se rapprochant des rillettes, mais préparé à base de morceaux de viande toujours nobles et aromatisés avec de l’ail, éventuellement de la noix de muscade et du sel.

En apéritif, nous irons chercher bien évidemment le petit Cognac de la ville de Cognac, avec une tartine de Grillon et des Cagouilles dans leurs coquilles. Mais la Charente possède aussi des plats gouteux et très respectueux du produit. On pourra ainsi continuer le repas sur un chapon de Barbezieux-Saint-Hilaire, très connue pour la qualité de ses volatiles et leur goût unique ! Enfin, en dessert chacun pourra se servir des Cornuelles, gâteau sec triangulaire à la dimension spirituelle et historique délicieuse.

Le Saviez-vous ?

François Mitterrand, François de La Rochefoucauld et Alfred de Vigny sont nés en Charente.

La Charente est le quatrième département en taux d’accueil de population britannique, juste derrière Paris, la Dordogne et les Alpes-Maritimes.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
de la Charente (16)

 
 

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 540 M€
  • 432 M€
  • 324 M€
  • 216 M€
  • 108 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,6 %
  • 2012+3,2 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+3,5 %
  • 399,6
  • 410,1
  • 423,4
  • 434,7
  • 449,7

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1475 €
  • 1180 €
  • 885 €
  • 590 €
  • 295 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,2 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013+2,5 %
  • 2014+3,0 %
  • 1 102,1
  • 1 126
  • 1 164
  • 1 193
  • 1 229

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 437 M€
  • 349 M€
  • 262 M€
  • 175 M€
  • 87 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,2 %
  • 2012+3,0 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014+3,4 %
  • 330,3
  • 334,1
  • 344,2
  • 351,9
  • 363,8

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1194 €
  • 955 €
  • 716 €
  • 478 €
  • 239 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,6 %
  • 2012+3,2 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014+3,0 %
  • 911,2
  • 917
  • 946
  • 966
  • 995

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 103 M€
  • 82 M€
  • 62 M€
  • 41 M€
  • 21 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,8 %
  • 2012+4,2 %
  • 2013+4,5 %
  • 2014+3,6 %
  • 69,2
  • 76
  • 79,2
  • 82,8
  • 85,8

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 282 €
  • 226 €
  • 169 €
  • 113 €
  • 56 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,4 %
  • 2012+4,3 %
  • 2013+4,1 %
  • 2014+3,5 %
  • 191
  • 209
  • 218
  • 227
  • 235

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 540 M€
  • 432 M€
  • 324 M€
  • 216 M€
  • 108 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,6 %
  • 2012+3,2 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+3,5 %
  • 399,6
  • 410,1
  • 423,4
  • 434,7
  • 449,7

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1475 €
  • 1180 €
  • 885 €
  • 590 €
  • 295 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,2 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013+2,5 %
  • 2014+3,0 %
  • 1 102,1
  • 1 126
  • 1 164
  • 1 193
  • 1 229

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 463 M€
  • 370 M€
  • 278 M€
  • 185 M€
  • 93 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,4 %
  • 2012+3,3 %
  • 2013+1,0 %
  • 2014+3,1 %
  • 353,5
  • 358,5
  • 370,4
  • 374,2
  • 385,9

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1266 €
  • 1013 €
  • 760 €
  • 506 €
  • 253 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012+3,5 %
  • 20130,9 %
  • 2014+2,7 %
  • 975
  • 984
  • 1 018
  • 1 027
  • 1 055

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 77 M€
  • 61 M€
  • 46 M€
  • 31 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,9 %
  • 2012+2,7 %
  • 2013+14,0 %
  • 2014+5,6 %
  • 46,1
  • 51,6
  • 53
  • 60,4
  • 63,8

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 209 €
  • 167 €
  • 125 €
  • 84 €
  • 42 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,7 %
  • 2012+2,8 %
  • 2013+13,7 %
  • 2014+4,8 %
  • 127,1
  • 142
  • 146
  • 166
  • 174

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 104 M€
  • 83 M€
  • 63 M€
  • 42 M€
  • 21 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,2 %
  • 2012+3,6 %
  • 2013+4,7 %
  • 2014+2,5 %
  • 76,5
  • 78,2
  • 81
  • 84,8
  • 86,9

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 286 €
  • 228 €
  • 171 €
  • 114 €
  • 57 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,8 %
  • 2012+3,7 %
  • 2013+4,5 %
  • 2014+2,1 %
  • 211,1
  • 215
  • 223
  • 233
  • 238

