FR 33

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DE LA GIRONDE (33)
 

 
Le point rouge sur la carte vous donne la position du département de la Gironde 33 sur la carte de France.
Contacter le Conseil General de la Gironde (33). Contacter le Conseil General de la Gironde (33).

Bienvenue dans le département de la Gironde (33) qui se situe dans la Région Aquitaine Limousin Poitou Charentes.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, 1 Esplanade Charles de Gaulle, CS 71223, 33074 Bordeaux Cedex

 Téléphone : +33 (0)5 56 99 33 33

Page de contact officielle

 Site Internet Officiel :http://www.gironde.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/Conseil.general.gironde

 Twitter Officiel :https://twitter.com/Gironde

 Flux d'actualités (RSS) Officiel :http://www.gironde.fr/jcms/c_6387/

 YouTube Officiel :https://www.youtube.com/user/CGGironde

Blason et logo
Département de la Gironde


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Bordeaux.

Blason et Armes du département de la Gironde 33 Ancien logo du Conseil Général de la Gironde 33  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental de la Gironde 33

Président du Conseil Départemental

Monsieur Jean-Luc Gleyze

Né le 16 juin en 1962 (53 ans)

En fonction depuis le 02/04/2015.

Nuance politique : Parti Socialiste (PS)

Découvrez la liste des mairies dans le département de la Gironde.

Consultez la préfecture du département de la Gironde.

Le conseil général de la Gironde est dans la Région : Aquitaine Limousin Poitou Charentes.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département de la Gironde (33).


Le département de la Gironde est composé de 66 conseillers départementaux

Le departement
de la Gironde

a une superficie de
10000 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 1483712 personnes avec une densite de 148 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général de la Gironde intègre 5 arrondissements, avec 33 cantons.
  •  Vous trouverez 542 communes dans le Conseil Départemental de la Gironde.

Le département de la Gironde en quelques mots :

La Gironde a tout de suite été très puissante puisque le peuple gaulois qui l’habitait était d’ores et déjà exceptionnellement puissant et imposant sur la partie sud-ouest de la Gaule.


Le climat de la Gironde est d’une douceur tout ce qu’il y a de plus agréable. Cependant, la présence de l’océan Atlantique et de ses courants agrémente quelques années la Gironde de quelques pics d’une exceptionnelle fraicheur ou d’une imposante chaleur.


L’économie de la Gironde repose essentiellement sur son vin ainsi que sur quelques industries représentées par quelques grands groupes qui profitent de la situation géographique du département. On peut notamment nommer EADS, Thalès ou encore Dassault.


Pour bien découvrir la Gironde, il vous faudra profiter de la chaleur et des ambiances nocturnes de la côte avant de vous régaler en visitant les vignobles et en vous promenant dans la forêt des Landes !


Il y fait bon vivre, vous vous en doutez avec un vin d’exception, des cannelés et tous les poissons que peuvent donner l’océan.


FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Histoire et situation géographique

Le département de la Gironde se situe dans la région Aquitaine et sa préfecture est bien évidemment la très grande et belle ville de Bordeaux.

La Gironde a été habitée dès les premiers temps, et les hommes qui cultivaient ses terres, qui les rendaient aussi fertiles qu’elles le sont encore aujourd’hui, ont aussi fondé la capitale de l’Aquitaine : Burgdikal, aujourd’hui renommée Bordeaux. Ce sont les Bituriges qui vivaient dans la région et qui ont fondé cette grande cité. Les connaisseurs diront que les Bituriges ont aussi fondé d’autres villes comme Bourges et ont étendu l’influence du Berry. C’est exact, et nous parlons toujours du même peuple dont le nom signifie justement étymologiquement « rois du monde » (riges provenant de rix, la racine signifiant roi et bydd désignant le monde.) Suite à la victoire de César, les Bituriges se soumettent et acceptent la pax romana sous condition de leurs lois. C’est grâce à cela que Bordeaux a pu s’étendre et prospérer au milieu d’une Aquitaine en passe de devenir aussi puissante et imposante que la Bourgogne.

