FR 49

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
MAINE ET LOIRE (49)
 

 
Le point rouge sur la carte vous donne la position du département Maine et Loire 49 sur la carte de France.
Contacter le Conseil General Maine et Loire (49). Contacter le Conseil General Maine et Loire (49).

Bienvenue dans le département Maine et Loire (49) qui se situe dans la Région Pays de la Loire.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, Place Michel Debré, CS 94104, 49941 Angers Cedex 09

 Téléphone : +33 (0)2 41 81 49 49

Courriel : info@cg49.fr

 Site Internet Officiel :http://www.cg49.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/pages/Conseil-g%C3%A9n%C3%A9ral-de-Maine-et-Loire/93634091098

 Twitter Officiel :https://twitter.com/lavenirpousse

 Flux d'actualités (RSS) Officiel :http://www.cg49.fr/index.php?&type=100

 Daily Motion Officiel :http://www.dailymotion.com/LavenirPousseEnAnjou

 Flickr Officiel :https://www.flickr.com/photos/lavenirpousseenanjou

Blason et logo
Département Maine et Loire


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Angers.

Blason et Armes du département Maine et Loire 49 Ancien logo du Conseil Général Maine et Loire 49  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental Maine et Loire 49

Président du Conseil Départemental

Monsieur Christian Gillet

Né le 22 juillet en 1946 (69 ans) à Bailleul (Sarthe).

En fonction depuis le 28/04/2014.

Il est également Conseiller général du canton de Vihiers depuis 1988 et Il est aussi Secrétaire du conseil régional des pays de la Loire depuis 1998

Nuance politique : Union des Démocrates et Indépendants (UDI)

Découvrez la liste des mairies dans le département Maine et Loire.

Consultez la préfecture du département Maine et Loire.

Le conseil général Maine et Loire est dans la Région : Pays de la Loire.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département Maine et Loire (49).


Le département Maine et Loire est composée de 42 conseillers départementaux

Le departement
Maine et Loire

a une superficie de
7166 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 795557 personnes avec une densite de 111 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général Maine et Loire intègre 4 arrondissements, avec 21 cantons.
  •  Vous trouverez 363 communes dans le Conseil Départemental Maine et Loire.

Le département Maine et Loire en quelques mots :

Le département du Maine-et-Loire a subi son histoire comme peu d’autres départements autour de lui. Alors qu’ils se sont longtemps battus contre les Romains pour préserver leur puissance décisionnelle, ils essuyèrent successivement des invasions qui ravagèrent leurs terres. Et lorsqu’ils décidèrent de se soumettre aux francs puisqu’ils pratiquaient le christianisme de concert, ce ne fut que pour engager des centaines d’années de servitude à la botte des seigneurs puis des nobles. Pas étonnant que ce fut là que la Guerre de Vendée éclata en 1793.


Il y fait un climat d’une rare douceur, loué par Du Bellay, il n’y pleut pas trop, les températures y sont clémentes et l’ensoleillement plaisant.


Très industriel, le Maine-et-Loire produit beaucoup des produits d’exportation de la France de l’Ouest. Pour autant, son PIB n’atteint pas la moyenne nationale. Il est de plus le premier département horticulteur du pays.


Lorsque vous vous rendez dans le Maine-et-Loire, c’est surtout pour profiter des châteaux, de la culture et de son incroyable biodiversité, célébrée à la fois dans le Bioparc de Doué-la-Fontaine et à Terra Botanica à Angers.


Que d’importance accordée au produit, surtout quand on en vient à la viande, un bien sacré en Anjou ! Entre les rillauds et le cul de veau à l’angevine, je vous mets à l’épreuve de ne pas en reprendre au petit-déjeuner, accompagné d’un bon verre de Saumure !


FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Histoire et situation géographique

Le département du Maine-et-Loire fait partie de la région Pays de la Loire et son chef-lieu est Angers.

