FR 70

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DE LA HAUTE SAÔNE (70)
 

Besoin d'un renseignement ?
Contactez votre Conseil Général
Appelez le
118 007

Bienvenue dans le département de la Haute Saône (70) qui se situe dans la Région Bourgogne Franche Comté.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, 23 rue de la Préfecture, BP 20349, 70006 Vesoul Cedex

 Téléphone : +33 (0)3 84 95 70 70

 Fax : +33 (0)3 84 95 70 01

Courriel : contact@cg70.fr

 Site Internet Officiel :http://www.cg70.fr

 Flux d'actualités (RSS) Officiel :http://www.cg70.fr/web/guest/rss-cg70

Blason et logo du département de la Haute Saône


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Vesoul.

Blason et Armes du département de la Haute Saône 70 Ancien logo du Conseil Général de la Haute Saône 70  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental de la Haute Saône 70

Président du Conseil Départemental

Monsieur Yves Krattinger

Né le 5 novembre en 1948 (67 ans) à Boult (Haute Saône).

En fonction depuis le 23/03/2001.

Il est également Conseiller général du canton de Rioz depuis le 3 octobre 1988

Nuance politique : Parti Socialiste (PS)

Découvrez la liste des mairies dans le département de la Haute Saône.

Consultez la préfecture du département de la Haute Saône.

Le conseil général de la Haute Saône est dans la Région : Bourgogne Franche Comté.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département de la Haute Saône (70).


Le département de la Haute Saône est composé de 34 conseillers départementaux

Le departement
de la Haute Saône

a une superficie de
5360 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 239750 personnes avec une densite de 45 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général de la Haute Saône intègre 2 arrondissements, avec 17 cantons.
  •  Vous trouverez 545 communes dans le Conseil Départemental de la Haute Saône.

Le département de la Haute Saône en quelques mots :

Historiquement, la Haute-Saône a été quelque peu laissée pour compte, avant d’être échangée alternativement entre les Germains, les Francs et les Espagnols. Ce flou identitaire avait affecté les francs-comtois jusqu’à ce que Louis XIV y mette un terme en intégrant définitivement le département et toute la Franche-Comté dans le territoire français.


Le climat du département est dissocié en deux influences ambivalentes : continentale et océanique. Bien qu’ils soient de natures relativement opposées, l’effet de Foehn procuré par les massifs montagneux du Jura et des Vosges adouci l’ensemble des températures et du vent, pour accorder au département une certaine clémence.


L’économie de la Haute-Saône n’est pas la plus efficace de France, et pourtant elle maintient une production industrielle honorable ainsi qu’une agriculture de plus en plus optimisée.


Puisque le département de la Haute-Saône est loin d’être la destination idéale des touristes (91ème sur 95), il a su garder une authenticité et une fraîcheur que les grands départements touristiques n’ont plus à force de s’adapter aux attentes communes du touriste moyen. La Chapelle Notre-Dame-du-Haut de Le Corbusier en est cependant le clou, à quoi il faut ajouter bien évidemment des espaces aussi verdoyants qu’accueillants : le Lac de Vesoul-Vaivre ainsi que Vesoul elle-même.


Du bon fromage, avec de l’emmental Grand Cru, des cancoillottes incomparables puisque produites dans leur département de naissance, et des plats aussi généreux et gourmands que le poulet à la vésulienne : la Haute-Saône vous attend aussi pour vous régaler !


FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Histoire et situation géographique

Le département de la Haute-Saône fait partie de la région Bourgogne-Franche-Comté et son chef-lieu est Vesoul.

Comme peu d’autres départements français, le peuple qui vivait au cœur des terres du Haut-Saônois, les Sequanais, étaient en situation de violent conflit avec leurs voisins les Eduens, et c’est pour calmer cette lute sanglante que les Romains sont intervenus. Ils gouvernèrent par conséquent et de facto, un territoire qui s’apparentait davantage à des ruines qu’à un état riche et structuré. Pour cette raison, l’empire n’a eu aucun mal à céder la région à la Germanie Supérieure lorsqu’il arrivait à sa chûte.

