FR 25

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DU DOUBS (25)
 

 
Le point rouge sur la carte vous donne la position du département du Doubs 25 sur la carte de France.
Contacter le Conseil General du Doubs (25). Contacter le Conseil General du Doubs (25).

Bienvenue dans le département du Doubs (25) qui se situe dans la Région Franche Comté.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, 7 av Gare d'Eau, 25031 Besancon Cedex

 Téléphone : +33 (0)3 81 25 81 25

Page de contact officielle

 Site Internet Officiel :http://www.doubs.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/cgdoubs

 Twitter Officiel :https://twitter.com/Doubscg

 Flux d'actualités (RSS) Officiel :http://www2.doubs.fr/index.php?option=com_content&view=section&id=8&Itemid=197&format=feed&type=rss

 YouTube Officiel :https://www.youtube.com/user/videoscg25

Blason et logo
Département du Doubs


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Besançon.

Blason et Armes du département du Doubs 25 Ancien logo du Conseil Général du Doubs 25  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental du Doubs 25

Présidente du Conseil Départemental

Madame Christine Bouquin

Née le 23 février en 1962 (53 ans)

En fonction depuis le 02/04/2015.

Nuance politique : Divers Droite (DVD)

Découvrez la liste des mairies dans le département du Doubs.

Consultez la préfecture du département du Doubs.

Le conseil général du Doubs est dans la Région : Franche Comté.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département du Doubs (25).


Le département du Doubs est composée de 38 conseillers départementaux

Le departement
du Doubs

a une superficie de
5 234 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 531 062 personnes avec une densite de 101 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général du Doubs intègre 3 arrondissements, avec 19 cantons.
  •  Vous trouverez 594 communes dans le Conseil Départemental du Doubs.

Le département du Doubs en quelques mots :

Le département du Doubs porte une histoire religieuse très bien ancrée dans l’esprit doubiste. Ce faisant, elle a favorisé la libération de la région lorsqu’elle fut sous la domination des Burgondes au cours du VIème siècle. L’attachement au Royaume chrétien Franc se déclina pendant plusieurs siècles jusqu’à aujourd’hui.


Le climat du Doubs est absolument continental. Rude et froid en hiver, chaud et sec en été.


L’économie du Doubs est stable et fait assez bonne figure en France.


Pour faire du tourisme dans le Doubs, il vaut mieux généralement venir en famille ou avec la ferme envie de se reposer tout en profitant de quelques-uns des plus beaux villages de France comme la commune de Lods.


Le Doubs est rustique, mais aussi très raffiné. Disons qu’ils ont élaboré leur tradition jusqu’à un point de noblesse tel qu’ils produisent aujourd’hui deux fromages parmi les plus exceptionnels de France : le Comté et le Mont d’Or.


Histoire et situation géographique

Le département du Doubs est situé dans la région Franche-Comté, à l’est de la France, au-dessus du Lac Léman.

Lors des premières heures du Doubs, ses terres étaient peuplées par le peuple gaulois des Séquanes, d’origine celtique. Leur chef-lieu était alors Vesontio, établi dans un méandre de la rivière du Doubs, lieu où se trouve aujourd’hui la belle ville de Besançon. Il s’agissait d’une cité hautement stratégique en raison de sa position au carrefour des peuples, entourée par la rivière et gardée par des ensembles rocheux surélevés. César déclara d’ailleurs à son sujet, dans La Guerre des Gaules que sa « position naturelle la défendait de manière à en faire un point très avantageux pour soutenir la guerre ». Vesontio devint par conséquent un point parfaitement décisif lorsqu’il annexa la Gaule entre -58 et -51.

Le christianisme arrive dans la région suite à une histoire improbable, celle de Saint Ferréol de Besançon, fondateur de la religion chrétienne du département. Il vécut dans une grotte au cours du IIIème siècle et mourut en martyr avec le prêtre Saint Ferjeux, décapités sous l’ordre du gouverneur romain de l’époque. L’église de Saint-Ferjeux est semble-t-il, et contre toute indication contraire, bâtie au-dessus de cette grotte qu’on peut encore visiter aujourd’hui.

