FR 17

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DE LA CHARENTE MARITIME (17)
 

 
Le point rouge sur la carte vous donne la position du département de la Charente Maritime 17 sur la carte de France.
Contacter le Conseil General de la Charente Maritime (17). Contacter le Conseil General de la Charente Maritime (17).

Bienvenue dans le département de la Charente Maritime (17) qui se situe dans la Région Poitou Charentes.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, 85 Boulevard de la République, CS 60003, 17076 La Rochelle Cedex 9

 Téléphone : +33 (0)5 46 31 70 00

 Fax : +33 (0)5 46 31 17 17

Courriel : info@charente-maritime.fr

 Site Internet Officiel :http://charente-maritime.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/lacharentemaritime

 Twitter Officiel :https://twitter.com/departement17

Blason et logo
Département de la Charente Maritime


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est La Rochelle.

Blason et Armes du département de la Charente Maritime 17 Ancien logo du Conseil Général de la Charente Maritime 17  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental de la Charente Maritime 17

Président du Conseil Départemental

Monsieur Dominique Bussereau

Né le 13 juillet en 1952 (63 ans) à Tours (Indre-et-Loire).

En fonction depuis le 20/03/2008.

Il est également Député de la 4eme circonscription de Charente-maritime depuis le 14 décembre 2010

Nuance politique : Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

Courriel : dbussereau@assemblee-nationale.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/dominique.bussereau

 Twitter Officiel :https://twitter.com/Dbussereau

Découvrez la liste des mairies dans le département de la Charente Maritime.

Consultez la préfecture du département de la Charente Maritime.

Le conseil général de la Charente Maritime est dans la Région : Poitou Charentes.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département de la Charente Maritime (17).


Le département de la Charente Maritime est composée de 54 conseillers départementaux

Le departement
de la Charente Maritime

a une superficie de
6 864 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 628 733 personnes avec une densite de 92 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général de la Charente Maritime intègre 5 arrondissements, avec 27 cantons.
  •  Vous trouverez 472 communes dans le Conseil Départemental de la Charente Maritime.

Le département de la Charente Maritime en quelques mots :

La Charente-Maritime est exceptionnellement riche en histoire préhistorique et base d’ailleurs une grande partie de son tourisme sur des animations qui y ont trait.


Le climat du département est particulièrement accueillant sur la côte, et devient plus rude lorsqu’on rentre à l’intérieur des terres.


L’économie de la Charente-Maritime est au ¾ concentrée dans le tertiaire, majoritairement orientée vers la satisfaction du tourisme, très important dans le département. Pour le reste, il y a les cultures traditionnelles de l’huître, de la moule et de la vigne.


Il y a mille trésors à découvrir dans la Charente-Maritime, en commençant par Fort Boyard et l’île d’Oléron, mais il y a aussi de très nombreuses activités et circuits proposés à tous les types de touristes depuis les plus curieux jusqu’aux plus aventureux.


Histoire et situation géographique

Le département de la Charente-Maritime se situe dans la région du Poitou-Charentes et est le seul parmi ses congénères départementaux à posséder un large littoral. Et quel littoral, mais nous en parlons un peu plus bas !

Comme sa voisine la Charente, la Charente-Maritime a une histoire qui remonte très, très loin dans le passé. Jusque dans le paléolithique inférieur, pour être précis. Une forte élaboration lithique a été repérée non loin de Saint-Genis-de-Saintonge. En effet, de très nombreuses pointes de silex furent collectées et datées aux alentours de cette période ! La céramique et le tissage commencent déjà à se développer dès le VIème siècle, lorsque la sédentarisation débute. Les charentais-maritimes en viennent à peupler le département, qu’ils ne quitteront pas avant des siècles et des siècles. D’ailleurs, en 1979, lorsqu’on découvrit dans le Saintonge le premier squelette néandertalien, le monde archéologique fut secoué par une trépidation incroyable. La Charente-Maritime était alors le secteur où nous découvrirons encore pendant quelques temps des traces de cette espèce contemporaine de l’homme de Cro-Magnon, il y a 33 000 ans. Tout simplement stupéfiant.