Les Burgondes, issus de cette même Germanie, eurent tôt fait de prendre à leur compte cette belle Séquanie qui constitua ensuite l’une des majeures parties de la Burgondie. Très rapidement, Clovis met les peuples d’accord et établit les frontières de son royaume Franc par-delà la Haute-Saône. Lothaire, aux confins de la Germanie et de la France, obtient ensuite la région par héritage à la mort de Charlemagne. Malheureusement, l’attention du roi de Lotharingie et de ses descendants était presque entièrement tournée vers la Lorraine. Pendant plusieurs siècles, les autorités féodales furent incertaines, entre les mains illégitimes d’abbés, d’évêques et d’autres usurpateurs. Dès lors, la région comprenant la Haute-Saône fut séparée en trois baillages. Ces trois baillages refusèrent de se soumettre quand au XIIIème siècle, Louis IX y revendiqua ses droits. Une guerre sanglante s’engagea contre les Comtois bien trop fiers et bien trop obstinés, jusqu’à la victoire tant attendue et si tardive,de Louis XIV. Charles Quint pendant les quelque 3 siècles au cours desquels le département a prospéré, a éprouvé cette génuflexion comme une ultime défaite. Henri IV, Richelieu, Louis XIII et enfin le Roi Soleil raffermirent leur domination sur les Comtois qui finirent par devenir fièrement français.

Le département de la Haute-Saône a alors été créé lors des événements de 1789, naissance que les patriotes Haut-Saônois consacrèrent par leurs armes et leur sang en 1815.

Climat

La Haute-Saône est un département où règnent et se combattent deux types de climats antagonistes : océanique et continental. Dans le premier cas, le climat justifie une pluviométrie importante tant par sa fréquence que par sa quantité. Dans le second cas, comme chacun le sait, l’amplitude thermique continentale se fait davantage sentir au nord du département. Il est par conséquent fréquent d’y voir de la neige en hiver, autant que des températures hautes en été. On se retrouve avec une moyenne hivernale de 5.3°C et de 20°C en été, en 2014.

Par ailleurs, la proximité des massifs montagneux des Vosges et du Jura constitue un rempart aux masses d’air qui proviennent de l’intérieur des terres. La Haute-Saône profite donc de la clémence d’un effet de Foehn inhérent aux deux massifs. Malheureusement, cette douceur n’est pas mise en avant par une présence abondante voire même moyenne de soleil. En effet, avec une moyenne annuelle d’ensoleillement située autour de 1700-1800 heures, le département se place régulièrement entre la 60ème et la 70ème place.

Economie, entreprise, agricole, industriel

De manière générale, la Haute-Saône est un département économiquement moyen. Il possède cependant quelques avantages salutaires.

Lorsqu’on se penche tout d’abord sur l’agriculture, on constate que le département est 60ème relativement à sa superficie, avec 227 400 hectares. Cependant, cette superficie va en s’accroissant étant donné la réduction de la part de l’élevage au profit de la culture des oléagineux.

Concernant le secteur secondaire, il est à la fois massif et friable. Cette dualité a trait à la nature groupée du salariat. 32% de la masse salariale se partage alternativement entre l’industrie automobile, la fonderie et le travail du bois. Elle concerne en 2015, 27 000 employés, en incluant les ouvriers en BTP. L’usine PSA de Vesoul est la plus grande entreprise du département, avec ses 3000 employés.

Enfin, le secteur tertiaire avec les services, arrive péniblement, à l’orée 2010, à 62% de la masse salariale totale du département. Il s’articule surtout autour du tourisme vert qui est l’un des principaux attraits touristiques de la Haute-Saône.

Attractivité touristique

Malheureusement pour notre chère Haute-Saône, elle n’a pas beaucoup de succès au classement des départements les plus visités puisqu’elle est 91ème sur 95.

Cependant, comme nous venons de le voir, les touristes verts et les amoureux des beaux villages français seront comblés par son potentiel. Ceci étant dit, on comprend pourquoi elle possède un lot assez exceptionnel de localités et de monuments qui magnifient et font la nature atypique du département.

