Conseil Général Départemental du département Lot et Garonne (47)

Blason et logo du département Lot et Garonne

Bienvenue dans le département Lot et Garonne (47) qui se situe dans la Région Aquitaine Limousin Poitou Charentes.

La ville administrative la plus importante (chef Lieu) est Agen.

Blason et Armes du département Lot et Garonne 47 Ancien logo du Conseil Général Lot et Garonne 47  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental Lot et Garonne 47

Président du Conseil Départemental

Monsieur Pierre Camani

Né le 19 février en 1952 (65 ans) à Saint-Léger (Lot et Garonne).
En fonction depuis le 20/03/2008. Il est également Sénateur du Lot et Garonne depuis octobre 2011. Et Il est aussi Adjoint au maire de Puymiclan
Nuance politique : Parti Socialiste (PS).

Courriel : p.camani@senat.fr 

Découvrez la liste des mairies dans le département Lot et Garonne.
Consultez la préfecture du département Lot et Garonne.
Le conseil général Lot et Garonne est dans la Région : Aquitaine Limousin Poitou Charentes.
Résultats des élections cantonales 2011 dans le département Lot et Garonne (47).

Le département Lot et Garonne est composé de 42 conseillers départementaux
Le departement Lot et Garonne a une superficie de 5361 Km2.

  • En 2012 la population représentait 332119 personnes avec une densite de 62 personnes par Km2.
  • Le Conseil Général Lot et Garonne intègre 4 arrondissements, avec 21 cantons.
  • Vous trouverez 319 communes dans le Conseil Départemental Lot et Garonne.

Le département Lot et Garonne en quelques mots

L’histoire de l’agenois a débuté par une trahison : celle des gaulois Nitiobriges envers les autres peuples gaulois qui les entouraient. En ouvrant leurs portes aux romains, ils leur ont permis de prendre l’Aquitaine bien plus aisément. Par la suite, le département est passé de mains en mains, jusqu’à arriver aux Anglais. Lorsque le Lot-et-Garonne redevint français, il ne participa plus, ou peu s’en faut, à quel qu’événement s’opposant à la royauté jusqu’à la Révolution Française.


Le climat en Lot-et-Garonne est au commencement de l’océanique dégradé. Il se révèle par conséquent assez agréable et particulièrement fertile pour ses terres.


Cette fertilité a entraîné le développement d’une agriculture spécifique, basée sur des produits à forte valeur ajoutée. C’est aussi en raison de la dépopulation de la zone que ce choix a été fait. Le tourisme s’est développé depuis 30 ans pour combler une partie des besoins économiques du département, ce qui semble particulièrement bien marcher.


L’estofinado et la tourtière du Lot-et-Garonne sont deux plats typiques et absolument identitaires. Le premier est à base de morue séchée, le second garni de pommes au sucre vanillé.


FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Histoire et situation géographique

Le département du Lot-et-Garonne se situe dans la région Aquitaine et son chef-lieu est Agen.

Loin de s’associer au bellicisme de leurs voisins gaulois de l’ouest ou du sud, les Nitiobriges qui peuplaient les terres de l’actuel Lot-et-Garonne n’ont pas hésité à se plier à l’envahisseur romain. Trahissant de ce fait l’alliance ancestrale et familiale qui unissait les gaulois entre eux, ils ouvrèrent la Garonne aux troupes de l’empire qui eut la possibilité de continuer son invasion sans davantage de résistance. Agedinum, dans laquelle on devine l’antique ville d’Agen, devint alors un camp romain. Pour cette raison, on retrouve fort peu de preuves de la présence des Gaulois dans la région, à l’exception de quelques dolmens.

Après qu’Honorius l’empereur romain, cède l’Aquitaine aux Wisigoths, la région sombre dans la décadence, jusqu’à l’intervention des troupes Francs dirigées par Clovis lui-même. Ils conquirent les terres injustement substituées par les barbares aux gallo-romains et institua l’empire Franc, après que Clovis ait pris soin d’éliminer de ses propres mains le roi Wisigoths Alaric II à Vouillé en 507 de notre ère.

Dès lors, grâce à l’influence de Toulouse ainsi que de Bordeaux et aux voies romaines, chaque homme qui souhaitait se rendre sur la côte sud-ouest devait passer par l’agenois. Il passa successivement entre les mains du duc de Gascogne, du comte d’Angoulême, puis encore à la Gascogne avant de finir sous administration toulousaine. Ce fut pendant ce temps que l’hérésie albigeoise, ses travers, la chasse aux infidèles, s’amorça. Au XIVème siècle, Philippe le Bel repris le département aux mains des Anglais qui, sous l’œil impérieux d’Edouard 1er, s’étaient installés là à la fin du XIIIème siècle. Avec l’insurrection écossaise, les forces anglaises étaient divisées et la France n’eut pas beaucoup de mal à reconquérir le Lot-et-Garonne et tout le reste de l’Aquitaine. Depuis lors, l’Agenois resta fidèle au Royaume de France, pendant la Fronde, les guerres et la Révolution Française qui a vu naître le département.