Le comté est rattaché au royaume de France en 1678 et connut la prospérité jusqu’à la nomination définitive du département du Doubs en 1790. Il s’élargit en 1793 lorsque la principauté de Montbéliard lui est rattachée, ainsi que le régime de Mandeure.

Climat

Comme on peut s’en douter, le climat du Doubs est à dominante continentale. Il se caractérise par des températures plus intenses en hiver autant qu’en été. Ainsi, l’hiver y est rude, avec des températures qu’on pourrait qualifier d’extrêmes par endroits. En effet, en 1985, on a enregistré un record de -41°C à Mouthe (situé à 936 mètres d’altitude), reconnu comme étant le village le plus froid de France. La même année, il a fait 40°C à Besançon. L’amplitude des températures étaient par conséquent de 81 degrés. Il y a de quoi faire tourner la tête ! Elle est notamment responsable d’orages fréquents et violents, surtout dans le Haut-Doubs.

Economie, entreprise, agricole, industriel

Le département du Doubs possède une économie forte car il a centralisé l’essentiel de l’industrie de la région. C’est notamment pour cette raison qu’il a atteint la place honorable du 18ème département français en terme de PIB en 2015. De même, le chômage en 2015 s’élevait à 9.5%, ce qui, dans le contexte de la situation nationale, est plutôt positif puisqu’il était de 10.5% en avril de la même année.

Du point de vue de l’agriculture, et au vue de la proximité du département avec la Suisse, les deux peuples partagent quelques trésors ! En effet, le Doubs peut se féliciter de produire les deux fromages parmi les plus populaires et les plus nobles de France : le Comté et le Mont d’Or. Ce faisant, l’élevage de vache, par-delà les siècles, a mené à la spécialisation autour d’une célèbre race : la montbéliarde ! Malgré la concurrence que la Suisse fait au département du Doubs sur le marché de l’emploi il semblerait qu’aucun secteur n’en souffre réellement.

Bien que le tourisme représente près de 450 million d’euro de chiffre d’affaire par an, il n’apporte jamais que 5% du produit brut départemental. Cependant, des grandes réflexions sont menées depuis 2003 afin d’améliorer encore davantage l’activité touristique dans le département.

Attractivité touristique

En effet, le Doubs possède quelques installations qui méritent le détour ! Principalement, il faut s’y retrouver en famille pour profiter de toute la richesse du département. Des petites stations avec une ou deux remontées mécaniques qui ne paient pas de mine, jalonnent gentiment le paysage du Doubs. Pour les plus avertis, la station de ski de Métabief propose un ensemble de pistes skiables pour tous les niveaux !

Concernant les sites exceptionnels et le patrimoine d’exception à visiter, il faudra notamment parcourir les remparts de la Citadelle de Besançon ! Cette ancienne citadelle de Vauban prend place à l’endroit même où se trouvait la ville romaine de Vesontio et en plus de ce titre, elle fait partie du glorieux patrimoine mondial de l’UNESCO. Chaque année s’y promènent entre 200 000 et 300 000 visiteurs, entre le jardin zoologique, l’insectarium, le Noctarium et le Parcours de l’évolution qui y ont notamment été aménagés. Après avoir quitté la cité médiévale avec des souvenirs plein la tête, il vous faudra absolument passer par le Château de Joux pour enfin faire une halte dans la commune de Lods, où vous pourrez saisir l’opportunité de goûter à la délicieuse gastronomie doubienne !