Depuis lors, le département de la Charente-Maritime est passé par tous les stades de conquêtes et de civilisations que la France a connues en terme général. Les Romain s’y sont plu (qui ne s’y plairait pas ?), les Wisigoths ont adoré, les anglais y reviennent régulièrement depuis le Traité de Brétigny, et Richelieu s’est délecté de l’air de la Rochelle lorsqu’il l’assiégea au nom de Louis XIII. Depuis lors, la Charente-Maritime fut rattachée à la France et surtout, à Paris, malgré l’attrait du département pour le protestantisme, ce qui posa quelques problèmes lors de la révocation de l’Edit de Nantes en 1685.

Climat

Le climat de la Charente-Maritime est aussi l’une des raisons de son succès touristique, en plus de sa situation idéale sur la façade Atlantique. Pour ce qui est du climat du littoral, on ne pourra que dire qu’il est idéal. Peu d’intempéries, beaucoup de soleil avec 2250 heures en moyenne et un hiver relativement doux. Par contre, lorsqu’on rentre à l’intérieur des terres, la pluviométrie devient immédiatement plus importante et le soleil se fait, fatalement, plus discret. Heureusement on est encore loin des intempéries tropicales ! La Charente-Maritime reste très agréable toute l’année, à l’intérieur des terres ou les pieds dans l’océan.

Economie, entreprise, agricole, industriel

Le département de la Charente-Maritime a l’avantage de posséder une série de productions locales très diversifiée et considérablement populaire dans le reste de la France. L’ostréiculture en tête, fait la part belle à sa cousine la mytiliculture (culture de la moule) qui l’accompagne parfaitement dans les plats français. La conchyliculture (élevage de coquillages) en règle générale représente une part importante de l’industrie du département.

Parallèlement, l’industrie agro-alimentaire s’étant lentement modernisée, cède le pas progressivement à un commerce plus lucratif : le tourisme ! Cependant, il reste encore quelques spécialités et traditions qui résistent, fort heureusement. Ainsi, le Cognac, le Pineau des Charentes, l’or blanc des marais salants et bien d’autres continuent à apporter à la Charente-Maritime la beauté de son terroir qu’elle revendique encore et toujours, dans une économie qui sait la valoriser.

Pour ce qui est du tourisme dont nous parlions, il alimente un secteur tertiaire qui désormais représente les ¾ des emplois du département.

Attractivité touristique

Comme nous venons de le dire, le tourisme en Charente-Maritime a le beau rôle ! De très nombreux parcours et activités ont été aménagés afin de satisfaire la moindre envie d’un visiteur. Il ne faudra par conséquent pas passer à côté du Paléosite où un circuit est proposé aux plus mordus de préhistoire, sur les traces du Neandertal et de leurs mammouths !

Quand on en vient aux villes et aux lieux à visiter, il vous faudra certainement revenir pour tout voir tant le département déborde de trésors. L’île d’Oléron avec son Fort de Louvois, merveille unique d’un passé fortifié, la citadelle de Pons et ses murs encore marqués par ses prisonniers, la Rochelle et son vieux port romantique, Rochefort et ses pierres blanches, sans oublier le mythique Fort Boyard, autant de lieux incontournables de la Charente-Maritime qu’il est impératif de visiter. Vous n’aurez pas le droit d’hésiter pour le coup !

Saveurs

Qui dit océan, dit spécialité iodés ! La Charente-Maritime possède un panel de succulentes recettes de la mer, à reproduire autant que possible chez vous. Les huitres et les moules de Marennes-Oléron, à déguster juste à côté de l’exploitation, vous feront par exemple une expérience incomparable dans le domaine de l’huitre fraîche. Il vous restera ensuite à vous faire cuisiner la traditionnelle anguille, des pétoncles et la sardine quotidiennement pêchée dans les eaux de l’Atlantique.