Tout d’abord, pour les incontournables, nous avons en premier lieu la chapelle Notre-Dame-du-Haut, réalisée par Le Corbusier à Ronchamp et qui attire des visiteurs du monde entier. Le Château de Villersexel par ailleurs, est aussi un bel exemple de monument qui mériterait un rayonnement aussi large que la chapelle du Corbusier. Bien qu’il ait été construit au cours du XIXème siècle, il rappelle les fabuleux monuments édifiés sous Louis XIII, avec une touche Renaissance très appréciable. Dans une veine beaucoup plus naturelle, le lac de Vesoul-Vaivre présente un cadre si calme et si harmonieux, qu’il est l’un des espaces les plus reposants du département. La quiétude y est une atmosphère et un style de vie, qui se partage et s’exprime dans la beauté du cadre. Enfin, pour les amoureux de la culture typique, traditionnelle, de la France à l’ancienne, la petite localité de Fougerolles organise de nombreuses visites de ses distilleries, de sa maison des eaux vives, sans parler des exploitations viticoles autours de Champlitte.

Pour les sportifs, le cyclotourisme est une petite spécialité de la Haute-Saône depuis 2010. Ils l’ont développé sans borne car, pour ceux que ça tenterait de sauter sur un vélo, sachez qu’il y a quelques 21 circuits et 760 kilomètres de pistes dans le département ! Vesoul espère même héberger les championnats de France de cyclisme. Alors on hésite plus, et on va découvrir la Haute-Saône !

Saveurs

La Haute-Saône a beau être peu visitée, il n’en reste pas moins qu’elle est d’une rare générosité quand on en vient aux saveurs qu’elle a enfanté.

Allons d’abord dans le terroir, et le beau terroir avec l’emmental Grand Cru de Vesoul, un emblème doux et parmi les meilleurs emmentals de France, et je vous rappelle qu’il s’agit du fromage le plus apprécié des Français ! La Cancoillotte, complètement typique de la cuisine franc-comtoise, est aussi en Haute-Saône, un fromage fruité qu’on aime et qu’on respecte.

Pour une recette plus complète et que vous pourrez même refaire à la maison, le poulet à la vésulienne aura tout ce qu’il faut pour étonner la famille et les amis ! Il s’agit d’un poulet farci au lard et au foie de volaille, accompagné de mie de pain trempée dans du lait. Le tout est ensuite enveloppé de pâte brisée, badigeonné d’œuf pour la brillance et enfournée ! A déguster avec tous vos proches, pour un plaisir complètement comtois.

Le Saviez-vous ?

La Haute-Saône souffre, depuis le début du XXIème siècle, d’une désertion de ses services publics. Si vous cherchez du travail dans le domaine, c’est l’occasion d’aller y jeter un coup d’œil !

L’homme qui a créé et dirigé la coupe du monde de football, est né en Haute-Saône. Il s’appelait Jules Rimet.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
de la Haute Saône (70)

 
 
FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 311 M€
  • 249 M€
  • 186 M€
  • 124 M€
  • 62 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,8 %
  • 2012+2,2 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014+1,1 %
  • 257,9
  • 245,6
  • 250,9
  • 256,1
  • 258,9

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1265 €
  • 1012 €
  • 759 €
  • 506 €
  • 253 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,3 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014+1,0 %
  • 1 054,1
  • 998
  • 1 016
  • 1 035
  • 1 045

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 231 M€
  • 185 M€
  • 139 M€
  • 92 M€
  • 46 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,3 %
  • 2012+2,2 %
  • 20130,9 %
  • 2014+5,0 %
  • 177,1
  • 177,7
  • 181,6
  • 183,3
  • 192,4

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 932 €
  • 746 €
  • 559 €
  • 373 €
  • 186 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,2 %
  • 2012+1,8 %
  • 20130,8 %
  • 2014+4,9 %
  • 723,8
  • 722
  • 735
  • 741
  • 777

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 97 M€
  • 78 M€
  • 58 M€
  • 39 M€
  • 19 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,0 %
  • 2012+2,1 %
  • 2013+4,9 %
  • 2014-8,5 %
  • 80,8
  • 67,9
  • 69,3
  • 72,7
  • 66,5