Depuis le début de notre ère, le Maine-et-Loire a été dominé par des forces extérieures, ce qui a contribué à une volonté profonde héritée par l’histoire, de résister et de s’unir à ses voisins pour vaincre encore et toujours les envahisseurs. Cela a commencé avec les Romains, qui cependant eurent beaucoup de mal à mater le peuple des Angevins. Pendant cinq longs siècles, ces derniers ne se soumirent jamais totalement même lorsque les Andes furent sous l’assaut des Wisigoths, puis des Anglais. Ils constituèrent une alliance avec l’Armorique voisine et allèrent de bataille en bataille sans jamais admettre un illégitime pouvoir sur ses terres.

Lorsque les Francs posèrent le pied dans les Andes, ils n’eurent pas le même accueil, surtout sous Childéric Ier, l’un des 4 fils de Clovis. Pourquoi ? Eh bien parce que le Maine-et-Loire de l’époque venait tout juste de se convertir au christianisme, tout comme le royaume franc. Les temples romains furent rasés. Les sites druidiques furent épargnés. Le respect de l’ancien envahisseur était mort, mais celui des traditions restait intact. Cependant, cette impression n’était que partielle, il fallait voir ce qu’elle réservait au peuple angevin. Alors que les Romains avaient respecté l’organisation du peuple du Maine-et-Loire, les francs les ont réduits au servage sous couvert de la protection. De mains en mains, l’Anjou se révèle une région fertile et les taxes y fleurissent. C’est la misère qui s’y répand entre le IXe et le XVe siècle. Le pire survint au cours de ce dernier centenaire lorsque le duc de Sommerset envahit l’Anjou avec 6 000 Anglais. Ils s’enfuirent prestement lorsqu’un coup de fauconneau fait mouche et tue sire de Froyford, à table, sur le siège adjacent à celui du duc, lors d’un repas au château d’Anjou. À cet instant, l’Anjou ne devint plus qu’un apanage qui passa entre les mains de différents membres de la couronne jusqu’en 1789 lorsque le département en lui-même fut désigné sous le nom : Maine-et-Loire. Même après toutes ces années de servage, les Angévins se montrent hostiles à la République, harangués par les prêtres qui la détestent. Refusant le tirage en 1793, ils s’insurgent et désarment la garde nationale. Ainsi commença la Guerre de Vendée qui dura 7 ans.

Climat

Entre la Touraine et la côte Atlantique, le département du Maine-et-Loire profite d’un climat océanique et tempéré. C’est donc un climat de transition qui y règne. Moins pluvieux que la côte, c’est un climat d’une « douceur angevine », comme le qualifiait déjà Joachim du Bellay dans ses Regrets en 1558.

Au plus bas en hiver, la moyenne est de 4.5°C et de 18.6°C en été. L’amplitude thermique y est relativement importante, et, comme du Bellay le disait, tout y est douceur, y compris jusque dans l’ensoleillement qui oscille toujours autour de 1950 et 2000 heures. Dans la moyenne nationale en somme !

Economie, entreprise, agricole, industriel

Le département du Maine-et-Loire est très industriel. Entendons par là qu’il est le second département le plus industrialisé de l’ouest, avec 45% de sa population active dans le secteur. Cela représente plus de 55 000 employés en 2013. Le Maine-et-Loire fait aussi partie de la troisième région la plus industrialisée de France. Malgré tout, en 2013 le PIB du département s’élevait à 20 millions d’euros, pour la 49e place aux départements, français, légèrement en dessous de la moyenne nationale.

Héritant de son passé agricole à la bonne volonté de la Couronne, le Maine-et-Loire est aujourd’hui encore la première région horticole de France et sa viticulture accueille deux des plus beaux produits de notre patrimoine : le Saumur et le Coteaux-du-Layon, étalés sur 20 000 hectares.

Du point de vue du secteur tertiaire, le département n’a pas à se plaindre de son tourisme ! Avec 1.5 milliard de chiffre d’affaires en 2011 pour 2.5 millions de visiteurs annuels, cet apport essentiel est principalement rapporté grâce aux châteaux qui s’élèvent entre les vallées et les coteaux.

Attractivité touristique

Le Maine-et-Loire regorge de trésors et a de quoi justifier l’afflux de visiteurs qu’elle reçoit !