Du côté du terroir, les mogettes sont couramment dégustées par les charentais-maritime, en sauce ou avec des tomates cuites à petit feu. Il s’agit d’un type de haricot blanc produit dans le département. En ce qui concerne les recettes plus sucrées, on pourrait se laisser tenter par la galette charentaise, vrai petit emblème du département. On dégustait ce petit gâteau sec au beurre jadis à l’occasion des mariages, mais heureusement aujourd’hui, chacun peut s’en régaler.

Il y a encore de très nombreuses spécialités et curiosités à savourer ici, aussi surprenantes que la salicorne par exemple, cette herbe qui reproduit le goût de l’huître, mais il vous faudra les découvrir par vous-même !

Le Saviez-vous ?

Le département propose une douzaine de pôles nature où les amis de l’écologie pourront apprendre tout ce qu’il y a à savoir sur l’environnement en Charente-Maritime.

Les premiers marais-salants de Charente-Maritime, attestant d’une connaissance de la culture du sel approfondie, ont été établi à l’âge du fer.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
de la Charente Maritime (17)

 
 

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 896 M€
  • 717 M€
  • 538 M€
  • 359 M€
  • 179 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,1 %
  • 2012-2,4 %
  • 20130,4 %
  • 2014+6,1 %
  • 690,1
  • 718,3
  • 701,4
  • 704,2
  • 747

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1391 €
  • 1113 €
  • 834 €
  • 556 €
  • 278 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,0 %
  • 2012-3,2 %
  • 2013-0,5 %
  • 2014+5,5 %
  • 1 107,3
  • 1 141
  • 1 105
  • 1 099
  • 1 159

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 708 M€
  • 566 M€
  • 425 M€
  • 283 M€
  • 142 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,0 %
  • 2012+3,3 %
  • 2013+1,7 %
  • 2014+4,2 %
  • 522,8
  • 538,5
  • 556,3
  • 565,7
  • 589,6

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1098 €
  • 878 €
  • 659 €
  • 439 €
  • 220 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,9 %
  • 2012+2,5 %
  • 20130,8 %
  • 2014+3,6 %
  • 838,9
  • 855
  • 876
  • 883
  • 915

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 216 M€
  • 173 M€
  • 129 M€
  • 86 M€
  • 43 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,5 %
  • 2012-19,3 %
  • 2013-4,5 %
  • 2014+13,6 %
  • 167,3
  • 179,8
  • 145,1
  • 138,5
  • 157,4

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 343 €
  • 275 €
  • 206 €
  • 137 €
  • 69 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,6 %
  • 2012-20,3 %
  • 2013-5,3 %
  • 2014+13,0 %
  • 268,4
  • 286
  • 228
  • 216
  • 244

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 896 M€
  • 717 M€
  • 538 M€
  • 359 M€
  • 179 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,1 %
  • 2012-2,4 %
  • 20130,4 %
  • 2014+6,1 %
  • 690,1
  • 718,3
  • 701,4
  • 704,2
  • 747

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1391 €
  • 1113 €
  • 834 €
  • 556 €
  • 278 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,0 %
  • 2012-3,2 %
  • 2013-0,5 %
  • 2014+5,5 %
  • 1 107,3
  • 1 141
  • 1 105
  • 1 099
  • 1 159

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 779 M€
  • 623 M€
  • 467 M€
  • 312 M€
  • 156 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,3 %
  • 2012+4,4 %
  • 20130,7 %
  • 2014+2,9 %
  • 575
  • 599,8
  • 626,1
  • 630,7
  • 649,1

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1208 €
  • 967 €
  • 725 €
  • 483 €
  • 242 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,3 %
  • 2012+3,5 %
  • 2013-0,2 %
  • 2014+2,3 %
  • 922,7
  • 953
  • 986
  • 984
  • 1 007

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 142 M€
  • 114 M€
  • 85 M€
  • 57 M€
  • 28 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,0 %
  • 2012-36,5 %
  • 2013-2,3 %
  • 2014+33,2 %
  • 115
  • 118,5
  • 75,2
  • 73,5
  • 97,9