Saveurs

Produit dans le Doubs, croyez-le ou non, mais une des spécialités française était appréciée jusqu’à Montmartre pendant le XIXème siècle et le début du XXème. Il s’agit bien entendu de l’Absinthe Roquette, la plus vieille au monde. Comme mise en bouche, on ne fait pas mieux. Pour ce qui est de la suite, nous avons le choix entre la légendaire saucisse de Montbéliard, la saucisse de Morteau également célèbre, et le plus original saucisson sec au sapin ! Après cela, rien de mieux qu’un Mont d’Or, crémeux, chaud, fondant, à partager en famille sur les bords de la Loue, cette charmante rivière affluente au Doubs et qui coule paisiblement au milieu de Lods. Et même si vous avez déjà pu apprécier l’un des joyaux fromagers de France, vous aurez encore suffisamment de place pour en déguster un dernier : le Comté, ce fromage mythique que les producteurs font vieillir 6, 12, 24, 36 et même 41 mois !

Le Saviez-vous ?

Les cristaux qu’on retrouve dans les fromages comme le Comté ou le Beaufort, surtout ceux qui ont subi de longs mois d’affinage, ne sont pas faits de sel. Il s’agit en fait de tyrosine, un acide aminé qui accentue le goût du fromage et qui se créer au cours de l’affinage.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
du Doubs (25)

 
 

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 677 M€
  • 541 M€
  • 406 M€
  • 271 M€
  • 135 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,8 %
  • 20120,4 %
  • 2013+2,3 %
  • 2014+1,9 %
  • 534,5
  • 538,8
  • 541,1
  • 553,3
  • 564

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1244 €
  • 996 €
  • 747 €
  • 498 €
  • 249 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,4 %
  • 20120,0 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+1,7 %
  • 998,5
  • 1 002
  • 1 002
  • 1 020
  • 1 037

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 552 M€
  • 441 M€
  • 331 M€
  • 221 M€
  • 110 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,3 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+3,0 %
  • 419,8
  • 425,3
  • 431,2
  • 446
  • 459,6

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1014 €
  • 811 €
  • 608 €
  • 406 €
  • 203 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012+1,0 %
  • 2013+2,9 %
  • 2014+2,8 %
  • 784,3
  • 791
  • 799
  • 822
  • 845

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 138 M€
  • 110 M€
  • 83 M€
  • 55 M€
  • 28 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,1 %
  • 2012-3,2 %
  • 2013-2,2 %
  • 2014-2,8 %
  • 114,7
  • 113,4
  • 109,8
  • 107,4
  • 104,4

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 257 €
  • 206 €
  • 154 €
  • 103 €
  • 51 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,5 %
  • 2012-3,8 %
  • 2013-2,5 %
  • 2014-3,0 %
  • 214,2
  • 211
  • 203
  • 198
  • 192

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 677 M€
  • 541 M€
  • 406 M€
  • 271 M€
  • 135 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,8 %
  • 20120,4 %
  • 2013+2,3 %
  • 2014+1,9 %
  • 534,5
  • 538,8
  • 541,1
  • 553,3
  • 564

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1244 €
  • 996 €
  • 747 €
  • 498 €
  • 249 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,4 %
  • 20120,0 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+1,7 %
  • 998,5
  • 1 002
  • 1 002
  • 1 020
  • 1 037

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 599 M€
  • 479 M€
  • 359 M€
  • 240 M€
  • 120 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,7 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+3,1 %
  • 2014+2,5 %
  • 450,9
  • 463,1
  • 472,1
  • 486,9
  • 499,3

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1102 €
  • 881 €
  • 661 €
  • 441 €
  • 220 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,3 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+2,2 %
  • 842,3
  • 862
  • 874
  • 898
  • 918

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 100 M€
  • 80 M€
  • 60 M€
  • 40 M€
  • 20 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,4 %
  • 2012-9,0 %
  • 2013-3,6 %
  • 2014-2,6 %
  • 83,6
  • 75,7
  • 68,9
  • 66,4
  • 64,7

