FR 27

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DE L'EURE (27)
 

 
Le point rouge sur la carte vous donne la position du département de l'Eure 27 sur la carte de France.
Contacter le Conseil General de l'Eure (27). Contacter le Conseil General de l'Eure (27).

Bienvenue dans le département de l'Eure (27) qui se situe dans la Région Haute Normandie.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, 14 boulevard Georges Chauvin, CS 72101, 27021 Evreux Cedex

 Téléphone : +33 (0)2 32 31 50 50

Page de contact officielle

 Site Internet Officiel :http://www.eure-en-ligne.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/eureenligne

 Twitter Officiel :https://twitter.com/eureenligne

 Google+ Officiel :https://plus.google.com/102369629300764279066/about

 YouTube Officiel :https://www.youtube.com/user/eureenligne/videos

 Flickr Officiel :https://www.flickr.com/photos/eurenligne/sets/

Blason et logo
Département de l'Eure


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Évreux.

Blason et Armes du département de l'Eure 27 Ancien logo du Conseil Général de l'Eure 27  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental de l'Eure 27

Président du Conseil Départemental

Monsieur Sébastien Lecornu

Né le 10 juin en 1986 (29 ans)

En fonction depuis le 02/04/2015.

Nuance politique : Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

 Twitter Officiel :https://twitter.com/SebLecornu

Découvrez la liste des mairies dans le département de l'Eure.

Consultez la préfecture du département de l'Eure.

Le conseil général de l'Eure est dans la Région : Haute Normandie.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département de l'Eure (27).


Le département de l'Eure est composée de 46 conseillers départementaux

Le departement
de l'Eure

a une superficie de
6 040 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 591 616 personnes avec une densite de 98 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général de l'Eure intègre 3 arrondissements, avec 23 cantons.
  •  Vous trouverez 675 communes dans le Conseil Départemental de l'Eure.

Le département de l'Eure en quelques mots :

L’histoire de l’Eure est parsemée de conquêtes et de résistances. Depuis les Gaulois jusqu’aux guerres contre les Allemands, en passant par les Vikings, les Eurois ont su s’illustrer dans de très nombreux conflits.


Le climat de l’Eure n’est pas pluvieux, comme beaucoup se l’imaginent au sujet de toute la région de Haute-Normandie. Cependant, le département est peu ensoleillé.


L’économie du département s’appuie surtout sur une très importante production ternaire. L’industrie est primordiale dans les secteurs à forte valeur ajoutée comme la pharmacie, l’aéronautique ou l’aérospatial. Cependant, 65% des terres de l’Eure sont exploitées pour l’agriculture, complétant le tableau d’un département complet sur le plan économique.


En raison de son histoire exceptionnellement agitée, le département de l’Eure peut revendiquer un patrimoine exceptionnel, fort de plus de 450 châteaux et de contrées qui en rappellent l’histoire.


La cuisine dans l’Eure, c’est avant tout de l’originalité et de la tradition. Cependant, vous serez surpris de découvrir que quelques-unes sont quotidiennement dégustées par tous les Français !


Histoire et situation géographique

Le département de l’Eure se situe dans la Région de Haute-Normandie, et tire son nom du cours d’eau qui le traverse et qui se jette dans la Seine.

Deux peuples gaulois vivaient à l’endroit de l’Eure actuelle : les Aulerci Eburovices qui ont été à l’origine de la ville d’Evreux, et les Velocasses. Ils se battirent, comme le reste des peuples gaulois, contre Jules César lorsqu’il envahit la Gaule de 58 à 50 avant notre ère.

Une ferveur chrétienne ne manque pas de s’emparer très vite du département de l’Eure alors que les églises et les abbayes se multiplient. On raconte même que l’évêque de Rouen Saint Adrien, a vécu une véritable illumination divine lorsqu’il traversa ces anciennes terres. Il était alors très réduit et ne pouvait plus se déplacer sans être allongé. Arrivé à hauteur d’un endroit appelé Nadud, les chevaux des quatre fers s’arrêtèrent et refusèrent d’aller plus en avant. L’évêque, interloqué, descendit de sa litière et commença à prier lorsqu’il vit s’illuminer dans le ciel, une grande croix de lumière. Cet endroit ne tarda pas à devenir l’un des lieux de pèlerinage les plus visités et pratiqués de France.

