FR 05

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DES HAUTES ALPES (05)
 

 
Le point rouge sur la carte vous donne la position du département des Hautes Alpes 05 sur la carte de France.
Contacter le Conseil General des Hautes Alpes (05). Contacter le Conseil General des Hautes Alpes (05).

Bienvenue dans le département des Hautes Alpes (05) qui se situe dans la Région Provence Alpes Côte d'Azur.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, Place Saint Arnoux, CS 66005, 05008 GAP Cedex

 Téléphone : +33 (0)4 92 40 38 00

 Fax : +33 (0)4 92 40 38 01

 Site Internet Officiel :http://www.cg05.fr

 Flux d'actualités (RSS) Officiel :http://www.cg05.fr/rss_agenda.php

Blason et logo
Département des Hautes Alpes


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Gap.

Blason et Armes du département des Hautes Alpes 05 Ancien logo du Conseil Général des Hautes Alpes 05  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental des Hautes Alpes 05

Président du Conseil Départemental

Monsieur Jean-Marie Bernard

Né le 13 Septembre en 1948 (66 ans)

En fonction depuis le 02/04/2015.

Il est également maire de Dévoluy et Il est aussi Président de la communauté de communes Buëch-Dévoluy

Nuance politique : Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

Découvrez la liste des mairies dans le département des Hautes Alpes.

Consultez la préfecture du département des Hautes Alpes.

Le conseil général des Hautes Alpes est dans la Région : Provence Alpes Côte d'Azur.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département des Hautes Alpes (05).


Le département des Hautes Alpes est composée de 30 conseillers départementaux

Le departement
des Hautes Alpes

a une superficie de
5 549 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 139 554 personnes avec une densite de 25 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général des Hautes Alpes intègre 2 arrondissements, avec 15 cantons.
  •  Vous trouverez 177 communes dans le Conseil Départemental des Hautes Alpes.

Le département des Hautes Alpes en quelques mots :

Les Hautes-Alpes est un département aussi vieux que le sédentarisme ! Depuis 9500 avant notre ère, ça en fait du galon !


Le tourisme est sa seule véritable manne, aussi il se donne beaucoup de mal pour le maintenir.


Les Hautes-Alpes ont sans doute les plus belles pistes de ski de France.


Histoire et situation géographique

Le département des Hautes-Alpes situé dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, correspond, comme son nom l’indique, à la partie haute de la région adjacente aux Alpes. Il s’agit d’un des berceaux de la vie en France, bien qu’il soit anachronique d’en parler en 9500 avant notre ère et surtout 9000 ans avant l’arrivée des Francs. Puis, au travers des âges, du bronze au fer, les peuples celtiques et ligures se sont mélangés dans le département des Hautes-Alpes, et plus précisément autour de la ville de Briançon.

Comme son voisin, le département des Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes ont essuyé l’épreuve de 4 siècles de guerres de religion, de pillage, d’incendies, d’hivers calamiteux et de massacres en tous genres. Le Pape Pie VI et Napoléon Ier traversèrent la région en 1815, chacun faisant étape à Briançon.

Au XXème siècle, la seule manne restante du département subsistait dans son climat exceptionnellement doux et ensoleillé, attirant des touristes du monde entier. Advint par conséquent la nécessité de construire et de loger cette population pendulaire, rendant aux Hautes-Alpes le bénéfice d’entreprises de construction et de location exceptionnellement florissantes.

Climat

Comme nous l’avons dit précédemment, les Hautes-Alpes possèdent un climat absolument prodigieux : plus de 300 jours de soleil par an en moyenne ! Les précipitations n’atteignent effectivement par le département étant donné qu’elles se déversent sur le massif des Ecrins. Les perturbations océaniques sont par conséquent écartées et l’air chaud remontant de la méditerranée ainsi que l’absence de nuage en provenant, on peut aisément qualifier le climat des Hautes-Alpes comme étant agréablement méditerranéen, avec un espace réservé au climat montagnard, pour la partie alpine, bien évidemment !