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 47 M€
  • 37 M€
  • 28 M€
  • 19 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,9 %
  • 2012+2,8 %
  • 2013+2,5 %
  • 2014+3,7 %
  • 36,2
  • 35,5
  • 36,5
  • 37,4
  • 38,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 127 €
  • 102 €
  • 76 €
  • 51 €
  • 25 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,8 %
  • 2012+3,1 %
  • 2013+3,0 %
  • 2014+2,9 %
  • 99,8
  • 97
  • 100
  • 103
  • 106

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 10 M€
  • 8 M€
  • 6 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-22,9 %
  • 2012+23,4 %
  • 2013-15,2 %
  • 2014-13,4 %
  • 8,3
  • 6,4
  • 7,9
  • 6,7
  • 5,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 27 €
  • 22 €
  • 16 €
  • 11 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-21,4 %
  • 2012+21,1 %
  • 2013-16,1 %
  • 2014-13,7 %
  • 22,9
  • 18
  • 21,8
  • 18,3
  • 15,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 9 M€
  • 8 M€
  • 6 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-22,8 %
  • 2012+24,6 %
  • 2013-17,1 %
  • 2014-11,1 %
  • 7,9
  • 6,1
  • 7,6
  • 6,3
  • 5,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 278 M€
  • 222 M€
  • 167 M€
  • 111 M€
  • 56 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+1,5 %
  • 2013+2,0 %
  • 2014+4,7 %
  • 206,4
  • 213,4
  • 216,6
  • 221
  • 231,4

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 760 €
  • 608 €
  • 456 €
  • 304 €
  • 152 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012+1,5 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+4,5 %
  • 569,4
  • 586
  • 595
  • 606
  • 633

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 182 M€
  • 146 M€
  • 109 M€
  • 73 M€
  • 36 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-21,4 %
  • 2012-2,1 %
  • 2013+3,2 %
  • 2014+12,2 %
  • 151,7
  • 119,2
  • 116,7
  • 120,4
  • 135,1

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 502 €
  • 402 €
  • 301 €
  • 201 €
  • 100 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-21,8 %
  • 2012-1,8 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+11,8 %
  • 418,4
  • 327
  • 321
  • 330
  • 369

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 146 M€
  • 116 M€
  • 87 M€
  • 58 M€
  • 29 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,2 %
  • 2012+6,1 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014-5,0 %
  • 106,5
  • 112
  • 118,8
  • 121,3
  • 115,2

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 87 M€
  • 70 M€
  • 52 M€
  • 35 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,8 %
  • 20120,0 %
  • 2013-0,4 %
  • 2014-3,0 %
  • 72,1
  • 72,7
  • 72,7
  • 72,4
  • 70,2

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 141 M€
  • 113 M€
  • 85 M€
  • 57 M€
  • 28 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+42,7 %
  • 2012+6,4 %
  • 2013-3,0 %
  • 2014+1,3 %
  • 77,6
  • 110,7
  • 117,8
  • 114,3
  • 115,8

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 389 €
  • 311 €
  • 233 €
  • 156 €
  • 78 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+42,0 %
  • 2012+6,6 %
  • 2013-3,1 %
  • 20140,6 %
  • 214,1
  • 304
  • 324
  • 314
  • 316

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 30 M€
  • 24 M€
  • 18 M€
  • 12 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+21,0 %
  • 2012+5,5 %
  • 2013-18,1 %
  • 2014+2,9 %
  • 19,5
  • 23,6
  • 24,9
  • 20,4
  • 21

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 61 M€
  • 49 M€
  • 37 M€
  • 24 M€
  • 12 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+120,4 %
  • 2012-5,4 %
  • 2013+3,6 %
  • 2014+4,5 %
  • 22,6
  • 49,8
  • 47,1
  • 48,8
  • 51

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 45 M€
  • 36 M€
  • 27 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,8 %
  • 2012+13,7 %
  • 2013-1,9 %
  • 20140,5 %
  • 31,6
  • 32,8
  • 37,3
  • 36,6
  • 36,8

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 9,8 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 3 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 234,4 M€

2011 : 229,9 M€

2010 : 229,3 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 644 €

2011 : 631 €

2010 : 632,6 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 63,3%

2011 : 64,1%

2010 : 64,9%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : + 2,0%

2011 : + 0,3%

2010 : + 7,7%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 74,1 M€

2011 : 71,4 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 22,89%

2011 : 22,89%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 4,1%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 152,3 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 8,2%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 150 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 40 M€
  • 32 M€
  • 24 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,1 %
  • 2012+4,2 %
  • 2013+2,4 %
  • 2014+11,2 %
  • 29,6
  • 28,4
  • 29,6
  • 30,3
  • 33,7

