FR 26

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DE LA DRÔME (26)
 

 
Le point rouge sur la carte vous donne la position du département de la Drôme 26 sur la carte de France.
Contacter le Conseil General de la Drôme (26). Contacter le Conseil General de la Drôme (26).

Bienvenue dans le département de la Drôme (26) qui se situe dans la Région Rhône Alpes.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, 26 Avenue du Président Herriot, 26026 Valence Cedex 9

 Téléphone : +33 (0)4 75 79 26 26

 Fax : +33 (0)4 75 42 08 40

Page de contact officielle

 Site Internet Officiel :http://www.ladrome.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/ladromeledepartement

Blason et logo
Département de la Drôme


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Valence.

Blason et Armes du département de la Drôme 26 Ancien logo du Conseil Général de la Drôme 26  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental de la Drôme 26

Président du Conseil Départemental

Monsieur Patrick Labaune

Né le 13 juin en 1951 (64 ans) à Paris.

En fonction depuis le 02/04/2015.

Il est également Député de la 1ère circonscription de la Drôme et Il est aussi Conseiller régional de Rhône-Alpes

Nuance politique : Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

Courriel : plabaune@assemblee-nationale.fr

 Site Internet Officiel :http://www.patricklabaune.fr

 Twitter Officiel :https://twitter.com/patricklabaune

Découvrez la liste des mairies dans le département de la Drôme.

Consultez la préfecture du département de la Drôme.

Le conseil général de la Drôme est dans la Région : Rhône Alpes.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département de la Drôme (26).


Le département de la Drôme est composée de 38 conseillers départementaux

Le departement
de la Drôme

a une superficie de
6 530 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 491 334 personnes avec une densite de 75 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général de la Drôme intègre 3 arrondissements, avec 19 cantons.
  •  Vous trouverez 369 communes dans le Conseil Départemental de la Drôme.

Le département de la Drôme en quelques mots :

L’histoire de la Drôme remonte à la préhistoire, et l’homme s’y étant installé, n’en est pas partit depuis. C’est une des raisons pour lesquelles les Drômois sont aussi attachés à leur terre.


Le climat dans la Drôme est capricieux puisqu’il fait se rencontrer deux courant d’air qui rendent le département particulièrement orageux. Les températures sont moyennes.


Son économie est moyenne, sans grand atout elle est stable et persiste dans cette régularité.


Le tourisme par contre, est un atout que le département cherche à élaborer au-delà de tout, et nous comprenons pourquoi avec ses 5000km de randonnée, ses paysages magnifiques et son patrimoine très ancien.


Histoire et situation géographique

Le département de la Drôme est situé dans la région Rhône-Alpes, dans le sud-est de la France. Il tire son nom du cours d’eau qui le traverse.

La Drôme peut se vanter de posséder des sites archéologiques datant du Néolithique et dont on retire encore aujourd’hui nombre de découvertes. Entre 5000 et 6000 avant notre ère, des hommes s’installèrent à la lisière d’Espeluche et de la Valdaine afin de fuir le froid mordant qui avait d’ores et déjà engagé son repli vers les pôles. Depuis ils y ont prospéré à travers l’âge du bronze vers -2200 où ils devinrent définitivement sédentaire, jusqu’à l’âge du fer, les débuts de la Gaule. Pour cette raison, la Drôme regorge de poteries, d’ouvrages préhistoriques et même de stèles anthropomorphes qui interrogent encore aujourd’hui les spécialistes. Là ils inventèrent une culture fertile grâce aux araires et à d’autres techniques facilement importées dans le département.

Comme sur bien d’autres terres de notre beau pays à cette époque, la Drôme était habitée par des peuples gaulois d’origine celtique : les Allobroges, les Segovellaunes et les Tricastin, pour ne citer que les principaux. Déjà à l’époque, l’astrologue et historien Ptolémée avait repéré une ville qui sortait du décor. Il la nomma Valentia et la concevait comme la ville principale des Allobroges.