Economie, entreprise, agricole, industriel

Comme son voisin le département des Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes possèdent une économie reposant sur son tourisme, lui-même établit sur la beauté des paysages et les avantages climatiques d’une vie sans les désagréments des averses. Chaque année l’Observatoire du Tourisme établit le calcul de fréquentation sur deux constantes : l’attractivité économique de la région et la météo. En moyenne cette dernière est tenue responsable pour 40% de ladite fréquentation. En ce qui concerne l’été 2014, la météo était responsable de 47% du chiffre total des touristes, ce qui était plutôt négatif. C’est à cause de ces mauvais résultats que des résolutions économiques sont négociées chaque année autour d’un certain budget. Toujours en 2014, par exemple, il était convenu que 23% du budget irait à la publicité et à la communication, 15% irait dans les équipements et les investissements et 11% pour des offres promotionnelles.

Le tourisme est l’enjeu central dans l’économie du département, voilà pourquoi il est aussi encouragé et mesuré. Entre 2002 et 2003, avant la crise, le département rassemblait près d’un milliard d’euros par an grâce au tourisme. Croyez-le ou non, ce chiffre est resté stable !

Attractivité touristique

Bien évidemment, lorsqu’on parle du département des Hautes-Alpes, on voit surtout le magnifique panorama du haut des Alpes ! Les pistes de ski à perte de vue, sur des versants escarpés ou dégagés, en famille ou entre amis. C’est en effet ce qui fait la majorité du PIB du département, avec des stations de ski telles que celles qui se trouvent dans la très célèbre commune de Risoul, ou encore à Puy-Saint-Vincent, ou à Vars.

Cependant, le département possède des sites d’escalade, de randonnée et de balade absolument uniques au monde. Le massif des Ecrins dont nous avons parlé précédemment, possède un parc national où on peut pratiquer la randonnée sans contrainte ni embarras. Tout y est prévu pour apporter la meilleure expérience possible aux touristes !

Saveurs

On est sur une base plutôt rustique, dans les Hautes-Alpes ! Il fallait s’y attendre, après tout, on y va pour ses montagnes et ses exceptionnelles vallées. C’est donc en toute logique qu’on peut se régaler avec des spécialités telles que les tourtons des Hautes-Alpes, un beignet croustillant, salé ou sucré, qui réchauffe bien le ventre et l’âme après une journée à dévaler les pistes. Pour les enfants, il y aura la tarte du Champsaur. Elle se fait aux pruneaux ou aux fruits rouges et fera sans doute partie des meilleurs moments de leur journée. Comme sa voisine les Alpes-de-Haute-Provence, le Génépi est une spécialité séculaire et très bien implantée dans les villages du département. Cette liqueur aromatisée à la myrtille à partir d’une plante du même nom, réchauffera peut être autant que les tourtons, mais il faudra tout de même la consommer avec modération.

Le Saviez-vous ?

La région s’est spécialisée, au travers des âges, dans l’art de la peinture murale. On peut en voir de très beaux spécimens à l’église Saint-Sébastien de Plampinet-Briançonnais.

Le département possédait des mines d’argent très importantes qui ont cependant fermé. On peut notamment visiter ponctuellement celle du Vallon du Fournel à l’Argentière-la-Bessée.

Le département a été occupé par l’Italie fasciste entre novembre 1942 et septembre 1943, envers et contre le principe de la zone libre.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
des Hautes Alpes (05)

 
 

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 255 M€
  • 204 M€
  • 153 M€
  • 102 M€
  • 51 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,1 %
  • 20120,3 %
  • 2013+7,0 %
  • 2014-3,8 %
  • 200,6
  • 198,3
  • 198,8
  • 212,7
  • 204,7

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1794 €
  • 1435 €
  • 1076 €
  • 718 €
  • 359 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,6 %
  • 2012-0,8 %
  • 2013+6,1 %
  • 2014-4,9 %
  • 1 459
  • 1 421
  • 1 409
  • 1 495
  • 1 422

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 188 M€
  • 150 M€
  • 113 M€
  • 75 M€
  • 38 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,8 %
  • 2012+4,0 %
  • 2013+7,3 %
  • 2014-4,4 %
  • 141,5
  • 140,3
  • 145,9
  • 156,6
  • 149,7

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1321 €
  • 1057 €
  • 793 €
  • 528 €
  • 264 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,4 %
  • 2012+2,9 %
  • 2013+6,5 %
  • 2014-5,5 %
  • 1 029,2
  • 1 005
  • 1 034
  • 1 101
  • 1 040