Après avoir essuyé des invasions et des pillages aussi terribles que ceux des Vikings et des Wisigoths, l’Eure toujours se relevait et s’épanouissait à nouveau, dans un paysage et une quiétude inspirants. D’ailleurs, il est curieux de constater que Roll, le Viking qui assiégea Paris et défit Charles le Chauve, devint chef de la Bretagne jusqu’à la Normandie et se convertissant au christianisme, il put assurer sa descendance dans son nouveau territoire. Ce nouveau territoire qu’il avait pillé et dévasté était désormais reconstruit par ses mêmes mains, et les mains de ses descendants. Vinrent au XVème siècle les Anglais qui prirent la Normandie et l’évangélisa selon la Réforme de Calvin. Cependant, l’hérésie n’atteint pas l’Eure qui résista.

Le diocèse d’Evreux, recouvrant l’Eure toute entière, fut et est resté un espace de revendications et de résistance. En 1870, pendant la guerre que la France menait contre les Allemands, même après que le Général Bazaine a rendu les armes à Metz, les Eurois résistèrent et repoussèrent un temps les forces germaniques.

Climat

Le climat dans le département de l’Eure est globalement doux, et relève de l’influence océanique. En ce qui concerne l’humidité et malgré la mauvaise réputation de la Haute-Normandie, l’Eure n’est pas le département pluvieux auquel on peut s’attendre ! Effectivement, en 2014 il ne figurait qu’à la 68ème place sur 101 des départements les plus pluvieux, le premier étant l’Ardèche ! En 2013, il était 84ème et en 2012 elle était descendue à la 60ème place. Bas les mauvaises langues, l’Eure n’est pas un département pluvieux. Par contre, le soleil n’y est pas nécessairement présent non plus. En effet, en 2014, le département se retrouvait parmi ceux qui étaient les moyens ensoleillés, à la 88ème place. En 2013, il était 80ème, et l’année précédente la 82ème place leur revenait. Il n’y pleut peut être pas tant que cela, mais le soleil manque un peu tout de même.

Economie, entreprise, agricole, industriel

Les deux tiers de l’économie en termes d’emplois et de PIB sont générés par le secteur tertiaire. En 2015, la Chambre de Commerce et de l’Industrie de l’Eure affiche 122 000 salariés dans le secteur concerné, pour un total de 174 000 emplois. Néanmoins, et comme on peut s’en douter, c’est l’agriculture qui occupe le plus de place physiquement. Avec plus de 63% de la superficie du territoire occupée par des cultures céréalières principalement, on peut dire sans crainte que le secteur primaire constitue un point essentiel de l’économie du département.

Du point de vue des entreprises, il semblerait que l’Eure table avant tout sur des produits à forte valeur ajoutée. L’industrie qui remporte la palme d’or de la recherche et de la production en Eure est la pharmacologie et la cosmétique. Aptar Pharma, Glaxo Smith Kine, Janssen-Cilag et Sanofi Pasteur, solidement implantés dans le département comptabilisent à eux-seuls près de 5400 employés. Quelques entreprises d’aéronautique et d’aérospatial sont aussi représentées. Le positionnement du département, au carrefour entre Rouen et Paris avec la possibilité de capter des marchandises en provenance de Belgique et des ports du nord-ouest, en font l’un des endroits les plus favorables pour l’implantation des entreprises. Il semble indéniable que l’Eure table sur une industrie d’avenir, au-delà de toute aspiration traditionnelle.