Tout d'abord, il y a Angers. Cette ville à l’origine antique, mais qui s’est considérablement développée grâce à la mainmise des seigneurs angevins sur les ressources et les richesses du duché. Ce faisant, de nombreux châteaux et domaines miraculeusement préservés et prodigieusement beaux parsèment le département. On en retrouve un très bel exemple dans cette ville d’Angers dans l’ombre de son château. Édifiée au XIIIe siècle, cette forteresse se dresse aujourd’hui au milieu d’un jardin qui fait honneur à l’horticulture, secteur phare de l’Anjou. Composé de pierre, de schiste et d’ardoisier, le château d’Angers est un emblème et une beauté médiévale célébrés tous les ans au cœur du département du Maine-et-Loire. Cependant, cet édifice n’est guère que le troisième lieu préféré des touristes puisqu’avant lui, en seconde position se trouve le Bioparc de Doué la Fontaine, avec sa faune et sa flore d’une extraordinaire diversité et d’une égale beauté. En première position on trouvera le Terra Botanica d’Angers, un parc de 27 hectares également ouvert sur le thème de la biodiversité. Le Château de Brissac accompagné du Mausolée des Ducs de Brissac, non loin du chef-lieu dont nous parlions, est lui aussi un témoignage sublime d’un passé monumental.

Quelques autres endroits comme le Dolmen de Bagneux rappellent la présence respectée de nos ancêtres les Gaulois.

Saveurs

Les spécialités culinaires du Maine-et-Loire fleurent bon l’élan populaire d’Angevins qui ont toujours accordé une immense importance à toutes les parties de l’animal. Aussi, on mange de tout dans l’Anjou ! De tout, oui, mais pas cuisiné n’importe comment.

Le cul de veau à l’angevine par exemple, est cuisiné à base du quasi, le haut de la cuisse de l’animal, qui est aujourd’hui reconnu comme l’une des parties nobles de l’animal. Cuite longtemps, arrosée abondamment, la pièce de viande est servie tendre à souhait, accompagnée d’un vin blanc sec ou demi-sec, de la Loire, bien entendu.

Les rillauds sont à classer dans la même catégorie des plats devenus mythiques dans le panthéon de la cuisine angevine et de la Touraine également ! À base de poitrine de porc, de la couenne jusqu’à la partie tendre, on le cuit longuement dans du saindoux après l’avoir laissé reposer un temps dans des aromates. Un délice pour toute la famille !

Le Saviez-vous ?

On raconte qu’autrefois, les rillauds étaient dégustés par les Angevins au petit-déjeuner, accompagnés d’un verre de vin blanc sec. On aime son département ou pas !

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
Maine et Loire (49)

 
 
FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 830 M€
  • 664 M€
  • 498 M€
  • 332 M€
  • 166 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,3 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013-1,2 %
  • 2014+3,3 %
  • 663,7
  • 665,9
  • 677,5
  • 669,5
  • 691,3

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1019 €
  • 815 €
  • 611 €
  • 408 €
  • 204 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,2 %
  • 2012+1,1 %
  • 2013-1,8 %
  • 2014+2,5 %
  • 835,4
  • 834
  • 843
  • 828
  • 849

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 692 M€
  • 553 M€
  • 415 M€
  • 277 M€
  • 138 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,1 %
  • 2012+3,2 %
  • 2013+1,6 %
  • 2014+2,2 %
  • 507,4
  • 538,3
  • 555,3
  • 564,1
  • 576,4

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 850 €
  • 680 €
  • 510 €
  • 340 €
  • 170 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,5 %
  • 2012+2,5 %
  • 2013+1,0 %
  • 2014+1,4 %
  • 638,7
  • 674
  • 691
  • 698
  • 708

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 188 M€
  • 150 M€
  • 113 M€
  • 75 M€
  • 38 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,4 %
  • 2012-4,2 %
  • 2013-13,7 %
  • 2014+9,0 %
  • 156,3
  • 127,6
  • 122,2
  • 105,4
  • 114,9

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 236 €
  • 189 €
  • 142 €
  • 94 €
  • 47 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,7 %
  • 2012-5,0 %
  • 2013-14,5 %
  • 2014+8,5 %
  • 196,7
  • 160
  • 152
  • 130
  • 141