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 71 M€
  • 57 M€
  • 43 M€
  • 28 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,9 %
  • 2012-8,8 %
  • 2013+6,0 %
  • 2014-2,0 %
  • 59,1
  • 58
  • 52,9
  • 56,1
  • 55

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 516 €
  • 413 €
  • 309 €
  • 206 €
  • 103 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,2 %
  • 2012-9,9 %
  • 2013+5,1 %
  • 2014-3,0 %
  • 429,8
  • 416
  • 375
  • 394
  • 382

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 246 M€
  • 197 M€
  • 147 M€
  • 98 M€
  • 49 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,1 %
  • 20120,3 %
  • 2013-0,4 %
  • 2014+3,4 %
  • 200,6
  • 198,3
  • 198,8
  • 198
  • 204,7

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1751 €
  • 1401 €
  • 1050 €
  • 700 €
  • 350 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,6 %
  • 2012-0,8 %
  • 2013-1,3 %
  • 2014+2,2 %
  • 1 459
  • 1 421
  • 1 409
  • 1 391
  • 1 422

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 202 M€
  • 162 M€
  • 121 M€
  • 81 M€
  • 40 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+4,2 %
  • 20130,1 %
  • 2014+3,9 %
  • 155,5
  • 155,5
  • 162,1
  • 162,2
  • 168,5

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1405 €
  • 1124 €
  • 843 €
  • 562 €
  • 281 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,4 %
  • 2012+3,0 %
  • 2013-0,8 %
  • 2014+2,7 %
  • 1 131
  • 1 115
  • 1 149
  • 1 140
  • 1 171

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 54 M€
  • 43 M€
  • 32 M€
  • 22 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,1 %
  • 2012-14,3 %
  • 2013-2,5 %
  • 2014+1,1 %
  • 45,1
  • 42,8
  • 36,7
  • 35,8
  • 36,2

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 394 €
  • 315 €
  • 236 €
  • 157 €
  • 79 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,4 %
  • 2012-15,3 %
  • 2013-3,1 %
  • 2014-0,4 %
  • 328
  • 307
  • 260
  • 252
  • 251

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 42 M€
  • 33 M€
  • 25 M€
  • 17 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+1,2 %
  • 2013-0,9 %
  • 2014+3,9 %
  • 32,1
  • 33,2
  • 33,6
  • 33,3
  • 34,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 288 €
  • 230 €
  • 173 €
  • 115 €
  • 58 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,8 %
  • 20120,0 %
  • 2013-1,7 %
  • 2014+2,6 %
  • 233,7
  • 238
  • 238
  • 234
  • 240

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 30 M€
  • 24 M€
  • 18 M€
  • 12 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-45,4 %
  • 2012+3,7 %
  • 2013-9,2 %
  • 2014+11,7 %
  • 24,9
  • 13,6
  • 14,1
  • 12,8
  • 14,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 218 €
  • 174 €
  • 131 €
  • 87 €
  • 44 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-46,0 %
  • 2012+2,0 %
  • 2013-10,0 %
  • 2014+11,1 %
  • 181,4
  • 98
  • 100
  • 90
  • 100

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 10 M€
  • 8 M€
  • 6 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-14,9 %
  • 2012+8,1 %
  • 20130,0 %
  • 2014-18,8 %
  • 8,7
  • 7,4
  • 8
  • 8
  • 6,5

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 76 €
  • 60 €
  • 45 €
  • 30 €
  • 15 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-15,9 %
  • 2012+6,4 %
  • 2013-0,5 %
  • 2014-20,0 %
  • 63
  • 53
  • 56,4
  • 56,1
  • 44,9

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 10 M€
  • 8 M€
  • 6 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-15,9 %
  • 2012+8,7 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014-19,5 %
  • 8,2
  • 6,9
  • 7,5
  • 7,7
  • 6,2

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 113 M€
  • 90 M€
  • 68 M€
  • 45 M€
  • 23 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+16,3 %
  • 2012+5,1 %
  • 2013+1,3 %
  • 2014+2,8 %
  • 73,7
  • 85,7
  • 90,1
  • 91,3
  • 93,9