Attractivité touristique

Riche d’une histoire faite de conquêtes et de défenses acharnées, l’Eure compte un nombre très important de châteaux et de places fortes. 456 monuments au total sont placés sous protection patrimoniale et inscrits au registre des monuments historiques. Parmi ces très nombreux édifices, on peut également retrouver des styles architecturaux exceptionnellement variés, qui ajoutent une diversité considérable à leur pluralité. Tout en briques, le Château de Tilly à Boissey-le-Châtel est un exemple de minutie monumentale somptueuse. Dans le même style, l’Hôtel de ville de Brionne est absolument resplendissant. Plus ancien, le Château de Gisors (XIème siècle) est un inévitable avec le magnifique Château de Gaillard du XIIème siècle qui fait face à la Seine. Nous ne pouvons pas vous renseigner sur toutes les perles médiévales de ce département parce qu’internet n’aurait pas suffisamment d’encre et de papier. Mais soyez sûr que si le département de l’Eure est l’une de vos destinations, alors c’est vers les châteaux, et fatalement vers la Cathédrale d’Evreux ainsi que la Collégiale d’Ecouis qu’il vous faudra vous diriger.

Saveurs

Il ne peut se passer des millénaires de conquêtes, d’invasions et de reconquête sans qu’un sympathique patrimoine culinaire ne soit créé ! On reste dans les traditions normandes cependant.

La première spécialité dont nous allons parler est la soupe d’ortie. Ce délicieux potage n’est pas seulement atypique, il est aussi très bon pour la santé. Ses vertus sont indénombrables : vitamines, fonction diurétique, fonction drainante, riche en fer et en magnésium etc. Le Boursin est aussi l’une des spécialités de l’Eure ! Oui, oui, ce fromage qu’on connaît tous et qu’on a tous dégusté pendant notre enfance, est né en Haute-Normandie. Moins connus, les deux autres fiertés fromagères du département sont le Cormeillais, sorte de fromage au lait cru de vache, et le pavé du Pléssis, tous deux produits industriellement car appréciés par-delà les frontières de l’Eure.

Du côté des plats, vous aurez le choix : le gratinée des Andelys, la saucisse en gelée de Pont-Audemer, les anguilles du Marais Vernier ou de la Lieurre, autant d’occasions de découvrir des mets cuisinés subtilement depuis des générations !

Le Saviez-vous ?

L’Eure possède la mairie la plus petite de France, celle de Saint-Germain de Pasquier. Il s’agit tout bonnement d’un minuscule cabanon rustique.

C’est Richard Ier d’Angleterre, dit « Cœur de Lion » qui fit construire le Château Gaillard dans le Vexin normand.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
de l'Eure (27)

 
 

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 711 M€
  • 569 M€
  • 427 M€
  • 284 M€
  • 142 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,7 %
  • 2012+2,4 %
  • 2013+2,4 %
  • 2014+3,0 %
  • 539,1
  • 548,1
  • 561,4
  • 575
  • 592,4

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1175 €
  • 940 €
  • 705 €
  • 470 €
  • 235 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,8 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013+1,7 %
  • 2014+2,7 %
  • 917
  • 924
  • 937
  • 953
  • 979

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 532 M€
  • 426 M€
  • 319 M€
  • 213 M€
  • 106 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014+4,0 %
  • 389,9
  • 403,2
  • 417,1
  • 426,1
  • 443,3

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 880 €
  • 704 €
  • 528 €
  • 352 €
  • 176 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,5 %
  • 2012+2,4 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014+3,8 %
  • 663,2
  • 680
  • 696
  • 706
  • 733

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 179 M€
  • 143 M€
  • 107 M€
  • 72 M€
  • 36 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,9 %
  • 2012-0,4 %
  • 2013+3,2 %
  • 20140,1 %
  • 149,2
  • 144,9
  • 144,3
  • 148,9
  • 149,1

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 305 €
  • 244 €
  • 183 €
  • 122 €
  • 61 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,9 %
  • 2012-1,2 %
  • 2013+2,5 %
  • 2014-0,4 %
  • 253,8
  • 244
  • 241
  • 247
  • 246

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 711 M€
  • 569 M€
  • 427 M€
  • 284 M€
  • 142 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,7 %
  • 2012+2,4 %
  • 2013+2,4 %
  • 2014+3,0 %
  • 539,1
  • 548,1
  • 561,4
  • 575
  • 592,4