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 226 €
  • 180 €
  • 135 €
  • 90 €
  • 45 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,8 %
  • 2012-37,2 %
  • 2013-2,5 %
  • 2014+32,2 %
  • 184,6
  • 188
  • 118
  • 115
  • 152

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 148 M€
  • 119 M€
  • 89 M€
  • 59 M€
  • 30 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,3 %
  • 2012-2,5 %
  • 2013+5,9 %
  • 2014+6,6 %
  • 112,4
  • 112,1
  • 109,3
  • 115,8
  • 123,5

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 230 €
  • 184 €
  • 138 €
  • 92 €
  • 46 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,3 %
  • 2012-3,4 %
  • 2013+5,2 %
  • 2014+6,1 %
  • 180,3
  • 178
  • 172
  • 181
  • 192

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 68 M€
  • 55 M€
  • 41 M€
  • 27 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,4 %
  • 2012-4,8 %
  • 2013+3,2 %
  • 2014+10,1 %
  • 52,8
  • 52,6
  • 50,1
  • 51,7
  • 56,9

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 106 €
  • 84 €
  • 63 €
  • 42 €
  • 21 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,8 %
  • 2012-6,0 %
  • 2013+2,5 %
  • 2014+8,6 %
  • 84,7
  • 84
  • 79
  • 81
  • 88

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 16 M€
  • 12 M€
  • 9 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,9 %
  • 2012+16,2 %
  • 2013-9,0 %
  • 2014+17,1 %
  • 10,3
  • 10,5
  • 12,2
  • 11,1
  • 13

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 24 €
  • 19 €
  • 15 €
  • 10 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,0 %
  • 2012+12,9 %
  • 2013-9,9 %
  • 2014+16,8 %
  • 16,5
  • 17
  • 19,2
  • 17,3
  • 20,2

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 15 M€
  • 12 M€
  • 9 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,1 %
  • 2012+16,3 %
  • 2013-7,0 %
  • 2014+18,9 %
  • 9,6
  • 9,8
  • 11,4
  • 10,6
  • 12,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 473 M€
  • 378 M€
  • 284 M€
  • 189 M€
  • 95 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,0 %
  • 2012+2,9 %
  • 2013+2,3 %
  • 2014+3,9 %
  • 343
  • 360,1
  • 370,4
  • 379,1
  • 394

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 733 €
  • 587 €
  • 440 €
  • 293 €
  • 147 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,9 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014+3,2 %
  • 550,3
  • 572
  • 583
  • 592
  • 611

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 246 M€
  • 197 M€
  • 147 M€
  • 98 M€
  • 49 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-10,3 %
  • 20120,8 %
  • 2013+8,8 %
  • 2014+3,6 %
  • 200,9
  • 180,3
  • 181,7
  • 197,7
  • 204,8

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 387 €
  • 310 €
  • 232 €
  • 155 €
  • 77 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-11,3 %
  • 20120,0 %
  • 2013+8,0 %
  • 2014+2,9 %
  • 322,4
  • 286
  • 286
  • 309
  • 318

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 239 M€
  • 191 M€
  • 143 M€
  • 96 M€
  • 48 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+12,1 %
  • 2012-4,8 %
  • 2013+1,4 %
  • 20140,1 %
  • 177,5
  • 199
  • 189,4
  • 192
  • 192,1

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 148 M€
  • 118 M€
  • 89 M€
  • 59 M€
  • 30 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,1 %
  • 20120,2 %
  • 20130,2 %
  • 2014-3,2 %
  • 121,3
  • 122,6
  • 122,9
  • 123,1
  • 119,1

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 267 M€
  • 214 M€
  • 160 M€
  • 107 M€
  • 53 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+14,4 %
  • 2012+19,0 %
  • 2013-7,5 %
  • 2014+5,1 %
  • 163,5
  • 187,1
  • 222,6
  • 205,9
  • 216,3