Jusqu’au XVIème siècle, la Drôme s’était tenue à peu près tranquille, en dehors de l’invasion romaine qui avait quelque peu échauffé les relations. Cependant, alors que l’Edit de Nantes n’est pas encore signé, Valence est l’une des premières villes à se convertir au protestantisme. Suite aux événements de la Saint Barthélémy du 24 août 1572, les habitants de Valence prennent les armes et pendent le nouveau lieutenant général en charge de la ville par la couronne. Alors qu’on a réuni une armée de 14 000 arquebusiers chez les Drômois, Henri IV parvient à apaiser les tensions et à rétablir la paix dans le fier département de la Drôme. Depuis, même lors de la révocation de l’Edit de Nantes, le département est resté globalement en paix jusqu’à ce que la Résistance du Vercors et ses maquis organisés constituent un véritable appui aux Alliés pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Climat

Le climat de la Drôme est composite. Nous dirons qu’il est semi-continental au nord et semi-méditerranéen au sud. Ce faisant, il faut constater deux courants d’air qui traversent le département de part en part : le premier provenant du nord et qu’on appelle le Mistral, et le second venant du sud et qu’on appelle le vent Marin. A cause de la confrontation de ces vents violents et les différences de pression atmosphérique qui s’y associent, le département de la Drôme est l’un des plus orageux de France. Il y fait en moyenne 5°C en janvier et 22 degrés en juin.

Economie, entreprise, agricole, industriel

Le palmarès économique du département de la Drôme est moyen sans avoir grand-chose de remarquable. Un taux de chômage oscillant autour des 10% entre 2010 et 2015, 50% des emplois reviennent aux professions du secteur tertiaire, l’industrie couvre 20% des emplois et le commerce arrive à 15%. La faible part restante revient à l’agriculture qui s’élabore principalement autour de ses quelques vignobles et de ses plantations d’oliviers, ainsi que la célèbre production d'Ail. Autrefois l'industrie de la chaussure de luxe se trouvait à Romans sur Isère, malheureusement le déclin économique a eu raison de cette industrie.

Attractivité touristique

Le département de la Drôme s’étend entre le Vercors et la Provence qui sont, bien entendu, deux régions parfaitement différentes et pourtant attractives. Des fabuleux champs de lavandes et d’oliviers donnent à des vacances dans la Drôme, des airs grecs.

Pour découvrir ces magnifique paysages, le département n’a pas manqué d’organiser par moins de 5000 kilomètres de circuits en randonnée, à pied, à vélo ou en balade à cheval !

Comme dans chaque département, il y a quelques incontournables : le parc naturel régional du Vercors regorge d’une faune et d’une flore absolument richissimes, entre 1000 et 2300 mètres d’altitude ! Là se réfugiaient les résistants, dans des paysages aux airs écossais parfois, et dont la terre regorges de trésors préhistoriques. D’ailleurs, c’est dans ce parc que se situe le musée de la préhistoire ! Vient ensuite Montélimar et son délicieux nougat, mais aussi le lieu où s’élève le château des Adhémar à l’architecture atypique pour la région. Enfin, après être passé par Valence pour admirer la Maison des Têtes ou encore la très ancienne église Saint-Jean Baptiste (première fois construite au IVème siècle), il vous faudra vous rendre au Palais Idéal du Facteur Cheval, l’œuvre d’un seul homme, un postier qui a construit un palais rien qu’en ramassant des galets sur le chemin qui le ramenait chez lui, tous les jours pendant 40 ans.

Saveurs

La truffe noire de la Drôme est réputée pour son ancienneté ! Déjà les gaulois Tricastin les dégustait avec délice, et aujourd’hui on sait pourquoi. Les ravioles de Romans ressemblent à de petits raviolis fourrés au fromage, ils sont délicieux et originaire de la Drôme. Du côté des fromages, le picodon est à l’honneur, ce petit fromage de brebis si spécial par son affinage et par l’alimentation des bêtes. Le Bleu du Vercors et le Banon au chèvre cru le talonnent parmi les fromages AOP de la Drôme. Mais nous avons aussi d’ores et déjà parlé du nougat de Montélimar dont la renommée a dépassé les frontières de la France.

Le Saviez-vous ?

Déjà à l’époque du néolithique, les hommes de la Drôme, nos ancêtres, mangeaient des escargots. Des vrais Français avant l’heure !