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 187 €
  • 150 €
  • 112 €
  • 75 €
  • 37 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,7 %
  • 2012-9,2 %
  • 2013-4,7 %
  • 2014-2,5 %
  • 156,2
  • 141
  • 128
  • 122
  • 119

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 113 M€
  • 90 M€
  • 68 M€
  • 45 M€
  • 23 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,2 %
  • 2012+1,1 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+2,4 %
  • 87,2
  • 89,1
  • 90,1
  • 91,7
  • 93,9

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 208 €
  • 166 €
  • 125 €
  • 83 €
  • 42 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,8 %
  • 20120,6 %
  • 2013+1,2 %
  • 2014+2,4 %
  • 163
  • 166
  • 167
  • 169
  • 173

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 65 M€
  • 52 M€
  • 39 M€
  • 26 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,2 %
  • 2012+4,8 %
  • 2013+2,9 %
  • 2014+1,1 %
  • 49,7
  • 49,6
  • 52
  • 53,5
  • 54,1

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 119 €
  • 95 €
  • 71 €
  • 48 €
  • 24 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,0 %
  • 2012+4,3 %
  • 2013+3,1 %
  • 20140,0 %
  • 92,9
  • 92
  • 96
  • 99
  • 99

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 13 M€
  • 11 M€
  • 8 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,8 %
  • 2012-3,7 %
  • 2013+4,8 %
  • 20140,0 %
  • 10,6
  • 10,9
  • 10,5
  • 11
  • 11

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 24 €
  • 19 €
  • 15 €
  • 10 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,5 %
  • 2012-3,0 %
  • 2013+4,6 %
  • 2014-0,5 %
  • 19,9
  • 20
  • 19,4
  • 20,3
  • 20,2

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 13 M€
  • 10 M€
  • 8 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,0 %
  • 2012-4,7 %
  • 2013+5,9 %
  • 2014+1,9 %
  • 10,1
  • 10,6
  • 10,1
  • 10,7
  • 10,9

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 360 M€
  • 288 M€
  • 216 M€
  • 144 M€
  • 72 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013+4,1 %
  • 2014+3,7 %
  • 263,8
  • 272,9
  • 277,7
  • 289
  • 299,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 661 €
  • 529 €
  • 397 €
  • 264 €
  • 132 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,1 %
  • 2012+1,2 %
  • 2013+3,7 %
  • 2014+3,4 %
  • 492,9
  • 508
  • 514
  • 533
  • 551

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 261 M€
  • 209 M€
  • 156 M€
  • 104 M€
  • 52 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-32,6 %
  • 2012+13,1 %
  • 20130,7 %
  • 2014+6,2 %
  • 217,2
  • 146,3
  • 165,5
  • 166,7
  • 177,1

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 487 €
  • 390 €
  • 292 €
  • 195 €
  • 97 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-33,0 %
  • 2012+12,9 %
  • 20130,0 %
  • 2014+6,2 %
  • 405,8
  • 272
  • 307
  • 307
  • 326

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 178 M€
  • 142 M€
  • 107 M€
  • 71 M€
  • 36 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+24,9 %
  • 2012-7,1 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014-2,6 %
  • 118,7
  • 148,3
  • 137,7
  • 139,8
  • 136,1

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 104 M€
  • 83 M€
  • 62 M€
  • 42 M€
  • 21 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,7 %
  • 2012-0,2 %
  • 2013-0,3 %
  • 2014-3,9 %
  • 86
  • 86,6
  • 86,4
  • 86,1
  • 82,7

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 194 M€
  • 156 M€
  • 117 M€
  • 78 M€
  • 39 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+25,4 %
  • 2012+20,7 %
  • 2013+5,6 %
  • 2014+3,7 %
  • 97,7
  • 122,5
  • 147,9
  • 156,2
  • 162

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 358 €
  • 286 €
  • 215 €
  • 143 €
  • 72 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+24,9 %
  • 2012+20,2 %
  • 2013+5,1 %
  • 2014+3,5 %
  • 182,5
  • 228
  • 274
  • 288
  • 298

