FR 59

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DU NORD (59)
 

 
Le point rouge sur la carte vous donne la position du département du Nord 59 sur la carte de France.
Contacter le Conseil General du Nord (59). Contacter le Conseil General du Nord (59).

Bienvenue dans le département du Nord (59) qui se situe dans la Région Nord Pas de Calais Picardie.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, 51 rue Gustave-Delory, 59047 Lille Cedex

 Téléphone : +33 0)3 59 73 59 59

Page de contact officielle

 Site Internet Officiel :https://lenord.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/departement.du.nord

 Twitter Officiel :https://twitter.com/lenord

 Flux d'actualités (RSS) Officiel :https://lenord.fr/jcms/dnw_136903/cg59-feed-colonne-centrale

Blason et logo
Département du Nord


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Lille.

Blason et Armes du département du Nord 59 Ancien logo du Conseil Général du Nord 59  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental du Nord 59

Président du Conseil Départemental

Monsieur Jean-René Lecerf

Né le 10 avril en 1951 (65 ans) à Valenciennes (Nord).

En fonction depuis le 02/04/2015.

Il est également Sénateur du Nord depuis le 1er octobre 2001

Nuance politique : Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

Courriel : jr.lecerf@senat.fr 

 Site Internet Officiel :http://jeanrenelecerf.hautetfort.com

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/lecerf.jeanrene

Découvrez la liste des mairies dans le département du Nord.

Consultez la préfecture du département du Nord.

Le conseil général du Nord est dans la Région : Nord Pas de Calais Picardie.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département du Nord (59).


Le département du Nord est composé de 82 conseillers départementaux

Le departement
du Nord

a une superficie de
5743 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 2587128 personnes avec une densite de 450 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général du Nord intègre 6 arrondissements, avec 41 cantons.
  •  Vous trouverez 652 communes dans le Conseil Départemental du Nord.

Le département du Nord en quelques mots :

Malgré une histoire très mouvementée en raison de sa situation aux confins d’enjeux géopolitiques qui remontent jusqu’à l’antiquité, le Nord est parvenu à trouver une stabilité entre les différentes cultures qui le composent jusqu’à aujourd’hui.


Le climat du département du Nord est de nature océanique. Il est doux tout au long de l’année, mais pluvieux pendant plus d’un tiers de celle-ci.


Economiquement, le Nord a su sortir la tête de l’eau suite à la fuite des investisseurs qui ne voyaient pas dans la localité du département la garantie d’une pérennité. Le textile, la métallurgie et la chimie y restent des industries puissantes.


Le Nord est généreux, festif et accueillant. Il suffit de vous rendre à Lille ou à Dunkerque pour vous en rendre compte. Vous pourrez aussi y apprécier une culture flamande mêlée dans une identité bien française.


La tarte au maroilles est une délicieuse spécialité dont il ne faut pas avoir peur, autant que la carbonnade flamande et le potjevleesch.


FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Histoire et situation géographique

Le département du Nord fait partie de la région Nord-Pas-de-Calais et son chef-lieu est l’impétueuse ville de Lille.

Le Nord s’est constitué progressivement au rythme de la migration de nombreux peuples venant des Flandres, de l’est et du sud. Depuis les Celtes jusqu’aux Atrébates en passant par les Morins, le Nord a très longtemps profité et subit le statut frontalier qui lui était échu. Ce sont ces peuplades réunies qui ont composé le peuple des Flandres.

Ce peuple fut dans un premier temps dirigé par la famille des Baudouin qui ne tardèrent pas à se confronter à leur premier grand ennemi : les Vikings. Ces derniers mettent à sac et font un beau butin à Cambrai avant d’être chassés pour un court temps par les armées de Baudouin. En 953, les hongrois ravagent le département du Nord. Après les Vikings, ils marquent le début d’une ère de désolation pour la région qui sera ensuite ravagée par Lothaire puis par Hugues Capet avant de subir les noirceurs de la peste.