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 782 €
  • 626 €
  • 469 €
  • 313 €
  • 156 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+14,8 %
  • 2012+3,7 %
  • 20130,6 %
  • 2014+1,6 %
  • 535,7
  • 615
  • 638
  • 642
  • 652

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 78 M€
  • 62 M€
  • 47 M€
  • 31 M€
  • 16 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,1 %
  • 2012-10,3 %
  • 2013-4,6 %
  • 2014+7,4 %
  • 64,4
  • 65,1
  • 58,4
  • 55,7
  • 59,8

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 562 €
  • 449 €
  • 337 €
  • 225 €
  • 112 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,4 %
  • 2012-11,2 %
  • 2013-5,6 %
  • 2014+6,1 %
  • 468
  • 466
  • 414
  • 391
  • 415

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 64 M€
  • 51 M€
  • 38 M€
  • 26 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012+13,1 %
  • 2013+6,6 %
  • 2014-1,1 %
  • 43,9
  • 44,3
  • 50,1
  • 53,4
  • 52,8

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 42 M€
  • 34 M€
  • 25 M€
  • 17 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 20120,6 %
  • 2013+2,9 %
  • 2014-2,3 %
  • 33,8
  • 34,1
  • 34,3
  • 35,3
  • 34,5

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 65 M€
  • 52 M€
  • 39 M€
  • 26 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+10,3 %
  • 2012+33,7 %
  • 20130,4 %
  • 2014+4,6 %
  • 35
  • 38,6
  • 51,6
  • 51,8
  • 54,2

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 451 €
  • 361 €
  • 271 €
  • 180 €
  • 90 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,9 %
  • 2012+31,8 %
  • 2013-0,3 %
  • 2014+3,3 %
  • 254,4
  • 277
  • 365
  • 364
  • 376

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 24 M€
  • 19 M€
  • 14 M€
  • 10 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+14,3 %
  • 2012+12,5 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+7,6 %
  • 14
  • 16
  • 18
  • 18,5
  • 19,9

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 23 M€
  • 19 M€
  • 14 M€
  • 9 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+60,2 %
  • 20130,5 %
  • 2014+2,6 %
  • 11,8
  • 11,8
  • 18,9
  • 19
  • 19,5

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 9 M€
  • 7 M€
  • 6 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+12,0 %
  • 2012+33,9 %
  • 2013-4,0 %
  • 2014+6,9 %
  • 5
  • 5,6
  • 7,5
  • 7,2
  • 7,7

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 2,6 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 3 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 110 M€

2011 : 103,6 M€

2010 : 99,4 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 779 €

2011 : 743 €

2010 : 722,4 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 67,9%

2011 : 66,6%

2010 : 63,9%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : + 6,1%

2011 : + 4,3%

2010 : + 4,3%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 41,4 M€

2011 : 40 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 20,91%

2011 : 20,91%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 4,5%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 64,1 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 2,3%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 62,2 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 35 M€
  • 28 M€
  • 21 M€
  • 14 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-10,3 %
  • 2012-3,4 %
  • 2013+3,6 %
  • 2014-7,6 %
  • 29,2
  • 26,2
  • 25,3
  • 26,2
  • 24,2

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 28 M€
  • 22 M€
  • 17 M€
  • 11 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,0 %
  • 2012-22,9 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014-1,1 %
  • 21,8
  • 23,1
  • 17,8
  • 18,2
  • 18

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 15 M€
  • 12 M€
  • 9 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,1 %
  • 2012+13,1 %
  • 2013+23,2 %
  • 2014+9,4 %
  • 7,7
  • 8,4
  • 9,5
  • 11,7
  • 12,8

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 44%

2013 : 46,7%

2012 : 47,9%

2011 : 45,2%

2010 : 49,5%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 32,7%

2013 : 32,4%

2012 : 33,7%

2011 : 39,9%

2010 : 37%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 23,3%

2013 : 20,8%

2012 : 18%

2011 : 14,5%

2010 : 13%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 25 M€
  • 20 M€
  • 15 M€
  • 10 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-7,6 %
  • 2012-18,0 %
  • 2013-8,2 %
  • 2014-12,3 %
  • 21
  • 19,4
  • 15,9
  • 14,6
  • 12,8

