FR 53

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DE LA MAYENNE (53)
 

Besoin d'un renseignement ?
Contactez votre Conseil Général

Bienvenue dans le département de la Mayenne (53) qui se situe dans la Région Pays de la Loire.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, 39 rue Mazagran, BP 1429, 53014 Laval Cedex

 Téléphone : +33 (0)2 43 66 53 53

 Fax : +33 (0)2 43 66 53 20

Page de contact officielle

 Site Internet Officiel :http://www.lamayenne.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/lamayenne

 Twitter Officiel :https://twitter.com/cgmayenne

Blason et logo du département de la Mayenne


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Laval.

Blason et Armes du département de la Mayenne 53 Ancien logo du Conseil Général de la Mayenne 53  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental de la Mayenne 53

Président du Conseil Départemental

Monsieur Olivier Richefou

Né le 4 avril en 1959 (57 ans)

En fonction depuis le 23/06/2014.

Nuance politique : Union des Démocrates et Indépendants (UDI)

Découvrez la liste des mairies dans le département de la Mayenne.

Consultez la préfecture du département de la Mayenne.

Le conseil général de la Mayenne est dans la Région : Pays de la Loire.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département de la Mayenne (53).


Le département de la Mayenne est composé de 34 conseillers départementaux

Le departement
de la Mayenne

a une superficie de
5175 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 307453 personnes avec une densite de 59 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général de la Mayenne intègre 3 arrondissements, avec 17 cantons.
  •  Vous trouverez 261 communes dans le Conseil Départemental de la Mayenne.

Le département de la Mayenne en quelques mots :

La Mayenne a subi les influences systématiques des grands groupes qui la dominaient : mes Romains, les Normands, les Francs etc. Elle n’obtint une réelle indépendance que grâce à Philippe Auguste et au développement de son commerce autour du lin.


Il y fait un climat océanique assez typique : doux tout au long de l’année, souvent pluvieuse et peu ensoleillée.


L’économie de la Mayenne repose essentiellement sur une tradition de la culture bovine ainsi que sur un secteur tertiaire encore discret.


Pour bien visiter la Mayenne, rendez-vous successivement dans les musées Sainte-Suzanne, Robert-Tatin et finissez par le Parc zoologique du Refuge de l’Arche.


Enfin, allez vous détendre à Laval pour apprécier les 3 fromages départementaux : le Port-Salut (rien que ça), le Saint-Paulin et la trappe de la Coudre. Finissez sur une petite Bourdaine et je vous promets que votre journée sera réussie.


FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Histoire et situation géographique

Le département de la Mayenne fait partie la région des Pays de la Loire, au plus proche de la Bretagne, et sa préfecture est Laval.

Comme la plupart des départements voisins, la Mayenne était peuplée par les Aulerces, peuple fier s’il en est, il est aussi celui qui a donné le plus de fil à retordre à César, d’où la réputation des Gaulois d’Uderzo et Goscinny. Cependant, lorsque les invasions barbares déferlent sur l’est de la France, la pression romaine diminue jusqu’à disparaître, au profit de taxes imposées par les nouveaux dominateurs. Noviodunum, la ville antique fondée par les Gaulois et rebaptisée aujourd’hui Jublains, décline. Pour information, Jublains a une population aujourd’hui de moins de 1000 habitants.

Il fallut attendre le tout début du XIIIème siècle pour que Philippe Auguste rattache le Maine au Royaume de France après maintes batailles, notamment sous les murs de la ville fortifiée de Sainte Suzanne.

Vint ensuite la guerre de Cent Ans qui ruina l’économie de la Mayenne. Les cultures étaient mauvaises, les marchands ne faisaient plus affaire, tous périclitaient. Heureusement, les Mayennais trouvent dans l’exploitation du lin une échappatoire qui leur est de plus en plus bénéfique puisqu’elle débuta au XIVème siècle et poursuivit son industrialisation jusqu’au XVIIIème siècle où elle passa de 120 000 intervenants à 1 300 000.

