FR 60

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DE L'OISE (60)
 

Besoin d'un renseignement ?
Contactez votre Conseil Général

Bienvenue dans le département de l'Oise (60) qui se situe dans la Région Nord Pas de Calais Picardie.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, 1 rue Cambry, CS 80941, 60024 Beauvais Cedex

 Téléphone : +33 0)3 44 06 60 60

Page de contact officielle

 Site Internet Officiel :http://www.oise.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/oise.ledepartement

 Twitter Officiel :https://twitter.com/CD_oise

 Flux d'actualités (RSS) Officiel :http://www.oise.fr/rss/

 YouTube Officiel :https://www.youtube.com/user/cg60com

Blason et logo du département de l'Oise


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Beauvais.

Blason et Armes du département de l'Oise 60 Ancien logo du Conseil Général de l'Oise 60  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental de l'Oise 60

Président du Conseil Départemental

Monsieur Edouard Courtial

Né le 28 juin en 1973 (43 ans) à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).

En fonction depuis le 02/04/2015.

Il est également Député de la 7ème circonscription de l'Oise et Il est aussi Maire d'Agnetz

Nuance politique : Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

Courriel : ecourtial@assemblee-nationale.fr

 Site Internet Officiel :http://edouard-courtial.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/EdouardCourtialDepute

 Twitter Officiel :https://twitter.com/EdouardCourtial

Découvrez la liste des mairies dans le département de l'Oise.

Consultez la préfecture du département de l'Oise.

Le conseil général de l'Oise est dans la Région : Nord Pas de Calais Picardie.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département de l'Oise (60).


Le département de l'Oise est composé de 42 conseillers départementaux

Le departement
de l'Oise

a une superficie de
5860 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 810300 personnes avec une densite de 138 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général de l'Oise intègre 4 arrondissements, avec 21 cantons.
  •  Vous trouverez 693 communes dans le Conseil Départemental de l'Oise.

Le département de l'Oise en quelques mots :

L’Oise, à la marge de Paris, a vécu une histoire relativement calme, du moins jusqu’à ce que la maladie et les conflits externes s’invitent sur ses terres.


Le climat du département est de nature tempéré océanique dégradé : doux tout au long de l’année, mais pluvieux.


Le rural joue un rôle très important dans l’économie de l’Oise qui privilégie une agriculture optimisée qui s’y retrouve encore aujourd’hui. Du point de vue de l’industrie de pointe, l’Oise a aussi sa carte à jouer grâce à l’IAR et à l’I-trans.


Entre deux parcs d’une originalité indiscutable et la beauté historique de Beauvais, vous pourrez profiter de l’Oise pendant tout un séjour sans mal.


La crème chantilly, rien que cela, vient de l’Oise. Sinon, la ficelle picarde mettra tout le monde d’accord, à base de crêpe fourrée au jambon, à l’échalote et aux champignons.


FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Histoire et situation géographique

Le département de l’Oise fait partie de la région Picardie, au plus proche de l’Île-de-France, et sa préfecture est Beauvais.

A l’origine, le premier peuple qui vivait dans l’actuelle localité de l’Oise était les Bellovakes. Ces Gaulois ont su tenir tête à César avec une poigne et une résolution équivalente à celle que l’empereur reconnaissait aux Gaulois belges. Ils devaient d’ailleurs venir aider Camulogènes, le chef de Lutèce, lorsque Lucotitius attaqua les Parisii. Malheureusement, le général Romain ayant eu vent de l’arrivée des renforts, isola Camulogène dans la plaine de Grenelle et les Bellovakes furent mis en déroute également. Une fois soumis, ils acceptèrent cependant beaucoup plus efficacement la culture romaine qui apporta une dynamique économique sans pareille à la région.

En raison de la relative discrétion du département, il profita d’une prospérité plus sensible qu’à quelques kilomètres au sud, en région parisienne. Au IXème siècle, Charlemagne mit un point d’honneur à maintenir cette relative prospérité entrecoupée de ravages et de massacres. Après cela, l’Oise est incorporée au Valois. Ce dernier n’entra dans le domaine royal qu’en 1375 pour devenir l’apanage des frères du roi, le premier étant Louis d’Orléans, en 1392. Malheureusement, lorsque la guerre éclata entre les Armagnacs et les ducs de Bourgogne, l’Oise devint l’un des champs de batailles où la rivalité fut sanglante et dévastatrice.

