Une démarche administrative ?

Contactez votre Mairie 118 612

Conseil Général Départemental du département des Hauts de Seine (92)

Blason et logo du département des Hauts de Seine

Bienvenue dans le département des Hauts de Seine (92) qui se situe dans la Région Île de France.

La ville administrative la plus importante (chef Lieu) est Nanterre.

Blason et Armes du département des Hauts de Seine 92 Ancien logo du Conseil Général des Hauts de Seine 92  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental des Hauts de Seine 92

Président du Conseil Départemental

Monsieur Patrick Devedjian

Né le 26 Août en 1944 (72 ans) à Fontainebleau (Seine-et-Marne).
En fonction depuis le 01/06/2007. Il est également Député de la 13ème circonscription des Hauts-de-Seine depuis le 17 décembre 2012. Nuance politique : Union pour un Mouvement Populaire (UMP).

Courriel : pdevedjian@assemblee-nationale.fr

 Site Internet Officiel :http://www.patrickdevedjian.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/patrick.devedjian.9

 Twitter Officiel :https://twitter.com/DevedjianP

Découvrez la liste des mairies dans le département des Hauts de Seine.
Consultez la préfecture du département des Hauts de Seine.
Le conseil général des Hauts de Seine est dans la Région : Île de France.
Résultats des élections cantonales 2011 dans le département des Hauts de Seine (92).

Le département des Hauts de Seine est composé de 46 conseillers départementaux
Le departement des Hauts de Seine a une superficie de 176 Km2.

  • En 2012 la population représentait 1586434 personnes avec une densite de 9014 personnes par Km2.
  • Le Conseil Général des Hauts de Seine intègre 3 arrondissements, avec 23 cantons.
  • Vous trouverez 36 communes dans le Conseil Départemental des Hauts de Seine.

Le département des Hauts de Seine en quelques mots

L’histoire des Hauts-de-Seine est fondamentalement liée à l’histoire parisienne, dans ce qu’elle a de plus ancienne étant donné que ce qu’on entendait auparavant lorsqu’on parlait de Lutèce, était en vérité l’ouest parisien qui correspond aujourd’hui à la région environnante de Nanterre.


Le climat du département est par contre très similaire à celui de Paris, à savoir de natures océanique dégradée et continentale, justifiant des averses fréquentes, ainsi qu’un écart thermique élevé tout au long de l’année.


L’économie des Hauts-de-Seine est totalement dépendante de sa position centrale dans les enjeux économiques français en général. Les sièges des plus grands groupes français sont situés dans le département, et plus largement à la Défense, ce qui clarifie la raison pour laquelle le PIB altoséquanais précède celui de Bruxelles et du Luxembourg.


En soi, les Hauts-de-Seine sont faciles à visiter. La Défense et Nanterre en sont les centres touristiques essentiels, mais il y a toujours beaucoup d’autres endroits où flâner, prendre du bon temps, se délasser, sans compter le festival des Solidays et Rock en Seine qui, chaque année, donnent des couleurs au département que les affaires rendent parfois austère.


La cuisine altoséquanaise a gardé cette simplicité de bistrot, cette belle cuisine traditionnelle française et l’a pratiqué en parallèle avec Paris. Ainsi, on doit autant aux Hauts-de-Seine le célèbre œuf-mayo, que l’indétrônable croque-monsieur !


FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Histoire et situation géographique

Le département des hauts de Seine fait partie de la région Île-de-France, et son chef-lieu est le berceau de Paris, Nanterre.

Nous disons « berceau de Paris » tout simplement parce que les Hauts-de-Seine ont été les premiers endroits où les parisiens se sont installés, dans une période de l’histoire où les premiers outils sont apparus pour combattre la faune féroce qui peuplait alors l’Île-de-France. Lions, tigres, et d’autres mammifères bestiaux partageaient l’habitat des hommes et quelques fois même les attaquaient. Dès lors, nous avons pu retrouver les témoignages pointus, des silex grossiers qu’ils avaient taillés pour se défendre contre de tels ennemis. Dès qu’ils ont su fabriquer des barques, en creusant l’intérieur de troncs tels qu’on a pu en retrouver dans l’alluvion de l’île des Cygnes, ils ont pu migrer jusqu’aux îlots qui avaient émergé de la Seine et de la Marne, se protégeant ainsi des prédateurs.