Ce n’est qu’après la victoire de Philippe de Valois sur les comtes du Nord que le département est rattaché au royaume de France en même temps que le duché de Bourgogne en 1328. La protection de la France lui fut fort bénéfique lorsque la Guerre de succession d’Espagne mène aux portes de Lille des armées successivement anglaise et espagnole, qui ne perceront pas la défense de la ville. Forte de cette victoire, le département du Nord est formé autour de la grandeur de Lille après la Révolution Française, dès 1790.

Climat

Le département du Nord possède un climat océanique qui fait profiter les nordistes d’un climat doux en hiver autant qu’en été. Mais comme on peut s’y attendre, rien n’est aussi beau lorsqu’on parle du climat du Nord : il y pleut souvent, même en été. « Souvent » est le mot qui qualifie les précipitations du Nord puisqu’en termes de quantités, cela ne dépasse pas de beaucoup les moyennes nationales. Pour donner un exemple, il y pleut moins en quantité qu’à Lyon, mais cette petite pluie tombe sur le Nord pendant 120 jours chaque année. La température moyenne hivernale est de 4°C et celle estivale tourne autour de 17°C. L’écart reste faible, ce qui accorde une homogénéité annuelle à ce département.

Economie, entreprise, agricole, industriel

Pendant longtemps, le département du Nord s’est appuyé sur un triptyque plutôt efficace en terme économique : le charbon, l’acier et le textile. Cependant, après 3 occupations, la nécessité de ne pas faire reposer son économie de manière trop importante sur un territoire en prise directe avec les tourments de la frontière, dissuade les entreprises. Le Nord tombe dans les années 1950 dans une tourmente économique grave.

Heureusement, le département se tertiarise très bien, il comprend l’importance de ces enjeux et accueille avec joie le projet du tunnel sous la Manche.

Au final, on peut dire que le Nord s’appuie sur une économie combative. 71% du territoire est occupé par les cultures, le textile, la métallurgie et la chimie restent très dynamiques, et le tertiaire a récemment atteint les 70% de masse salariale sur la totalité du département.

Le chômage reste cependant trop présent dans le Nord puisqu’il s’élève en 2015 à 12,8%.

Attractivité touristique

Le Nord, et ce n’est pas notre cinéma qui nous dira le contraire, est surtout attrayant parce qu’il est sensiblement généreux. C’est ce qu’on vient chercher lorsqu’on s’y rend. A défaut d’y faire très chaud, la chaleur humaine, elle, ne fait pas défaut !

Tout d’abord posons le pied à Lille. Cette ville a tout pour surprendre, avec ses fortifications de Vauban, son histoire ancestrale absolument héroïque et ses estaminets à se damner. La Place du Général de Gaulle rappelle combien le Nord est français, par son nom, mais d’inspiration hollandaise dans son architecture. Les bâtiments qui bordent la place rappellent les maisons bicolores de Bruges ou la Grand Place de Bruxelles. La Vieille Bourse quant à elle, fait la jonction entre les deux, dans une atmosphère sublimée à la frontière entre la noblesse et l’effervescence populaire. Il y aurait beaucoup trop à dire sur cette ville, mais retenez que vous serez fort peu avisé de ne pas en faire le tour, et encore plus si vous ne vous prenez pas la peine de vos installer dans un petit estaminet du vieux Lille.

Dunkerque quant à elle propose des activités plus sportives et nautiques que la préfecture, ce qui ne déplaira pas à ceux qui ont peur de se laisser aller aux joies des tartes au maroilles et autres joyeusetés culinaires du département ! Elle a même été classée la ville la plus sportive de France en 2002 avec ses quelque 27 000 sportifs licenciés. Eh oui, il n’y a pas qu’au sud-ouest que le sport est une institution, Dunkerque fait bien le poids ! Par ailleurs, le carnaval de Dunkerque est l’événement à ne pas rater. Chaque année, depuis 1676, des milliers de nordistes et de Français en général, paradent dans les rues de Dunkerque, jusqu’au soir où de nombreux bals sont ouverts à travers la ville.