Il fut l’un des départements les plus atteints par la peste, les disettes et les autres maladies. Malgré sa pauvreté, le Beauvais a regretté la fin de Louis XIV qui vit aussi naître l’Oise telle qu’on la connaît aujourd’hui.

Climat

L’Oise profite d’un climat tempéré océanique dégradé, c’est-à-dire qu’il est sujet à de discrètes incursions continentales. Pour cette raison, les températures restent douces et peu surprenantes. La moyenne à l’année se situe autour de 12°C, pour une moyenne hivernales de 4°C et estivale autour de 18°C. Néanmoins, les précipitations sont fréquentes et peu abondantes pour une moyenne de 700 millimètres par an, mais occupent entre 110 et 120 jours de l’année. Enfin, le soleil se fait plus discret que partout ailleurs en France puisqu’il perce les nuages entre 1750 et 1800 heures par ans, ce qui est généralement légèrement inférieur à la moyenne nationale.

Economie, entreprise, agricole, industriel

En raison de sa proximité avec la région parisienne et de son histoire, l’Oise a préservé une part importante de son agriculture par-delà les siècles. Aujourd’hui ce sont surtout des exploitations de colza, de blé ainsi que de betteraves qui recouvrent ses terres. Elle fait partie de la première région française dans la production de blé, de fèves, et de très nombreux légumineux comme les haricots verts. L’Oise met par conséquent un point d’honneur à exploiter au mieux des ressources dignes d’un sous-sol d’une rare richesse.

Deux grandes zones industrielles se sont installées dans l’Oise et dynamisent à elles seules tout un pan de l’économie du département à l’échelle mondiale. Nous parlons bien entendu du pôle Industrie Agro-Ressources à Laon ainsi que le pôle I-trans dépendant de Lille, mais partagé avec l’Oise. Malheureusement le tourisme reste en faible progrès, malgré les efforts du Conseil général du département qui cherche à le dynamiser.

En ce qui concerne le chômage, il reste dans la moyenne nationale : 10,1% pour l’Oise !

Attractivité touristique

Majoritairement fait de forêts, de bocages et d’exploitations agricoles, l’Oise attire surtout le tourisme vert et les amoureux d’un patrimoine historique original et généreux.

Au milieu de ces belles étendues aussi vertes que les terres d’Ecosse, se dressent deux lieux touristiques capitaux pour le département : le Parc Saint-Paul et la Mer de Sable. A 70 kilomètres de Paris, ce parc isarien fait honneur à Disney avec ses 39 attractions et ses 300 000 visiteurs par an. Pour un après-midi délirant, en famille, en couple ou entre amis, sans pression. La Mer de Sable, par contre, est le plus vieux parc à thèmes de France, au beau milieu de la forêt d’Ermenonville. Avec ses 30 attractions, ses 3 univers uniques (Les Ports du Désert, la Jungle et la Conquête de l’ouest) et ses 200 animaux, il continue d’éblouir et de faire rêver tous les visiteurs.

Enfin, pour profiter bien comme il faut de l’Oise, il faudra se rendre à Beauvais, la préfecture du département, une ville antique et traditionnelle, comme il faut ! Avec l’ancien palais épiscopal de Beauvais transformé en musée, vous pourrez prendre pieds dans une époque à laquelle l’Oise rayonnait autant architecturalement qu’économiquement. Quelques folklores animent aussi la ville depuis des centaines d’années, et parmi eux, l’histoire de la salamandre qui se retrouve perchée un peu partout dans la ville, assurant un petit circuit absolument charmant entre les murs de la cité.

Saveurs

LA grande spécialité du département de l’Oise est un produit qu’on déguste tous régulièrement, non sans une certaine culpabilité délicieuse, j’ai nommé : la crème chantilly ! Inventée par François Vatel au château de Chantilly, elle a depuis lors traversé les frontières pour gagner toutes les cultures du monde.

Enfin, pour finir sur une note gourmande, vous craquerez bien pour une petite ficelle picarde ! Il s’agit d’une crêpe salée roulée sur du jambon assorti d’une compotée d’échalotes et de champignons, nappée d’une crème au fromage. A déguster à toute heure du jour ou de la nuit !

Le Saviez-vous ?

Le Château de Pierrefonds est un chef d’œuvre de la châtellenie française tant et si bien qu’il a été utilisé à de nombreuses reprises dans le cadre de quelques grosses productions comme les Visiteurs 2.