A l’heure où César commanda une assemblée du peuple de Lutèce, les habitants des Hauts-de-Seine faisaient partie de la même tribu qui a participé à l’essence de l’histoire de France : les Parisii. L’histoire de ce peuple est rocambolesque autant que palpitante, surtout lorsque l’Imperator tenta de les soumettre. Il n’obtint gain de cause qu’après le soulèvement de Camulogène et des Aulerci qui menèrent une résistance ingénieuse, sous les conseils avisés de Vercingétorix. Pour plus de précisions sur le sujet, je vous invite à consulter l’article sur Paris.

Lorsqu’en 987, Hugues Capet obtient le titre sacré nécessaire à la gouvernance de la France en tant que roi de droit divin, il chercha à élargir l’influence de Paris au-delà de ses frontières jusqu’alors figées et même repoussées à cause des raids persistants des Vikings. Les Hauts-de-Seine en profitèrent grandement puisque Nanterre, qu’on estime avoir été très longtemps considéré comme la véritable Lutèce, croît autour de son abbaye Sainte-Geneviève et dans l’aura de cette dernière. Sainte-Geneviève fut l’une des figures emblématiques de Paris, et c’est à Nanterre qu’elle a été très longtemps honorée puisqu’elle y est née, bien qu’on raconte aujourd’hui qu’elle repose aux côtés de Clovis sous les dalles du lycée Henri IV, ancienne abbaye Sainte-Geneviève de Paris.

Pour ces raisons, Nanterre devint une seigneurie florissante et aux finances rondement menées. En 1247, Louis XI signe même l’affranchissement des serfs de la ville, tout en lui offrant de préserver ses droits de taxe. Dès lors, Nanterre devint un haut lieu de prière et de recueillement, tant et si bien que le mont Valérien, non-loin de là, trouva sa place dans l’histoire chrétienne puisqu’un calvaire y fut fondé. D’ailleurs, pour protéger cet héritage religieux, des remparts ont été élevés autour de la ville, à la fin du XVIème siècle. Quelques-unes sont encore visibles aujourd’hui.

Lors de la Révolution française, les Hauts-de-Seine ne montrent pas un grand enthousiasme dans le contexte puisqu’il interfère avec l’approvisionnement du département en certaines ressources essentielles. Jusqu’au XXe siècle, le département n’essuie les répercussions des guerres qu’à Nanterre qui est souvent défendue et aussi souvent ravagée. Finalement, les Hauts-de-Seine sont créés en 1964.

Climat

Le climat des Hauts-de-Seine est pour ainsi dire identique à celui de Paris : des incursions océaniques dégradées créant des hivers doux, avec une moyenne de 5.7°C, associés à une pluviométrie moyenne tout au long de l’année. En effet, les averses dépassent rarement en moyenne les 650mm par an. Et encore une fois, tout comme Paris, les Hauts-de-Seine n’échappent pas aux 110 jours de pluie par an, relevant pour le coup, du climat océanique dégradé, propre à l’Île-de-France.

Cependant, l’été s’associe à un climat continental modéré puisque les températures franchissent en moyenne les 19°C pour l’ensemble de la saison. Malheureusement pour la partie est des Hauts-de-Seine, la pollution de la capitale entraîne bien souvent des pics de températures, dus à l’accumulation des fumées de pot d’échappement dans l’atmosphère. Ce phénomène est qualifié de chaleur urbaine altérée.

Tout comme la capitale, le département ne profite que de 1 700 heures de soleil par an en moyenne, ce qui est relativement faible en comparaison à Toulon par exemple qui va régulièrement chercher une moyenne de 2 900 heures.

Economie, entreprise, agricole, industriel

Avec le quartier de La Défense et celui de Neuilly-sur-Seine, les Hauts-de-Seine font partie de ces départements dont l’activité économique est quelque peu tracée ! Cela explique aussi une grande disparité dans les revenus altoséquanais.

Tout d’abord, quelques chiffres qui font parler l’économie d’elle-même : il existe plus de 6 000 sièges sociaux dans le département, et le PIB moyen par habitant dépasse de trois fois la moyenne nationale. Il est la troisième région européenne en termes de PIB par habitant, derrière Inner London et Paris, mais tout à fait devant Bruxelles et le Luxembourg. Il s’élève en moyenne à 65 000 € à la fin de l’année 2015. Il est dès lors assez évident que le département cherche à rassembler les emplois à hauts revenus afin de constituer un pôle décisionnaire de poids très important. Au total, 90 milliards d’euros de PIB son générés sur le sol altoséquanais, soit plus que Bruxelles et Barcelone réunies. Enfin, la dernière information qui a son importance immédiate est que Gennevilliers possède le deuxième port fluvial d’Europe, le premier étant celui de Duisbourg en Allemagne, pour 3.3 millions de tonnes acheminées.