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 396 €
  • 317 €
  • 238 €
  • 159 €
  • 79 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,5 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013+4,6 %
  • 2014-8,5 %
  • 330,4
  • 276
  • 281
  • 294
  • 269

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 311 M€
  • 249 M€
  • 186 M€
  • 124 M€
  • 62 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,8 %
  • 2012+2,2 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014+1,1 %
  • 257,9
  • 245,6
  • 250,9
  • 256,1
  • 258,9

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1265 €
  • 1012 €
  • 759 €
  • 506 €
  • 253 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,3 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014+1,0 %
  • 1 054,1
  • 998
  • 1 016
  • 1 035
  • 1 045

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 270 M€
  • 216 M€
  • 162 M€
  • 108 M€
  • 54 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012+3,9 %
  • 2013+2,0 %
  • 2014+2,3 %
  • 205,7
  • 207,5
  • 215,5
  • 219,8
  • 224,8

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1090 €
  • 872 €
  • 654 €
  • 436 €
  • 218 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014+2,1 %
  • 840,9
  • 843
  • 872
  • 889
  • 908

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 63 M€
  • 50 M€
  • 38 M€
  • 25 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-27,0 %
  • 2012-6,8 %
  • 2013+2,0 %
  • 2014-5,8 %
  • 52,2
  • 38,1
  • 35,5
  • 36,2
  • 34,1

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 256 €
  • 205 €
  • 154 €
  • 102 €
  • 51 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-27,3 %
  • 2012-7,1 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014-5,5 %
  • 213,3
  • 155
  • 144
  • 146
  • 138

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 55 M€
  • 44 M€
  • 33 M€
  • 22 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,8 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013+1,7 %
  • 2014+5,8 %
  • 39,7
  • 41,6
  • 42,3
  • 43
  • 45,5

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 221 €
  • 177 €
  • 132 €
  • 88 €
  • 44 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,1 %
  • 2012+1,2 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+5,7 %
  • 162,3
  • 169
  • 171
  • 174
  • 184

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 40 M€
  • 32 M€
  • 24 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,4 %
  • 2012+6,2 %
  • 2013+3,3 %
  • 2014+5,0 %
  • 29,6
  • 28,9
  • 30,7
  • 31,7
  • 33,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 162 €
  • 130 €
  • 97 €
  • 65 €
  • 32 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,5 %
  • 2012+6,0 %
  • 2013+3,2 %
  • 2014+5,5 %
  • 121,2
  • 117
  • 124
  • 128
  • 135

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 6 M€
  • 5 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,0 %
  • 2012+2,1 %
  • 2013-16,7 %
  • 2014-5,0 %
  • 5
  • 4,7
  • 4,8
  • 4
  • 3,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 24 €
  • 20 €
  • 15 €
  • 10 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,9 %
  • 2012+2,1 %
  • 2013-17,5 %
  • 2014-4,4 %
  • 20,4
  • 19
  • 19,4
  • 16
  • 15,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 6 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,2 %
  • 2012+2,2 %
  • 2013-17,0 %
  • 2014-2,6 %
  • 4,8
  • 4,6
  • 4,7
  • 3,9
  • 3,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 128 M€
  • 103 M€
  • 77 M€
  • 51 M€
  • 26 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,4 %
  • 2012+1,2 %
  • 20130,9 %
  • 2014+5,0 %
  • 99,4
  • 99,8
  • 101
  • 101,9
  • 107

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 518 €
  • 415 €
  • 311 €
  • 207 €
  • 104 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,3 %
  • 2012+1,0 %
  • 20130,7 %
  • 2014+4,9 %
  • 406,4
  • 405
  • 409
  • 412
  • 432

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 94 M€
  • 75 M€
  • 56 M€
  • 38 M€
  • 19 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,2 %
  • 2012-0,3 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+9,6 %
  • 78,3
  • 68
  • 67,8
  • 69
  • 75,6