La ville de Senlis a accueilli quelques grands rois français pour leur sacre. Hugues Capet en est un très bel exemple.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
de l'Oise (60)

 
 
FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 1091 M€
  • 873 M€
  • 655 M€
  • 437 M€
  • 218 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,8 %
  • 20120,2 %
  • 2013-1,2 %
  • 2014+2,2 %
  • 833,5
  • 898,8
  • 900,9
  • 889,9
  • 909,5

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1321 €
  • 1057 €
  • 793 €
  • 528 €
  • 264 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,4 %
  • 20120,0 %
  • 2013-1,5 %
  • 2014+1,9 %
  • 1 021,2
  • 1 097
  • 1 097
  • 1 080
  • 1 101

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 827 M€
  • 661 M€
  • 496 M€
  • 331 M€
  • 165 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,5 %
  • 2012+4,0 %
  • 2013-1,0 %
  • 2014+2,5 %
  • 613,1
  • 653
  • 678,8
  • 672,2
  • 689

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1001 €
  • 801 €
  • 600 €
  • 400 €
  • 200 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,1 %
  • 2012+3,6 %
  • 2013-1,2 %
  • 2014+2,2 %
  • 751,2
  • 797
  • 826
  • 816
  • 834

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 295 M€
  • 236 M€
  • 177 M€
  • 118 M€
  • 59 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,6 %
  • 2012-9,7 %
  • 2013-1,9 %
  • 2014+1,3 %
  • 220,3
  • 245,9
  • 222
  • 217,7
  • 220,5

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 360 €
  • 288 €
  • 216 €
  • 144 €
  • 72 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+11,1 %
  • 2012-10,0 %
  • 2013-2,2 %
  • 2014+1,1 %
  • 270
  • 300
  • 270
  • 264
  • 267

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 1091 M€
  • 873 M€
  • 655 M€
  • 437 M€
  • 218 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,8 %
  • 20120,2 %
  • 2013-1,2 %
  • 2014+2,2 %
  • 833,5
  • 898,8
  • 900,9
  • 889,9
  • 909,5

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1321 €
  • 1057 €
  • 793 €
  • 528 €
  • 264 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,4 %
  • 20120,0 %
  • 2013-1,5 %
  • 2014+1,9 %
  • 1 021,2
  • 1 097
  • 1 097
  • 1 080
  • 1 101

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 897 M€
  • 717 M€
  • 538 M€
  • 359 M€
  • 179 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,1 %
  • 2012+4,4 %
  • 20130,8 %
  • 20140,8 %
  • 670
  • 703,9
  • 735
  • 741,2
  • 747,1

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1086 €
  • 869 €
  • 652 €
  • 434 €
  • 217 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,6 %
  • 2012+4,2 %
  • 20130,6 %
  • 20140,6 %
  • 821
  • 859
  • 895
  • 900
  • 905

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 234 M€
  • 187 M€
  • 140 M€
  • 94 M€
  • 47 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+19,3 %
  • 2012-14,9 %
  • 2013-10,4 %
  • 2014+9,2 %
  • 163,4
  • 194,9
  • 165,9
  • 148,7
  • 162,4

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 286 €
  • 228 €
  • 171 €
  • 114 €
  • 57 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+18,9 %
  • 2012-15,1 %
  • 2013-10,4 %
  • 2014+8,8 %
  • 200,2
  • 238
  • 202
  • 181
  • 197

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 172 M€
  • 138 M€
  • 103 M€
  • 69 M€
  • 34 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014+5,2 %
  • 127,9
  • 132
  • 134,4
  • 136,3
  • 143,4

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 209 €
  • 167 €
  • 125 €
  • 84 €
  • 42 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,7 %
  • 2012+1,9 %
  • 20130,6 %
  • 2014+5,5 %
  • 156,7
  • 161
  • 164
  • 165
  • 174

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 148 M€
  • 118 M€
  • 89 M€
  • 59 M€
  • 30 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,0 %
  • 2012+5,7 %
  • 2013-6,3 %
  • 2014-0,2 %
  • 112,1
  • 116,6
  • 123,3
  • 115,5
  • 115,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 180 €
  • 144 €
  • 108 €
  • 72 €
  • 36 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,4 %
  • 2012+5,6 %
  • 2013-6,7 %
  • 20140,0 %
  • 137,3
  • 142
  • 150
  • 140
  • 140