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 421 €
  • 337 €
  • 253 €
  • 168 €
  • 84 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,2 %
  • 2012+18,2 %
  • 2013-8,5 %
  • 2014+4,7 %
  • 262,3
  • 297
  • 351
  • 321
  • 336

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 108 M€
  • 86 M€
  • 65 M€
  • 43 M€
  • 22 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+38,0 %
  • 2012+10,7 %
  • 2013-12,2 %
  • 2014+1,3 %
  • 58,9
  • 81,3
  • 90
  • 79
  • 80

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 73 M€
  • 58 M€
  • 44 M€
  • 29 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,4 %
  • 2012+69,4 %
  • 20130,9 %
  • 2014+10,8 %
  • 32,8
  • 32
  • 54,2
  • 54,7
  • 60,6

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 73 M€
  • 58 M€
  • 44 M€
  • 29 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,8 %
  • 20120,3 %
  • 20130,0 %
  • 2014+1,3 %
  • 58
  • 59,6
  • 59,8
  • 59,8
  • 60,6

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 7,9 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 2,9 M€ (Prélevé)

2013 : 6 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 404,3 M€

2011 : 367,4 M€

2010 : 364,4 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 637 €

2011 : 584 €

2010 : 584,8 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 64,6%

2011 : 61,3%

2010 : 63,4%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : + 10,0%

2011 : + 0,8%

2010 : + 1,6%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 130,4 M€

2011 : 121,4 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 19,91%

2011 : 19,33%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 4,1%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 202,2 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 6,8%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 200,5 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 82 M€
  • 65 M€
  • 49 M€
  • 33 M€
  • 16 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,4 %
  • 2012-19,4 %
  • 2013-5,8 %
  • 2014+18,8 %
  • 66,4
  • 68
  • 54,8
  • 51,6
  • 61,3

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 73 M€
  • 59 M€
  • 44 M€
  • 29 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,7 %
  • 2012-32,4 %
  • 2013-10,7 %
  • 2014+22,8 %
  • 59,5
  • 61,1
  • 41,3
  • 36,9
  • 45,3

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 49 M€
  • 40 M€
  • 30 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,4 %
  • 2012-6,3 %
  • 2013+4,6 %
  • 2014+5,6 %
  • 35,1
  • 39,8
  • 37,3
  • 39
  • 41,2

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 39%

2013 : 37,3%

2012 : 37,8%

2011 : 37,8%

2010 : 39,7%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 28,8%

2013 : 26,6%

2012 : 28,5%

2011 : 34%

2010 : 35,6%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 26,2%

2013 : 28,2%

2012 : 25,7%

2011 : 22,1%

2010 : 21%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 29 M€
  • 23 M€
  • 17 M€
  • 12 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,7 %
  • 2012-15,6 %
  • 2013-9,3 %
  • 2014+7,5 %
  • 23,2
  • 24,3
  • 20,5
  • 18,6
  • 20

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 13 M€
  • 10 M€
  • 8 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,4 %
  • 2012-3,1 %
  • 2013-8,6 %
  • 2014-27,1 %
  • 10,6
  • 9,6
  • 9,3
  • 8,5
  • 6,2

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 3 M€
  • 2 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,7 %
  • 2012-20,0 %
  • 2013-5,0 %
  • 2014+5,3 %
  • 2,3
  • 2,5
  • 2
  • 1,9
  • 2

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 103 M€
  • 82 M€
  • 62 M€
  • 41 M€
  • 21 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,8 %
  • 2012-43,9 %
  • 2013-19,3 %
  • 2014+79,5 %
  • 85,5
  • 84
  • 47,1
  • 38
  • 68,2

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 20,4%

2013 : 25,3%

2012 : 27,3%

2011 : 20,5%

2010 : 20,2%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 6,3%

2013 : 11,5%

2012 : 12,3%

2011 : 8,1%

2010 : 9,2%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 2%

2013 : 2,6%

2012 : 2,7%

2011 : 2,1%

2010 : 2%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 69,6%

2013 : 51,7%

2012 : 62,6%

2011 : 70,9%

2010 : 74,3%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 98 M€
  • 78 M€
  • 59 M€
  • 39 M€
  • 20 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+15,0 %
  • 2012+14,3 %
  • 2013-7,0 %
  • 2014-4,6 %
  • 61,8
  • 71,1
  • 81,3
  • 75,6
  • 72,1