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1175 €
  • 940 €
  • 705 €
  • 470 €
  • 235 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,8 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013+1,7 %
  • 2014+2,7 %
  • 917
  • 924
  • 937
  • 953
  • 979

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 594 M€
  • 475 M€
  • 357 M€
  • 238 M€
  • 119 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,2 %
  • 2012+3,0 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014+2,7 %
  • 440,1
  • 458,5
  • 472,4
  • 482,5
  • 495,3

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 982 €
  • 785 €
  • 589 €
  • 393 €
  • 196 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014+2,3 %
  • 748,7
  • 773
  • 788
  • 800
  • 818

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 119 M€
  • 95 M€
  • 71 M€
  • 47 M€
  • 24 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,4 %
  • 2012-0,8 %
  • 2013+4,0 %
  • 2014+5,0 %
  • 98,9
  • 89,6
  • 88,9
  • 92,5
  • 97,1

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 202 €
  • 162 €
  • 121 €
  • 81 €
  • 40 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-10,3 %
  • 2012-2,0 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+4,6 %
  • 168,3
  • 151
  • 148
  • 153
  • 160

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 110 M€
  • 88 M€
  • 66 M€
  • 44 M€
  • 22 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,0 %
  • 2012+2,5 %
  • 2013+3,0 %
  • 2014+6,3 %
  • 80,7
  • 81,5
  • 83,5
  • 86
  • 91,4

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 181 €
  • 145 €
  • 109 €
  • 72 €
  • 36 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,2 %
  • 2012+1,5 %
  • 2013+2,9 %
  • 2014+5,6 %
  • 137,3
  • 137
  • 139
  • 143
  • 151

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 44 M€
  • 35 M€
  • 26 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,3 %
  • 2012-3,0 %
  • 2013-11,3 %
  • 2014-2,9 %
  • 36,6
  • 36,5
  • 35,4
  • 31,4
  • 30,5

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 75 €
  • 60 €
  • 45 €
  • 30 €
  • 15 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,5 %
  • 2012-4,8 %
  • 2013-11,9 %
  • 2014-3,8 %
  • 62,3
  • 62
  • 59
  • 52
  • 50

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 10 M€
  • 8 M€
  • 6 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,0 %
  • 2012+9,2 %
  • 2013-12,0 %
  • 2014-11,0 %
  • 7,1
  • 7,6
  • 8,3
  • 7,3
  • 6,5

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 17 €
  • 13 €
  • 10 €
  • 7 €
  • 3 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,3 %
  • 2012+6,2 %
  • 2013-13,0 %
  • 2014-10,8 %
  • 12
  • 13
  • 13,8
  • 12
  • 10,7

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 9 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,8 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013-13,3 %
  • 2014-100,0 %
  • 6,8
  • 7,4
  • 7,5
  • 6,5
  • 0

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 376 M€
  • 301 M€
  • 226 M€
  • 150 M€
  • 75 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,4 %
  • 2012+4,6 %
  • 2013+4,0 %
  • 2014+4,5 %
  • 263,8
  • 275,5
  • 288,1
  • 299,6
  • 313,2

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 620 €
  • 496 €
  • 372 €
  • 248 €
  • 124 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+3,7 %
  • 2013+3,3 %
  • 2014+4,0 %
  • 448,7
  • 464
  • 481
  • 497
  • 517

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 213 M€
  • 170 M€
  • 128 M€
  • 85 M€
  • 43 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,1 %
  • 2012-16,8 %
  • 2013+5,8 %
  • 2014+7,2 %
  • 165,5
  • 177,3
  • 147,6
  • 156,2
  • 167,5

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 359 €
  • 287 €
  • 215 €
  • 144 €
  • 72 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,2 %
  • 2012-17,7 %
  • 2013+5,3 %
  • 2014+6,9 %
  • 281,6
  • 299
  • 246
  • 259
  • 277