Saveurs

Nous nous en doutions, lorsqu’on se rapproche du Nord, il faut s’attendre à partager quelques délicieuses spécialités avec nos amis les Belges, à commencer par la légendaire carbonnade flamande. Il s’agit d’un ragoût de bœuf qui pourrait se rapprocher du bœuf bourguignon, mais qui s’en distingue par un point capital : la cuisson à la bière brune. Le bœuf se détache à la fourchette et est accompagné généralement de frites à la manière du nord : cuites deux fois, pour un goût incomparable.

Potjevleesch. Non, ce n’est pas une insulte en chti mais bien une spécialité qui en français signifie « petit pot de viandes ». Il s’agit d’une terrine en gelée de lapin, de porc, de veau et de poule. Elle est servie froide avec des frites chaudes qui viennent faire fondre la gelée et qui leur donne un goût délicieux.

Enfin, et on ne pouvait pas passer à côté, la tarte au maroilles met à l’honneur un département du Nord qui n’a pas peur de faire valoir des traditions qui ont du corps et du caractère ! Alors pour ceux qui s’imaginent encore que le maroilles est un fromage qui fait « puer du bec », c’est le moment de virer sa cuti et de goûter à ce met. Il est vrai que ledit fromage peut commencer à exhaler lorsqu’il vieilli. Mais quel fromage ne le fait pas ? En vérité, il perd même de sa puissance lorsqu’il est cuit pour donner cette spécialité dont on se réjouit à l’avance. La tarte au maroilles est un symbole, une communion entre le fromage, la crème fraiche, deux œufs, la bière et le fromage. A consommer dans un estaminet local, pour vous assurer de goûter à la véritable recette.

Le Saviez-vous ?

Le flamand est aussi parlé dans le Nord. Il est appelé dunkerquois parce qu’il présente quelques spécificités à la région.

La braderie de Lille est un événement dont on retrouve des traces jusqu’à 1127 de notre ère. On y consomme les moules-frites en quantités folles avant de profiter sans mal d’une petite promenade digestive.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
du Nord (59)

 
 
FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 3759 M€
  • 3007 M€
  • 2256 M€
  • 1504 M€
  • 752 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,6 %
  • 2012+2,0 %
  • 2013+1,3 %
  • 2014+4,6 %
  • 2 826,6
  • 2 899,7
  • 2 957,5
  • 2 996,2
  • 3 132,8

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1435 €
  • 1148 €
  • 861 €
  • 574 €
  • 287 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,6 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013+1,1 %
  • 2014+4,5 %
  • 1 084,5
  • 1 113
  • 1 132
  • 1 144
  • 1 196

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 3132 M€
  • 2505 M€
  • 1879 M€
  • 1253 M€
  • 626 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012+2,0 %
  • 2013+1,3 %
  • 2014+5,3 %
  • 2 330,9
  • 2 397,6
  • 2 446,3
  • 2 477,3
  • 2 609,8

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1195 €
  • 956 €
  • 717 €
  • 478 €
  • 239 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013+1,1 %
  • 2014+5,3 %
  • 894,3
  • 920
  • 936
  • 946
  • 996

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 627 M€
  • 502 M€
  • 376 M€
  • 251 M€
  • 125 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,3 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013+1,5 %
  • 20140,8 %
  • 495,7
  • 502,1
  • 511,2
  • 518,8
  • 522,9

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 240 €
  • 192 €
  • 144 €
  • 96 €
  • 48 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,5 %
  • 2012+1,6 %
  • 2013+1,0 %
  • 2014+1,0 %
  • 190,2
  • 193
  • 196
  • 198
  • 200

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 3759 M€
  • 3007 M€
  • 2256 M€
  • 1504 M€
  • 752 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,6 %
  • 2012+2,0 %
  • 2013+1,3 %
  • 2014+4,6 %
  • 2 826,6
  • 2 899,7
  • 2 957,5
  • 2 996,2
  • 3 132,8

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1435 €
  • 1148 €
  • 861 €
  • 574 €
  • 287 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,6 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013+1,1 %
  • 2014+4,5 %
  • 1 084,5
  • 1 113
  • 1 132
  • 1 144
  • 1 196