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 154 €
  • 123 €
  • 92 €
  • 61 €
  • 31 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+14,0 %
  • 2012+13,3 %
  • 2013-7,8 %
  • 2014-5,1 %
  • 99,1
  • 113
  • 128
  • 118
  • 112

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 84 M€
  • 67 M€
  • 50 M€
  • 34 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+17,4 %
  • 2012+14,0 %
  • 2013-7,0 %
  • 2014-8,5 %
  • 52,2
  • 61,3
  • 69,9
  • 65
  • 59,5

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 132 €
  • 106 €
  • 79 €
  • 53 €
  • 26 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+16,1 %
  • 2012+13,1 %
  • 2013-8,2 %
  • 2014-8,9 %
  • 83,8
  • 97,3
  • 110
  • 101
  • 92

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 39 M€
  • 31 M€
  • 23 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+25,7 %
  • 2012+51,2 %
  • 2013-20,0 %
  • 2014-29,6 %
  • 17,1
  • 21,5
  • 32,5
  • 26
  • 18,3

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 61 €
  • 49 €
  • 37 €
  • 24 €
  • 12 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+24,1 %
  • 2012+50,0 %
  • 2013-19,6 %
  • 2014-31,7 %
  • 27,4
  • 34
  • 51
  • 41
  • 28

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 450 M€
  • 360 M€
  • 270 M€
  • 180 M€
  • 90 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,9 %
  • 2012+2,1 %
  • 2013-2,9 %
  • 2014+11,9 %
  • 325,3
  • 338
  • 345,2
  • 335,3
  • 375,3

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 698 €
  • 559 €
  • 419 €
  • 279 €
  • 140 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012+1,3 %
  • 2013-3,9 %
  • 2014+11,3 %
  • 521,9
  • 537
  • 544
  • 523
  • 582

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 374 M€
  • 299 M€
  • 224 M€
  • 150 M€
  • 75 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,1 %
  • 2012+11,1 %
  • 2013-4,1 %
  • 2014+5,2 %
  • 264,5
  • 278,1
  • 308,9
  • 296,1
  • 311,6

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 584 €
  • 468 €
  • 351 €
  • 234 €
  • 117 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,1 %
  • 2012+10,2 %
  • 2013-5,1 %
  • 2014+4,8 %
  • 424,5
  • 442
  • 487
  • 462
  • 484

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 52,9%

2013 : 52,3%

2012 : 55,5%

2011 : 51,6%

2010 : 50,6%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 63,6%

2013 : 59,3%

2012 : 62,1%

2011 : 62,8%

2010 : 62,2%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 442 M€
  • 354 M€
  • 265 M€
  • 177 M€
  • 88 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,9 %
  • 2012+2,2 %
  • 2013-1,6 %
  • 2014+10,5 %
  • 318,9
  • 331,4
  • 338,8
  • 333,4
  • 368,3

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 686 €
  • 549 €
  • 412 €
  • 275 €
  • 137 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,8 %
  • 2012+1,5 %
  • 2013-2,6 %
  • 2014+10,0 %
  • 511,8
  • 526
  • 534
  • 520
  • 572

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 119 M€
  • 95 M€
  • 71 M€
  • 47 M€
  • 24 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,1 %
  • 2012+4,4 %
  • 20130,7 %
  • 2014+10,9 %
  • 77,7
  • 84,8
  • 88,5
  • 89,1
  • 98,8

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 79 M€
  • 63 M€
  • 48 M€
  • 32 M€
  • 16 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,8 %
  • 20120,5 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014+1,2 %
  • 62,6
  • 63,7
  • 64
  • 65,2
  • 66