Cette Aquitaine fut longtemps dirigée par une branche inférieure des mérovingiens qui s’est régulièrement opposée aux pouvoirs successivement de Clovis, puis de Clotaire et de ses descendants. C’est au cours du IXème siècle et des invasions Vikings et Normandes que l’Aquitaine réalise combien la menace est grande. Ils livrent Pépin II à Charles le Chauve, roi d’Aquitaine et défenseur de ses terres. Dès lors, le duché d’Aquitaine réclama farouchement son indépendance.

Heureusement, ces griefs se sont détendus au fil du temps, jusqu’à ce qu’Henri IV réunisse sous sa couronne la gouvernance de la Gironde et de ses habitants aux passions tumultueuses.

Climat

La Gironde fait face à l’océan Atlantique sur toute sa côte ouest. Il n’est donc pas surprenant de retrouver à cet endroit, l’influence d’un climat océanique. Cependant, il s’agit d’un climat océanique aquitain. Voyons la différence.

Tout d’abord les usuels du climat océanique : il est doux tout au long de l’année, avec des saisons qui font fort peu varier les températures. Les gelées en hiver son très rares et les températures élevées en été le sont tout autant. En hiver, les températures moyennes varient entre 5°C et 7°C et en été, elles oscillent entre 19°C et 21°C. Que de douceur par conséquent !

Cependant, le côté aquitain du climat intervient à l’occasion d’événements spécifiquement brutaux, comme dans le cas de courants marins exceptionnellement froids qui entraînent des températures pouvant descendre jusqu’à -20°C. Cela a pu s’observer deux fois notamment à Albi entre 1971 et 2000. Ce faisant, on peut constater des écarts de températures quelques fois très étonnants à cause de ce climat. Le département des Landes, voisin à la Gironde, possède les mêmes caractéristiques et affiche l’écart de température journalier le plus important de France, à Trensacq le 10 août 1990 où on affichait 5.3°C au matin et 36.4°C l’après-midi. La Gironde subit quelques fois ce même phénomène.

Economie, entreprise, agricole, industriel

Tout d’abord évoquons l’agriculture, car qui dit Gironde, dit Bordelais et qui dit Bordelais, dit vin ! On y trouve tout d’abord 80% de vin rouge pour 20% de vins blancs étendus sur plus de 117 000 hectares, pour 270 000 hectares de terres agricole et produit jusqu’à 6 millions d’hectolitres de vin par an. Il est le premier département de France en production de vin AOC. De grandes quantités, dans le respect des traditions et de la qualité reconnue à travers le monde.

Par ailleurs, en 2013 le baromètre de l’économie affichait jusqu’à 640 entreprises actives dans le département, avec 29% d’amélioration du chiffre d’affaire, générant +9 point sur l’indice de confiance par rapport à l’évolution des secteurs dans l’économie mondiale !

Concernant le tourisme, Bordeaux se retrouve à la 8ème place des villes aéroportuaires de France avec plus de 4 millions de passagers en 2014 et la Gironde figure à la seconde place des destinations françaises internes, et à la troisième place concernant la fréquentation touristique étrangère. Cela représente jusqu’à 8% du PIB du département.

Attractivité touristique

La Gironde possède deux grands pôles touristiques qui accueillent chaque année des millions de personnes : la côte et la forêt des Landes.

Sur la côte, on retrouve bien évidemment la cité balnéaire éminemment célèbre pour ses championnats de surf et pour son sable fin, j’ai nommé Lacanau, mais il y a aussi notre belle ville de Bordeaux. Cette dernière est classée Ville d’Art et d’Histoire et figure même au patrimoine mondial de l’UNESCO ! Elle est représentée par son Port de la Lune et s’illustre sur le site de l’organisme grâce à la beauté de la Place de la Bourse illuminée dans la nuit et dont les lumières se reflètent dans l’eau. Le Grand Théâtre de Bordeaux, chef d’œuvre classique, le Monument aux Girondins rappelant étrangement le monument de la place de la Bastille à Paris, et la fameuse Cathédrale Saint-André vous éblouiront par-delà le raisonnable. C’est aussi l’endroit parfait pour faire une petite dégustation de vin, dans les caves de Baud et Millet, ou encore pour les plus chanceux, à la légendaire Vinothèque.