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 3303 M€
  • 2643 M€
  • 1982 M€
  • 1321 M€
  • 661 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012+2,1 %
  • 2013+1,3 %
  • 2014+4,4 %
  • 2 479,4
  • 2 550,8
  • 2 604,5
  • 2 637,4
  • 2 752,9

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1261 €
  • 1009 €
  • 757 €
  • 504 €
  • 252 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013+1,0 %
  • 2014+4,4 %
  • 951,2
  • 979
  • 997
  • 1 007
  • 1 051

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 456 M€
  • 365 M€
  • 273 M€
  • 182 M€
  • 91 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,5 %
  • 2012+1,2 %
  • 2013+1,6 %
  • 2014+5,9 %
  • 347,3
  • 348,9
  • 353
  • 358,8
  • 379,8

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 174 €
  • 139 €
  • 104 €
  • 70 €
  • 35 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,6 %
  • 20120,7 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014+5,8 %
  • 133,2
  • 134
  • 135
  • 137
  • 145

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 593 M€
  • 474 M€
  • 356 M€
  • 237 M€
  • 119 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012+2,3 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+3,7 %
  • 437,8
  • 450,5
  • 460,7
  • 476,5
  • 494

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 227 €
  • 181 €
  • 136 €
  • 91 €
  • 45 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,0 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+3,8 %
  • 168
  • 173
  • 176
  • 182
  • 189

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 315 M€
  • 252 M€
  • 189 M€
  • 126 M€
  • 63 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,0 %
  • 20120,8 %
  • 2013-8,2 %
  • 2014+5,6 %
  • 243
  • 260,1
  • 262,3
  • 240,9
  • 254,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 120 €
  • 96 €
  • 72 €
  • 48 €
  • 24 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,3 %
  • 20120,0 %
  • 2013-8,0 %
  • 2014+5,4 %
  • 93,2
  • 100
  • 100
  • 92
  • 97

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 52 M€
  • 42 M€
  • 31 M€
  • 21 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-14,2 %
  • 2012-13,6 %
  • 2013-25,4 %
  • 2014+26,1 %
  • 43,6
  • 37,4
  • 32,3
  • 24,1
  • 30,4

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 20 €
  • 16 €
  • 12 €
  • 8 €
  • 4 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,2 %
  • 2012-11,4 %
  • 2013-25,8 %
  • 2014+26,1 %
  • 16,7
  • 14
  • 12,4
  • 9,2
  • 11,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 44 M€
  • 35 M€
  • 26 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,7 %
  • 2012-7,1 %
  • 2013-26,4 %
  • 2014+31,3 %
  • 36,6
  • 29,4
  • 27,3
  • 20,1
  • 26,4

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 2192 M€
  • 1753 M€
  • 1315 M€
  • 877 M€
  • 438 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,8 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+5,5 %
  • 1 597,6
  • 1 642,3
  • 1 673
  • 1 730,4
  • 1 826,4

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 836 €
  • 669 €
  • 502 €
  • 335 €
  • 167 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,8 %
  • 2012+1,6 %
  • 2013+3,3 %
  • 2014+5,4 %
  • 613
  • 630
  • 640
  • 661
  • 697

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 1047 M€
  • 838 M€
  • 628 M€
  • 419 M€
  • 209 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,3 %
  • 2012-3,9 %
  • 2013+4,2 %
  • 2014+2,3 %
  • 872,9
  • 713,1
  • 685,1
  • 714
  • 730,1

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 402 €
  • 322 €
  • 241 €
  • 161 €
  • 80 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,2 %
  • 2012-4,4 %
  • 2013+4,2 %
  • 2014+2,2 %
  • 334,9
  • 274
  • 262
  • 273
  • 279

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 1212 M€
  • 970 M€
  • 727 M€
  • 485 M€
  • 242 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,4 %
  • 20120,0 %
  • 20130,3 %
  • 2014+6,8 %
  • 861,6
  • 942,7
  • 943
  • 945,8
  • 1 010

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 796 M€
  • 637 M€
  • 478 M€
  • 318 M€
  • 159 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012-0,2 %
  • 2013-0,3 %
  • 2014-2,6 %
  • 662,2
  • 663,3
  • 661,7
  • 659,7
  • 642,5