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 384 €
  • 307 €
  • 230 €
  • 154 €
  • 77 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,7 %
  • 2012-0,7 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+9,3 %
  • 319,8
  • 276
  • 274
  • 279
  • 305

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 100 M€
  • 80 M€
  • 60 M€
  • 40 M€
  • 20 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,2 %
  • 2012+1,4 %
  • 20130,6 %
  • 2014-1,6 %
  • 78,1
  • 81,4
  • 82,5
  • 83
  • 81,7

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 68 M€
  • 55 M€
  • 41 M€
  • 27 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 20120,2 %
  • 20130,0 %
  • 2014-2,1 %
  • 56,6
  • 56,7
  • 56,8
  • 56,8
  • 55,6

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 75 M€
  • 60 M€
  • 45 M€
  • 30 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+26,8 %
  • 2012+13,9 %
  • 2013+4,0 %
  • 2014-1,8 %
  • 41,4
  • 52,5
  • 59,8
  • 62,2
  • 61,1

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 301 €
  • 241 €
  • 181 €
  • 120 €
  • 60 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+26,0 %
  • 2012+13,6 %
  • 2013+3,7 %
  • 2014-1,6 %
  • 169,1
  • 213
  • 242
  • 251
  • 247

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 16 M€
  • 12 M€
  • 9 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+21,0 %
  • 2012+5,8 %
  • 2013-2,3 %
  • 2014+4,0 %
  • 10
  • 12,1
  • 12,8
  • 12,5
  • 13

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 33 M€
  • 27 M€
  • 20 M€
  • 13 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+58,3 %
  • 2012+10,1 %
  • 2013+6,8 %
  • 2014+4,1 %
  • 14,4
  • 22,8
  • 25,1
  • 26,8
  • 27,9

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 18 M€
  • 15 M€
  • 11 M€
  • 7 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,3 %
  • 2012-5,3 %
  • 20130,7 %
  • 2014+1,4 %
  • 14,3
  • 15,2
  • 14,4
  • 14,5
  • 14,7

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 4,5 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 4,6 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0,5 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 127,5 M€

2011 : 120,5 M€

2010 : 119,6 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 516 €

2011 : 490 €

2010 : 488,9 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 59,2%

2011 : 58,1%

2010 : 58,1%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : + 5,8%

2011 : + 0,7%

2010 : + 4,4%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 47,7 M€

2011 : 45,3 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 23,62%

2011 : 23,25%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 5,0%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 81,3 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 4,0%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 80,9 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 59 M€
  • 48 M€
  • 36 M€
  • 24 M€
  • 12 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-23,4 %
  • 2012+7,7 %
  • 2013+9,6 %
  • 2014-17,7 %
  • 49,5
  • 37,9
  • 40,8
  • 44,7
  • 36,8

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 22 M€
  • 18 M€
  • 13 M€
  • 9 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-10,2 %
  • 2012-12,0 %
  • 2013-4,8 %
  • 2014+7,9 %
  • 18,6
  • 16,7
  • 14,7
  • 14
  • 15,1

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 16 M€
  • 13 M€
  • 10 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,7 %
  • 2012+2,3 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 12,2
  • 12,9
  • 13,2
  • 13,2
  • 13,2

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 55,4%

2013 : 61,5%

2012 : 58,8%

2011 : 55,8%

2010 : 61,2%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 22,8%

2013 : 19,3%

2012 : 21,1%

2011 : 24,5%

2010 : 23%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 19,9%

2013 : 18,2%

2012 : 19%

2011 : 18,9%

2010 : 15,1%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 30 M€
  • 24 M€
  • 18 M€
  • 12 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-29,8 %
  • 2012+2,3 %
  • 2013+5,1 %
  • 2014-31,0 %
  • 24,8
  • 17,4
  • 17,8
  • 18,7
  • 12,9

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 9 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,2 %
  • 2012-14,9 %
  • 2013-1,8 %
  • 2014-1,8 %
  • 7,3
  • 6,7
  • 5,7
  • 5,6
  • 5,5

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 2 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 1,9
  • 1,9
  • 1,9
  • 1,9
  • 1,9