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 53 M€
  • 42 M€
  • 32 M€
  • 21 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+25,2 %
  • 2012+8,4 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+7,6 %
  • 29,4
  • 36,8
  • 39,9
  • 41
  • 44,1

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 86 M€
  • 69 M€
  • 52 M€
  • 34 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+141,7 %
  • 2012-0,3 %
  • 2013+9,4 %
  • 2014+3,2 %
  • 26,4
  • 63,8
  • 63,6
  • 69,6
  • 71,8

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 49 M€
  • 39 M€
  • 29 M€
  • 19 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+12,5 %
  • 2012-14,3 %
  • 20130,6 %
  • 2014+3,7 %
  • 36
  • 40,5
  • 34,7
  • 34,9
  • 36,2

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 13,6 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 3,9 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 313,4 M€

2011 : 268,8 M€

2010 : 314,9 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 580 €

2011 : 500 €

2010 : 588,3 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 66,4%

2011 : 58%

2010 : 69,8%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : + 16,6%

2011 : - 14,6%

2010 : + 5,6%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 99,1 M€

2011 : 91,7 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 18,08%

2011 : 20,24%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 4,6%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 216 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 3,0%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 208,4 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 73 M€
  • 59 M€
  • 44 M€
  • 29 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,7 %
  • 2012+5,4 %
  • 2013+1,2 %
  • 2014-11,3 %
  • 59,6
  • 57,4
  • 60,5
  • 61,2
  • 54,3

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 46 M€
  • 37 M€
  • 28 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,1 %
  • 2012-18,0 %
  • 2013-14,6 %
  • 2014+1,1 %
  • 37,9
  • 38,3
  • 31,4
  • 26,8
  • 27,1

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 20 M€
  • 16 M€
  • 12 M€
  • 8 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,4 %
  • 2012-0,9 %
  • 2013+14,7 %
  • 2014+23,3 %
  • 11,1
  • 11,7
  • 11,6
  • 13,3
  • 16,4

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 52%

2013 : 57%

2012 : 55,1%

2011 : 50,6%

2010 : 51,9%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 26%

2013 : 24,9%

2012 : 28,6%

2011 : 33,8%

2010 : 33,1%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 15,7%

2013 : 12,4%

2012 : 10,5%

2011 : 10,3%

2010 : 9,7%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 28 M€
  • 22 M€
  • 17 M€
  • 11 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,0 %
  • 2012-8,4 %
  • 2013-7,2 %
  • 2014-16,1 %
  • 23,3
  • 22,6
  • 20,7
  • 19,2
  • 16,1

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 13 M€
  • 10 M€
  • 8 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,8 %
  • 2012+8,1 %
  • 2013-15,9 %
  • 2014-12,2 %
  • 10,4
  • 9,9
  • 10,7
  • 9
  • 7,9

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 3 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-17,2 %
  • 2012-20,8 %
  • 20130,0 %
  • 2014-5,3 %
  • 2,9
  • 2,4
  • 1,9
  • 1,9
  • 1,8

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 66 M€
  • 53 M€
  • 40 M€
  • 27 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-11,2 %
  • 2012-10,8 %
  • 2013-6,8 %
  • 2014-0,7 %
  • 55,3
  • 49,1
  • 43,8
  • 40,8
  • 40,5

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 24,8%

2013 : 28,8%

2012 : 30%

2011 : 29,8%

2010 : 27,9%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 12,2%

2013 : 13,6%

2012 : 15,5%

2011 : 13%

2010 : 12,4%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 2,7%

2013 : 2,9%

2012 : 2,8%

2011 : 3,2%

2010 : 3,5%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 62,6%

2013 : 61,4%

2012 : 63,6%

2011 : 64,9%

2010 : 66,2%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 62 M€
  • 50 M€
  • 37 M€
  • 25 M€
  • 12 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+17,5 %
  • 2012+5,4 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014-2,1 %
  • 41,2
  • 48,4
  • 51
  • 51,7
  • 50,6