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 1104 M€
  • 883 M€
  • 662 M€
  • 442 M€
  • 221 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+25,5 %
  • 2012+9,7 %
  • 20130,3 %
  • 2014+3,5 %
  • 644
  • 808,2
  • 886,2
  • 888,9
  • 919,9

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 421 €
  • 337 €
  • 253 €
  • 168 €
  • 84 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+25,5 %
  • 2012+9,4 %
  • 20130,3 %
  • 2014+3,2 %
  • 247,1
  • 310
  • 339
  • 340
  • 351

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 290 M€
  • 232 M€
  • 174 M€
  • 116 M€
  • 58 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+39,7 %
  • 2012+5,0 %
  • 2013-2,9 %
  • 20140,0 %
  • 165
  • 230,5
  • 242
  • 235
  • 235

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 334 M€
  • 267 M€
  • 200 M€
  • 133 M€
  • 67 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+94,5 %
  • 2012+19,7 %
  • 2013+1,5 %
  • 2014+7,8 %
  • 109,1
  • 212,2
  • 254
  • 257,8
  • 278

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 439 M€
  • 351 M€
  • 264 M€
  • 176 M€
  • 88 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,2 %
  • 2012+6,1 %
  • 2013+1,5 %
  • 20140,0 %
  • 344,3
  • 340
  • 360,7
  • 366,1
  • 366,1

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 55,8 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 0,9 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 1 571,3 M€

2011 : 1 521,3 M€

2010 : 1 516,9 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 601 €

2011 : 584 €

2010 : 582 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 60,3%

2011 : 59,6%

2010 : 61,2%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : + 3,3%

2011 : + 0,3%

2010 : + 2,9%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 447 M€

2011 : 338,4 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 17,06%

2011 : 17,06%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 4,5%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 970,9 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 1,0%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 876,4 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 394 M€
  • 315 M€
  • 237 M€
  • 158 M€
  • 79 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,0 %
  • 2012+1,2 %
  • 2013+1,6 %
  • 2014-4,6 %
  • 328,6
  • 308,8
  • 312,4
  • 317,3
  • 302,8

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 103 M€
  • 82 M€
  • 62 M€
  • 41 M€
  • 21 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+25,5 %
  • 2012-1,6 %
  • 2013-8,6 %
  • 2014+11,0 %
  • 68,2
  • 85,6
  • 84,2
  • 77
  • 85,5

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 148 M€
  • 118 M€
  • 89 M€
  • 59 M€
  • 30 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+12,2 %
  • 2012+7,0 %
  • 2013+9,9 %
  • 2014+3,5 %
  • 90
  • 101
  • 108,1
  • 118,8
  • 123

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 57,9%

2013 : 61,2%

2012 : 61,1%

2011 : 61,5%

2010 : 66,3%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 16,4%

2013 : 14,8%

2012 : 16,5%

2011 : 17%

2010 : 13,8%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 23,5%

2013 : 22,9%

2012 : 21,1%

2011 : 20,1%

2010 : 18,2%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 98 M€
  • 78 M€
  • 59 M€
  • 39 M€
  • 20 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-16,3 %
  • 2012-6,3 %
  • 2013+8,8 %
  • 2014-15,4 %
  • 81,6
  • 68,3
  • 64
  • 69,6
  • 58,9

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 60 M€
  • 48 M€
  • 36 M€
  • 24 M€
  • 12 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,0 %
  • 2012-4,3 %
  • 2013-8,9 %
  • 2014-3,4 %
  • 50
  • 47
  • 45
  • 41
  • 39,6

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 2 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 2013-76,5 %
  • 2014+325,0 %
  • 1,7
  • 1,7
  • 1,7
  • 0,4
  • 1,7

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 360 M€
  • 288 M€
  • 216 M€
  • 144 M€
  • 72 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,0 %
  • 2012+2,1 %
  • 2013-0,1 %
  • 2014+7,5 %
  • 255,4
  • 273,4
  • 279,1
  • 278,9
  • 299,9