Enfin, lorsque le département fut créé en 1789, la Mayenne l’accueille difficilement. Le département était un bastion du royalisme, tout comme une bonne partie de l’ouest de la France. C’est pour cette raison qu’en 1792 la guerre de la Chouannerie éclate, guerre qui opposa lesdits royalistes et les républicains. Les Chouans, partisans du retour du roi au pouvoir, ne cessèrent leur guérilla qu’à l’arrivée de Napoléon 1er au pouvoir. Dès lors, la Mayenne était parfaitement constituée.

Climat

Bien qu’assez largement éloignée des bords de l’océan Atlantique, la Mayenne profite d’un climat océanique à la limite de l’océanique dégradé. Mais comme le climat océanique le laisse entendre, il y pleut souvent, des quantités de pluie peu importantes, pour un ensoleillement faible et des températures moyennes.

Pour les critères plus techniques, disons qu’il y pleut 120 jours par an, mais en quantité assez faible, entre 600 et 700mm à l’année. En comparaison aux pluies diluviennes du sud-est de la France, la Mayenne s’en tire plutôt pas trop mal. Le soleil éclaire les terres verdoyantes du département en moyenne entre 1650 et 1700 heures par an, encore une fois en dessous de la moyenne nationale et les températures oscillent entre les moyennes hivernales et estivales situées entre 4°C et 17°C.

Economie, entreprise, agricole, industriel

L’économie de la Mayenne est assez en retard sur la tendance nationale. En effet, on constate que le secteur tertiaire n’atteint que 63% des emplois de la population active, quand l’agriculture en occupe 9%. Ce dernier pourcentage est assez significatif de la persistance d’une tradition agricole très puissante, au regard de la moyenne nationale française qui ne dépasse pas les 5%. L’industrie, elle, est alimentée par 15% des emplois et la construction comble les 12% restants.

L’agriculture Mayennaise est d’une puissance redoutable lorsqu’on s’y penche un peu. 1ère au rang des départements producteurs de viande bovine, elle atteint la 5ème place pour le porc et la 12ème en ce qui concerne les volailles. La tradition héritée du nord s’étant déplacée vers les Pays de la Loire, c’est la Mayenne qui a poussé ses exploitations de bétail le plus loin. 40% des exploitations agricoles sont laitières, avec la célèbre vache normande, toujours pour son lait exceptionnel.

Malgré une discrétion plus importante que les départements du littoral lorsqu’on en vient au tourisme, la Mayenne a quelques atouts qui malheureusement ne génèrent pas suffisamment de chiffre ces dernières années.

Attractivité touristique

Malgré la réalité du ralentissement du tourisme en Mayenne, il ne faut pas pour autant s’empêcher d’y aller, bien au contraire ! Le conseil général du département a mis en branle toute une série de mesures pour la redynamiser. C’est donc le moment de vous y rendre !

Les Coëvrons de la Mayenne est une région située sur le sol du département et qui attire notre attention pour son patrimoine historique hors du commun. Le Musée Sainte-Suzanne de la même ville fortifiée vous coupera le souffle. Pour rester dans le musée atypique, rendez-vous sans plus attendre à Cossé le Vivien pour y découvrir le musée Robert-Tatin. Vous vous retrouverez téléporté à une époque aztèque aux influences inconnues. Ces sculptures réalisées par Robert Tatin lui-même font partie d’une œuvre monumentale qui se déroule sous les yeux comme l’histoire d’une vie. Enfin, l’attraction la plus visitée du département se trouve être un zoo intelligemment nommé le Refuge de l’Arche. Il a pour spécificité de s’être spécialisé dans l’accueil d’animaux blessés en tous genres. Brigitte Bardot en est l’un des mécènes, tout comme Michel Drucker.

Saveurs

Pour notre plus grand plaisir à nous autres, Français que nous sommes, la Mayenne est un grand département producteur de fromages puisqu’on n’en trouve pas moins de 3 dans ses spécialités !