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 114 €
  • 91 €
  • 68 €
  • 46 €
  • 23 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+17,0 %
  • 2012+5,6 %
  • 20130,0 %
  • 2014-2,1 %
  • 76,9
  • 90
  • 95
  • 95
  • 93

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 49 M€
  • 39 M€
  • 29 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+21,5 %
  • 2012+8,2 %
  • 20130,0 %
  • 2014-2,9 %
  • 31,1
  • 37,8
  • 40,9
  • 40,9
  • 39,7

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 91 €
  • 73 €
  • 55 €
  • 36 €
  • 18 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+21,2 %
  • 2012+8,0 %
  • 2013-1,3 %
  • 2014-2,7 %
  • 58,1
  • 70,4
  • 76
  • 75
  • 73

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 35 M€
  • 28 M€
  • 21 M€
  • 14 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+31,0 %
  • 2012+11,8 %
  • 2013-5,8 %
  • 2014-15,6 %
  • 20
  • 26,2
  • 29,3
  • 27,6
  • 23,3

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 65 €
  • 52 €
  • 39 €
  • 26 €
  • 13 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+31,4 %
  • 2012+10,2 %
  • 2013-5,6 %
  • 2014-15,7 %
  • 37,3
  • 49
  • 54
  • 51
  • 43

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 347 M€
  • 277 M€
  • 208 M€
  • 139 M€
  • 69 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,8 %
  • 2012+1,5 %
  • 2013+4,0 %
  • 2014+4,3 %
  • 252,8
  • 262,3
  • 266,2
  • 276,9
  • 288,9

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 637 €
  • 510 €
  • 382 €
  • 255 €
  • 127 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,3 %
  • 2012+1,0 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+4,1 %
  • 472,3
  • 488
  • 493
  • 510
  • 531

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 299 M€
  • 240 M€
  • 180 M€
  • 120 M€
  • 60 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,3 %
  • 2012+19,9 %
  • 2013+2,9 %
  • 2014-0,9 %
  • 220,4
  • 202,2
  • 242,4
  • 249,5
  • 247,2

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 552 €
  • 442 €
  • 331 €
  • 221 €
  • 110 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,7 %
  • 2012+19,4 %
  • 2013+2,4 %
  • 2014-1,1 %
  • 411,7
  • 376
  • 449
  • 460
  • 455

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 53,8%

2013 : 55,9%

2012 : 56,2%

2011 : 47,5%

2010 : 52,5%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 62,8%

2013 : 62,1%

2012 : 61,7%

2011 : 61,7%

2010 : 60,2%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 343 M€
  • 274 M€
  • 206 M€
  • 137 M€
  • 69 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,8 %
  • 2012+1,5 %
  • 2013+4,0 %
  • 2014+4,5 %
  • 249,1
  • 258,6
  • 262,5
  • 273,1
  • 285,5

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 630 €
  • 504 €
  • 378 €
  • 252 €
  • 126 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+1,0 %
  • 2013+3,5 %
  • 2014+4,4 %
  • 465,3
  • 481
  • 486
  • 503
  • 525

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 84 M€
  • 67 M€
  • 50 M€
  • 33 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012+1,2 %
  • 2013+4,1 %
  • 2014+15,4 %
  • 55,6
  • 57,2
  • 57,9
  • 60,3
  • 69,6

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 60 M€
  • 48 M€
  • 36 M€
  • 24 M€
  • 12 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,5 %
  • 2012-0,6 %
  • 2013+1,6 %
  • 2014-1,0 %
  • 48,2
  • 49,4
  • 49,1
  • 49,9
  • 49,4