Enfin, si vous vous éloignez de la côte, de son patrimoine et de sa vie nocturne endiablée, vous pourrez apprécier la tranquillité et la beauté de la forêt des Landes, plus grand massif forestier d’Europe. Vous pourrez y pratiquer, à condition d’être accompagné de professionnels, la chasse à la palombe, au canard etc. Vous pourrez aussi y accomplir une retraite revigorante en allant pécher ou en faisant du canoë sur la Leyre, ou encore en visitant les nombreux vignobles qui parcourent tel un réseau nerveux verdoyant, les terres de Gironde.

Saveurs

Parlons du vin. Le bordelais comporte plus de 12 000 exploitants, pour 5 cépages de rouge et 5 cépages de blanc. Pour les rouges il faut nommer le Merlot, le Cabernet-Sauvignon, le Cabernet-Franc, le Malbec et le Petit Verdot. Concernant les blancs, ce sera le Sauvignon, le Sémillon, la Muscadelle, l’Ugni-blanc et le Colombard. Pas un de plus ! La différence entre les excellents vins qui s’y produisent tient par conséquent à la qualité des sols et à la technique du vigneron ! Quoi qu’il en soit, le vin du bordelais est et restera le vin AOC le plus apprécié au monde et le plus équilibré. Un véritable joyau français.

Lorsqu’on sort des vins, il nous reste une myriade d’autres spécialités absolument délicieuses et absolument emblématiques du département. Le cannelé de Bordeaux par exemple, délicieusement doré, caramélisé avec une touche alcoolisée. A se damner. Restons dans le sucré en parlant du Cacolac ! Effectivement, cette boisson chocolatée dont raffolent les enfants est une spécialité de Bordeaux. Elle est particulièrement bien commercialisée en Belgique.

Enfin, pour un raffinement à son paroxysme, la Gironde élève ses propres esturgeons pour un caviar d’une qualité à faire rougir les Russes. Il est d’ailleurs vendu sous l’appellation « Caviar de Gironde » et peut notamment être acheté dans la petite commune de Saint-Seurin d’Uzet.

Le Saviez-vous ?

Le département n’a jamais cessé de voter majoritairement à gauche à chaque élection présidentielle depuis Mitterrand.

La Dune du Pilat est une formation géologique étonnante composée d’un banc de sable élevé et entouré de forêts. Elle est l’une des attractions touristiques les plus courantes de Gironde et d’Europe puisqu’elle est la dune la plus haute du continent (110 mètres.)

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
de la Gironde (33)

 
 
FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 1939 M€
  • 1551 M€
  • 1163 M€
  • 775 M€
  • 388 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,0 %
  • 20120,9 %
  • 20130,8 %
  • 20140,4 %
  • 1 492,9
  • 1 582,8
  • 1 597,1
  • 1 609,1
  • 1 615,6

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1310 €
  • 1048 €
  • 786 €
  • 524 €
  • 262 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,2 %
  • 2012-0,1 %
  • 2013-0,3 %
  • 2014-0,6 %
  • 1 038,3
  • 1 092
  • 1 091
  • 1 088
  • 1 081

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 1530 M€
  • 1224 M€
  • 918 M€
  • 612 M€
  • 306 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+5,0 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014+2,3 %
  • 1 126,8
  • 1 165
  • 1 222,7
  • 1 246,2
  • 1 275,3

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1025 €
  • 820 €
  • 615 €
  • 410 €
  • 205 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,5 %
  • 2012+4,0 %
  • 20130,8 %
  • 2014+1,4 %
  • 783,6
  • 803
  • 835
  • 842
  • 854

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 501 M€
  • 401 M€
  • 301 M€
  • 200 M€
  • 100 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+14,1 %
  • 2012-10,4 %
  • 2013-3,1 %
  • 2014-6,2 %
  • 366,2
  • 417,7
  • 374,4
  • 362,8
  • 340,3

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 346 €
  • 276 €
  • 207 €
  • 138 €
  • 69 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,1 %
  • 2012-11,1 %
  • 2013-4,3 %
  • 2014-6,9 %
  • 254,7
  • 288
  • 256
  • 245
  • 228

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 1939 M€
  • 1551 M€
  • 1163 M€
  • 775 M€
  • 388 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,0 %
  • 20120,9 %
  • 20130,8 %
  • 20140,4 %
  • 1 492,9
  • 1 582,8
  • 1 597,1
  • 1 609,1
  • 1 615,6