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 16 M€
  • 13 M€
  • 10 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,1 %
  • 2012+30,0 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+9,9 %
  • 8,4
  • 9
  • 11,7
  • 12,1
  • 13,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 19 €
  • 15 €
  • 12 €
  • 8 €
  • 4 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,8 %
  • 2012+30,0 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+9,5 %
  • 10,3
  • 11
  • 14,3
  • 14,7
  • 16,1

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 15 M€
  • 12 M€
  • 9 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+21,7 %
  • 2012+46,6 %
  • 2013+8,4 %
  • 2014+11,2 %
  • 6
  • 7,3
  • 10,7
  • 11,6
  • 12,9

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 743 M€
  • 595 M€
  • 446 M€
  • 297 M€
  • 149 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-36,6 %
  • 2012+3,6 %
  • 2013-0,1 %
  • 2014+2,0 %
  • 619,5
  • 392,5
  • 406,7
  • 406,3
  • 414,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 911 €
  • 729 €
  • 547 €
  • 364 €
  • 182 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-36,9 %
  • 2012+3,3 %
  • 2013-0,4 %
  • 2014+1,8 %
  • 759,1
  • 479
  • 495
  • 493
  • 502

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 365 M€
  • 292 M€
  • 219 M€
  • 146 M€
  • 73 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,2 %
  • 2012+2,9 %
  • 2013+3,4 %
  • 2014+2,6 %
  • 303,9
  • 245,5
  • 252,6
  • 261,2
  • 268,1

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 447 €
  • 358 €
  • 268 €
  • 179 €
  • 89 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,4 %
  • 2012+2,3 %
  • 2013+3,3 %
  • 2014+2,5 %
  • 372,4
  • 300
  • 307
  • 317
  • 325

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 268 M€
  • 215 M€
  • 161 M€
  • 107 M€
  • 54 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,4 %
  • 2012+10,2 %
  • 2013-0,8 %
  • 2014-2,1 %
  • 188,9
  • 202,8
  • 223,5
  • 221,7
  • 217

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 178 M€
  • 142 M€
  • 107 M€
  • 71 M€
  • 36 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,7 %
  • 2012-0,3 %
  • 2013-0,3 %
  • 2014-3,3 %
  • 147,3
  • 148,3
  • 147,8
  • 147,3
  • 142,4

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 299 M€
  • 239 M€
  • 179 M€
  • 120 M€
  • 60 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+48,9 %
  • 2012-0,9 %
  • 2013-3,4 %
  • 2014+10,8 %
  • 157,7
  • 234,8
  • 232,8
  • 224,9
  • 249,3

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 362 €
  • 290 €
  • 217 €
  • 145 €
  • 72 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+48,6 %
  • 2012-1,4 %
  • 2013-3,5 %
  • 2014+10,6 %
  • 193,2
  • 287
  • 283
  • 273
  • 302

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 100 M€
  • 80 M€
  • 60 M€
  • 40 M€
  • 20 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+45,1 %
  • 2012+9,8 %
  • 2013-10,8 %
  • 2014+5,0 %
  • 52,1
  • 75,6
  • 83
  • 74
  • 77,7

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 106 M€
  • 85 M€
  • 63 M€
  • 42 M€
  • 21 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+121,9 %
  • 2012-2,3 %
  • 20130,0 %
  • 2014+9,9 %
  • 37
  • 82,1
  • 80,2
  • 80,2
  • 88,1

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 77 M€
  • 62 M€
  • 46 M€
  • 31 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+12,1 %
  • 2012-14,0 %
  • 20130,2 %
  • 2014+2,2 %
  • 57,2
  • 64,1
  • 55,1
  • 55,2
  • 56,4

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 16,4 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 485,4 M€

2011 : 480,3 M€

2010 : 461,6 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 591 €

2011 : 586 €

2010 : 565,6 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 66%

2011 : 68,2%

2010 : 68,9%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : + 1,1%

2011 : + 4,0%

2010 : + 1,9%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 159,8 M€

2011 : 154,2 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 21,54%

2011 : 21,54%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 3,8%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 314,7 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 1,5%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 303,9 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 152 M€
  • 122 M€
  • 91 M€
  • 61 M€
  • 30 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,5 %
  • 2012-20,9 %
  • 2013+5,9 %
  • 2014-0,8 %
  • 120,1
  • 126,7
  • 100,2
  • 106,1
  • 105,2