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
de la Drôme (26)

 
 

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 735 M€
  • 588 M€
  • 441 M€
  • 294 M€
  • 147 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,6 %
  • 20120,9 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014+1,6 %
  • 598,2
  • 588,9
  • 594,4
  • 602,8
  • 612,7

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1471 €
  • 1177 €
  • 883 €
  • 588 €
  • 294 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,4 %
  • 2012-0,1 %
  • 2013+1,0 %
  • 20140,9 %
  • 1 226
  • 1 196
  • 1 195
  • 1 207
  • 1 218

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 576 M€
  • 461 M€
  • 346 M€
  • 230 M€
  • 115 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,7 %
  • 2012+4,3 %
  • 2013+1,2 %
  • 2014+2,3 %
  • 432,8
  • 444,5
  • 463,5
  • 469,2
  • 480

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1146 €
  • 917 €
  • 688 €
  • 458 €
  • 229 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,8 %
  • 2012+3,2 %
  • 20130,9 %
  • 2014+1,6 %
  • 887,1
  • 903
  • 932
  • 940
  • 955

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 198 M€
  • 159 M€
  • 119 M€
  • 79 M€
  • 40 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-12,7 %
  • 2012-9,3 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014-0,7 %
  • 165,4
  • 144,4
  • 130,9
  • 133,6
  • 132,7

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 407 €
  • 325 €
  • 244 €
  • 163 €
  • 81 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,5 %
  • 2012-10,2 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014-1,5 %
  • 338,9
  • 293
  • 263
  • 268
  • 264

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 735 M€
  • 588 M€
  • 441 M€
  • 294 M€
  • 147 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,6 %
  • 20120,9 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014+1,6 %
  • 598,2
  • 588,9
  • 594,4
  • 602,8
  • 612,7

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1471 €
  • 1177 €
  • 883 €
  • 588 €
  • 294 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,4 %
  • 2012-0,1 %
  • 2013+1,0 %
  • 20140,9 %
  • 1 226
  • 1 196
  • 1 195
  • 1 207
  • 1 218

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 641 M€
  • 512 M€
  • 384 M€
  • 256 M€
  • 128 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,9 %
  • 2012+3,9 %
  • 2013+1,7 %
  • 2014+3,1 %
  • 480,8
  • 490
  • 509,3
  • 518
  • 533,8

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1273 €
  • 1019 €
  • 764 €
  • 509 €
  • 255 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,0 %
  • 2012+2,9 %
  • 2013+1,3 %
  • 2014+2,3 %
  • 985,4
  • 995
  • 1 024
  • 1 037
  • 1 061

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 141 M€
  • 113 M€
  • 85 M€
  • 56 M€
  • 28 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-15,8 %
  • 2012-14,0 %
  • 2013-0,4 %
  • 2014-7,0 %
  • 117,4
  • 98,9
  • 85,1
  • 84,8
  • 78,9

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 289 €
  • 231 €
  • 173 €
  • 115 €
  • 58 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,5 %
  • 2012-14,9 %
  • 2013-0,6 %
  • 2014-7,6 %
  • 240,6
  • 201
  • 171
  • 170
  • 157

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 119 M€
  • 95 M€
  • 71 M€
  • 48 M€
  • 24 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+1,1 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014+2,0 %
  • 91,2
  • 94,3
  • 95,3
  • 97,1
  • 99

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 236 €
  • 189 €
  • 142 €
  • 95 €
  • 47 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,7 %
  • 20120,0 %
  • 2013+1,6 %
  • 2014+1,0 %
  • 186,9
  • 192
  • 192
  • 195
  • 197

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 54 M€
  • 43 M€
  • 32 M€
  • 22 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,5 %
  • 2012+4,2 %
  • 2013-23,4 %
  • 2014+1,5 %
  • 42,9
  • 43,1
  • 44,9
  • 34,4
  • 34,9

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 108 €
  • 86 €
  • 65 €
  • 43 €
  • 22 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,1 %
  • 2012+2,3 %
  • 2013-23,3 %
  • 20140,0 %
  • 87,9
  • 88
  • 90
  • 69
  • 69

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 6 M€
  • 4 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 2013+9,5 %
  • 20140,0 %
  • 4,2
  • 4,2
  • 4,2
  • 4,6
  • 4,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 11 €
  • 9 €
  • 7 €
  • 4 €
  • 2 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,9 %
  • 2012+5,0 %
  • 2013+10,7 %
  • 2014-1,1 %
  • 8,5
  • 8
  • 8,4
  • 9,3
  • 9,2

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 4 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012-3,3 %
  • 2013+6,9 %
  • 20140,0 %
  • 3
  • 3
  • 2,9
  • 3,1
  • 3,1