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 30 M€
  • 24 M€
  • 18 M€
  • 12 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,9 %
  • 2012-13,9 %
  • 20130,0 %
  • 2014+21,8 %
  • 24,9
  • 20,2
  • 17,4
  • 17,4
  • 21,2

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 37,6%

2013 : 51,7%

2012 : 50,1%

2011 : 45,8%

2010 : 47,5%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 16,1%

2013 : 15,5%

2012 : 16,1%

2011 : 17,6%

2010 : 14%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 5,6%

2013 : 5,2%

2012 : 5,2%

2011 : 5,1%

2010 : 3,7%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 62%

2013 : 48,1%

2012 : 49%

2011 : 52,9%

2010 : 47,8%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 48 M€
  • 39 M€
  • 29 M€
  • 19 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,7 %
  • 2012+12,2 %
  • 2013+4,7 %
  • 2014-10,6 %
  • 33,5
  • 34,4
  • 38,6
  • 40,4
  • 36,1

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 196 €
  • 156 €
  • 117 €
  • 78 €
  • 39 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,4 %
  • 2012+11,4 %
  • 2013+4,5 %
  • 2014-10,4 %
  • 136,7
  • 140
  • 156
  • 163
  • 146

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 44 M€
  • 35 M€
  • 26 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,8 %
  • 2012+13,8 %
  • 2013+7,7 %
  • 2014-11,2 %
  • 28,7
  • 29,8
  • 33,9
  • 36,5
  • 32,4

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 178 €
  • 142 €
  • 107 €
  • 71 €
  • 36 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+13,3 %
  • 2013+8,0 %
  • 2014-11,5 %
  • 117,1
  • 120,9
  • 137
  • 148
  • 131

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 28 M€
  • 22 M€
  • 17 M€
  • 11 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,4 %
  • 2012+22,5 %
  • 2013+12,6 %
  • 2014-17,6 %
  • 16,5
  • 16,9
  • 20,7
  • 23,3
  • 19,2

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 113 €
  • 90 €
  • 68 €
  • 45 €
  • 23 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,7 %
  • 2012+21,7 %
  • 2013+11,9 %
  • 2014-18,1 %
  • 67,2
  • 69
  • 84
  • 94
  • 77

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 127 M€
  • 102 M€
  • 76 M€
  • 51 M€
  • 25 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,5 %
  • 2012+1,6 %
  • 2013+1,3 %
  • 2014+3,2 %
  • 98,5
  • 100
  • 101,6
  • 102,9
  • 106,2

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 515 €
  • 412 €
  • 309 €
  • 206 €
  • 103 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,8 %
  • 2012+1,5 %
  • 2013+1,0 %
  • 2014+3,1 %
  • 402,7
  • 406
  • 412
  • 416
  • 429

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 115 M€
  • 92 M€
  • 69 M€
  • 46 M€
  • 23 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,1 %
  • 2012+10,4 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014-3,5 %
  • 82,3
  • 85,7
  • 94,6
  • 96
  • 92,6

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 466 €
  • 372 €
  • 279 €
  • 186 €
  • 93 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,5 %
  • 2012+10,1 %
  • 2013+1,3 %
  • 2014-3,6 %
  • 336,3
  • 348
  • 383
  • 388
  • 374

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 48,1%

2013 : 52,4%

2012 : 52,1%

2011 : 48,2%

2010 : 46,5%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 55,2%

2013 : 56,1%

2012 : 56%

2011 : 56,3%

2010 : 55,6%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 125 M€
  • 100 M€
  • 75 M€
  • 50 M€
  • 25 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,6 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014+3,2 %
  • 96,4
  • 97,9
  • 99,6
  • 101
  • 104,2

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 505 €
  • 404 €
  • 303 €
  • 202 €
  • 101 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,0 %
  • 2012+1,3 %
  • 2013+1,2 %
  • 2014+3,2 %
  • 393,9
  • 398
  • 403
  • 408
  • 421