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 15,5%

2013 : 19,4%

2012 : 18,1%

2011 : 19,6%

2010 : 23,5%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 10,4%

2013 : 11,4%

2012 : 12,7%

2011 : 13,5%

2010 : 14,4%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 0,4%

2013 : 0,1%

2012 : 0,5%

2011 : 0,5%

2010 : 0,5%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 78,9%

2013 : 77,7%

2012 : 79,1%

2011 : 78,4%

2010 : 73,5%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 222 M€
  • 178 M€
  • 133 M€
  • 89 M€
  • 44 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,3 %
  • 2012+1,5 %
  • 2013-2,9 %
  • 2014-5,9 %
  • 185,1
  • 182,7
  • 185,4
  • 180,1
  • 169,5

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 85 €
  • 68 €
  • 51 €
  • 34 €
  • 17 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,4 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013-2,8 %
  • 2014-5,8 %
  • 71
  • 70
  • 71
  • 69
  • 65

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 192 M€
  • 154 M€
  • 115 M€
  • 77 M€
  • 38 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+3,2 %
  • 2013+1,2 %
  • 2014-10,6 %
  • 148,5
  • 153,2
  • 158,1
  • 160
  • 143,1

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 73 €
  • 59 €
  • 44 €
  • 29 €
  • 15 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+3,7 %
  • 20130,0 %
  • 2014-9,8 %
  • 57
  • 58,8
  • 61
  • 61
  • 55

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 70 M€
  • 56 M€
  • 42 M€
  • 28 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-10,8 %
  • 2012-4,2 %
  • 2013-17,6 %
  • 2014-51,2 %
  • 58,5
  • 52,2
  • 50
  • 41,2
  • 20,1

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 27 €
  • 22 €
  • 16 €
  • 11 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-10,7 %
  • 2012-5,0 %
  • 2013-15,8 %
  • 2014-50,0 %
  • 22,4
  • 20
  • 19
  • 16
  • 8

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 2353 M€
  • 1883 M€
  • 1412 M€
  • 941 M€
  • 471 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,3 %
  • 2012+1,6 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+5,3 %
  • 1 744,5
  • 1 784,8
  • 1 813,6
  • 1 861,8
  • 1 961,2

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 899 €
  • 719 €
  • 539 €
  • 360 €
  • 180 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,3 %
  • 2012+1,3 %
  • 2013+2,4 %
  • 2014+5,3 %
  • 669,3
  • 685
  • 694
  • 711
  • 749

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 2083 M€
  • 1667 M€
  • 1250 M€
  • 833 M€
  • 417 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+3,0 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+1,5 %
  • 1 561,7
  • 1 614,6
  • 1 663,6
  • 1 711
  • 1 736,2

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 796 €
  • 636 €
  • 477 €
  • 318 €
  • 159 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,3 %
  • 2012+2,9 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+1,4 %
  • 599,2
  • 619
  • 637
  • 654
  • 663

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 66,5%

2013 : 69,1%

2012 : 68%

2011 : 67,3%

2010 : 67%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 75,1%

2013 : 75,2%

2012 : 74,1%

2011 : 74,4%

2010 : 74,8%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 2264 M€
  • 1811 M€
  • 1359 M€
  • 906 M€
  • 453 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,4 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+5,3 %
  • 1 677,7
  • 1 717,2
  • 1 745,6
  • 1 792,1
  • 1 886,9

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 864 €
  • 691 €
  • 518 €
  • 346 €
  • 173 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,4 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013+2,5 %
  • 2014+5,1 %
  • 643,7
  • 659
  • 668
  • 685
  • 720

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 730 M€
  • 584 M€
  • 438 M€
  • 292 M€
  • 146 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 20120,2 %
  • 2013+5,5 %
  • 2014+9,8 %
  • 507,8
  • 524,2
  • 525
  • 554,1
  • 608,6

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 248 M€
  • 198 M€
  • 149 M€
  • 99 M€
  • 50 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,0 %
  • 2012-1,9 %
  • 2013-4,8 %
  • 20140,9 %
  • 206,3
  • 200,1
  • 196,2
  • 186,7
  • 188,4