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 366 M€
  • 293 M€
  • 220 M€
  • 146 M€
  • 73 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,9 %
  • 2012+2,5 %
  • 2013-3,4 %
  • 2014+13,4 %
  • 259,1
  • 271,9
  • 278,7
  • 269,1
  • 305,2

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 569 €
  • 455 €
  • 341 €
  • 228 €
  • 114 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,9 %
  • 2012+1,6 %
  • 2013-4,3 %
  • 2014+12,9 %
  • 415,7
  • 432
  • 439
  • 420
  • 474

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 46 M€
  • 37 M€
  • 28 M€
  • 19 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,3 %
  • 2012-6,7 %
  • 2013-37,2 %
  • 2014+30,5 %
  • 38,5
  • 38,6
  • 36
  • 22,6
  • 29,5

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 74 €
  • 59 €
  • 44 €
  • 30 €
  • 15 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,3 %
  • 2012-6,6 %
  • 2013-38,6 %
  • 2014+31,4 %
  • 61,8
  • 61
  • 57
  • 35
  • 46

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 34 M€
  • 27 M€
  • 21 M€
  • 14 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,8 %
  • 2013-50,6 %
  • 2014+131,7 %
  • 24,7
  • 24,7
  • 24,9
  • 12,3
  • 28,5

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 53 €
  • 42 €
  • 32 €
  • 21 €
  • 11 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,5 %
  • 20120,0 %
  • 2013-51,3 %
  • 2014+131,6 %
  • 39,6
  • 39
  • 39
  • 19
  • 44

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 17 M€
  • 13 M€
  • 10 M€
  • 7 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012-19,6 %
  • 2013-7,2 %
  • 2014-89,3 %
  • 13,8
  • 13,8
  • 11,1
  • 10,3
  • 1,1

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 27 €
  • 21 €
  • 16 €
  • 11 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,9 %
  • 2012-22,7 %
  • 2013-5,9 %
  • 2014-87,5 %
  • 22,2
  • 22
  • 17
  • 16
  • 2

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 3,6%

2013 : 45,5%

2012 : 30,9%

2011 : 35,8%

2010 : 35,9%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 57 M€
  • 45 M€
  • 34 M€
  • 23 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,7 %
  • 2012-24,8 %
  • 2013-4,9 %
  • 2014+29,9 %
  • 47,1
  • 46,3
  • 34,8
  • 33,1
  • 43

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 91 €
  • 73 €
  • 54 €
  • 36 €
  • 18 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,4 %
  • 2012-24,7 %
  • 2013-5,5 %
  • 2014+28,8 %
  • 75,6
  • 73
  • 55
  • 52
  • 67

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 14 M€
  • 11 M€
  • 8 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,3 %
  • 2012-27,1 %
  • 2013+30,6 %
  • 2014+43,2 %
  • 10,4
  • 8,5
  • 6,2
  • 8,1
  • 11,6

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 22 €
  • 17 €
  • 13 €
  • 9 €
  • 4 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,2 %
  • 2012-28,6 %
  • 2013+30,0 %
  • 2014+38,5 %
  • 16,7
  • 14
  • 10
  • 13
  • 18

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 45 M€
  • 36 M€
  • 27 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,0 %
  • 2012-24,3 %
  • 2013-12,6 %
  • 2014+26,0 %
  • 36,7
  • 37,8
  • 28,6
  • 25
  • 31,5

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 72 €
  • 58 €
  • 43 €
  • 29 €
  • 14 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,9 %
  • 2012-25,0 %
  • 2013-13,3 %
  • 2014+25,6 %
  • 58,9
  • 60
  • 45
  • 39
  • 49

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 494 M€
  • 395 M€
  • 296 M€
  • 198 M€
  • 99 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+2,0 %
  • 20140,1 %
  • 403
  • 411,1
  • 411,7

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 770 €
  • 616 €
  • 462 €
  • 308 €
  • 154 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,2 %
  • 2012+4,3 %
  • 2013+1,1 %
  • 2014-0,5 %
  • 602
  • 609
  • 635
  • 642
  • 639