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 399 M€
  • 319 M€
  • 240 M€
  • 160 M€
  • 80 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,5 %
  • 2012+3,6 %
  • 2013+5,0 %
  • 2014+3,4 %
  • 288,8
  • 296
  • 306,6
  • 321,8
  • 332,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 794 €
  • 636 €
  • 477 €
  • 318 €
  • 159 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,5 %
  • 2012+2,5 %
  • 2013+4,7 %
  • 2014+2,6 %
  • 592
  • 601
  • 616
  • 645
  • 662

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 259 M€
  • 208 M€
  • 156 M€
  • 104 M€
  • 52 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-60,2 %
  • 2012+95,9 %
  • 2013+5,0 %
  • 2014+2,5 %
  • 216,2
  • 86
  • 168,5
  • 177
  • 181,5

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 532 €
  • 425 €
  • 319 €
  • 213 €
  • 106 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-60,5 %
  • 2012+93,7 %
  • 2013+4,7 %
  • 2014+1,7 %
  • 443,1
  • 175
  • 339
  • 355
  • 361

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 191 M€
  • 153 M€
  • 115 M€
  • 77 M€
  • 38 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,2 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013-0,3 %
  • 2014+3,6 %
  • 136,8
  • 152,1
  • 154,3
  • 153,9
  • 159,4

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 121 M€
  • 96 M€
  • 72 M€
  • 48 M€
  • 24 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,8 %
  • 2012-0,1 %
  • 2013-0,1 %
  • 2014-3,3 %
  • 99,7
  • 100,5
  • 100,4
  • 100,3
  • 97

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 275 M€
  • 220 M€
  • 165 M€
  • 110 M€
  • 55 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+115,9 %
  • 2012-29,8 %
  • 2013-0,9 %
  • 2014+4,0 %
  • 106
  • 228,9
  • 160,8
  • 159,3
  • 165,7

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 558 €
  • 446 €
  • 335 €
  • 223 €
  • 112 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+114,0 %
  • 2012-30,5 %
  • 2013-1,2 %
  • 2014+3,4 %
  • 217,3
  • 465
  • 323
  • 319
  • 330

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 59 M€
  • 48 M€
  • 36 M€
  • 24 M€
  • 12 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+39,4 %
  • 20120,9 %
  • 20130,0 %
  • 2014+10,0 %
  • 32
  • 44,6
  • 45
  • 45
  • 49,5

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 99 M€
  • 79 M€
  • 59 M€
  • 40 M€
  • 20 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+171,6 %
  • 2012-14,8 %
  • 2013-1,0 %
  • 2014+2,9 %
  • 30,3
  • 82,3
  • 70,1
  • 69,4
  • 71,4

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 46 M€
  • 36 M€
  • 27 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+3,3 %
  • 2013-0,3 %
  • 20140,0 %
  • 36,8
  • 36,8
  • 38
  • 37,9
  • 37,9

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 14,1 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 1,2 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 1 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 329,3 M€

2011 : 314,9 M€

2010 : 322,2 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 662 €

2011 : 639 €

2010 : 660,4 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 64,7%

2011 : 64,3%

2010 : 67%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : + 4,6%

2011 : - 2,3%

2010 : + 5,1%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 94,6 M€

2011 : 73,6 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 15,51%

2011 : 20,22%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 3,6%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 219,7 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 5,4%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 216,2 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 115 M€
  • 92 M€
  • 69 M€
  • 46 M€
  • 23 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,5 %
  • 2012-10,9 %
  • 2013+6,6 %
  • 2014+2,5 %
  • 95,6
  • 82,7
  • 73,7
  • 78,6
  • 80,6

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 41 M€
  • 33 M€
  • 25 M€
  • 17 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-17,7 %
  • 2012+1,4 %
  • 20130,3 %
  • 20140,0 %
  • 34,5
  • 28,4
  • 28,8
  • 28,9
  • 28,9

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 21 M€
  • 16 M€
  • 12 M€
  • 8 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 2013-20,5 %
  • 20140,0 %
  • 17,1
  • 17,1
  • 17,1
  • 13,6
  • 13,6