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1310 €
  • 1048 €
  • 786 €
  • 524 €
  • 262 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,2 %
  • 2012-0,1 %
  • 2013-0,3 %
  • 2014-0,6 %
  • 1 038,3
  • 1 092
  • 1 091
  • 1 088
  • 1 081

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 1634 M€
  • 1308 M€
  • 981 M€
  • 654 M€
  • 327 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,7 %
  • 2012+5,5 %
  • 2013+1,1 %
  • 2014+2,6 %
  • 1 188,9
  • 1 244,6
  • 1 312,8
  • 1 327,3
  • 1 362

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1094 €
  • 876 €
  • 657 €
  • 438 €
  • 219 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,8 %
  • 2012+4,5 %
  • 20130,0 %
  • 2014+1,7 %
  • 826,8
  • 858
  • 897
  • 897
  • 912

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 406 M€
  • 325 M€
  • 244 M€
  • 162 M€
  • 81 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,3 %
  • 2012-15,9 %
  • 2013-0,9 %
  • 2014-10,0 %
  • 304
  • 338,2
  • 284,3
  • 281,8
  • 253,6

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 280 €
  • 224 €
  • 168 €
  • 112 €
  • 56 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+10,2 %
  • 2012-16,7 %
  • 2013-2,1 %
  • 2014-10,5 %
  • 211,4
  • 233
  • 194
  • 190
  • 170

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 283 M€
  • 227 M€
  • 170 M€
  • 113 M€
  • 57 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,4 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013+1,6 %
  • 20140,6 %
  • 221,8
  • 227,2
  • 231
  • 234,7
  • 236,2

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 191 €
  • 153 €
  • 114 €
  • 76 €
  • 38 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,7 %
  • 20120,6 %
  • 20130,6 %
  • 2014-0,6 %
  • 154,3
  • 157
  • 158
  • 159
  • 158

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 126 M€
  • 101 M€
  • 75 M€
  • 50 M€
  • 25 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,3 %
  • 20120,8 %
  • 2013+3,7 %
  • 2014-2,5 %
  • 104,8
  • 100,3
  • 101,1
  • 104,8
  • 102,2

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 87 €
  • 70 €
  • 52 €
  • 35 €
  • 17 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,3 %
  • 20120,0 %
  • 2013+2,9 %
  • 2014-4,2 %
  • 72,9
  • 69
  • 69
  • 71
  • 68

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 30 M€
  • 24 M€
  • 18 M€
  • 12 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,8 %
  • 2012+4,0 %
  • 2013+8,6 %
  • 2014-9,1 %
  • 21,9
  • 22,3
  • 23,2
  • 25,2
  • 22,9

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 20 €
  • 16 €
  • 12 €
  • 8 €
  • 4 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,3 %
  • 2012+5,3 %
  • 2013+7,6 %
  • 2014-10,0 %
  • 15,2
  • 15
  • 15,8
  • 17
  • 15,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 20 M€
  • 16 M€
  • 12 M€
  • 8 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,3 %
  • 2012+9,2 %
  • 2013-4,8 %
  • 20140,0 %
  • 15
  • 15,2
  • 16,6
  • 15,8
  • 15,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 1092 M€
  • 874 M€
  • 655 M€
  • 437 M€
  • 218 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,6 %
  • 2012+4,3 %
  • 2013+3,5 %
  • 2014+3,9 %
  • 767,7
  • 811
  • 846,2
  • 876
  • 910,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 731 €
  • 585 €
  • 438 €
  • 292 €
  • 146 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,7 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013+2,4 %
  • 2014+2,9 %
  • 534
  • 559
  • 578
  • 592
  • 609

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 588 M€
  • 470 M€
  • 353 M€
  • 235 M€
  • 118 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,6 %
  • 2012+4,8 %
  • 2013+4,1 %
  • 2014+5,9 %
  • 489,9
  • 408,6
  • 428,4
  • 446,1
  • 472,5

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 409 €
  • 327 €
  • 245 €
  • 164 €
  • 82 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-17,2 %
  • 2012+3,9 %
  • 2013+3,1 %
  • 2014+4,6 %
  • 340,7
  • 282
  • 293
  • 302
  • 316