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 31 M€
  • 25 M€
  • 18 M€
  • 12 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+28,4 %
  • 2012-21,3 %
  • 2013+38,4 %
  • 2014-6,3 %
  • 18,3
  • 23,5
  • 18,5
  • 25,6
  • 24

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 29 M€
  • 23 M€
  • 17 M€
  • 12 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,3 %
  • 2012+3,9 %
  • 2013+7,0 %
  • 2014+4,3 %
  • 19,3
  • 20,7
  • 21,5
  • 23
  • 24

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 39,3%

2013 : 36,6%

2012 : 37,3%

2011 : 37,4%

2010 : 42,8%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 27,9%

2013 : 30,9%

2012 : 23,4%

2011 : 31%

2010 : 26,4%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 27,9%

2013 : 27,8%

2012 : 27,1%

2011 : 27,2%

2010 : 27,8%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 11 M€
  • 9 M€
  • 7 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-12,9 %
  • 2012+9,9 %
  • 2013-4,5 %
  • 2014-11,8 %
  • 9,3
  • 8,1
  • 8,9
  • 8,5
  • 7,5

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 6 M€
  • 5 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-10,0 %
  • 2012+6,7 %
  • 2013-16,7 %
  • 20140,0 %
  • 5
  • 4,5
  • 4,8
  • 4
  • 4

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 1 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0 M€
  • 0 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014-50,0 %
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0,5

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 63 M€
  • 50 M€
  • 38 M€
  • 25 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+25,0 %
  • 2012-0,9 %
  • 2013+17,6 %
  • 2014+6,1 %
  • 34
  • 42,5
  • 42,1
  • 49,5
  • 52,5

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 11,8%

2013 : 14,1%

2012 : 16,7%

2011 : 15,7%

2010 : 20,2%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 6,3%

2013 : 6,6%

2012 : 9,1%

2011 : 8,7%

2010 : 10,8%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 0,8%

2013 : 1,7%

2012 : 1,9%

2011 : 2%

2010 : 2,2%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 82,3%

2013 : 81,8%

2012 : 79,3%

2011 : 82,4%

2010 : 73,7%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 41 M€
  • 32 M€
  • 24 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,3 %
  • 2012+10,5 %
  • 2013-15,1 %
  • 2014-3,8 %
  • 31
  • 30,6
  • 33,8
  • 28,7
  • 27,6

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 112 €
  • 89 €
  • 67 €
  • 45 €
  • 22 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,9 %
  • 2012+10,7 %
  • 2013-15,1 %
  • 2014-5,1 %
  • 85,6
  • 84
  • 93
  • 79
  • 75

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 31 M€
  • 25 M€
  • 19 M€
  • 13 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,1 %
  • 2012+6,9 %
  • 2013-14,9 %
  • 2014-1,3 %
  • 23,1
  • 24,5
  • 26,2
  • 22,3
  • 22

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 86 €
  • 69 €
  • 52 €
  • 35 €
  • 17 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,3 %
  • 2012+7,1 %
  • 2013-15,3 %
  • 2014-1,6 %
  • 63,8
  • 67,2
  • 72
  • 61
  • 60

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 6 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,1 %
  • 2012+27,0 %
  • 2013-114,9 %
  • 2014+171,4 %
  • 3,9
  • 3,7
  • 4,7
  • -0,7
  • -1,9

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 16 €
  • 12 €
  • 9 €
  • 6 €
  • 3 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,5 %
  • 2012+30,0 %
  • 2013-115,4 %
  • 2014+150,0 %
  • 10,7
  • 10
  • 13
  • -2
  • -5

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 254 M€
  • 203 M€
  • 152 M€
  • 101 M€
  • 51 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,5 %
  • 2012+4,2 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+3,8 %
  • 182,1
  • 190,3
  • 198,2
  • 203,6
  • 211,4

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 694 €
  • 555 €
  • 416 €
  • 277 €
  • 139 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,1 %
  • 2012+4,2 %
  • 2013+2,6 %
  • 2014+3,4 %
  • 502,3
  • 523
  • 545
  • 559
  • 578

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 188 M€
  • 150 M€
  • 113 M€
  • 75 M€
  • 38 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,1 %
  • 2012-8,2 %
  • 2013+3,9 %
  • 2014-4,7 %
  • 148,9
  • 156,5
  • 143,7
  • 149,3
  • 142,3