Commençons par le Port-salut. C’est marqué dessus, difficile de passer à côté, mais saviez-vous qu’il s’agissait d’un fromage ? Au lait de vache pasteurisé, il se présente sous la forme d’une petite meule demi-molle, orangée et fruitée. Peu odorant, ce fromage plaira à toute la famille ! Ce n’est pas le cas cependant de la trappe de la Coudre qui a beaucoup plus de caractère. Produit depuis des centaines d’années dans le plus grand secret monacal, ce fromage est fondant et plus affirmé que le précédent, sans pour autant emporter le palais. Il peut d’ailleurs aussi très bien se déguster en raclette. Enfin, le troisième pilier de la fromagerie mayennaise est le Saint-Paulin. Sur la base du Port-Salut, le Saint-Paulin y est même souvent confondu. Il révèle une certaine neutralité au palais qui s’accompagne d’une onctuosité appréciable par ceux qui redoutent les fromages forts.

Enfin, pour sortir des fromages et pour se mettre un peu aux fourneaux, la Bourdaine est là pour enchanter nos papilles. Il s’agit d’une pomme qu’on aurait évidée, épluchée, farcie de confiture et enfermée dans une prison de pâte feuilletée avant de la mettre au four. Un simple délice familial, à reproduire à la moindre occasion.

Le Saviez-vous ?

On estime, grâce à l’expertise de Yvick, ou Mister V, que Makassy possède la plus belle voix de toute la Mayenne.

Le Château de Lassay, Laval et Pontmain sont tous trois des lieux de pèlerinage pour les amateurs de Moyen-Âge, de Renaissance ou tout simplement pour les croyants.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
de la Mayenne (53)

 
 
FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 386 M€
  • 309 M€
  • 231 M€
  • 154 M€
  • 77 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,6 %
  • 2012+4,1 %
  • 2013-0,2 %
  • 2014+2,9 %
  • 305,5
  • 300,5
  • 312,9
  • 312,3
  • 321,4

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1213 €
  • 971 €
  • 728 €
  • 485 €
  • 243 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,3 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013-0,8 %
  • 2014+2,6 %
  • 983,1
  • 960
  • 993
  • 985
  • 1 011

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 312 M€
  • 250 M€
  • 187 M€
  • 125 M€
  • 62 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,1 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+1,1 %
  • 2014+2,7 %
  • 243,3
  • 246
  • 250,7
  • 253,5
  • 260,3

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 983 €
  • 786 €
  • 590 €
  • 393 €
  • 197 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,4 %
  • 2012+1,1 %
  • 20130,6 %
  • 2014+2,4 %
  • 783,1
  • 786
  • 795
  • 800
  • 819

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 75 M€
  • 60 M€
  • 45 M€
  • 30 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-12,4 %
  • 2012+14,1 %
  • 2013-5,5 %
  • 2014+3,9 %
  • 62,2
  • 54,5
  • 62,2
  • 58,8
  • 61,1

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 240 €
  • 192 €
  • 144 €
  • 96 €
  • 48 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,0 %
  • 2012+13,2 %
  • 2013-5,6 %
  • 2014+3,2 %
  • 200
  • 174
  • 197
  • 186
  • 192

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 386 M€
  • 309 M€
  • 231 M€
  • 154 M€
  • 77 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,6 %
  • 2012+4,1 %
  • 2013-0,2 %
  • 2014+2,9 %
  • 305,5
  • 300,5
  • 312,9
  • 312,3
  • 321,4

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1213 €
  • 971 €
  • 728 €
  • 485 €
  • 243 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,3 %
  • 2012+3,4 %
  • 2013-0,8 %
  • 2014+2,6 %
  • 983,1
  • 960
  • 993
  • 985
  • 1 011

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 341 M€
  • 273 M€
  • 205 M€
  • 137 M€
  • 68 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,5 %
  • 2012+2,1 %
  • 2013+1,1 %
  • 2014+2,9 %
  • 258,8
  • 267,8
  • 273,5
  • 276,4
  • 284,5