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 403 M€
  • 322 M€
  • 242 M€
  • 161 M€
  • 81 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,2 %
  • 2012+2,5 %
  • 20130,0 %
  • 2014-2,9 %
  • 308,6
  • 327,6
  • 335,8
  • 335,9
  • 326,2

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 252 M€
  • 202 M€
  • 151 M€
  • 101 M€
  • 50 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,7 %
  • 20120,0 %
  • 20130,6 %
  • 2014-4,4 %
  • 207,5
  • 209
  • 209
  • 210,3
  • 201

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 603 M€
  • 482 M€
  • 362 M€
  • 241 M€
  • 121 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+33,2 %
  • 2012+8,8 %
  • 2013-0,8 %
  • 2014+2,3 %
  • 341,4
  • 454,8
  • 494,6
  • 490,8
  • 502,2

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 406 €
  • 324 €
  • 243 €
  • 162 €
  • 81 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+32,2 %
  • 2012+7,6 %
  • 2013-1,8 %
  • 2014+1,2 %
  • 237,5
  • 314
  • 338
  • 332
  • 336

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 271 M€
  • 217 M€
  • 162 M€
  • 108 M€
  • 54 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+40,8 %
  • 2012+14,1 %
  • 2013+6,8 %
  • 2014+1,2 %
  • 130
  • 183
  • 208,8
  • 223
  • 225,6

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 152 M€
  • 121 M€
  • 91 M€
  • 61 M€
  • 30 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+92,4 %
  • 2012-2,1 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014+2,3 %
  • 64,2
  • 123,5
  • 120,9
  • 123,6
  • 126,4

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 156 M€
  • 125 M€
  • 94 M€
  • 63 M€
  • 31 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+3,9 %
  • 20130,3 %
  • 20140,0 %
  • 125
  • 125
  • 129,9
  • 130,3
  • 130,3

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 21,6 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 8 M€ (Prélevé)

2013 : 7,9 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 3,3 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 923 M€

2011 : 863,3 M€

2010 : 831,4 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 630 €

2011 : 595 €

2010 : 578,2 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 70,3%

2011 : 69,4%

2010 : 69,9%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : + 6,9%

2011 : + 3,8%

2010 : + 2,5%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 245,8 M€

2011 : 227,8 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 15,03%

2011 : 14,52%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 6,9%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 492 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 5,2%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 485,4 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 215 M€
  • 172 M€
  • 129 M€
  • 86 M€
  • 43 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,7 %
  • 2012+1,0 %
  • 2013+6,4 %
  • 2014-26,1 %
  • 178,5
  • 166,5
  • 168,1
  • 178,9
  • 132,2

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 136 M€
  • 109 M€
  • 82 M€
  • 55 M€
  • 27 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,5 %
  • 2012+13,8 %
  • 2013-11,8 %
  • 2014-14,3 %
  • 89,6
  • 99,9
  • 113,7
  • 100,3
  • 86

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 177 M€
  • 141 M€
  • 106 M€
  • 71 M€
  • 35 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+60,8 %
  • 2012-39,4 %
  • 2013-8,6 %
  • 2014+46,6 %
  • 91,6
  • 147,3
  • 89,3
  • 81,6
  • 119,6

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 38,8%

2013 : 49,3%

2012 : 44,9%

2011 : 39,9%

2010 : 48,7%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 25,3%

2013 : 27,7%

2012 : 30,4%

2011 : 23,9%

2010 : 24,5%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 35,1%

2013 : 22,5%

2012 : 23,9%

2011 : 35,3%

2010 : 25%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 53 M€
  • 42 M€
  • 32 M€
  • 21 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,6 %
  • 2012-5,7 %
  • 2013-1,3 %
  • 2014-13,0 %
  • 44,2
  • 40,4
  • 38,1
  • 37,6
  • 32,7

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 28 M€
  • 22 M€
  • 17 M€
  • 11 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,0 %
  • 2012-5,0 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 23
  • 20
  • 19
  • 19
  • 19

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 1 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0 M€
  • 0 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014+28,6 %
  • 0,7
  • 0,7
  • 0,7
  • 0,7
  • 0,9