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 92 M€
  • 74 M€
  • 55 M€
  • 37 M€
  • 18 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+23,7 %
  • 2012-0,1 %
  • 2013-15,3 %
  • 2014+5,5 %
  • 62,1
  • 76,8
  • 76,7
  • 65
  • 68,6

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 54 M€
  • 43 M€
  • 32 M€
  • 22 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+12,1 %
  • 2012+4,7 %
  • 2013+3,8 %
  • 2014+1,8 %
  • 36,3
  • 40,7
  • 42,6
  • 44,2
  • 45

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 47,7%

2013 : 48,8%

2012 : 45,1%

2011 : 51,5%

2010 : 54,5%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 31,1%

2013 : 29,9%

2012 : 34,5%

2011 : 31,2%

2010 : 28,2%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 20,4%

2013 : 20,3%

2012 : 19,2%

2011 : 16,6%

2010 : 16,5%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 53 M€
  • 42 M€
  • 32 M€
  • 21 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-29,4 %
  • 2012-9,7 %
  • 2013-4,6 %
  • 2014-9,0 %
  • 43,9
  • 31
  • 28
  • 26,7
  • 24,3

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 18 M€
  • 14 M€
  • 11 M€
  • 7 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+20,0 %
  • 2012-6,7 %
  • 2013-7,1 %
  • 2014-21,5 %
  • 12,5
  • 15
  • 14
  • 13
  • 10,2

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 3 M€
  • 2 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014+50,0 %
  • 1,4
  • 1,4
  • 1,4
  • 1,4
  • 2,1

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 196 M€
  • 156 M€
  • 117 M€
  • 78 M€
  • 39 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+39,3 %
  • 2012-17,4 %
  • 2013-12,0 %
  • 2014+15,5 %
  • 117
  • 163
  • 134,6
  • 118,5
  • 136,9

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 15%

2013 : 18%

2012 : 16,9%

2011 : 15,9%

2010 : 26,9%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 6,3%

2013 : 8,7%

2012 : 8,4%

2011 : 7,7%

2010 : 7,7%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 1,3%

2013 : 0,9%

2012 : 0,8%

2011 : 0,7%

2010 : 0,9%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 84,3%

2013 : 79,7%

2012 : 81,1%

2011 : 83,6%

2010 : 71,6%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 97 M€
  • 77 M€
  • 58 M€
  • 39 M€
  • 19 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-7,3 %
  • 2012+14,8 %
  • 2013+20,5 %
  • 2014-11,9 %
  • 62,9
  • 58,3
  • 66,9
  • 80,6
  • 71

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 118 €
  • 94 €
  • 71 €
  • 47 €
  • 24 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-7,9 %
  • 2012+14,1 %
  • 2013+21,0 %
  • 2014-12,2 %
  • 77,1
  • 71
  • 81
  • 98
  • 86

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 83 M€
  • 66 M€
  • 50 M€
  • 33 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-10,5 %
  • 2012+10,4 %
  • 2013+22,8 %
  • 2014-15,8 %
  • 56,9
  • 50,9
  • 56,2
  • 69
  • 58,1

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 101 €
  • 81 €
  • 60 €
  • 40 €
  • 20 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-10,8 %
  • 2012+9,3 %
  • 2013+23,5 %
  • 2014-16,7 %
  • 69,7
  • 62,2
  • 68
  • 84
  • 70

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 30 M€
  • 24 M€
  • 18 M€
  • 12 M€
  • 6 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-50,5 %
  • 2012+33,3 %
  • 2013+82,4 %
  • 2014-47,2 %
  • 20,6
  • 10,2
  • 13,6
  • 24,8
  • 13,1

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 36 €
  • 29 €
  • 22 €
  • 14 €
  • 7 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-52,6 %
  • 2012+41,7 %
  • 2013+76,5 %
  • 2014-46,7 %
  • 25,3
  • 12
  • 17
  • 30
  • 16

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 501 M€
  • 401 M€
  • 300 M€
  • 200 M€
  • 100 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,5 %
  • 2012+5,6 %
  • 2013-1,4 %
  • 2014+1,8 %
  • 362,7
  • 393,6
  • 415,8
  • 409,8
  • 417,2