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 30 M€
  • 24 M€
  • 18 M€
  • 12 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+12,8 %
  • 2012+2,7 %
  • 2013+1,8 %
  • 2014+9,5 %
  • 19,6
  • 22,1
  • 22,7
  • 23,1
  • 25,3

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 23 M€
  • 19 M€
  • 14 M€
  • 9 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,0 %
  • 2012-1,0 %
  • 2013-3,7 %
  • 2014+3,3 %
  • 19,1
  • 19,3
  • 19,1
  • 18,4
  • 19

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 109 M€
  • 87 M€
  • 65 M€
  • 44 M€
  • 22 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,4 %
  • 2012+2,9 %
  • 2013+1,7 %
  • 2014+3,5 %
  • 80,2
  • 83,7
  • 86,1
  • 87,6
  • 90,7

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 439 €
  • 351 €
  • 264 €
  • 176 €
  • 88 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,8 %
  • 2012+2,4 %
  • 2013+1,7 %
  • 2014+3,4 %
  • 327,6
  • 340
  • 348
  • 354
  • 366

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 14 M€
  • 11 M€
  • 8 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-10,5 %
  • 2012+9,6 %
  • 2013+3,9 %
  • 2014+10,3 %
  • 10,5
  • 9,4
  • 10,3
  • 10,7
  • 11,8

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 58 €
  • 46 €
  • 35 €
  • 23 €
  • 12 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-11,8 %
  • 2012+10,5 %
  • 2013+2,4 %
  • 2014+11,6 %
  • 43,1
  • 38
  • 42
  • 43
  • 48

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 5 M€
  • 4 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+2,8 %
  • 2013+2,7 %
  • 20140,0 %
  • 3,6
  • 3,6
  • 3,7
  • 3,8
  • 3,8

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 19 €
  • 15 €
  • 12 €
  • 8 €
  • 4 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014+6,7 %
  • 14,7
  • 15
  • 15
  • 15
  • 16

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 10 M€
  • 8 M€
  • 6 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-15,7 %
  • 2012+11,9 %
  • 2013+6,1 %
  • 2014+14,3 %
  • 7
  • 5,9
  • 6,6
  • 7
  • 8

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 38 €
  • 31 €
  • 23 €
  • 15 €
  • 8 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-15,5 %
  • 2012+12,5 %
  • 2013+3,7 %
  • 2014+14,3 %
  • 28,4
  • 24
  • 27
  • 28
  • 32

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 67,5%

2013 : 64,9%

2012 : 64,5%

2011 : 62%

2010 : 66%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 56 M€
  • 45 M€
  • 33 M€
  • 22 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-22,2 %
  • 2012+10,5 %
  • 2013-10,5 %
  • 2014-10,6 %
  • 46,5
  • 36,2
  • 40
  • 35,8
  • 32

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 228 €
  • 182 €
  • 137 €
  • 91 €
  • 46 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-22,6 %
  • 2012+10,2 %
  • 2013-10,5 %
  • 2014-11,0 %
  • 189,9
  • 147
  • 162
  • 145
  • 129

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 6 M€
  • 5 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,2 %
  • 2012+11,1 %
  • 20130,0 %
  • 2014+4,0 %
  • 4,6
  • 4,5
  • 5
  • 5
  • 5,2

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 25 €
  • 20 €
  • 15 €
  • 10 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,3 %
  • 2012+11,1 %
  • 20130,0 %
  • 2014+5,0 %
  • 19
  • 18
  • 20
  • 20
  • 21

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 50 M€
  • 40 M€
  • 30 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-24,4 %
  • 2012+10,8 %
  • 2013-12,0 %
  • 2014-13,0 %
  • 41,8
  • 31,6
  • 35
  • 30,8
  • 26,8

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 205 €
  • 164 €
  • 123 €
  • 82 €
  • 41 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-24,5 %
  • 2012+10,1 %
  • 2013-12,0 %
  • 2014-13,6 %
  • 170,9
  • 129
  • 142
  • 125
  • 108

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 171 M€
  • 137 M€
  • 103 M€
  • 69 M€
  • 34 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-3,7 %
  • 2014-3,8 %
  • 142,8
  • 137,5
  • 132,3