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 346 M€
  • 277 M€
  • 208 M€
  • 138 M€
  • 69 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+15,2 %
  • 2012-18,0 %
  • 2013-2,0 %
  • 2014-6,9 %
  • 250,5
  • 288,5
  • 236,7
  • 232
  • 216,1

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 12,9%

2013 : 13,3%

2012 : 13,4%

2011 : 12%

2010 : 14,5%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 7,5%

2013 : 6,7%

2012 : 6,7%

2011 : 5,9%

2010 : 7,6%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 0,4%

2013 : 0,2%

2012 : 0,2%

2011 : 0,2%

2010 : 0,2%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 85,2%

2013 : 82,3%

2012 : 83,3%

2011 : 85,3%

2010 : 82,4%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 128 M€
  • 103 M€
  • 77 M€
  • 51 M€
  • 26 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+23,0 %
  • 2012+12,7 %
  • 2013-9,4 %
  • 2014+5,9 %
  • 77,1
  • 94,8
  • 106,8
  • 96,8
  • 102,5

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 88 €
  • 70 €
  • 53 €
  • 35 €
  • 18 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+21,3 %
  • 2012+12,3 %
  • 2013-11,0 %
  • 2014+6,2 %
  • 53,6
  • 65
  • 73
  • 65
  • 69

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 108 M€
  • 86 M€
  • 65 M€
  • 43 M€
  • 22 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+28,2 %
  • 2012+13,2 %
  • 2013-10,1 %
  • 2014+7,2 %
  • 62,1
  • 79,6
  • 90,1
  • 81
  • 86,8

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 74 €
  • 60 €
  • 45 €
  • 30 €
  • 15 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+27,1 %
  • 2012+12,9 %
  • 2013-11,3 %
  • 2014+5,5 %
  • 43,2
  • 54,9
  • 62
  • 55
  • 58

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 1 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0 M€
  • 0 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+130,6 %
  • 2012-101,2 %
  • 2013-162,5 %
  • 2014+6460,0 %
  • -29,4
  • -67,8
  • 0,8
  • -0,5
  • -32,8

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 1 €
  • 1 €
  • 1 €
  • 0 €
  • 0 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+129,3 %
  • 2012-102,1 %
  • 2013-100,0 %
  • 20140,0 %
  • -20,5
  • -47
  • 1
  • 0
  • -22

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 1025 M€
  • 820 M€
  • 615 M€
  • 410 M€
  • 205 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,1 %
  • 2012+4,5 %
  • 2013+4,4 %
  • 2014+4,6 %
  • 705,5
  • 748,4
  • 781,9
  • 816,6
  • 854,2

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 686 €
  • 549 €
  • 412 €
  • 275 €
  • 137 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,2 %
  • 2012+3,5 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+3,6 %
  • 490,7
  • 516
  • 534
  • 552
  • 572

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 891 M€
  • 713 M€
  • 535 M€
  • 356 M€
  • 178 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,6 %
  • 2012+10,7 %
  • 2013+4,7 %
  • 2014-1,1 %
  • 601,3
  • 640,7
  • 709,1
  • 742,7
  • 734,3

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 602 €
  • 482 €
  • 361 €
  • 241 €
  • 120 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,7 %
  • 2012+9,5 %
  • 2013+3,7 %
  • 2014-2,2 %
  • 418,2
  • 442
  • 484
  • 502
  • 491

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 57,6%

2013 : 59,6%

2012 : 58%

2011 : 55%

2010 : 53,4%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 67%

2013 : 65,5%

2012 : 63,9%

2011 : 64,2%

2010 : 62,6%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 1005 M€
  • 804 M€
  • 603 M€
  • 402 M€
  • 201 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,2 %
  • 2012+4,6 %
  • 2013+4,6 %
  • 2014+4,7 %
  • 689
  • 731,7
  • 765,1
  • 800,1
  • 837,8

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 673 €
  • 539 €
  • 404 €
  • 269 €
  • 135 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,4 %
  • 2012+3,6 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+3,7 %
  • 479,2
  • 505
  • 523
  • 541
  • 561

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 251 M€
  • 200 M€
  • 150 M€
  • 100 M€
  • 50 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+12,4 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+4,0 %
  • 2014+10,6 %
  • 158,5
  • 178,1
  • 181,5
  • 188,8
  • 208,8