Climat

Le climat du Lot-et-Garonne est assez spécial étant donné qu’il est tout juste de nature océanique dégradé. En effet, cette proximité avec le climat océanique lui confère une amplitude thermique plus importante et moins de précipitations. Du côté de l’ensoleillement, il reste plutôt banal, puisqu’il avoisine régulièrement la moyenne nationale. En somme, il y fait en moyenne entre 8 et 17 degrés à l’année entre l’été et l’hiver, avec 700 millimètres de pluie par an, contre 800 en moyenne nationale récurrente.

Economie, entreprise, agricole, industriel

Il faut noter que l’évolution de l’économie, des exploitations agricoles et de l’industrie a suivi l’évolution de sa malheureuse dépopulation entre 1841 et 1921. La révolution industrielle a poussé les Lot-et-Garonnais à migrer vers les grandes villes, et c’était Bordeaux à l’époque qui captait toute l’attention de l’Aquitaine.

Du point de vue de l’agriculture, cette migration a entraîné une spécialisation de la production autour de produits à forte valeur ajoutée et à faible rendement. Ce faisant, les surfaces exploitées étaient réduites en tailles et en personnel. Grâce à cela, le Lot-et-Garonne est aujourd’hui le premier producteur français de kiwi, de fraises et de noisettes. Cependant, le progrès faisant son chemin, la céréaliculture a continué à s’implanter dans la vallée de la Garonne qui est reconnue pour sa fertilité exceptionnelle. Elle regroupe 7.5% de la population active, ce qui est considérable en comparaison aux autres départements français qui avoisinent souvent les 4.5%. Il est aussi le premier département bio d’Aquitaine en surface exploitée avec plus de 15 000 hectares.

Notons que le département est faible en ce qui concerne l’exploitation industrielle. Pour cette raison, le Conseil Général de Lot-et-Garonne a décidé il y a 30 ans de tabler sur une ressource qu’ils allaient tenter de dynamiser : le tourisme. Depuis les années 1980, on observe une croissance de fréquentation provenant de l’extérieur, dans le département. L’opération est une réussite, elle génère des emplois et des richesses dans un cercle vertueux qui force à entretenir les environnements.

Le Lot-et-Garonne se maintient à 10.2% de chômage entre 2012 et 2015.

Attractivité touristique

Pour effectuer ce développement touristique, le Lot-et-Garonne a procédé à une série d’installation et de réhabilitation d’espaces de jeux, de visite, de randonnée, etc...

En effet, plus de 200 kilomètres de voies navigables ont été ouvertes aux amateurs de bateaux et de petites croisières privées. Le long de ces rivières se sont tracées de nombreuses voies vertes, comme à côté de la Garonne qui est accompagnée de 87 kilomètres de promenade ! Il n’est pas rare de trouver à côté de ces voies vertes, d’adorables petits villages nommés Bastides, et qui reflètent l’incomparable quiétude du sud-ouest, dans un cadre sublime du XIIIème siècle. Francescas, Monflanquin et Saint Sardos en sont trois beaux exemples.

Agen, pour son histoire, sa beauté, et son énergie, est une ville qu’il faut visiter lorsque vous passez par le Lot-et-Garonne. Cette dernière, la Garonne, passe à l’ouest de la petite ville, l’effleure doucement, et la rafraîchit. Les magnifiques maisons à colombages soulignent particulièrement bien l’ambiance médiévale de rues telles que la rue Beauville. Cette ambiance d’un autre temps s’associe d’une histoire urbaine absolument passionnante, macabre quelques fois, riche en mythes et en martyrs.

Saveurs

Pour rentrer directement dans le terroir Lot-et-Garonnais dans ce qu’il a de plus original et de plus typique, abordons l’Estofinado ! Ce plat à base de morue séchée, aussi appelée stockfih, est l’héritage d’un commerce millénaire qui se faisait lorsque les Normands descendaient dans la vallée de la Garonne et revendaient leur morue qui avait fait le voyage avec eux. A agrémenter avec des pommes de terre, des œufs, et plein d’autres mets délicieux !

Enfin, deuxième pilier, deuxième institution du Lot-et-Garonne en matière de gastronomie, il y a la tourtière du Lot-et-Garonne. Cette spécialité date des invasions arabes et se compose d’une fine couche de pâte garnie de pommes mouillées à l’armagnac et finement saupoudrées de sucre vanillé. Un plat économique, traditionnel et simple !

Le Saviez-vous ?

En vérité, le chef-lieu du Lot-et-Garonne est partagé entre la ville d’Agen et la ville d’Aiguillon. Etrangement, cette dernière ne comptait que 4 314 habitants en 2012, contre 33 620 pour Agen (commune la plus peuplée du département.)