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 709 €
  • 567 €
  • 426 €
  • 284 €
  • 142 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,9 %
  • 2012-2,2 %
  • 2013-3,8 %
  • 2014-4,0 %
  • 563,5
  • 591
  • 578
  • 556
  • 534

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 21 M€
  • 17 M€
  • 13 M€
  • 9 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-4,5 %
  • 2014-0,6 %
  • 17,9
  • 17,1
  • 17

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 86 €
  • 69 €
  • 52 €
  • 35 €
  • 17 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,2 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013-4,2 %
  • 20140,0 %
  • 69,5
  • 71
  • 72
  • 69
  • 69

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 47%

2013 : 42,4%

2012 : 46,3%

2011 : 50,8%

2010 : 50,8%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 932 €
  • 746 €
  • 559 €
  • 373 €
  • 186 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,2 %
  • 2012+1,8 %
  • 20130,8 %
  • 2014+4,9 %
  • 723,8
  • 722
  • 735
  • 741
  • 777

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 384 €
  • 307 €
  • 230 €
  • 154 €
  • 77 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,7 %
  • 2012-0,7 %
  • 2013-5,5 %
  • 2014+3,9 %
  • 319,8
  • 276
  • 274
  • 259
  • 269

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1090 €
  • 872 €
  • 654 €
  • 436 €
  • 218 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014+2,1 %
  • 840,9
  • 843
  • 872
  • 889
  • 908

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 243 €
  • 194 €
  • 146 €
  • 97 €
  • 49 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-23,9 %
  • 2012+7,1 %
  • 2013+9,7 %
  • 2014-17,7 %
  • 202,3
  • 154
  • 165
  • 181
  • 149

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 709 €
  • 567 €
  • 426 €
  • 284 €
  • 142 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,9 %
  • 2012-2,2 %
  • 2013-3,8 %
  • 2014-4,0 %
  • 563,5
  • 591
  • 578
  • 556
  • 534

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 278 €
  • 222 €
  • 167 €
  • 111 €
  • 56 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,6 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014-2,6 %
  • 231,4
  • 230
  • 230
  • 230
  • 224

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 23,6%

2013 : 23,4%

2012 : 23,3%

2011 : 23,4%

2010 : 22,4%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 77,7%

2011 : 74,6%

2010 : 92,8%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 91,5%

2013 : 89,4%

2012 : 90,4%

2011 : 91,9%

2010 : 92%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 16,4%

2013 : 20,3%

2012 : 18,9%

2011 : 18,2%

2010 : 24,1%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 58,8%

2013 : 62,5%

2012 : 66,3%

2011 : 70,2%

2010 : 67%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 297209
  • 237767
  • 178325
  • 118884
  • 59442
  • 0
  • 2010
  • 20110,6 %
  • 20120,3 %
  • 20130,1 %
  • 20140,1 %
  • 244 674
  • 246 129
  • 246 975
  • 247 311
  • 247 674

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 5047
  • 4038
  • 3028
  • 2019
  • 1009
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+3,8 %
  • 2013+5,6 %
  • 20140,0 %
  • 3 719
  • 3 837
  • 3 984
  • 4 206
  • 4 206

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement de la Haute Saône a une superficie de 5 360 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,3%

En 2013 le TCAM est de + 0,4%

En 2012 le TCAM est de + 0,4%

En 2011 le TCAM est de + 0,4%

En 2010 le TCAM est de + 0,4%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 25,4% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 24,8% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 24,2% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 23,6% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 23% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Haute Saône (70) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Haute Saône depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 292 099 personnes.
  • En l'an 1901 : 267 011 personnes.
  • En l'an 1990 : 229 650 personnes.
  • En l'an 2009 : 246 975 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
292 099 299 574 308 691 328 161 339 430 343 818 348 147 347 616 347 989
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
312 917 317 703 318 226 303 588 304 544 296 381 291 418 281 320 273 316
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
267 011 264 261 257 965 228 638 226 582 219 495 213 077 202 843 209 541
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
208 650 214 396 222 254 231 962 229 650 229 732 246 975