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 60,8%

2013 : 58,8%

2012 : 56,3%

2011 : 57,3%

2010 : 57,8%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 21,8%

2013 : 21,6%

2012 : 22%

2011 : 19,7%

2010 : 20,9%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 10,3%

2013 : 10,2%

2012 : 13,1%

2011 : 11,9%

2010 : 10,4%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 27 M€
  • 22 M€
  • 16 M€
  • 11 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,2 %
  • 2012-12,9 %
  • 2013-1,0 %
  • 2014-10,4 %
  • 20,7
  • 22,4
  • 19,5
  • 19,3
  • 17,3

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 16 M€
  • 13 M€
  • 10 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,5 %
  • 20120,0 %
  • 2013-19,5 %
  • 2014+3,9 %
  • 13,4
  • 12,8
  • 12,8
  • 10,3
  • 10,7

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 2 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-100,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014-13,3 %
  • 1,5
  • 0
  • 0
  • 1,5
  • 1,3

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 87 M€
  • 69 M€
  • 52 M€
  • 35 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,9 %
  • 2012-13,6 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 72,3
  • 57,9
  • 50
  • 50
  • 50

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 22%

2013 : 22,8%

2012 : 22,9%

2011 : 22,6%

2010 : 17,6%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 13,6%

2013 : 12,2%

2012 : 15%

2011 : 12,9%

2010 : 11,4%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 1,6%

2013 : 1,8%

2012 : 0%

2011 : 0%

2010 : 1,3%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 63,4%

2013 : 59%

2012 : 58,7%

2011 : 58,5%

2010 : 61,6%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 68 M€
  • 55 M€
  • 41 M€
  • 27 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,7 %
  • 20120,4 %
  • 2013+6,8 %
  • 2014+9,4 %
  • 50,9
  • 48,5
  • 48,7
  • 52
  • 56,9

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 136 €
  • 108 €
  • 81 €
  • 54 €
  • 27 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,1 %
  • 20120,0 %
  • 2013+6,1 %
  • 2014+8,7 %
  • 104,4
  • 98
  • 98
  • 104
  • 113

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 65 M€
  • 52 M€
  • 39 M€
  • 26 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,2 %
  • 20120,7 %
  • 2013+6,6 %
  • 2014+10,2 %
  • 48
  • 45,5
  • 45,8
  • 48,8
  • 53,8

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 128 €
  • 103 €
  • 77 €
  • 51 €
  • 26 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,0 %
  • 2012-0,4 %
  • 2013+6,5 %
  • 2014+9,2 %
  • 98,3
  • 92,4
  • 92
  • 98
  • 107

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 48 M€
  • 39 M€
  • 29 M€
  • 19 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-7,8 %
  • 2012+1,1 %
  • 2013+22,6 %
  • 2014+14,2 %
  • 30,8
  • 28,4
  • 28,7
  • 35,2
  • 40,2

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 96 €
  • 77 €
  • 58 €
  • 38 €
  • 19 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,2 %
  • 20120,0 %
  • 2013+20,7 %
  • 2014+14,3 %
  • 63,2
  • 58
  • 58
  • 70
  • 80

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 357 M€
  • 286 M€
  • 214 M€
  • 143 M€
  • 71 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,5 %
  • 2012+2,9 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014+3,1 %
  • 266,3
  • 275,7
  • 283,6
  • 288,9
  • 297,9

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 710 €
  • 568 €
  • 426 €
  • 284 €
  • 142 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,6 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013+1,6 %
  • 2014+2,2 %
  • 545,7
  • 560
  • 570
  • 579
  • 592

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 318 M€
  • 255 M€
  • 191 M€
  • 127 M€
  • 64 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,6 %
  • 2012+7,7 %
  • 2013+2,0 %
  • 2014-1,8 %
  • 233,1
  • 241,5
  • 260
  • 265,2
  • 260,3

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 637 €
  • 510 €
  • 382 €
  • 255 €
  • 127 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,6 %
  • 2012+6,7 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014-2,4 %
  • 477,7
  • 490
  • 523
  • 531
  • 518

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 54,2%

2013 : 56,5%

2012 : 56,1%

2011 : 54,3%

2010 : 53,8%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 62,1%

2013 : 61,6%

2012 : 61,2%

2011 : 62%

2010 : 61,5%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 352 M€
  • 281 M€
  • 211 M€
  • 141 M€
  • 70 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,0 %
  • 2012+3,0 %
  • 2013+2,3 %
  • 2014+3,2 %
  • 259
  • 269,4
  • 277,4
  • 283,8
  • 293