Cependant, il n’y a pas que la Défense où les affaires sont menées, puisqu’on compte encore deux autres centres névralgiques du même secteur, situés à Boulogne-Billancourt et à Issy-les-Moulineaux, où beaucoup de bureaux s’implantent depuis le début 2010. Ces trois pôles économiques sont placés sous le grand ensemble Paris-La Défense qui englobe l’essentiel des activités économiques de la capitale.

Attractivité touristique

Le quartier de la Défense a été classé zone touristique par le ministère, qui a donné par ce biais la possibilité aux commerces de rester ouvert le dimanche. Les centres commerciaux des Quatre Temps et du CNIT sauront vous accueillir pour vos emplettes autant que pour le reste de vos activités dominicales. Ceci étant, il n’est pas moins impressionnant de se balader au milieu d’un paysage aux allures de Manhattan, surtout si on a l’opportunité de visiter l’arche de la Défense et de profiter de la vue qu’elle est la seule à rendre possible. En effet, elle est à l’extrémité de l’axe historique qui traverse tout Paris, en passant par le Pont de Neuilly, l’Arc de Triomphe, l’avenue des Champs Elysées, l’obélisque de Louxor, et la statue de Louis XIV dans la cour Napoléon du Louvre.

Pour les amateurs de sensations fortes, vous pourrez aussi expérimenter l’une des plongées les plus vertigineuses de votre vie avec l’Aqua 92. Avis aux avertis, elle est la fosse de plongée la plus profonde de France. Rendez-vous à Villeneuve-la-Garenne pour en profiter !

Cependant, ce n’est pas parce que toute l’attention est tournée vers les affaires qu’il n’y a pas des endroits d’une beauté naturelle remarquable dont vous pourrez bénéficier, l’histoire d’une retraite une belle journée d’été. A Antony par exemple, débouche la coulée verte du sud parisien, à l’issue de laquelle vous pourrez profiter de la beauté du bois de l’Aurore, ou encore du parc du Breuil et de la Bièvre. Mais il reste encore le parc du Château de Bois-Préau à Rueil-Malmaison, et la forêt Domaniale de la Malmaison ou Saint-Cucufa, tous d’eux d’une beauté confondante en été et avant que la brume ne se dissipe. Si vous ne souhaitez par partir de Nanterre, le parc André Malraux, souvent fréquenté par les étudiants, est un charmant petit coin où se reposer et laisser ses soucis de bureau derrière soi. Enfin, le château d’Asnières, datant du règne de Louis XV et ayant inspiré la résidence The Elms dans le Rhode Island, vaut vraiment le détour !

Pour ce qui est des événements, ce ne sont pas les espaces qui manquent puisque c’est dans le parc de Saint-Cloud que se déroule chaque année le festival Rock en Seine et c’est aussi à l’hippodrome Longchamp, au Bois de Boulogne, que se tient tous les ans le festival des Solidays.

Saveurs

Malgré son extrême proximité avec Paris, les Hauts-de-Seine ont su préserver une identité culinaire indépendante, et c’est assez remarquable quand on connaît l’excellente cuisine parisienne. Parlons par exemple de la brioche de Nanterre ! Rectangulaire et souvent plagiée, la brioche de Nanterre est cette brioche qui donne envie d’aller la dévorer à pleine bouche, sans attendre. Elle était auparavant réservée pour les grandes occasions, mais aujourd’hui on peut la trouver dans toutes les bonnes boulangeries de France. Dans les grandes spécialités du département, heureusement démocratisées au-delà des frontières mêmes de la France, on compte aussi la chouquette et l’amandine, que Paris s’est empressée de s’accaparer, car les commandes allaient bon train.

Dans le même genre, on retrouve des classiques indéboulonnables de la cuisine de bistrot comme l’œuf-mayo’, ou encore le céleri rémoulade, le croque-monsieur et le hachis Parmentier de semoule et farine. Autant de délices qui ont partagé l’histoire de Paris avec celle des Hauts-de-Seine.

Le Saviez-vous ?

Jean Dujardin est né à Rueil-Malmaison.

Le musée Albert Khan de Boulogne-Billancourt abrite non seulement la plus large collection de monographies jamais rassemblées au cours du XIXème siècle, mais il intègre aussi un jardin japonais absolument magnifique, tel qu’Albert Khan lui-même l’avait laissé.