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 192 M€
  • 153 M€
  • 115 M€
  • 77 M€
  • 38 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,7 %
  • 2012+14,0 %
  • 2013-3,9 %
  • 2014-0,3 %
  • 144,1
  • 140,2
  • 159,8
  • 153,5
  • 153

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 130 M€
  • 104 M€
  • 78 M€
  • 52 M€
  • 26 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,8 %
  • 2012+1,0 %
  • 20130,6 %
  • 2014-3,1 %
  • 105,8
  • 106,6
  • 107,7
  • 108,4
  • 105

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 189 M€
  • 151 M€
  • 113 M€
  • 76 M€
  • 38 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+10,3 %
  • 2012+18,6 %
  • 2013+4,4 %
  • 20140,9 %
  • 114,1
  • 125,9
  • 149,3
  • 155,9
  • 157,3

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 312 €
  • 250 €
  • 187 €
  • 125 €
  • 62 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,2 %
  • 2012+17,5 %
  • 2013+4,0 %
  • 20140,4 %
  • 194,1
  • 212
  • 249
  • 259
  • 260

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 63 M€
  • 50 M€
  • 38 M€
  • 25 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,2 %
  • 2012+51,6 %
  • 2013-4,4 %
  • 20140,0 %
  • 38
  • 34,5
  • 52,3
  • 50
  • 50

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 62 M€
  • 50 M€
  • 37 M€
  • 25 M€
  • 12 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,3 %
  • 2012+42,4 %
  • 2013-3,3 %
  • 2014+3,8 %
  • 35,5
  • 36,3
  • 51,7
  • 50
  • 51,9

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 50 M€
  • 40 M€
  • 30 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,9 %
  • 20120,0 %
  • 2013+18,8 %
  • 2014+1,0 %
  • 32,9
  • 34,5
  • 34,5
  • 41
  • 41,4

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 6 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 5 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 296,9 M€

2011 : 303,3 M€

2010 : 279,6 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 495 €

2011 : 511 €

2010 : 475,7 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 62,8%

2011 : 66,1%

2010 : 63,5%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : - 2,1%

2011 : + 8,5%

2010 : - 0,4%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 95,3 M€

2011 : 130,8 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 20,24%

2011 : 14,97%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 5,8%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 172,9 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 3,6%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 171,5 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 96 M€
  • 77 M€
  • 57 M€
  • 38 M€
  • 19 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,8 %
  • 2012+6,5 %
  • 2013+11,0 %
  • 20140,3 %
  • 74,5
  • 67,2
  • 71,6
  • 79,5
  • 79,7

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 61 M€
  • 49 M€
  • 37 M€
  • 24 M€
  • 12 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,6 %
  • 2012-3,9 %
  • 2013-10,5 %
  • 2014+1,4 %
  • 48,1
  • 50,8
  • 48,8
  • 43,7
  • 44,3

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 29 M€
  • 23 M€
  • 17 M€
  • 11 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+10,8 %
  • 2012-3,4 %
  • 2013+4,8 %
  • 2014-1,7 %
  • 21,2
  • 23,5
  • 22,7
  • 23,8
  • 23,4

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 53,5%

2013 : 53,4%

2012 : 49,6%

2011 : 46,4%

2010 : 50%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 29,7%

2013 : 29,4%

2012 : 33,8%

2011 : 35,1%

2010 : 32,3%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 15,7%

2013 : 16%

2012 : 15,8%

2011 : 16,2%

2010 : 14,2%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 36 M€
  • 29 M€
  • 22 M€
  • 14 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,0 %
  • 2012-20,3 %
  • 2013-6,7 %
  • 2014+20,5 %
  • 28,4
  • 30,1
  • 24
  • 22,4
  • 27

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 14 M€
  • 11 M€
  • 8 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,8 %
  • 2012-19,3 %
  • 2013-14,8 %
  • 20140,0 %
  • 11,7
  • 10,9
  • 8,8
  • 7,5
  • 7,5