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 1999 M€
  • 1599 M€
  • 1199 M€
  • 800 M€
  • 400 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,5 %
  • 2012-1,3 %
  • 2013+3,3 %
  • 2014+5,4 %
  • 1 498,4
  • 1 550,3
  • 1 530,7
  • 1 580,9
  • 1 665,9

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 763 €
  • 611 €
  • 458 €
  • 305 €
  • 153 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,5 %
  • 2012-1,5 %
  • 2013+3,1 %
  • 2014+5,3 %
  • 574,9
  • 595
  • 586
  • 604
  • 636

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 326 M€
  • 260 M€
  • 195 M€
  • 130 M€
  • 65 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,7 %
  • 2012-3,4 %
  • 2013-2,9 %
  • 2014+2,0 %
  • 271,3
  • 261,3
  • 252,5
  • 245,2
  • 250,1

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 125 €
  • 100 €
  • 75 €
  • 50 €
  • 25 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,9 %
  • 2012-3,0 %
  • 2013-3,1 %
  • 2014+1,1 %
  • 104,1
  • 100
  • 97
  • 94
  • 95

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 156 M€
  • 125 M€
  • 94 M€
  • 63 M€
  • 31 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,5 %
  • 2012-5,9 %
  • 2013+3,5 %
  • 2014+6,3 %
  • 123,9
  • 125,8
  • 118,4
  • 122,6
  • 130,3

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 60 €
  • 48 €
  • 36 €
  • 24 €
  • 12 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,1 %
  • 2012-6,3 %
  • 2013+4,4 %
  • 2014+6,4 %
  • 47,5
  • 48
  • 45
  • 47
  • 50

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 177 M€
  • 142 M€
  • 106 M€
  • 71 M€
  • 35 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,0 %
  • 2012-1,1 %
  • 2013-8,6 %
  • 2014-2,3 %
  • 147,4
  • 135,6
  • 134,1
  • 122,6
  • 119,8

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 68 €
  • 54 €
  • 41 €
  • 27 €
  • 14 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,0 %
  • 2012-1,9 %
  • 2013-7,8 %
  • 2014-2,1 %
  • 56,5
  • 52
  • 51
  • 47
  • 46

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 47,9%

2013 : 50%

2012 : 53,1%

2011 : 51,9%

2010 : 54,3%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 181 M€
  • 145 M€
  • 109 M€
  • 72 M€
  • 36 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,8 %
  • 20120,4 %
  • 2013-2,1 %
  • 2014-1,6 %
  • 150,7
  • 149,5
  • 150,1
  • 147
  • 144,7

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 69 €
  • 55 €
  • 42 €
  • 28 €
  • 14 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,4 %
  • 20120,0 %
  • 2013-1,8 %
  • 2014-1,8 %
  • 57,8
  • 57
  • 57
  • 56
  • 55

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 32 M€
  • 25 M€
  • 19 M€
  • 13 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,3 %
  • 2012-9,5 %
  • 2013-3,8 %
  • 2014+2,2 %
  • 23,3
  • 26,4
  • 23,9
  • 23
  • 23,5

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 12 €
  • 10 €
  • 7 €
  • 5 €
  • 2 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+12,4 %
  • 2012-10,0 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 8,9
  • 10
  • 9
  • 9
  • 9

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 153 M€
  • 122 M€
  • 92 M€
  • 61 M€
  • 31 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,3 %
  • 2012+2,4 %
  • 2013-1,7 %
  • 2014-2,3 %
  • 127,4
  • 123,2
  • 126,2
  • 124,1
  • 121,2

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 59 €
  • 47 €
  • 35 €
  • 23 €
  • 12 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,9 %
  • 2012+2,1 %
  • 2013-2,1 %
  • 2014-2,1 %
  • 48,9
  • 47
  • 48
  • 47
  • 46

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 1630 M€
  • 1304 M€
  • 978 M€
  • 652 M€
  • 326 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+5,2 %
  • 2014+7,9 %
  • 1 195,9
  • 1 258,3
  • 1 358,1

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 622 €
  • 497 €
  • 373 €
  • 249 €
  • 124 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,2 %
  • 2012-0,2 %
  • 2013+5,0 %
  • 2014+7,7 %
  • 428,2
  • 459
  • 458
  • 481
  • 518