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 65 M€
  • 52 M€
  • 39 M€
  • 26 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+1,8 %
  • 2014+8,5 %
  • 48,7
  • 49,6
  • 53,8

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 101 €
  • 81 €
  • 60 €
  • 40 €
  • 20 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+10,2 %
  • 2012-2,5 %
  • 20130,0 %
  • 2014+9,1 %
  • 71,7
  • 79
  • 77
  • 77
  • 84

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 74,7%

2013 : 65,6%

2012 : 60%

2011 : 69,8%

2010 : 72,3%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1098 €
  • 878 €
  • 659 €
  • 439 €
  • 220 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,9 %
  • 2012+2,5 %
  • 20130,8 %
  • 2014+3,6 %
  • 838,9
  • 855
  • 876
  • 883
  • 915

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 387 €
  • 310 €
  • 232 €
  • 155 €
  • 77 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-11,3 %
  • 20120,0 %
  • 2013+3,5 %
  • 2014+2,4 %
  • 322,4
  • 286
  • 286
  • 296
  • 303

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1208 €
  • 967 €
  • 725 €
  • 483 €
  • 242 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,3 %
  • 2012+3,5 %
  • 2013-0,2 %
  • 2014+2,3 %
  • 922,7
  • 953
  • 986
  • 984
  • 1 007

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 130 €
  • 104 €
  • 78 €
  • 52 €
  • 26 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,4 %
  • 2012-20,4 %
  • 2013-5,8 %
  • 2014+17,3 %
  • 106,5
  • 108
  • 86
  • 81
  • 95

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 770 €
  • 616 €
  • 462 €
  • 308 €
  • 154 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,2 %
  • 2012+4,3 %
  • 2013+1,1 %
  • 2014-0,5 %
  • 602
  • 609
  • 635
  • 642
  • 639

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 234 €
  • 187 €
  • 140 €
  • 94 €
  • 47 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012-0,5 %
  • 2013-1,0 %
  • 2014-3,6 %
  • 194,6
  • 195
  • 194
  • 192
  • 185

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 21%

2013 : 20,5%

2012 : 19,7%

2011 : 20,8%

2010 : 21,5%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 66,7%

2011 : 63,1%

2010 : 76%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 97,2%

2013 : 95,9%

2012 : 94,8%

2011 : 96,4%

2010 : 97%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 9,4%

2013 : 8,2%

2012 : 8,8%

2011 : 11,3%

2010 : 11,5%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 63,4%

2013 : 65,2%

2012 : 64,4%

2011 : 64%

2010 : 65,2%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 773224
  • 618579
  • 463934
  • 309289
  • 154645
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,0 %
  • 20120,8 %
  • 20130,9 %
  • 20140,6 %
  • 623 201
  • 629 612
  • 634 928
  • 640 803
  • 644 353

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 17831
  • 14265
  • 10698
  • 7132
  • 3566
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013+4,8 %
  • 20140,0 %
  • 13 470
  • 13 926
  • 14 173
  • 14 859
  • 14 859

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement de la Charente Maritime a une superficie de 6 864 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,9%

En 2013 le TCAM est de + 1,0%

En 2012 le TCAM est de + 1,0%

En 2011 le TCAM est de + 1,0%

En 2010 le TCAM est de + 1,0%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 30,3% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 29,7% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 29,3% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 28,5% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 27,8% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Charente Maritime (17) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Charente Maritime depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 399 162 personnes.
  • En l'an 1901 : 452 149 personnes.
  • En l'an 1990 : 527 146 personnes.
  • En l'an 2009 : 634 928 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
399 162 405 592 409 477 424 417 445 249 449 649 460 245 468 103 469 992
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
474 828 481 060 479 529 465 653 465 628 466 416 462 803 456 202 453 455
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
452 149 453 793 451 044 418 310 417 789 415 249 419 021 416 187 447 973
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
470 897 483 622 497 859 513 220 527 146 557 024 634 928