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 1 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0 M€
  • 0 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+25,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 0,8
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 81 M€
  • 65 M€
  • 49 M€
  • 32 M€
  • 16 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-17,6 %
  • 2012+10,1 %
  • 2013+7,8 %
  • 20140,8 %
  • 67,6
  • 55,7
  • 61,3
  • 66,1
  • 66,6

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 27,8%

2013 : 24,2%

2012 : 27%

2011 : 33,6%

2010 : 28,8%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 7,7%

2013 : 8,1%

2012 : 9,9%

2011 : 12,2%

2010 : 11,8%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 1%

2013 : 1,1%

2012 : 1,1%

2011 : 1,1%

2010 : 0,8%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 68,6%

2013 : 71,5%

2012 : 68,9%

2011 : 62,2%

2010 : 68,4%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 75 M€
  • 60 M€
  • 45 M€
  • 30 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,8 %
  • 20120,3 %
  • 20130,0 %
  • 2014-17,3 %
  • 57,1
  • 62,7
  • 62,9
  • 62,9
  • 52

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 127 €
  • 102 €
  • 76 €
  • 51 €
  • 25 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,2 %
  • 2012-0,9 %
  • 2013-1,0 %
  • 2014-17,3 %
  • 97,1
  • 106
  • 105
  • 104
  • 86

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 68 M€
  • 54 M€
  • 41 M€
  • 27 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,9 %
  • 20120,0 %
  • 2013+2,0 %
  • 2014-7,8 %
  • 50,3
  • 55,3
  • 55,3
  • 56,4
  • 52

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 113 €
  • 90 €
  • 68 €
  • 45 €
  • 23 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,1 %
  • 2012-1,4 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014-8,5 %
  • 85,5
  • 93,3
  • 92
  • 94
  • 86

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 39 M€
  • 31 M€
  • 24 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,3 %
  • 2012+2,5 %
  • 20130,3 %
  • 2014-12,5 %
  • 29,1
  • 31,8
  • 32,6
  • 32,7
  • 28,6

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 65 €
  • 52 €
  • 39 €
  • 26 €
  • 13 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,3 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014-13,0 %
  • 49,4
  • 54
  • 54
  • 54
  • 47

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 327 M€
  • 261 M€
  • 196 M€
  • 131 M€
  • 65 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,4 %
  • 2012+4,9 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+5,6 %
  • 223,2
  • 237,5
  • 249,2
  • 257,7
  • 272,1

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 540 €
  • 432 €
  • 324 €
  • 216 €
  • 108 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,6 %
  • 2012+3,7 %
  • 2013+2,6 %
  • 2014+5,4 %
  • 379,7
  • 401
  • 416
  • 427
  • 450

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 282 M€
  • 226 M€
  • 169 M€
  • 113 M€
  • 56 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,9 %
  • 2012+10,9 %
  • 2013+3,5 %
  • 2014+1,1 %
  • 189,5
  • 202,6
  • 224,7
  • 232,6
  • 235,1

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 466 €
  • 372 €
  • 279 €
  • 186 €
  • 93 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,1 %
  • 2012+9,6 %
  • 2013+2,9 %
  • 20140,5 %
  • 322,3
  • 342
  • 375
  • 386
  • 388

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 53%

2013 : 54,6%

2012 : 53,9%

2011 : 50,2%

2010 : 48,6%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 61,4%

2013 : 60,5%

2012 : 59,7%

2011 : 58,9%

2010 : 57,3%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 321 M€
  • 257 M€
  • 192 M€
  • 128 M€
  • 64 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,4 %
  • 2012+4,9 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+5,7 %
  • 219,1
  • 233,2
  • 244,7
  • 253
  • 267,3

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 530 €
  • 424 €
  • 318 €
  • 212 €
  • 106 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,4 %
  • 2012+3,8 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+5,5 %
  • 372,7
  • 393
  • 408
  • 419
  • 442

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 86 M€
  • 69 M€
  • 52 M€
  • 34 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+29,2 %
  • 2012+3,9 %
  • 2013+6,7 %
  • 2014+9,1 %
  • 45,9
  • 59,3
  • 61,6
  • 65,7
  • 71,7