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 607 €
  • 486 €
  • 364 €
  • 243 €
  • 121 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,2 %
  • 2012+5,2 %
  • 2013-1,6 %
  • 2014+1,4 %
  • 444,4
  • 481
  • 506
  • 498
  • 505

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 466 M€
  • 372 M€
  • 279 M€
  • 186 M€
  • 93 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,6 %
  • 2012+7,4 %
  • 2013-1,0 %
  • 2014+2,7 %
  • 330,3
  • 355,4
  • 381,6
  • 377,7
  • 388

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 564 €
  • 451 €
  • 338 €
  • 226 €
  • 113 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,2 %
  • 2012+6,9 %
  • 2013-1,1 %
  • 2014+2,4 %
  • 404,7
  • 434
  • 464
  • 459
  • 470

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 56,3%

2013 : 56,2%

2012 : 56,2%

2011 : 54,4%

2010 : 53,9%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 60,5%

2013 : 61%

2012 : 61,3%

2011 : 60,3%

2010 : 59,1%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 488 M€
  • 391 M€
  • 293 M€
  • 195 M€
  • 98 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,1 %
  • 2012+5,8 %
  • 2013-1,4 %
  • 2014+1,7 %
  • 351,3
  • 383,2
  • 405,6
  • 399,9
  • 406,8

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 593 €
  • 474 €
  • 356 €
  • 237 €
  • 119 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,7 %
  • 2012+5,6 %
  • 2013-1,8 %
  • 2014+1,6 %
  • 430,4
  • 468
  • 494
  • 485
  • 493

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 129 M€
  • 103 M€
  • 78 M€
  • 52 M€
  • 26 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+14,2 %
  • 2012+8,2 %
  • 2013+3,0 %
  • 2014+7,2 %
  • 79
  • 90,2
  • 97,6
  • 100,5
  • 107,7

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 54 M€
  • 43 M€
  • 33 M€
  • 22 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+14,8 %
  • 2012+14,7 %
  • 2013-0,9 %
  • 2014+3,0 %
  • 33,7
  • 38,7
  • 44,4
  • 44
  • 45,3

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 454 M€
  • 363 M€
  • 272 M€
  • 182 M€
  • 91 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,2 %
  • 2012+4,2 %
  • 2013-1,4 %
  • 2014+6,5 %
  • 319,5
  • 345,6
  • 360,2
  • 355,1
  • 378,3

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 550 €
  • 440 €
  • 330 €
  • 220 €
  • 110 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,8 %
  • 2012+3,8 %
  • 2013-1,6 %
  • 2014+6,3 %
  • 391,4
  • 422
  • 438
  • 431
  • 458

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 118 M€
  • 94 M€
  • 71 M€
  • 47 M€
  • 24 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,6 %
  • 2012-22,3 %
  • 2013-9,6 %
  • 2014-4,8 %
  • 86,3
  • 98
  • 76,1
  • 68,8
  • 65,5

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 144 €
  • 115 €
  • 86 €
  • 58 €
  • 29 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,5 %
  • 2012-22,5 %
  • 2013-10,8 %
  • 2014-4,8 %
  • 105,7
  • 120
  • 93
  • 83
  • 79

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 52 M€
  • 42 M€
  • 31 M€
  • 21 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,5 %
  • 2012+3,8 %
  • 2013-2,4 %
  • 2014+7,9 %
  • 40,4
  • 39,8
  • 41,3
  • 40,3
  • 43,5

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 64 €
  • 51 €
  • 38 €
  • 25 €
  • 13 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,0 %
  • 2012+2,0 %
  • 2013-2,0 %
  • 2014+8,2 %
  • 49,5
  • 49
  • 50
  • 49
  • 53

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 70 M€
  • 56 M€
  • 42 M€
  • 28 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+26,6 %
  • 2012-40,1 %
  • 2013-18,1 %
  • 2014-22,8 %
  • 45,9
  • 58,1
  • 34,8
  • 28,5
  • 22

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 85 €
  • 68 €
  • 51 €
  • 34 €
  • 17 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+26,3 %
  • 2012-40,8 %
  • 2013-16,7 %
  • 2014-22,9 %
  • 56,2
  • 71
  • 42
  • 35
  • 27

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 33,6%

2013 : 41,4%

2012 : 45,7%

2011 : 59,4%

2010 : 53,2%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 75 M€
  • 60 M€
  • 45 M€
  • 30 M€
  • 15 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,1 %
  • 2012+22,0 %
  • 2013-16,4 %
  • 2014+6,7 %
  • 62,9
  • 50,9
  • 62,1
  • 51,9
  • 55,4