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 173 M€
  • 138 M€
  • 104 M€
  • 69 M€
  • 35 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,0 %
  • 2012+5,8 %
  • 20130,6 %
  • 2014+1,9 %
  • 123,9
  • 132,6
  • 140,3
  • 141,1
  • 143,8

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 863 M€
  • 690 M€
  • 518 M€
  • 345 M€
  • 173 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,7 %
  • 2012+4,7 %
  • 2013+4,9 %
  • 2014+4,7 %
  • 585,7
  • 624,9
  • 654,5
  • 686,5
  • 718,8

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 577 €
  • 462 €
  • 346 €
  • 231 €
  • 115 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,8 %
  • 2012+3,7 %
  • 2013+3,8 %
  • 2014+3,7 %
  • 407,3
  • 431
  • 447
  • 464
  • 481

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 141 M€
  • 112 M€
  • 84 M€
  • 56 M€
  • 28 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,5 %
  • 2012-2,3 %
  • 2013-8,8 %
  • 2014-2,2 %
  • 116,5
  • 117,1
  • 114,4
  • 104,3
  • 102

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 97 €
  • 78 €
  • 58 €
  • 39 €
  • 19 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012-3,7 %
  • 2013-10,3 %
  • 2014-2,9 %
  • 81
  • 81
  • 78
  • 70
  • 68

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 69 M€
  • 55 M€
  • 41 M€
  • 27 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,5 %
  • 2012+2,0 %
  • 20130,4 %
  • 2014-1,0 %
  • 55,6
  • 55,9
  • 57
  • 57,2
  • 56,6

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 47 €
  • 37 €
  • 28 €
  • 19 €
  • 9 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,8 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014-2,6 %
  • 38,7
  • 39
  • 39
  • 39
  • 38

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 73 M€
  • 59 M€
  • 44 M€
  • 29 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,7 %
  • 2012-6,2 %
  • 2013-18,1 %
  • 2014-3,2 %
  • 60,8
  • 61,2
  • 57,4
  • 47
  • 45,5

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 51 €
  • 41 €
  • 30 €
  • 20 €
  • 10 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,7 %
  • 2012-7,1 %
  • 2013-17,9 %
  • 2014-6,3 %
  • 42,3
  • 42
  • 39
  • 32
  • 30

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 44,6%

2013 : 45,1%

2012 : 50,1%

2011 : 52,2%

2010 : 52,2%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 117 M€
  • 94 M€
  • 70 M€
  • 47 M€
  • 23 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012-7,6 %
  • 2013-3,6 %
  • 2014-9,5 %
  • 95,1
  • 97,9
  • 90,5
  • 87,2
  • 78,9

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 82 €
  • 65 €
  • 49 €
  • 33 €
  • 16 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,7 %
  • 2012-8,8 %
  • 2013-4,8 %
  • 2014-10,2 %
  • 66,2
  • 68
  • 62
  • 59
  • 53

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 50 M€
  • 40 M€
  • 30 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,7 %
  • 2014-7,0 %
  • 40,7
  • 41,1
  • 41,1
  • 41,4
  • 38,5

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 34 €
  • 27 €
  • 20 €
  • 14 €
  • 7 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,1 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014-7,1 %
  • 28,3
  • 28
  • 28
  • 28
  • 26

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 68 M€
  • 55 M€
  • 41 M€
  • 27 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,2 %
  • 2012-13,0 %
  • 2013-7,3 %
  • 2014-11,6 %
  • 54,5
  • 56,8
  • 49,4
  • 45,8
  • 40,5

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 47 €
  • 37 €
  • 28 €
  • 19 €
  • 9 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012-12,8 %
  • 2013-8,8 %
  • 2014-12,9 %
  • 37,9
  • 39
  • 34
  • 31
  • 27

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 713 M€
  • 570 M€
  • 428 M€
  • 285 M€
  • 143 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+11,3 %
  • 2014+7,4 %
  • 497
  • 553,3
  • 594,1

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 478 €
  • 382 €
  • 287 €
  • 191 €
  • 96 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+25,0 %
  • 2012+3,0 %
  • 2013+10,3 %
  • 2014+6,4 %
  • 263,3
  • 329
  • 339
  • 374
  • 398