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1074 €
  • 859 €
  • 644 €
  • 430 €
  • 215 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,8 %
  • 2012+1,3 %
  • 20130,6 %
  • 2014+2,6 %
  • 833
  • 856
  • 867
  • 872
  • 895

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 56 M€
  • 45 M€
  • 34 M€
  • 22 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-29,8 %
  • 2012+20,5 %
  • 2013-8,6 %
  • 2014+2,5 %
  • 46,6
  • 32,7
  • 39,4
  • 36
  • 36,9

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 180 €
  • 144 €
  • 108 €
  • 72 €
  • 36 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-30,0 %
  • 2012+19,0 %
  • 2013-9,6 %
  • 2014+2,7 %
  • 150,1
  • 105
  • 125
  • 113
  • 116

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 70 M€
  • 56 M€
  • 42 M€
  • 28 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,0 %
  • 2012+1,1 %
  • 2013+1,1 %
  • 2014+3,4 %
  • 54,1
  • 55,2
  • 55,8
  • 56,4
  • 58,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 220 €
  • 176 €
  • 132 €
  • 88 €
  • 44 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,1 %
  • 20120,6 %
  • 20130,6 %
  • 2014+2,8 %
  • 174,1
  • 176
  • 177
  • 178
  • 183

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 46 M€
  • 37 M€
  • 28 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,6 %
  • 2012-4,5 %
  • 2013+3,6 %
  • 2014+2,1 %
  • 37,3
  • 37,9
  • 36,2
  • 37,5
  • 38,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 145 €
  • 116 €
  • 87 €
  • 58 €
  • 29 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,7 %
  • 2012-5,0 %
  • 2013+2,6 %
  • 2014+1,7 %
  • 120,1
  • 121
  • 115
  • 118
  • 120

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 5 M€
  • 4 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 2013-23,7 %
  • 2014-17,2 %
  • 3,8
  • 3,8
  • 3,8
  • 2,9
  • 2,4

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 15 €
  • 12 €
  • 9 €
  • 6 €
  • 3 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,4 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013-25,4 %
  • 2014-16,5 %
  • 12,3
  • 12
  • 12,2
  • 9,1
  • 7,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 4 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+3,1 %
  • 2013-21,2 %
  • 2014-11,5 %
  • 3,2
  • 3,2
  • 3,3
  • 2,6
  • 2,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 193 M€
  • 154 M€
  • 116 M€
  • 77 M€
  • 39 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,0 %
  • 2012+3,7 %
  • 2013+1,6 %
  • 2014+2,7 %
  • 147
  • 148,4
  • 153,9
  • 156,4
  • 160,7

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 607 €
  • 486 €
  • 364 €
  • 243 €
  • 121 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012+3,0 %
  • 2013+1,0 %
  • 2014+2,6 %
  • 473,1
  • 474
  • 488
  • 493
  • 506

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 125 M€
  • 100 M€
  • 75 M€
  • 50 M€
  • 25 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,4 %
  • 2012-2,9 %
  • 2013+4,2 %
  • 2014+4,3 %
  • 104,1
  • 84,9
  • 82,4
  • 85,9
  • 89,6

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 402 €
  • 322 €
  • 241 €
  • 161 €
  • 80 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,1 %
  • 2012-3,7 %
  • 2013+3,8 %
  • 2014+4,1 %
  • 334,9
  • 271
  • 261
  • 271
  • 282

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 116 M€
  • 92 M€
  • 69 M€
  • 46 M€
  • 23 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,1 %
  • 2012+11,2 %
  • 2013-2,6 %
  • 2014+1,4 %
  • 86,7
  • 86,6
  • 96,3
  • 93,8
  • 95,1

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 70 M€
  • 56 M€
  • 42 M€
  • 28 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 20120,3 %
  • 20130,2 %
  • 2014-3,1 %
  • 57,8
  • 58,3
  • 58,5
  • 58,6
  • 56,8