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 8 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-11,4 %
  • 2012-21,0 %
  • 2013-24,5 %
  • 2014-18,9 %
  • 7
  • 6,2
  • 4,9
  • 3,7
  • 3

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 2 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 2013-6,7 %
  • 2014-14,3 %
  • 1,5
  • 1,5
  • 1,5
  • 1,4
  • 1,2

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 27 M€
  • 22 M€
  • 16 M€
  • 11 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012-12,7 %
  • 2013-0,5 %
  • 2014+10,6 %
  • 22,8
  • 22,8
  • 19,9
  • 19,8
  • 21,9

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 35,3%

2013 : 40,9%

2012 : 43,4%

2011 : 45,4%

2010 : 46,5%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 8,3%

2013 : 10,2%

2012 : 13,4%

2011 : 14,5%

2010 : 15,5%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 3,3%

2013 : 3,8%

2012 : 4,1%

2011 : 3,5%

2010 : 3,3%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 60,4%

2013 : 55,4%

2012 : 54,2%

2011 : 53,2%

2010 : 50,4%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 30 M€
  • 24 M€
  • 18 M€
  • 12 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+6,8 %
  • 2013-43,9 %
  • 2014+88,0 %
  • 22,2
  • 22,2
  • 23,7
  • 13,3
  • 25

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 209 €
  • 167 €
  • 125 €
  • 84 €
  • 42 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,3 %
  • 2012+5,7 %
  • 2013-44,6 %
  • 2014+87,1 %
  • 161,1
  • 159
  • 168
  • 93
  • 174

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 23 M€
  • 18 M€
  • 14 M€
  • 9 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,3 %
  • 2012+5,9 %
  • 2013-66,0 %
  • 2014+241,8 %
  • 14
  • 15,3
  • 16,2
  • 5,5
  • 18,8

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 157 €
  • 126 €
  • 94 €
  • 63 €
  • 31 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,4 %
  • 2012+5,2 %
  • 2013-66,1 %
  • 2014+235,9 %
  • 101,8
  • 109,3
  • 115
  • 39
  • 131

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 8 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,5 %
  • 2012-2,9 %
  • 2013-191,0 %
  • 2014-198,4 %
  • 6,3
  • 6,9
  • 6,7
  • -6,1
  • 6

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 59 €
  • 47 €
  • 35 €
  • 24 €
  • 12 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,0 %
  • 2012-4,1 %
  • 2013-191,5 %
  • 2014-197,7 %
  • 45,8
  • 49
  • 47
  • -43
  • 42

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 85 M€
  • 68 M€
  • 51 M€
  • 34 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,0 %
  • 2012+8,4 %
  • 2013+14,3 %
  • 2014+4,6 %
  • 52,4
  • 55
  • 59,6
  • 68,1
  • 71,2

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 594 €
  • 475 €
  • 356 €
  • 238 €
  • 119 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,6 %
  • 2012+6,8 %
  • 2013+13,5 %
  • 2014+3,3 %
  • 381,2
  • 395
  • 422
  • 479
  • 495

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 75 M€
  • 60 M€
  • 45 M€
  • 30 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,0 %
  • 2012+24,5 %
  • 2013+18,0 %
  • 2014-0,5 %
  • 40
  • 42,8
  • 53,3
  • 62,9
  • 62,6

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 530 €
  • 424 €
  • 318 €
  • 212 €
  • 106 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,6 %
  • 2012+23,1 %
  • 2013+16,9 %
  • 2014-1,6 %
  • 290,8
  • 307
  • 378
  • 442
  • 435

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 41,8%

2013 : 40,1%

2012 : 36,5%

2011 : 30,5%

2010 : 28,3%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 47,6%

2013 : 43,5%

2012 : 40,8%

2011 : 39,2%

2010 : 37%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 82 M€
  • 66 M€
  • 49 M€
  • 33 M€
  • 16 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,7 %
  • 2012+8,7 %
  • 2013+11,5 %
  • 2014+4,8 %
  • 51,4
  • 53,8
  • 58,5
  • 65,2
  • 68,3

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 570 €
  • 456 €
  • 342 €
  • 228 €
  • 114 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,3 %
  • 2012+7,5 %
  • 2013+10,4 %
  • 2014+3,7 %
  • 373,8
  • 386
  • 415
  • 458
  • 475