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 830 M€
  • 664 M€
  • 498 M€
  • 332 M€
  • 166 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,3 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013-1,2 %
  • 2014+3,3 %
  • 663,7
  • 665,9
  • 677,5
  • 669,5
  • 691,3

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1019 €
  • 815 €
  • 611 €
  • 408 €
  • 204 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,2 %
  • 2012+1,1 %
  • 2013-1,8 %
  • 2014+2,5 %
  • 835,4
  • 834
  • 843
  • 828
  • 849

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 764 M€
  • 611 M€
  • 458 M€
  • 306 M€
  • 153 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,2 %
  • 2012+2,4 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+3,2 %
  • 546,6
  • 585,8
  • 600,1
  • 616,6
  • 636,6

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 938 €
  • 751 €
  • 563 €
  • 375 €
  • 188 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,7 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014+2,5 %
  • 688
  • 734
  • 747
  • 763
  • 782

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 141 M€
  • 112 M€
  • 84 M€
  • 56 M€
  • 28 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-31,6 %
  • 2012-3,4 %
  • 2013-31,7 %
  • 2014+3,2 %
  • 117,1
  • 80,1
  • 77,4
  • 52,9
  • 54,6

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 177 €
  • 142 €
  • 106 €
  • 71 €
  • 35 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-32,2 %
  • 2012-4,0 %
  • 2013-32,3 %
  • 2014+3,1 %
  • 147,4
  • 100
  • 96
  • 65
  • 67

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 140 M€
  • 112 M€
  • 84 M€
  • 56 M€
  • 28 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,8 %
  • 2012+2,6 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014+2,3 %
  • 104,1
  • 109,1
  • 111,9
  • 114,3
  • 116,9

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 173 €
  • 138 €
  • 104 €
  • 69 €
  • 35 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,6 %
  • 2012+1,5 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014+2,1 %
  • 131
  • 137
  • 139
  • 141
  • 144

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 81 M€
  • 65 M€
  • 48 M€
  • 32 M€
  • 16 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,4 %
  • 2012+3,5 %
  • 2013-6,4 %
  • 20140,3 %
  • 63,4
  • 64,9
  • 67,2
  • 62,9
  • 63,1

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 101 €
  • 81 €
  • 60 €
  • 40 €
  • 20 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,5 %
  • 2012+3,7 %
  • 2013-7,1 %
  • 20140,0 %
  • 79,8
  • 81
  • 84
  • 78
  • 78

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 20 M€
  • 16 M€
  • 12 M€
  • 8 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,5 %
  • 2012+13,0 %
  • 2013+4,5 %
  • 2014-8,6 %
  • 14,6
  • 13,8
  • 15,6
  • 16,3
  • 14,9

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 24 €
  • 19 €
  • 14 €
  • 10 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-7,6 %
  • 2012+14,7 %
  • 2013+3,1 %
  • 2014-9,5 %
  • 18,4
  • 17
  • 19,5
  • 20,1
  • 18,2

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 19 M€
  • 15 M€
  • 11 M€
  • 8 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,7 %
  • 2012+8,0 %
  • 2013+5,4 %
  • 2014-9,6 %
  • 13,7
  • 13,8
  • 14,9
  • 15,7
  • 14,2

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 456 M€
  • 365 M€
  • 274 M€
  • 182 M€
  • 91 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,7 %
  • 2012+3,0 %
  • 2013+2,6 %
  • 2014+3,1 %
  • 323,9
  • 348,9
  • 359,3
  • 368,7
  • 380,2

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 560 €
  • 448 €
  • 336 €
  • 224 €
  • 112 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,2 %
  • 2012+2,3 %
  • 2013+2,0 %
  • 2014+2,4 %
  • 407,7
  • 437
  • 447
  • 456
  • 467

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 270 M€
  • 216 M€
  • 162 M€
  • 108 M€
  • 54 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012-2,2 %
  • 2013+10,7 %
  • 2014+3,3 %
  • 199,4
  • 201,1
  • 196,7
  • 217,8
  • 225