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 91 M€
  • 73 M€
  • 55 M€
  • 36 M€
  • 18 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+64,2 %
  • 2012-3,3 %
  • 2013-0,3 %
  • 2014+3,3 %
  • 46,1
  • 75,7
  • 73,2
  • 73
  • 75,4

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 290 €
  • 232 €
  • 174 €
  • 116 €
  • 58 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+63,2 %
  • 2012-4,1 %
  • 2013-0,9 %
  • 2014+3,0 %
  • 148,3
  • 242
  • 232
  • 230
  • 237

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 22 M€
  • 18 M€
  • 13 M€
  • 9 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+22,1 %
  • 2012+5,6 %
  • 2013-3,2 %
  • 2014-0,6 %
  • 14,5
  • 17,7
  • 18,7
  • 18,1
  • 18

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 45 M€
  • 36 M€
  • 27 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+111,6 %
  • 2012-7,7 %
  • 2013+3,3 %
  • 2014+7,2 %
  • 17,2
  • 36,4
  • 33,6
  • 34,7
  • 37,2

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 14 M€
  • 11 M€
  • 8 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+7,4 %
  • 20140,9 %
  • 10,6
  • 10,6
  • 10,8
  • 11,6
  • 11,7

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 6,1 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 2,7 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 155,6 M€

2011 : 160,6 M€

2010 : 150,1 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 493 €

2011 : 513 €

2010 : 483,2 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 56,9%

2011 : 60%

2010 : 58%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : - 3,1%

2011 : + 7,0%

2010 : + 2,7%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 45,7 M€

2011 : 44 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 19,86%

2011 : 19,86%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 4,4%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 107,2 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 4,8%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 103,9 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 40 M€
  • 32 M€
  • 24 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,4 %
  • 2012+28,4 %
  • 2013-6,4 %
  • 2014+2,9 %
  • 31,5
  • 25,7
  • 33
  • 30,9
  • 31,8

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 23 M€
  • 19 M€
  • 14 M€
  • 9 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-12,8 %
  • 2012-1,2 %
  • 2013+8,9 %
  • 2014+3,8 %
  • 19,5
  • 17
  • 16,8
  • 18,3
  • 19

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 12 M€
  • 9 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+6,6 %
  • 2013-14,4 %
  • 2014-2,4 %
  • 8,8
  • 9,1
  • 9,7
  • 8,3
  • 8,1

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 52,1%

2013 : 52,6%

2012 : 53,1%

2011 : 47,2%

2010 : 50,6%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 31,1%

2013 : 31,1%

2012 : 27%

2011 : 31,2%

2010 : 31,4%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 13,3%

2013 : 14,2%

2012 : 15,6%

2011 : 16,8%

2010 : 14,1%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 27 M€
  • 21 M€
  • 16 M€
  • 11 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,0 %
  • 2012+13,4 %
  • 2013-18,7 %
  • 2014-3,0 %
  • 22,1
  • 17,9
  • 20,3
  • 16,5
  • 16

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 6 M€
  • 5 M€
  • 4 M€
  • 3 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-7,4 %
  • 2012-10,0 %
  • 2013+6,7 %
  • 2014-2,1 %
  • 5,4
  • 5
  • 4,5
  • 4,8
  • 4,7

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 5 M€
  • 4 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 2013+20,0 %
  • 2014+46,7 %
  • 2,5
  • 2,5
  • 2,5
  • 3
  • 4,4

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 27 M€
  • 21 M€
  • 16 M€
  • 11 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-50,2 %
  • 2012+54,5 %
  • 2013+5,9 %
  • 2014+5,6 %
  • 22,1
  • 11
  • 17
  • 18
  • 19