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 17 M€
  • 14 M€
  • 10 M€
  • 7 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,9 %
  • 2012+16,8 %
  • 2013+6,4 %
  • 2014+8,3 %
  • 10,3
  • 10,7
  • 12,5
  • 13,3
  • 14,4

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 18 M€
  • 14 M€
  • 11 M€
  • 7 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,5 %
  • 2012+3,7 %
  • 2013+7,1 %
  • 2014-0,7 %
  • 12,8
  • 13,5
  • 14
  • 15
  • 14,9

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 72 M€
  • 57 M€
  • 43 M€
  • 29 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,4 %
  • 2012+14,7 %
  • 2013+18,1 %
  • 2014+6,4 %
  • 39
  • 41,5
  • 47,6
  • 56,2
  • 59,8

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 499 €
  • 399 €
  • 300 €
  • 200 €
  • 100 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,1 %
  • 2012+13,1 %
  • 2013+17,2 %
  • 2014+5,3 %
  • 283,5
  • 298
  • 337
  • 395
  • 416

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 13 M€
  • 11 M€
  • 8 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+92,9 %
  • 2012-19,8 %
  • 2013+69,2 %
  • 2014-30,0 %
  • 4,2
  • 8,1
  • 6,5
  • 11
  • 7,7

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 92 €
  • 74 €
  • 55 €
  • 37 €
  • 18 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+88,9 %
  • 2012-20,7 %
  • 2013+67,4 %
  • 2014-31,2 %
  • 30,7
  • 58
  • 46
  • 77
  • 53

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 3 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,0 %
  • 2012+3,8 %
  • 2013+3,7 %
  • 2014+3,6 %
  • 2,3
  • 2,6
  • 2,7
  • 2,8
  • 2,9

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 24 €
  • 19 €
  • 14 €
  • 10 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,9 %
  • 2012+5,6 %
  • 2013+5,3 %
  • 20140,0 %
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 20

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 10 M€
  • 8 M€
  • 6 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+194,7 %
  • 2012-32,1 %
  • 2013+115,8 %
  • 2014-41,5 %
  • 1,9
  • 5,6
  • 3,8
  • 8,2
  • 4,8

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 70 €
  • 56 €
  • 42 €
  • 28 €
  • 14 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+192,0 %
  • 2012-32,5 %
  • 2013+114,8 %
  • 2014-41,4 %
  • 13,7
  • 40
  • 27
  • 58
  • 34

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 62,8%

2013 : 74,7%

2012 : 58,7%

2011 : 68,5%

2010 : 44,7%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 36 M€
  • 29 M€
  • 22 M€
  • 14 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,6 %
  • 2012-10,2 %
  • 2013-9,8 %
  • 2014-2,6 %
  • 30,1
  • 28,4
  • 25,5
  • 23
  • 22,4

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 263 €
  • 210 €
  • 158 €
  • 105 €
  • 53 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,9 %
  • 2012-11,8 %
  • 2013-10,0 %
  • 2014-4,3 %
  • 219,2
  • 204
  • 180
  • 162
  • 155

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 8 M€
  • 6 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012-6,3 %
  • 2013+8,5 %
  • 2014+1,6 %
  • 6,3
  • 6,3
  • 5,9
  • 6,4
  • 6,5

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 55 €
  • 44 €
  • 33 €
  • 22 €
  • 11 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,1 %
  • 2012-6,7 %
  • 2013+7,1 %
  • 20140,0 %
  • 45,5
  • 45
  • 42
  • 45
  • 45

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 29 M€
  • 23 M€
  • 17 M€
  • 11 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-7,5 %
  • 2012-11,8 %
  • 2013-14,9 %
  • 2014-4,8 %
  • 23,9
  • 22,1
  • 19,5
  • 16,6
  • 15,8

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 208 €
  • 167 €
  • 125 €
  • 83 €
  • 42 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-9,0 %
  • 2012-12,7 %
  • 2013-15,2 %
  • 2014-6,0 %
  • 173,7
  • 158
  • 138
  • 117
  • 110

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 211 M€
  • 169 M€
  • 127 M€
  • 84 M€
  • 42 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+3,0 %
  • 2014-3,5 %
  • 170,7
  • 175,8
  • 169,7