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 331 €
  • 265 €
  • 199 €
  • 132 €
  • 66 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,4 %
  • 2012-2,8 %
  • 2013+9,8 %
  • 2014+2,6 %
  • 251
  • 252
  • 245
  • 269
  • 276

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 232 M€
  • 185 M€
  • 139 M€
  • 93 M€
  • 46 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,2 %
  • 2012-0,9 %
  • 2013+2,3 %
  • 2014-3,0 %
  • 179,6
  • 190,7
  • 188,9
  • 193,2
  • 187,5

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 158 M€
  • 126 M€
  • 95 M€
  • 63 M€
  • 32 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,5 %
  • 20120,3 %
  • 20130,2 %
  • 2014-3,3 %
  • 130,1
  • 130,7
  • 131,1
  • 131,4
  • 127,1

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 245 M€
  • 196 M€
  • 147 M€
  • 98 M€
  • 49 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+17,7 %
  • 2012+11,6 %
  • 2013-5,4 %
  • 2014+9,8 %
  • 149,8
  • 176,3
  • 196,7
  • 186,1
  • 204,3

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 301 €
  • 241 €
  • 181 €
  • 120 €
  • 60 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+17,2 %
  • 2012+10,9 %
  • 2013-6,1 %
  • 2014+9,1 %
  • 188,5
  • 221
  • 245
  • 230
  • 251

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 86 M€
  • 69 M€
  • 52 M€
  • 34 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+43,2 %
  • 2012-2,2 %
  • 2013-22,9 %
  • 2014+29,1 %
  • 50
  • 71,6
  • 70
  • 54
  • 69,7

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 75 M€
  • 60 M€
  • 45 M€
  • 30 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012+30,6 %
  • 2013+8,9 %
  • 2014-7,7 %
  • 43,7
  • 44,1
  • 57,6
  • 62,7
  • 57,9

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 68 M€
  • 54 M€
  • 41 M€
  • 27 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,4 %
  • 2012-2,6 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014+16,9 %
  • 45,7
  • 49,1
  • 47,8
  • 48,5
  • 56,7

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 5,2 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 6,8 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 393,5 M€

2011 : 377,4 M€

2010 : 349,2 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 490 €

2011 : 473 €

2010 : 439,5 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 65,6%

2011 : 64,4%

2010 : 63,9%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : + 4,3%

2011 : + 8,1%

2010 : + 2,3%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 127,6 M€

2011 : 116,3 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 18,65%

2011 : 17,74%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 12,8%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 202,7 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 2,8%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 198,8 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 109 M€
  • 88 M€
  • 66 M€
  • 44 M€
  • 22 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-36,4 %
  • 2012+4,8 %
  • 2013-23,7 %
  • 2014+8,4 %
  • 91,2
  • 58
  • 60,8
  • 46,4
  • 50,3

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 52 M€
  • 42 M€
  • 31 M€
  • 21 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,6 %
  • 2012-27,5 %
  • 2013-24,5 %
  • 2014+12,7 %
  • 41
  • 43,3
  • 31,4
  • 23,7
  • 26,7

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 38 M€
  • 31 M€
  • 23 M€
  • 15 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,2 %
  • 2012+8,7 %
  • 2013+15,3 %
  • 2014+1,3 %
  • 23,3
  • 25,2
  • 27,4
  • 31,6
  • 32

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 43,8%

2013 : 44%

2012 : 49,7%

2011 : 45,4%

2010 : 58,4%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 23,2%

2013 : 22,5%

2012 : 25,7%

2011 : 33,9%

2010 : 26,2%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 27,9%

2013 : 29,9%

2012 : 22,5%

2011 : 19,8%

2010 : 14,9%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 49 M€
  • 39 M€
  • 29 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-39,3 %
  • 2012-16,6 %
  • 2013-20,4 %
  • 2014+7,3 %
  • 40,7
  • 24,7
  • 20,6
  • 16,4
  • 17,6

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 16 M€
  • 13 M€
  • 10 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-29,6 %
  • 20120,0 %
  • 2013-21,1 %
  • 2014-14,7 %
  • 13,5
  • 9,5
  • 9,5
  • 7,5
  • 6,4

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 1 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0 M€
  • 0 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014-20,0 %
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0,8