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 43 M€
  • 34 M€
  • 26 M€
  • 17 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,0 %
  • 2012+8,7 %
  • 2013-0,6 %
  • 2014+5,6 %
  • 33,2
  • 31,2
  • 33,9
  • 33,7
  • 35,6

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 276 M€
  • 221 M€
  • 166 M€
  • 111 M€
  • 55 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,9 %
  • 2012+5,4 %
  • 2013+3,9 %
  • 2014+6,1 %
  • 185,4
  • 198,2
  • 208,9
  • 217,1
  • 230,4

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 457 €
  • 366 €
  • 274 €
  • 183 €
  • 91 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,9 %
  • 2012+4,5 %
  • 2013+3,2 %
  • 2014+5,8 %
  • 315,3
  • 334
  • 349
  • 360
  • 381

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 57 M€
  • 46 M€
  • 34 M€
  • 23 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,1 %
  • 2012+15,4 %
  • 2013+11,3 %
  • 2014+9,2 %
  • 40,3
  • 33,8
  • 39
  • 43,4
  • 47,4

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 94 €
  • 75 €
  • 56 €
  • 37 €
  • 19 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,8 %
  • 2012+14,0 %
  • 2013+10,8 %
  • 2014+8,3 %
  • 68,5
  • 57
  • 65
  • 72
  • 78

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 13 M€
  • 11 M€
  • 8 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 20120,0 %
  • 2013+4,7 %
  • 2014-1,8 %
  • 10,6
  • 10,7
  • 10,7
  • 11,2
  • 11

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 23 €
  • 18 €
  • 14 €
  • 9 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,6 %
  • 20120,0 %
  • 2013+5,6 %
  • 2014-5,3 %
  • 18,1
  • 18
  • 18
  • 19
  • 18

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 44 M€
  • 35 M€
  • 26 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-22,0 %
  • 2012+22,5 %
  • 2013+13,8 %
  • 2014+13,4 %
  • 29,6
  • 23,1
  • 28,3
  • 32,2
  • 36,5

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 72 €
  • 58 €
  • 43 €
  • 29 €
  • 14 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-22,6 %
  • 2012+20,5 %
  • 2013+12,8 %
  • 2014+13,2 %
  • 50,4
  • 39
  • 47
  • 53
  • 60

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 76,9%

2013 : 74,2%

2012 : 72,5%

2011 : 68,4%

2010 : 73,6%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 61 M€
  • 49 M€
  • 37 M€
  • 24 M€
  • 12 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,3 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013-10,9 %
  • 2014+2,6 %
  • 50,9
  • 46,7
  • 47,5
  • 42,3
  • 43,4

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 104 €
  • 83 €
  • 62 €
  • 42 €
  • 21 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,9 %
  • 20120,0 %
  • 2013-11,4 %
  • 2014+2,9 %
  • 86,7
  • 79
  • 79
  • 70
  • 72

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 25 M€
  • 20 M€
  • 15 M€
  • 10 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-44,2 %
  • 2012-1,7 %
  • 2013-0,9 %
  • 2014-4,4 %
  • 20,8
  • 11,6
  • 11,4
  • 11,3
  • 10,8

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 42 €
  • 34 €
  • 25 €
  • 17 €
  • 8 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-43,3 %
  • 2012-5,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014-5,3 %
  • 35,3
  • 20
  • 19
  • 19
  • 18

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 43 M€
  • 35 M€
  • 26 M€
  • 17 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+16,2 %
  • 2012+3,1 %
  • 2013-14,4 %
  • 2014+5,2 %
  • 30,2
  • 35,1
  • 36,2
  • 31
  • 32,6

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 72 €
  • 58 €
  • 43 €
  • 29 €
  • 14 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+15,0 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013-15,0 %
  • 2014+5,9 %
  • 51,3
  • 59
  • 60
  • 51
  • 54

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 313 M€
  • 251 M€
  • 188 M€
  • 125 M€
  • 63 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-9,6 %
  • 2014-1,4 %
  • 261
  • 235,9
  • 232,6