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 293 M€
  • 234 M€
  • 176 M€
  • 117 M€
  • 59 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,4 %
  • 2012+14,2 %
  • 2013+2,9 %
  • 2014+4,6 %
  • 216,7
  • 198,5
  • 226,6
  • 233,2
  • 244

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 539 €
  • 431 €
  • 323 €
  • 216 €
  • 108 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,8 %
  • 2012+13,8 %
  • 2013+2,4 %
  • 2014+4,4 %
  • 404,8
  • 369
  • 420
  • 430
  • 449

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 43 M€
  • 34 M€
  • 26 M€
  • 17 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,7 %
  • 2012+9,3 %
  • 2013+1,1 %
  • 2014-3,1 %
  • 34,5
  • 32,2
  • 35,2
  • 35,6
  • 34,5

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 79 €
  • 63 €
  • 48 €
  • 32 €
  • 16 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,8 %
  • 2012+8,3 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014-4,5 %
  • 64,4
  • 60
  • 65
  • 66
  • 63

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 13 M€
  • 10 M€
  • 8 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,0 %
  • 2012-3,0 %
  • 2013+5,2 %
  • 2014+4,9 %
  • 10,2
  • 10
  • 9,7
  • 10,2
  • 10,7

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 24 €
  • 19 €
  • 14 €
  • 10 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,5 %
  • 2012-5,3 %
  • 2013+5,6 %
  • 2014+5,3 %
  • 19,1
  • 19
  • 18
  • 19
  • 20

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 30 M€
  • 24 M€
  • 18 M€
  • 12 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,3 %
  • 2012+14,4 %
  • 20130,0 %
  • 2014-6,3 %
  • 24,2
  • 22,2
  • 25,4
  • 25,4
  • 23,8

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 56 €
  • 45 €
  • 34 €
  • 23 €
  • 11 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,5 %
  • 2012+14,6 %
  • 20130,0 %
  • 2014-6,4 %
  • 45,3
  • 41
  • 47
  • 47
  • 44

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 69,1%

2013 : 71,3%

2012 : 72,3%

2011 : 68,9%

2010 : 70,3%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 47 M€
  • 37 M€
  • 28 M€
  • 19 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,0 %
  • 2012-1,6 %
  • 2013-10,0 %
  • 2014-2,3 %
  • 38,9
  • 38,5
  • 37,9
  • 34,1
  • 33,3

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 87 €
  • 70 €
  • 52 €
  • 35 €
  • 17 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,0 %
  • 2012-2,8 %
  • 2013-10,0 %
  • 2014-3,2 %
  • 72,7
  • 72
  • 70
  • 63
  • 61

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 12 M€
  • 9 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,2 %
  • 2012+6,7 %
  • 2013+1,0 %
  • 2014-2,1 %
  • 9,3
  • 9
  • 9,6
  • 9,7
  • 9,5

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 22 €
  • 17 €
  • 13 €
  • 9 €
  • 4 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,7 %
  • 2012+5,9 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 17,3
  • 17
  • 18
  • 18
  • 18

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 36 M€
  • 29 M€
  • 21 M€
  • 14 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,7 %
  • 2012-4,1 %
  • 2013-14,1 %
  • 2014-2,5 %
  • 29,7
  • 29,5
  • 28,3
  • 24,3
  • 23,7

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 67 €
  • 53 €
  • 40 €
  • 27 €
  • 13 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,9 %
  • 2012-5,5 %
  • 2013-13,5 %
  • 2014-2,2 %
  • 55,5
  • 55
  • 52
  • 45
  • 44

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 331 M€
  • 265 M€
  • 199 M€
  • 132 M€
  • 66 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-1,4 %
  • 2014+2,5 %
  • 272,7
  • 269
  • 275,8

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 628 €
  • 502 €
  • 377 €
  • 251 €
  • 126 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,4 %
  • 2012-3,4 %
  • 2013-1,8 %
  • 2014+2,2 %
  • 469,6
  • 523
  • 505
  • 496
  • 507