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 86 M€
  • 69 M€
  • 52 M€
  • 35 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-25,0 %
  • 2012-1,9 %
  • 2013-40,6 %
  • 2014-9,5 %
  • 72
  • 54
  • 53
  • 31,5
  • 28,5

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 32,3%

2013 : 31%

2012 : 26,7%

2011 : 30,8%

2010 : 34,7%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 11,7%

2013 : 14,2%

2012 : 12,3%

2011 : 11,9%

2010 : 11,5%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 1,5%

2013 : 1,9%

2012 : 1,3%

2011 : 1,2%

2010 : 0,9%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 52,2%

2013 : 59,5%

2012 : 68,5%

2011 : 67,4%

2010 : 61,5%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 89 M€
  • 71 M€
  • 54 M€
  • 36 M€
  • 18 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+15,9 %
  • 2012-2,6 %
  • 2013+14,2 %
  • 2014+9,1 %
  • 52,9
  • 61,3
  • 59,7
  • 68,2
  • 74,4

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 109 €
  • 87 €
  • 66 €
  • 44 €
  • 22 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+15,8 %
  • 2012-3,9 %
  • 2013+13,5 %
  • 2014+8,3 %
  • 66,5
  • 77
  • 74
  • 84
  • 91

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 72 M€
  • 58 M€
  • 43 M€
  • 29 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+21,2 %
  • 2012-5,7 %
  • 2013+17,2 %
  • 2014+14,7 %
  • 39,2
  • 47,5
  • 44,8
  • 52,5
  • 60,2

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 89 €
  • 71 €
  • 53 €
  • 36 €
  • 18 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+20,5 %
  • 2012-5,7 %
  • 2013+16,1 %
  • 2014+13,8 %
  • 49,3
  • 59,4
  • 56
  • 65
  • 74

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 34 M€
  • 27 M€
  • 20 M€
  • 14 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+40,5 %
  • 2012-21,6 %
  • 2013+20,7 %
  • 2014+34,3 %
  • 15,8
  • 22,2
  • 17,4
  • 21
  • 28,2

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 42 €
  • 34 €
  • 25 €
  • 17 €
  • 8 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+40,7 %
  • 2012-21,4 %
  • 2013+18,2 %
  • 2014+34,6 %
  • 19,9
  • 28
  • 22
  • 26
  • 35

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 465 M€
  • 372 M€
  • 279 M€
  • 186 M€
  • 93 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,7 %
  • 2012+3,9 %
  • 2013+2,0 %
  • 2014+2,1 %
  • 329,4
  • 358,2
  • 372,1
  • 379,5
  • 387,5

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 571 €
  • 457 €
  • 343 €
  • 228 €
  • 114 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,3 %
  • 2012+3,1 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014+1,3 %
  • 414,6
  • 449
  • 463
  • 470
  • 476

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 375 M€
  • 300 M€
  • 225 M€
  • 150 M€
  • 75 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,1 %
  • 2012-3,3 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014-5,6 %
  • 286,6
  • 312,6
  • 302,3
  • 307,9
  • 290,7

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 469 €
  • 375 €
  • 282 €
  • 188 €
  • 94 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,4 %
  • 2012-3,8 %
  • 2013+1,3 %
  • 2014-6,3 %
  • 360,8
  • 391
  • 376
  • 381
  • 357

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 50,4%

2013 : 54,6%

2012 : 54,4%

2011 : 58,1%

2010 : 56,5%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 67,2%

2013 : 67,3%

2012 : 67%

2011 : 66,5%

2010 : 64,9%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 460 M€
  • 368 M€
  • 276 M€
  • 184 M€
  • 92 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,9 %
  • 2012+3,9 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014+2,2 %
  • 324,1
  • 353,1
  • 366,9
  • 375
  • 383,4

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 565 €
  • 452 €
  • 339 €
  • 226 €
  • 113 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,3 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014+1,5 %
  • 408
  • 442
  • 457
  • 464
  • 471

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 100 M€
  • 80 M€
  • 60 M€
  • 40 M€
  • 20 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,4 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013+1,7 %
  • 2014+7,4 %
  • 68,5
  • 73,6
  • 76,1
  • 77,4
  • 83,1