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 162 M€
  • 130 M€
  • 97 M€
  • 65 M€
  • 32 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-8,1 %
  • 2014+39,0 %
  • 106
  • 97,4
  • 135,4

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 134 €
  • 108 €
  • 81 €
  • 54 €
  • 27 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+51,1 %
  • 2012-35,7 %
  • 2013-8,3 %
  • 2014+37,9 %
  • 74,1
  • 112
  • 72
  • 66
  • 91

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 132%

2013 : 100,5%

2012 : 99,3%

2011 : 171,5%

2010 : 138,2%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1025 €
  • 820 €
  • 615 €
  • 410 €
  • 205 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,5 %
  • 2012+4,0 %
  • 20130,8 %
  • 2014+1,4 %
  • 783,6
  • 803
  • 835
  • 842
  • 854

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 409 €
  • 327 €
  • 245 €
  • 164 €
  • 82 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-17,2 %
  • 2012+3,9 %
  • 2013-2,0 %
  • 2014+4,9 %
  • 340,7
  • 282
  • 293
  • 287
  • 301

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1094 €
  • 876 €
  • 657 €
  • 438 €
  • 219 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,8 %
  • 2012+4,5 %
  • 20130,0 %
  • 2014+1,7 %
  • 826,8
  • 858
  • 897
  • 897
  • 912

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 149 €
  • 119 €
  • 89 €
  • 60 €
  • 30 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-7,3 %
  • 20120,0 %
  • 2013+5,2 %
  • 2014-27,3 %
  • 124,1
  • 115
  • 115
  • 121
  • 88

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 478 €
  • 382 €
  • 287 €
  • 191 €
  • 96 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+25,0 %
  • 2012+3,0 %
  • 2013+10,3 %
  • 2014+6,4 %
  • 263,3
  • 329
  • 339
  • 374
  • 398

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 173 €
  • 139 €
  • 104 €
  • 69 €
  • 35 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,2 %
  • 2012-0,7 %
  • 2013-0,7 %
  • 2014-4,9 %
  • 144,3
  • 144
  • 143
  • 142
  • 135

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 18,5%

2013 : 18,8%

2012 : 18,9%

2011 : 19,5%

2010 : 19,7%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 59,5%

2011 : 56,4%

2010 : 74%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 102,4%

2013 : 100%

2012 : 99,9%

2011 : 105,4%

2010 : 102,5%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 9,7%

2013 : 13,5%

2012 : 12,8%

2011 : 13,4%

2010 : 15%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 43,6%

2013 : 41,7%

2012 : 37,9%

2011 : 38,3%

2010 : 31,8%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 1792877
  • 1434301
  • 1075726
  • 717151
  • 358575
  • 0
  • 2010
  • 20110,8 %
  • 2012+1,0 %
  • 2013+1,0 %
  • 2014+1,0 %
  • 1 437 863
  • 1 450 039
  • 1 464 088
  • 1 479 277
  • 1 494 064

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 41473
  • 33179
  • 24884
  • 16589
  • 8295
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,2 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013+7,1 %
  • 20140,0 %
  • 30 136
  • 31 709
  • 32 271
  • 34 561
  • 34 561

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement de la Gironde a une superficie de 10 000 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 1,0%

En 2013 le TCAM est de + 1,1%

En 2012 le TCAM est de + 1,1%

En 2011 le TCAM est de + 1,1%

En 2010 le TCAM est de + 1,1%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 23% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 22,5% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 22,1% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 21,6% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 21,2% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Gironde (33) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Gironde depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 502 723 personnes.
  • En l'an 1901 : 821 131 personnes.
  • En l'an 1990 : 1 213 499 personnes.
  • En l'an 2009 : 1 464 088 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
502 723 522 371 522 041 538 151 554 225 555 809 568 034 602 444 614 387
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
640 757 667 193 701 855 705 149 735 242 748 703 775 845 793 528 809 902
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
821 131 823 925 829 095 819 128 827 973 852 768 850 567 858 381 896 517
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
935 448 1 009 390 1 061 480 1 127 546 1 213 499 1 287 334 1 464 088