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 179 M€
  • 143 M€
  • 108 M€
  • 72 M€
  • 36 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+2,6 %
  • 2014+7,6 %
  • 135,4
  • 138,9
  • 149,4

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 68 €
  • 55 €
  • 41 €
  • 27 €
  • 14 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012+4,0 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014+7,5 %
  • 48,6
  • 50
  • 52
  • 53
  • 57

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 88,1%

2013 : 77,1%

2012 : 73%

2011 : 71,4%

2010 : 68,4%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1195 €
  • 956 €
  • 717 €
  • 478 €
  • 239 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013+1,1 %
  • 2014+5,3 %
  • 894,3
  • 920
  • 936
  • 946
  • 996

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 402 €
  • 322 €
  • 241 €
  • 161 €
  • 80 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,2 %
  • 2012-4,4 %
  • 2013-4,6 %
  • 2014+2,0 %
  • 334,9
  • 274
  • 262
  • 250
  • 255

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1261 €
  • 1009 €
  • 757 €
  • 504 €
  • 252 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,9 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013+1,0 %
  • 2014+4,4 %
  • 951,2
  • 979
  • 997
  • 1 007
  • 1 051

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 151 €
  • 121 €
  • 91 €
  • 61 €
  • 30 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,4 %
  • 2012+1,7 %
  • 20130,8 %
  • 2014-4,1 %
  • 126,1
  • 118
  • 120
  • 121
  • 116

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 622 €
  • 497 €
  • 373 €
  • 249 €
  • 124 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,2 %
  • 2012-0,2 %
  • 2013+5,0 %
  • 2014+7,7 %
  • 428,2
  • 459
  • 458
  • 481
  • 518

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 305 €
  • 244 €
  • 183 €
  • 122 €
  • 61 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,0 %
  • 2012-0,4 %
  • 2013-0,4 %
  • 2014-2,8 %
  • 254,1
  • 254
  • 253
  • 252
  • 245

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 18,9%

2013 : 19,2%

2012 : 18,8%

2011 : 18,8%

2010 : 18,8%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 59,5%

2011 : 62,8%

2010 : 83,6%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 99,3%

2013 : 98,4%

2012 : 98,1%

2011 : 98%

2010 : 97,6%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 11%

2013 : 12%

2012 : 12%

2011 : 12,1%

2010 : 13,3%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 49,3%

2013 : 47,7%

2012 : 45,9%

2011 : 46,9%

2010 : 45%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 3144080
  • 2515264
  • 1886448
  • 1257632
  • 628816
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,0 %
  • 20120,3 %
  • 20130,2 %
  • 20140,1 %
  • 2 606 462
  • 2 606 369
  • 2 613 285
  • 2 617 939
  • 2 620 067

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 124932
  • 99946
  • 74959
  • 49973
  • 24986
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+2,7 %
  • 2013+5,9 %
  • 20140,0 %
  • 92 598
  • 95 766
  • 98 311
  • 104 110
  • 104 110

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement du Nord a une superficie de 5 743 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,1%

En 2013 le TCAM est de + 0,1%

En 2012 le TCAM est de + 0,1%

En 2011 le TCAM est de + 0,0%

En 2010 le TCAM est de + 0,0%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 19,7% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 19,2% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 19% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 18,5% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 18,1% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Nord (59) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Nord depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 765 923 personnes.
  • En l'an 1901 : 1 867 927 personnes.
  • En l'an 1990 : 2 531 855 personnes.
  • En l'an 2009 : 2 613 285 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
765 923 840 476 906 741 963 635 990 932 1 027 417 1 086 310 1 133 998 1 159 301
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 213 381 1 304 415 1 393 091 1 448 821 1 520 659 1 604 276 1 671 084 1 737 257 1 812 769
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 867 927 1 896 818 1 962 679 1 788 727 1 970 000 2 030 285 2 022 998 1 918 254 2 099 430
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
2 294 066 2 418 847 2 511 478 2 520 526 2 531 855 2 555 020 2 613 285