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 43,3%

2013 : 45,8%

2012 : 51,4%

2011 : 54,8%

2010 : 47,3%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 12,7%

2013 : 13,3%

2012 : 11,4%

2011 : 15,3%

2010 : 11,5%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 11,9%

2013 : 8,3%

2012 : 6,3%

2011 : 7,6%

2010 : 5,4%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 51,5%

2013 : 50%

2012 : 43,1%

2011 : 33,6%

2010 : 47,4%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 32 M€
  • 25 M€
  • 19 M€
  • 13 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+33,2 %
  • 2012+4,8 %
  • 2013-2,3 %
  • 2014+3,9 %
  • 18,7
  • 24,9
  • 26,1
  • 25,5
  • 26,5

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 100 €
  • 80 €
  • 60 €
  • 40 €
  • 20 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+32,7 %
  • 2012+3,8 %
  • 2013-3,6 %
  • 2014+3,8 %
  • 60,3
  • 80
  • 83
  • 80
  • 83

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 29 M€
  • 23 M€
  • 17 M€
  • 12 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+40,6 %
  • 2012+4,6 %
  • 20130,4 %
  • 2014+5,7 %
  • 15,5
  • 21,8
  • 22,8
  • 22,9
  • 24,2

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 91 €
  • 73 €
  • 55 €
  • 36 €
  • 18 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+39,3 %
  • 2012+3,6 %
  • 20130,0 %
  • 2014+5,6 %
  • 49,9
  • 69,5
  • 72
  • 72
  • 76

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 19 M€
  • 15 M€
  • 12 M€
  • 8 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+85,3 %
  • 2012+4,0 %
  • 2013+10,7 %
  • 2014+11,0 %
  • 6,8
  • 12,6
  • 13,1
  • 14,5
  • 16,1

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 61 €
  • 49 €
  • 37 €
  • 24 €
  • 12 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+83,5 %
  • 2012+5,0 %
  • 2013+9,5 %
  • 2014+10,9 %
  • 21,8
  • 40
  • 42
  • 46
  • 51

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 172 M€
  • 138 M€
  • 103 M€
  • 69 M€
  • 34 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,0 %
  • 2012+2,6 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014+3,7 %
  • 131,9
  • 133,2
  • 136,6
  • 138,6
  • 143,7

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 542 €
  • 434 €
  • 325 €
  • 217 €
  • 108 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,4 %
  • 2012+1,6 %
  • 20130,9 %
  • 2014+3,4 %
  • 424,5
  • 426
  • 433
  • 437
  • 452

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 129 M€
  • 103 M€
  • 77 M€
  • 52 M€
  • 26 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,3 %
  • 2012+3,7 %
  • 20130,8 %
  • 2014-6,0 %
  • 99,5
  • 102,8
  • 106,6
  • 107,5
  • 101

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 407 €
  • 325 €
  • 244 €
  • 163 €
  • 81 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,7 %
  • 2012+2,7 %
  • 20130,3 %
  • 2014-6,2 %
  • 320,2
  • 329
  • 338
  • 339
  • 318

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 38,8%

2013 : 42,4%

2012 : 42,5%

2011 : 41,8%

2010 : 40,9%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 55,2%

2013 : 54,7%

2012 : 54,5%

2011 : 54,1%

2010 : 54,2%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 172 M€
  • 137 M€
  • 103 M€
  • 69 M€
  • 34 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,0 %
  • 2012+2,6 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014+3,8 %
  • 131,2
  • 132,5
  • 135,9
  • 137,8
  • 143,1

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 540 €
  • 432 €
  • 324 €
  • 216 €
  • 108 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012+1,9 %
  • 20130,9 %
  • 2014+3,4 %
  • 422,1
  • 423
  • 431
  • 435
  • 450

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 29 M€
  • 23 M€
  • 17 M€
  • 11 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,5 %
  • 2012+6,6 %
  • 2013+6,2 %
  • 2014+7,2 %
  • 17,9
  • 19,6
  • 20,9
  • 22,2
  • 23,8