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 516 €
  • 413 €
  • 310 €
  • 206 €
  • 103 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,7 %
  • 2012-8,1 %
  • 2013+3,8 %
  • 2014-5,1 %
  • 410,7
  • 430
  • 395
  • 410
  • 389

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 39,1%

2013 : 42,4%

2012 : 41,7%

2011 : 46,8%

2010 : 45,1%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 58,1%

2013 : 57,9%

2012 : 57,6%

2011 : 57%

2010 : 55,1%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 253 M€
  • 202 M€
  • 152 M€
  • 101 M€
  • 51 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,6 %
  • 2012+4,2 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+4,2 %
  • 180,5
  • 188,8
  • 196,7
  • 202,2
  • 210,7

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 691 €
  • 553 €
  • 415 €
  • 276 €
  • 138 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,0 %
  • 2012+4,2 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+3,8 %
  • 497,9
  • 518
  • 540
  • 555
  • 576

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 78 M€
  • 62 M€
  • 47 M€
  • 31 M€
  • 16 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,4 %
  • 2012+4,6 %
  • 2013+8,1 %
  • 2014+10,7 %
  • 46,6
  • 51,9
  • 54,3
  • 58,7
  • 65

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 52 M€
  • 42 M€
  • 31 M€
  • 21 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+2,8 %
  • 2013-2,1 %
  • 2014+1,4 %
  • 42,5
  • 42,5
  • 43,7
  • 42,8
  • 43,4

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 186 M€
  • 149 M€
  • 112 M€
  • 75 M€
  • 37 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,1 %
  • 2012-17,1 %
  • 2013+4,8 %
  • 2014+5,2 %
  • 147,8
  • 155,3
  • 128,8
  • 135
  • 142

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 511 €
  • 409 €
  • 307 €
  • 204 €
  • 102 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,5 %
  • 2012-16,9 %
  • 2013+4,5 %
  • 2014+4,9 %
  • 407,6
  • 426
  • 354
  • 370
  • 388

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 32 M€
  • 26 M€
  • 19 M€
  • 13 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,6 %
  • 2012+93,6 %
  • 2013+6,2 %
  • 2014+3,9 %
  • 12,7
  • 12,5
  • 24,2
  • 25,7
  • 26,7

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 88 €
  • 70 €
  • 53 €
  • 35 €
  • 18 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,1 %
  • 2012+94,1 %
  • 2013+6,1 %
  • 2014+4,3 %
  • 35,1
  • 34
  • 66
  • 70
  • 73

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 24 M€
  • 19 M€
  • 14 M€
  • 10 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,5 %
  • 2012+168,7 %
  • 2013+8,9 %
  • 2014+2,0 %
  • 6,6
  • 6,7
  • 18
  • 19,6
  • 20

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 66 €
  • 53 €
  • 40 €
  • 26 €
  • 13 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,1 %
  • 2012+177,8 %
  • 2013+8,0 %
  • 2014+1,9 %
  • 18,2
  • 18
  • 50
  • 54
  • 55

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 8 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,9 %
  • 2012+5,2 %
  • 20130,0 %
  • 2014+11,5 %
  • 6,1
  • 5,8
  • 6,1
  • 6,1
  • 6,8

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 22 €
  • 17 €
  • 13 €
  • 9 €
  • 4 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,8 %
  • 2012+6,3 %
  • 20130,0 %
  • 2014+5,9 %
  • 16,8
  • 16
  • 17
  • 17
  • 18

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 25,3%

2013 : 23,6%

2012 : 25,4%

2011 : 46,7%

2010 : 48%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 32 M€
  • 26 M€
  • 19 M€
  • 13 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,5 %
  • 2012+1,6 %
  • 2013-9,3 %
  • 2014+51,7 %
  • 17,6
  • 19,1
  • 19,4
  • 17,6
  • 26,7

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 88 €
  • 70 €
  • 53 €
  • 35 €
  • 18 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,1 %
  • 20120,0 %
  • 2013-9,4 %
  • 2014+52,1 %
  • 48,6
  • 53
  • 53
  • 48
  • 73

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 9 M€
  • 7 M€
  • 6 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 7,7

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 25 €
  • 20 €
  • 15 €
  • 10 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-100,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 0,1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 21

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 23 M€
  • 19 M€
  • 14 M€
  • 9 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,5 %
  • 2012+1,6 %
  • 2013-9,3 %
  • 2014+7,4 %
  • 17,6
  • 19,1
  • 19,4
  • 17,6
  • 18,9