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 586 €
  • 468 €
  • 351 €
  • 234 €
  • 117 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,3 %
  • 2012-10,7 %
  • 2013-10,3 %
  • 2014-1,8 %
  • 458,9
  • 488
  • 436
  • 391
  • 384

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 36 M€
  • 29 M€
  • 22 M€
  • 15 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-0,3 %
  • 2014-22,5 %
  • 30,3
  • 30,2
  • 23,4

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 62 €
  • 50 €
  • 37 €
  • 25 €
  • 12 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,0 %
  • 2012-1,9 %
  • 2013-2,0 %
  • 2014-22,0 %
  • 47,7
  • 52
  • 51
  • 50
  • 39

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 45%

2013 : 48,1%

2012 : 48,2%

2011 : 49,3%

2010 : 49,1%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 880 €
  • 704 €
  • 528 €
  • 352 €
  • 176 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,5 %
  • 2012+2,4 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014+3,8 %
  • 663,2
  • 680
  • 696
  • 706
  • 733

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 359 €
  • 287 €
  • 215 €
  • 144 €
  • 72 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,2 %
  • 2012-17,7 %
  • 2013+1,2 %
  • 2014+3,2 %
  • 281,6
  • 299
  • 246
  • 249
  • 257

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 982 €
  • 785 €
  • 589 €
  • 393 €
  • 196 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014+2,3 %
  • 748,7
  • 773
  • 788
  • 800
  • 818

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 158 €
  • 127 €
  • 95 €
  • 63 €
  • 32 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-10,9 %
  • 2012+5,3 %
  • 2013+10,9 %
  • 20140,0 %
  • 126,8
  • 113
  • 119
  • 132
  • 132

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 586 €
  • 468 €
  • 351 €
  • 234 €
  • 117 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,3 %
  • 2012-10,7 %
  • 2013-10,3 %
  • 2014-1,8 %
  • 458,9
  • 488
  • 436
  • 391
  • 384

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 216 €
  • 173 €
  • 130 €
  • 86 €
  • 43 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,1 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014-3,3 %
  • 180,1
  • 180
  • 180
  • 180
  • 174

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 20,6%

2013 : 20,2%

2012 : 20%

2011 : 20,2%

2010 : 20,7%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 67,3%

2011 : 68,9%

2010 : 69,1%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 94,2%

2013 : 93,2%

2012 : 93,1%

2011 : 93,1%

2010 : 93,4%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 16,1%

2013 : 16,5%

2012 : 15,1%

2011 : 14,6%

2010 : 16,9%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 47%

2013 : 48,9%

2012 : 55,2%

2011 : 63,1%

2010 : 61,3%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 726256
  • 581004
  • 435753
  • 290502
  • 145251
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012+1,0 %
  • 20130,7 %
  • 20140,3 %
  • 587 845
  • 593 037
  • 599 181
  • 603 194
  • 605 213

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 14201
  • 11361
  • 8520
  • 5680
  • 2840
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,6 %
  • 2012+3,3 %
  • 2013+9,9 %
  • 20140,0 %
  • 9 970
  • 10 425
  • 10 765
  • 11 834
  • 11 834

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement de l'Eure a une superficie de 6 040 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,7%

En 2013 le TCAM est de + 0,7%

En 2012 le TCAM est de + 0,7%

En 2011 le TCAM est de + 0,7%

En 2010 le TCAM est de + 0,7%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 21,6% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 21% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 20,7% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 20,1% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 19,6% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Eure (27) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Eure depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 402 796 personnes.
  • En l'an 1901 : 334 781 personnes.
  • En l'an 1990 : 513 818 personnes.
  • En l'an 2009 : 599 181 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
402 796 421 344 416 178 421 665 424 248 424 762 425 780 423 247 415 777
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
404 665 398 661 394 467 377 874 373 629 364 291 358 829 349 471 340 652
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
334 781 330 140 323 651 303 159 308 445 305 788 303 829 315 902 332 514
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
361 943 383 385 422 952 462 254 513 818 541 054 599 181