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 37 M€
  • 29 M€
  • 22 M€
  • 15 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,9 %
  • 2012-1,3 %
  • 2013-5,1 %
  • 2014-1,1 %
  • 30,6
  • 29,7
  • 29,3
  • 27,8
  • 27,5

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 123 M€
  • 98 M€
  • 74 M€
  • 49 M€
  • 25 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012-5,7 %
  • 2013+1,1 %
  • 2014+3,1 %
  • 98,8
  • 102,2
  • 96,4
  • 97,5
  • 100,5

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 392 €
  • 314 €
  • 235 €
  • 157 €
  • 78 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,8 %
  • 2012-6,4 %
  • 20130,7 %
  • 2014+2,6 %
  • 318
  • 327
  • 306
  • 308
  • 316

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 15 M€
  • 12 M€
  • 9 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012+10,3 %
  • 2013+1,7 %
  • 20140,8 %
  • 10,6
  • 10,7
  • 11,8
  • 12
  • 12,1

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 46 €
  • 36 €
  • 27 €
  • 18 €
  • 9 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,3 %
  • 2012+11,8 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 34,1
  • 34
  • 38
  • 38
  • 38

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 9 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+20,4 %
  • 2012+1,5 %
  • 2013+3,0 %
  • 2014+4,4 %
  • 5,4
  • 6,5
  • 6,6
  • 6,8
  • 7,1

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 26 €
  • 21 €
  • 16 €
  • 11 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+20,7 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014+4,8 %
  • 17,4
  • 21
  • 21
  • 21
  • 22

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 6 M€
  • 5 M€
  • 4 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-17,3 %
  • 2012+20,9 %
  • 20130,0 %
  • 2014-3,8 %
  • 5,2
  • 4,3
  • 5,2
  • 5,2
  • 5

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 20 €
  • 16 €
  • 12 €
  • 8 €
  • 4 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,7 %
  • 2012+21,4 %
  • 2013-5,9 %
  • 20140,0 %
  • 16,8
  • 14
  • 17
  • 16
  • 16

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 41,7%

2013 : 43,6%

2012 : 44,2%

2011 : 39,7%

2010 : 49,1%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 29 M€
  • 23 M€
  • 17 M€
  • 11 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,4 %
  • 2012+15,5 %
  • 2013-21,0 %
  • 2014-8,5 %
  • 22
  • 20,6
  • 23,8
  • 18,8
  • 17,2

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 90 €
  • 72 €
  • 54 €
  • 36 €
  • 18 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,8 %
  • 2012+13,6 %
  • 2013-21,3 %
  • 2014-8,5 %
  • 70,8
  • 66
  • 75
  • 59
  • 54

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 4 M€
  • 3 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,3 %
  • 2012+3,2 %
  • 2013+12,5 %
  • 2014-11,1 %
  • 3
  • 3,1
  • 3,2
  • 3,6
  • 3,2

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 13 €
  • 11 €
  • 8 €
  • 5 €
  • 3 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,0 %
  • 20120,0 %
  • 2013+10,0 %
  • 2014-9,1 %
  • 9,8
  • 10
  • 10
  • 11
  • 10

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 25 M€
  • 20 M€
  • 15 M€
  • 10 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,9 %
  • 2012+17,0 %
  • 2013-26,2 %
  • 2014-7,9 %
  • 18,9
  • 17,6
  • 20,6
  • 15,2
  • 14

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 78 €
  • 62 €
  • 47 €
  • 31 €
  • 16 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,2 %
  • 2012+16,1 %
  • 2013-26,2 %
  • 2014-8,3 %
  • 61
  • 56
  • 65
  • 48
  • 44

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 92 M€
  • 74 M€
  • 55 M€
  • 37 M€
  • 18 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-4,4 %
  • 2014-11,3 %
  • 76,9
  • 73,5
  • 65,2

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 341 €
  • 273 €
  • 204 €
  • 136 €
  • 68 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,0 %
  • 2012-14,1 %
  • 2013-4,9 %
  • 2014-11,6 %
  • 275,8
  • 284
  • 244
  • 232
  • 205