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 700 €
  • 560 €
  • 420 €
  • 280 €
  • 140 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,0 %
  • 2012+2,0 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+2,6 %
  • 530,9
  • 547
  • 558
  • 568
  • 583

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 79 M€
  • 63 M€
  • 47 M€
  • 31 M€
  • 16 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,9 %
  • 2012-1,6 %
  • 2013-1,7 %
  • 2014+5,6 %
  • 62,9
  • 64,1
  • 63,1
  • 62
  • 65,5

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 59 M€
  • 47 M€
  • 35 M€
  • 24 M€
  • 12 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,5 %
  • 2012+2,2 %
  • 2013+2,5 %
  • 2014+1,9 %
  • 44,1
  • 46,1
  • 47,1
  • 48,3
  • 49,2

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 307 M€
  • 245 M€
  • 184 M€
  • 123 M€
  • 61 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,2 %
  • 2012+3,2 %
  • 2013+2,3 %
  • 2014+2,8 %
  • 226,1
  • 235,5
  • 243,1
  • 248,8
  • 255,7

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 610 €
  • 488 €
  • 366 €
  • 244 €
  • 122 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+2,3 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+2,0 %
  • 463,4
  • 478
  • 489
  • 498
  • 508

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 43 M€
  • 34 M€
  • 26 M€
  • 17 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,0 %
  • 2012+12,0 %
  • 2013+15,6 %
  • 2014-6,7 %
  • 29,9
  • 27,5
  • 30,8
  • 35,6
  • 33,2

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 85 €
  • 68 €
  • 51 €
  • 34 €
  • 17 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,6 %
  • 2012+10,7 %
  • 2013+14,5 %
  • 2014-7,0 %
  • 61,3
  • 56
  • 62
  • 71
  • 66

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 11 M€
  • 9 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,8 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014+2,2 %
  • 8,4
  • 8,8
  • 9,1
  • 9,3
  • 9,5

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 23 €
  • 18 €
  • 14 €
  • 9 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,0 %
  • 20120,0 %
  • 2013+5,6 %
  • 20140,0 %
  • 17,3
  • 18
  • 18
  • 19
  • 19

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 31 M€
  • 25 M€
  • 19 M€
  • 13 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,0 %
  • 2012+16,0 %
  • 2013+20,7 %
  • 2014-9,5 %
  • 21,5
  • 18,7
  • 21,7
  • 26,2
  • 23,7

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 64 €
  • 51 €
  • 38 €
  • 25 €
  • 13 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,6 %
  • 2012+15,8 %
  • 2013+20,5 %
  • 2014-11,3 %
  • 44
  • 38
  • 44
  • 53
  • 47

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 71,4%

2013 : 73,7%

2012 : 70,4%

2011 : 67,9%

2010 : 71,8%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 86 M€
  • 69 M€
  • 51 M€
  • 34 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-11,6 %
  • 2012-20,6 %
  • 2013-4,4 %
  • 2014+1,3 %
  • 71,4
  • 63,1
  • 50,1
  • 47,9
  • 48,5

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 176 €
  • 140 €
  • 105 €
  • 70 €
  • 35 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-12,5 %
  • 2012-21,1 %
  • 2013-5,0 %
  • 20140,0 %
  • 146,3
  • 128
  • 101
  • 96
  • 96

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 14 M€
  • 11 M€
  • 9 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,5 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 11,9
  • 11,6
  • 11,6
  • 11,6
  • 11,6

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 29 €
  • 23 €
  • 18 €
  • 12 €
  • 6 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,7 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 24,4
  • 23
  • 23
  • 23
  • 23

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 71 M€
  • 57 M€
  • 43 M€
  • 29 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,4 %
  • 2012-25,2 %
  • 2013-5,7 %
  • 2014+1,7 %
  • 59,5
  • 51,5
  • 38,5
  • 36,3
  • 36,9

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 146 €
  • 117 €
  • 88 €
  • 59 €
  • 29 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,9 %
  • 2012-26,7 %
  • 2013-5,2 %
  • 20140,0 %
  • 121,9
  • 105
  • 77
  • 73
  • 73

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 173 M€
  • 138 M€
  • 104 M€
  • 69 M€
  • 35 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-5,1 %
  • 2014+2,1 %
  • 143,8
  • 136,5
  • 139,3