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 33 M€
  • 26 M€
  • 20 M€
  • 13 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+10,6 %
  • 2014+13,8 %
  • 21,7
  • 24
  • 27,3

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 60 €
  • 48 €
  • 36 €
  • 24 €
  • 12 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,5 %
  • 2012-2,4 %
  • 2013+10,0 %
  • 2014+13,6 %
  • 39,6
  • 41
  • 40
  • 44
  • 50

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 53,9%

2013 : 46,5%

2012 : 42,5%

2011 : 46%

2010 : 51,5%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1014 €
  • 811 €
  • 608 €
  • 406 €
  • 203 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012+1,0 %
  • 2013+2,9 %
  • 2014+2,8 %
  • 784,3
  • 791
  • 799
  • 822
  • 845

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 487 €
  • 390 €
  • 292 €
  • 195 €
  • 97 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-33,0 %
  • 2012+12,9 %
  • 2013-8,1 %
  • 2014+1,8 %
  • 405,8
  • 272
  • 307
  • 282
  • 287

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1102 €
  • 881 €
  • 661 €
  • 441 €
  • 220 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,3 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+2,2 %
  • 842,3
  • 862
  • 874
  • 898
  • 918

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 136 €
  • 108 €
  • 81 €
  • 54 €
  • 27 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,9 %
  • 2012+4,7 %
  • 20130,9 %
  • 2014-11,5 %
  • 111,3
  • 107
  • 112
  • 113
  • 100

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 628 €
  • 502 €
  • 377 €
  • 251 €
  • 126 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,4 %
  • 2012-3,4 %
  • 2013-1,8 %
  • 2014+2,2 %
  • 469,6
  • 523
  • 505
  • 496
  • 507

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 193 €
  • 155 €
  • 116 €
  • 77 €
  • 39 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012-0,6 %
  • 2013-0,6 %
  • 2014-4,4 %
  • 160,7
  • 161
  • 160
  • 159
  • 152

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 20,4%

2013 : 20,6%

2012 : 20,9%

2011 : 20,9%

2010 : 20,8%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 63,8%

2011 : 53,8%

2010 : 85,8%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 95,3%

2013 : 94,3%

2012 : 93,8%

2011 : 94,4%

2010 : 95,6%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 10,9%

2013 : 12,6%

2012 : 12,8%

2011 : 12,4%

2010 : 13,2%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 55,2%

2013 : 55,3%

2012 : 57,8%

2011 : 60,7%

2010 : 55,8%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 652654
  • 522123
  • 391592
  • 261061
  • 130531
  • 0
  • 2010
  • 20110,4 %
  • 20120,5 %
  • 20130,5 %
  • 20140,3 %
  • 535 293
  • 537 560
  • 539 992
  • 542 509
  • 543 878

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 12869
  • 10295
  • 7721
  • 5148
  • 2574
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,5 %
  • 2012+2,5 %
  • 2013+5,2 %
  • 20140,0 %
  • 9 704
  • 9 946
  • 10 190
  • 10 724
  • 10 724

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement du Doubs a une superficie de 5 234 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,5%

En 2013 le TCAM est de + 0,5%

En 2012 le TCAM est de + 0,5%

En 2011 le TCAM est de + 0,5%

En 2010 le TCAM est de + 0,5%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 22,5% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 22% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 21,5% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 20,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 20,3% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Doubs (25) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Doubs depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 216 306 personnes.
  • En l'an 1901 : 298 953 personnes.
  • En l'an 1990 : 484 770 personnes.
  • En l'an 2009 : 539 992 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
216 306 226 120 242 743 254 394 265 615 276 354 286 316 292 427 296 759
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
286 968 296 360 298 152 291 331 306 176 310 895 311 056 303 156 302 123
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
298 953 298 517 300 019 285 086 296 663 305 576 304 892 298 342 327 268
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
384 968 426 458 471 082 477 163 484 770 499 062 539 992