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 1548 €
  • 1238 €
  • 929 €
  • 619 €
  • 310 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+21,9 %
  • 2012-6,3 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014-4,5 %
  • 1 057,9
  • 1 290
  • 1 209
  • 1 235
  • 1 179

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 23 M€
  • 19 M€
  • 14 M€
  • 9 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+14,1 %
  • 2014-2,1 %
  • 17
  • 19,4
  • 19

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 163 €
  • 131 €
  • 98 €
  • 65 €
  • 33 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,6 %
  • 2012+9,1 %
  • 2013+13,3 %
  • 2014-2,9 %
  • 115,3
  • 110
  • 120
  • 136
  • 132

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 76%

2013 : 146,3%

2012 : 71,7%

2011 : 69,1%

2010 : 71,6%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1321 €
  • 1057 €
  • 793 €
  • 528 €
  • 264 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,4 %
  • 2012+2,9 %
  • 2013+6,5 %
  • 2014-5,5 %
  • 1 029,2
  • 1 005
  • 1 034
  • 1 101
  • 1 040

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 562 €
  • 449 €
  • 337 €
  • 225 €
  • 112 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,4 %
  • 2012-11,2 %
  • 2013-9,9 %
  • 2014+6,4 %
  • 468
  • 466
  • 414
  • 373
  • 397

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1405 €
  • 1124 €
  • 843 €
  • 562 €
  • 281 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,4 %
  • 2012+3,0 %
  • 2013-0,8 %
  • 2014+2,7 %
  • 1 131
  • 1 115
  • 1 149
  • 1 140
  • 1 171

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 255 €
  • 204 €
  • 153 €
  • 102 €
  • 51 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-11,6 %
  • 2012-4,3 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014-8,7 %
  • 212,7
  • 188
  • 180
  • 184
  • 168

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1548 €
  • 1238 €
  • 929 €
  • 619 €
  • 310 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+21,9 %
  • 2012-6,3 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014-4,5 %
  • 1 057,9
  • 1 290
  • 1 209
  • 1 235
  • 1 179

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 298 €
  • 238 €
  • 179 €
  • 119 €
  • 60 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,7 %
  • 2012-0,4 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014-3,2 %
  • 245,6
  • 244
  • 243
  • 248
  • 240

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 23,1%

2013 : 21,3%

2012 : 23%

2011 : 23,7%

2010 : 22,7%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 80,3%

2011 : 85,7%

2010 : 92,4%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 96,4%

2013 : 103,8%

2012 : 95,9%

2011 : 95,6%

2010 : 95,9%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 14,3%

2013 : 16,2%

2012 : 15,6%

2011 : 16,8%

2010 : 18,8%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 100,7%

2013 : 108,4%

2012 : 105,3%

2011 : 115,7%

2010 : 93,5%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 172754
  • 138204
  • 103653
  • 69102
  • 34551
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,4 %
  • 2012+1,2 %
  • 20130,8 %
  • 2014+1,2 %
  • 137 528
  • 139 497
  • 141 153
  • 142 312
  • 143 962

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 2788
  • 2230
  • 1673
  • 1115
  • 558
  • 0
  • 2010
  • 2011+12,3 %
  • 2012+5,4 %
  • 2013+7,8 %
  • 20140,0 %
  • 1 820
  • 2 044
  • 2 155
  • 2 323
  • 2 323

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement des Hautes Alpes a une superficie de 5 549 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 1,2%

En 2013 le TCAM est de + 1,1%

En 2012 le TCAM est de + 1,1%

En 2011 le TCAM est de + 1,1%

En 2010 le TCAM est de + 1,1%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 27,1% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 26,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 26,3% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 25,4% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 24,8% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Hautes Alpes (05) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Hautes Alpes depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 112 500 personnes.
  • En l'an 1901 : 109 510 personnes.
  • En l'an 1990 : 113 300 personnes.
  • En l'an 2009 : 141 153 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
112 500 124 771 121 418 125 329 129 102 131 162 132 584 133 100 132 038
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
129 556 125 100 122 117 118 898 119 094 121 787 122 924 115 522 113 229
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
109 510 107 498 105 083 89 275 87 963 87 566 88 210 84 932 85 067
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
87 436 91 790 97 358 105 070 113 300 121 419 141 153