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 16 M€
  • 12 M€
  • 9 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-16,2 %
  • 2014-4,6 %
  • 13
  • 10,9
  • 10,4

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 49 €
  • 39 €
  • 30 €
  • 20 €
  • 10 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,3 %
  • 2012+5,1 %
  • 2013-17,1 %
  • 2014-2,9 %
  • 38,5
  • 39
  • 41
  • 34
  • 33

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 39,4%

2013 : 42,9%

2012 : 49,7%

2011 : 49,4%

2010 : 63,9%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 983 €
  • 786 €
  • 590 €
  • 393 €
  • 197 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,4 %
  • 2012+1,1 %
  • 20130,6 %
  • 2014+2,4 %
  • 783,1
  • 786
  • 795
  • 800
  • 819

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 402 €
  • 322 €
  • 241 €
  • 161 €
  • 80 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,1 %
  • 2012-3,7 %
  • 2013-3,4 %
  • 2014+3,2 %
  • 334,9
  • 271
  • 261
  • 252
  • 260

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1074 €
  • 859 €
  • 644 €
  • 430 €
  • 215 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,8 %
  • 2012+1,3 %
  • 20130,6 %
  • 2014+2,6 %
  • 833
  • 856
  • 867
  • 872
  • 895

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 126 €
  • 101 €
  • 76 €
  • 50 €
  • 25 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,1 %
  • 2012+28,0 %
  • 2013-6,7 %
  • 2014+2,0 %
  • 101,3
  • 82
  • 105
  • 98
  • 100

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 341 €
  • 273 €
  • 204 €
  • 136 €
  • 68 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,0 %
  • 2012-14,1 %
  • 2013-4,9 %
  • 2014-11,6 %
  • 275,8
  • 284
  • 244
  • 232
  • 205

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 223 €
  • 179 €
  • 134 €
  • 89 €
  • 45 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012-0,5 %
  • 20130,0 %
  • 2014-3,2 %
  • 186
  • 186
  • 185
  • 185
  • 179

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 22,4%

2013 : 22,2%

2012 : 22,2%

2011 : 22,4%

2010 : 22,2%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 66,4%

2011 : 70,4%

2010 : 93,8%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 94,4%

2013 : 94,7%

2012 : 95,2%

2011 : 95,3%

2010 : 97,4%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 11,2%

2013 : 11,2%

2012 : 12,1%

2011 : 9,6%

2010 : 12,2%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 22,9%

2013 : 26,6%

2012 : 28,1%

2011 : 33,2%

2010 : 33,1%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 381311
  • 305049
  • 228786
  • 152524
  • 76262
  • 0
  • 2010
  • 20110,7 %
  • 20120,7 %
  • 20130,5 %
  • 20140,2 %
  • 310 698
  • 312 975
  • 315 303
  • 317 006
  • 317 759

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 4258
  • 3406
  • 2555
  • 1703
  • 852
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,2 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+5,6 %
  • 20140,0 %
  • 3 137
  • 3 299
  • 3 361
  • 3 548
  • 3 548

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement de la Mayenne a une superficie de 5 175 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,5%

En 2013 le TCAM est de + 0,6%

En 2012 le TCAM est de + 0,7%

En 2011 le TCAM est de + 0,7%

En 2010 le TCAM est de + 0,7%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 24,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 24,3% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 24% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 23,4% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 22,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Mayenne (53) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Mayenne depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 305 654 personnes.
  • En l'an 1901 : 313 103 personnes.
  • En l'an 1990 : 278 037 personnes.
  • En l'an 2009 : 315 303 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
305 654 332 253 343 819 354 138 352 586 361 765 361 392 368 439 374 566
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
373 841 375 163 367 855 350 637 351 933 344 881 340 063 332 387 321 187
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
313 103 305 457 297 732 262 447 259 934 254 479 251 348 256 317 251 522
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
250 030 252 762 261 789 271 784 278 037 285 338 315 303