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 64 €
  • 51 €
  • 38 €
  • 25 €
  • 13 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,3 %
  • 20120,0 %
  • 2013-9,4 %
  • 2014+8,3 %
  • 48,5
  • 53
  • 53
  • 48
  • 52

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 263 M€
  • 210 M€
  • 158 M€
  • 105 M€
  • 53 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-4,1 %
  • 2014-3,8 %
  • 219,1
  • 210,2
  • 202,3

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 769 €
  • 615 €
  • 461 €
  • 308 €
  • 154 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,8 %
  • 2012-3,4 %
  • 2013-4,2 %
  • 2014-4,2 %
  • 640,8
  • 623
  • 602
  • 577
  • 553

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 35 M€
  • 28 M€
  • 21 M€
  • 14 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+1,0 %
  • 20140,3 %
  • 29,1
  • 29,4
  • 29,5

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 97 €
  • 78 €
  • 58 €
  • 39 €
  • 19 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,2 %
  • 2012+8,1 %
  • 2013+1,3 %
  • 20140,0 %
  • 74,9
  • 74
  • 80
  • 81
  • 81

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 107%

2013 : 102,4%

2012 : 86,1%

2011 : 87,7%

2010 : 87,5%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1194 €
  • 955 €
  • 716 €
  • 478 €
  • 239 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,6 %
  • 2012+3,2 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014+3,0 %
  • 911,2
  • 917
  • 946
  • 966
  • 995

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 502 €
  • 402 €
  • 301 €
  • 201 €
  • 100 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-21,8 %
  • 2012-1,8 %
  • 2013-5,6 %
  • 2014+5,9 %
  • 418,4
  • 327
  • 321
  • 303
  • 321

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1266 €
  • 1013 €
  • 760 €
  • 506 €
  • 253 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012+3,5 %
  • 20130,9 %
  • 2014+2,7 %
  • 975
  • 984
  • 1 018
  • 1 027
  • 1 055

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 110 €
  • 88 €
  • 66 €
  • 44 €
  • 22 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,5 %
  • 2012+3,8 %
  • 2013+2,5 %
  • 2014+10,8 %
  • 81,7
  • 78
  • 81
  • 83
  • 92

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 769 €
  • 615 €
  • 461 €
  • 308 €
  • 154 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,8 %
  • 2012-3,4 %
  • 2013-4,2 %
  • 2014-4,2 %
  • 640,8
  • 623
  • 602
  • 577
  • 553

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 240 €
  • 192 €
  • 144 €
  • 96 €
  • 48 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,6 %
  • 20120,0 %
  • 2013-0,5 %
  • 2014-3,5 %
  • 198,8
  • 200
  • 200
  • 199
  • 192

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 23,9%

2013 : 24,1%

2012 : 23,5%

2011 : 23,4%

2010 : 23,2%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 70,7%

2011 : 76,5%

2010 : 104,4%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 100,5%

2013 : 100,2%

2012 : 98,7%

2011 : 99%

2010 : 98,9%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 8,7%

2013 : 8,1%

2012 : 8%

2011 : 7,9%

2010 : 8,4%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 52,4%

2013 : 56,2%

2012 : 59,1%

2011 : 63,2%

2010 : 65,7%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 439021
  • 351217
  • 263413
  • 175608
  • 87804
  • 0
  • 2010
  • 20110,5 %
  • 2012-0,1 %
  • 20130,1 %
  • 20140,4 %
  • 362 528
  • 364 247
  • 363 913
  • 364 429
  • 365 851

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 11113
  • 8891
  • 6668
  • 4445
  • 2223
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,9 %
  • 2012+3,6 %
  • 2013+9,5 %
  • 20140,0 %
  • 7 859
  • 8 163
  • 8 458
  • 9 261
  • 9 261

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement de la Charente a une superficie de 5 956 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,3%

En 2013 le TCAM est de + 0,3%

En 2012 le TCAM est de + 0,3%

En 2011 le TCAM est de + 0,4%

En 2010 le TCAM est de + 0,4%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 28,6% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 28% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 27,4% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 26,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 26,4% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Charente (16) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Charente depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 299 029 personnes.
  • En l'an 1901 : 350 305 personnes.
  • En l'an 1990 : 341 993 personnes.
  • En l'an 2009 : 363 913 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
299 029 327 052 347 541 353 653 362 531 365 126 367 893 379 031 382 912
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
378 721 379 081 378 218 367 520 373 950 370 822 366 408 360 259 356 236
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
350 305 351 733 347 061 316 279 312 790 310 489 309 279 311 137 313 635
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
327 658 331 016 337 064 340 770 341 993 339 628 363 913