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 67 M€
  • 54 M€
  • 40 M€
  • 27 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,5 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013-0,9 %
  • 20140,0 %
  • 49,5
  • 55,2
  • 56,2
  • 55,7
  • 55,7

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 369 M€
  • 295 M€
  • 221 M€
  • 148 M€
  • 74 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,3 %
  • 2012-10,2 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014+1,6 %
  • 281,4
  • 307,6
  • 276,1
  • 282,2
  • 286,8

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 462 €
  • 370 €
  • 277 €
  • 185 €
  • 92 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,7 %
  • 2012-10,6 %
  • 2013+1,5 %
  • 20140,9 %
  • 354,2
  • 385
  • 344
  • 349
  • 352

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 60 M€
  • 48 M€
  • 36 M€
  • 24 M€
  • 12 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,8 %
  • 2012+4,6 %
  • 2013-12,6 %
  • 20140,9 %
  • 46,5
  • 47,8
  • 50
  • 43,7
  • 44,1

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 74 €
  • 60 €
  • 45 €
  • 30 €
  • 15 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,4 %
  • 2012+3,3 %
  • 2013-12,9 %
  • 20140,0 %
  • 58,6
  • 60
  • 62
  • 54
  • 54

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 39 M€
  • 31 M€
  • 24 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,0 %
  • 2012+2,6 %
  • 2013-2,2 %
  • 2014+6,5 %
  • 30,1
  • 30,7
  • 31,5
  • 30,8
  • 32,8

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 48 €
  • 38 €
  • 29 €
  • 19 €
  • 10 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 20120,0 %
  • 2013-2,6 %
  • 2014+5,3 %
  • 37,9
  • 39
  • 39
  • 38
  • 40

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 22 M€
  • 18 M€
  • 13 M€
  • 9 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,3 %
  • 2012+8,2 %
  • 2013-30,3 %
  • 2014-12,4 %
  • 16,4
  • 17,1
  • 18,5
  • 12,9
  • 11,3

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 28 €
  • 22 €
  • 17 €
  • 11 €
  • 6 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,9 %
  • 2012+9,5 %
  • 2013-30,4 %
  • 2014-12,5 %
  • 20,6
  • 21
  • 23
  • 16
  • 14

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 25,7%

2013 : 29,5%

2012 : 37,1%

2011 : 35,7%

2010 : 35,2%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 83 M€
  • 66 M€
  • 50 M€
  • 33 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,7 %
  • 20120,7 %
  • 2013-18,2 %
  • 2014+12,5 %
  • 68,8
  • 57,3
  • 57,7
  • 47,2
  • 53,1

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 104 €
  • 83 €
  • 62 €
  • 42 €
  • 21 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,9 %
  • 20120,0 %
  • 2013-19,4 %
  • 2014+12,1 %
  • 86,6
  • 72
  • 72
  • 58
  • 65

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 23 M€
  • 18 M€
  • 14 M€
  • 9 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+4,1 %
  • 2013+5,6 %
  • 2014-1,1 %
  • 17,1
  • 17,1
  • 17,8
  • 18,8
  • 18,6

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 28 €
  • 22 €
  • 17 €
  • 11 €
  • 6 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,3 %
  • 2012+4,8 %
  • 2013+4,5 %
  • 20140,0 %
  • 21,5
  • 21
  • 22
  • 23
  • 23

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 62 M€
  • 50 M€
  • 37 M€
  • 25 M€
  • 12 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-22,2 %
  • 2012-0,5 %
  • 2013-29,0 %
  • 2014+21,5 %
  • 51,7
  • 40,2
  • 40
  • 28,4
  • 34,5

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 78 €
  • 62 €
  • 47 €
  • 31 €
  • 16 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-23,2 %
  • 20120,0 %
  • 2013-30,0 %
  • 2014+20,0 %
  • 65,1
  • 50
  • 50
  • 35
  • 42

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 536 M€
  • 429 M€
  • 322 M€
  • 215 M€
  • 107 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+3,8 %
  • 20140,1 %
  • 430,1
  • 446,6
  • 446,9