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 347 €
  • 277 €
  • 208 €
  • 139 €
  • 69 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+27,0 %
  • 2012+23,0 %
  • 2013-5,5 %
  • 2014+1,5 %
  • 185
  • 235
  • 289
  • 273
  • 277

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 24 M€
  • 19 M€
  • 14 M€
  • 10 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-16,0 %
  • 20140,0 %
  • 20
  • 16,8
  • 16,8

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 49 €
  • 40 €
  • 30 €
  • 20 €
  • 10 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,5 %
  • 2012-2,4 %
  • 2013-15,0 %
  • 2014-2,9 %
  • 41,2
  • 41
  • 40
  • 34
  • 33

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 29,5%

2013 : 32,3%

2012 : 41,1%

2011 : 41,4%

2010 : 39,4%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1146 €
  • 917 €
  • 688 €
  • 458 €
  • 229 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,8 %
  • 2012+3,2 %
  • 20130,9 %
  • 2014+1,6 %
  • 887,1
  • 903
  • 932
  • 940
  • 955

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 532 €
  • 425 €
  • 319 €
  • 213 €
  • 106 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-60,5 %
  • 2012+93,7 %
  • 2013-3,8 %
  • 2014+2,8 %
  • 443,1
  • 175
  • 339
  • 326
  • 335

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1273 €
  • 1019 €
  • 764 €
  • 509 €
  • 255 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,0 %
  • 2012+2,9 %
  • 2013+1,3 %
  • 2014+2,3 %
  • 985,4
  • 995
  • 1 024
  • 1 037
  • 1 061

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 235 €
  • 188 €
  • 141 €
  • 94 €
  • 47 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-14,3 %
  • 2012-11,9 %
  • 2013+6,1 %
  • 2014+1,9 %
  • 196
  • 168
  • 148
  • 157
  • 160

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 347 €
  • 277 €
  • 208 €
  • 139 €
  • 69 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+27,0 %
  • 2012+23,0 %
  • 2013-5,5 %
  • 2014+1,5 %
  • 185
  • 235
  • 289
  • 273
  • 277

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 245 €
  • 196 €
  • 147 €
  • 98 €
  • 49 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,2 %
  • 2012-1,0 %
  • 2013-0,5 %
  • 2014-4,0 %
  • 204,4
  • 204
  • 202
  • 201
  • 193

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 20,6%

2013 : 20,7%

2012 : 20,6%

2011 : 21,2%

2010 : 21,1%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 59,2%

2011 : 32,1%

2010 : 88%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 92,5%

2013 : 93,2%

2012 : 94,4%

2011 : 94,2%

2010 : 93,6%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 15,1%

2013 : 15,2%

2012 : 14,5%

2011 : 16,9%

2010 : 19,9%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 26,1%

2013 : 26,4%

2012 : 28,2%

2011 : 23,6%

2010 : 18,8%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 603452
  • 482762
  • 362071
  • 241381
  • 120690
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012+1,0 %
  • 20130,4 %
  • 20140,7 %
  • 487 881
  • 492 508
  • 497 487
  • 499 313
  • 502 877

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 12924
  • 10339
  • 7754
  • 5170
  • 2585
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,8 %
  • 2012+2,1 %
  • 2013+4,0 %
  • 20140,0 %
  • 9 961
  • 10 140
  • 10 353
  • 10 770
  • 10 770

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement de la Drôme a une superficie de 6 530 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,8%

En 2013 le TCAM est de + 0,9%

En 2012 le TCAM est de + 1,0%

En 2011 le TCAM est de + 1,0%

En 2010 le TCAM est de + 1,0%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 25,1% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 24,6% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 24,1% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 23,7% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 23,4% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Drôme (26) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Drôme depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 235 357 personnes.
  • En l'an 1901 : 297 321 personnes.
  • En l'an 1990 : 414 072 personnes.
  • En l'an 2009 : 497 487 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
235 357 253 502 273 511 285 791 299 556 305 499 311 551 320 075 326 846
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
324 760 326 684 324 231 320 417 321 756 313 763 314 615 306 419 303 491
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
297 321 297 270 290 894 263 509 263 750 267 080 267 281 268 233 275 280
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
304 227 342 891 361 847 389 781 414 072 437 778 497 487