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 662 €
  • 530 €
  • 397 €
  • 265 €
  • 132 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,1 %
  • 2012+5,9 %
  • 2013+3,2 %
  • 2014-0,5 %
  • 446,4
  • 505
  • 535
  • 552
  • 549

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 57 M€
  • 45 M€
  • 34 M€
  • 23 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+11,6 %
  • 2014-2,3 %
  • 42,4
  • 47,3
  • 46,2

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 71 €
  • 57 €
  • 42 €
  • 28 €
  • 14 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,2 %
  • 2012+8,2 %
  • 2013+11,3 %
  • 2014-3,4 %
  • 46,6
  • 49
  • 53
  • 59
  • 57

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 62,1%

2013 : 69,3%

2012 : 70,9%

2011 : 63,7%

2010 : 70%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 850 €
  • 680 €
  • 510 €
  • 340 €
  • 170 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,5 %
  • 2012+2,5 %
  • 2013+1,0 %
  • 2014+1,4 %
  • 638,7
  • 674
  • 691
  • 698
  • 708

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 316 €
  • 252 €
  • 189 €
  • 126 €
  • 63 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,4 %
  • 2012-2,8 %
  • 2013+7,3 %
  • 2014-1,9 %
  • 251
  • 252
  • 245
  • 263
  • 258

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 938 €
  • 751 €
  • 563 €
  • 375 €
  • 188 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,7 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014+2,5 %
  • 688
  • 734
  • 747
  • 763
  • 782

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 138 €
  • 110 €
  • 83 €
  • 55 €
  • 28 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-36,4 %
  • 2012+4,1 %
  • 2013-25,0 %
  • 2014+8,8 %
  • 114,8
  • 73
  • 76
  • 57
  • 62

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 662 €
  • 530 €
  • 397 €
  • 265 €
  • 132 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,1 %
  • 2012+5,9 %
  • 2013+3,2 %
  • 2014-0,5 %
  • 446,4
  • 505
  • 535
  • 552
  • 549

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 197 €
  • 157 €
  • 118 €
  • 79 €
  • 39 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012-0,6 %
  • 20130,0 %
  • 2014-4,3 %
  • 163,7
  • 164
  • 163
  • 163
  • 156

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 20,3%

2013 : 20,3%

2012 : 20,1%

2011 : 20,3%

2010 : 20,5%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 72,1%

2011 : 66%

2010 : 71,2%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 95,6%

2013 : 96,6%

2012 : 97,1%

2011 : 96,2%

2010 : 97,1%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 7,9%

2013 : 7,5%

2012 : 10,1%

2011 : 9,9%

2010 : 16,7%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 70,2%

2013 : 72,4%

2012 : 71,7%

2011 : 68,9%

2010 : 64,9%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 976644
  • 781315
  • 585986
  • 390658
  • 195329
  • 0
  • 2010
  • 20110,5 %
  • 20120,6 %
  • 20130,6 %
  • 20140,7 %
  • 794 497
  • 798 434
  • 803 573
  • 808 298
  • 813 870

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 17069
  • 13655
  • 10241
  • 6828
  • 3414
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013+6,5 %
  • 20140,0 %
  • 12 729
  • 13 130
  • 13 362
  • 14 224
  • 14 224

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement Maine et Loire a une superficie de 7 166 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,6%

En 2013 le TCAM est de + 0,6%

En 2012 le TCAM est de + 0,6%

En 2011 le TCAM est de + 0,6%

En 2010 le TCAM est de + 0,6%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 22,6% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 22,2% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 21,6% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 21,2% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 20,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Maine et Loire (49) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Maine et Loire depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 376 289 personnes.
  • En l'an 1901 : 515 431 personnes.
  • En l'an 1990 : 705 882 personnes.
  • En l'an 2009 : 803 573 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
376 289 404 879 443 604 459 419 468 616 478 015 489 217 505 708 516 197
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
525 132 526 757 533 070 519 216 518 024 524 244 528 445 519 377 515 626
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
515 431 514 223 508 868 475 485 478 456 476 689 478 404 496 781 519 046
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
557 069 585 563 629 849 675 321 705 882 732 942 803 573