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 93 €
  • 74 €
  • 56 €
  • 37 €
  • 19 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,6 %
  • 2012+22,6 %
  • 2013-17,1 %
  • 2014+6,3 %
  • 77,1
  • 62
  • 76
  • 63
  • 67

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 14 M€
  • 11 M€
  • 8 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,8 %
  • 20120,0 %
  • 2013-4,3 %
  • 20140,0 %
  • 11,6
  • 9,3
  • 9,3
  • 8,9
  • 8,9

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 17 €
  • 14 €
  • 10 €
  • 7 €
  • 3 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-22,5 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 14,2
  • 11
  • 11
  • 11
  • 11

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 63 M€
  • 51 M€
  • 38 M€
  • 25 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,9 %
  • 2012+26,9 %
  • 2013-18,6 %
  • 2014+8,1 %
  • 51,3
  • 41,6
  • 52,8
  • 43
  • 46,5

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 77 €
  • 61 €
  • 46 €
  • 31 €
  • 15 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-18,9 %
  • 2012+25,5 %
  • 2013-18,8 %
  • 2014+7,7 %
  • 62,9
  • 51
  • 64
  • 52
  • 56

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 551 M€
  • 441 M€
  • 331 M€
  • 220 M€
  • 110 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+13,2 %
  • 2014+3,3 %
  • 392,7
  • 444,5
  • 459,1

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 667 €
  • 534 €
  • 400 €
  • 267 €
  • 133 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,0 %
  • 2012+23,5 %
  • 2013+13,0 %
  • 2014+3,0 %
  • 411,7
  • 387
  • 478
  • 540
  • 556

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 69 M€
  • 56 M€
  • 42 M€
  • 28 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+4,7 %
  • 2014+3,8 %
  • 53,3
  • 55,8
  • 57,9

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 84 €
  • 67 €
  • 50 €
  • 34 €
  • 17 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,9 %
  • 2012+10,2 %
  • 2013+4,6 %
  • 2014+2,9 %
  • 51,8
  • 59
  • 65
  • 68
  • 70

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 81,5%

2013 : 69,2%

2012 : 79,7%

2011 : 82,5%

2010 : 67,2%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1001 €
  • 801 €
  • 600 €
  • 400 €
  • 200 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,1 %
  • 2012+3,6 %
  • 2013-1,2 %
  • 2014+2,2 %
  • 751,2
  • 797
  • 826
  • 816
  • 834

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 447 €
  • 358 €
  • 268 €
  • 179 €
  • 89 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-19,4 %
  • 2012+2,3 %
  • 2013-3,3 %
  • 2014+2,7 %
  • 372,4
  • 300
  • 307
  • 297
  • 305

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1086 €
  • 869 €
  • 652 €
  • 434 €
  • 217 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,6 %
  • 2012+4,2 %
  • 20130,6 %
  • 20140,6 %
  • 821
  • 859
  • 895
  • 900
  • 905

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 186 €
  • 149 €
  • 112 €
  • 74 €
  • 37 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,3 %
  • 2012-21,3 %
  • 2013+5,7 %
  • 2014-1,6 %
  • 147,2
  • 155
  • 122
  • 129
  • 127

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 667 €
  • 534 €
  • 400 €
  • 267 €
  • 133 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,0 %
  • 2012+23,5 %
  • 2013+13,0 %
  • 2014+3,0 %
  • 411,7
  • 387
  • 478
  • 540
  • 556

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 217 €
  • 174 €
  • 130 €
  • 87 €
  • 43 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,3 %
  • 2012-0,6 %
  • 2013-0,6 %
  • 2014-3,9 %
  • 180,5
  • 181
  • 180
  • 179
  • 172

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 20,8%

2013 : 20,3%

2012 : 19,8%

2011 : 20,2%

2010 : 20,9%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 67,4%

2011 : 63,5%

2010 : 84,1%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 98,2%

2013 : 96,7%

2012 : 98,1%

2011 : 98,5%

2010 : 96,9%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 14,1%

2013 : 14,3%

2012 : 13,6%

2011 : 18%

2010 : 17,9%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 61,5%

2013 : 60%

2012 : 53,4%

2011 : 45%

2010 : 50,2%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 991112
  • 792890
  • 594667
  • 396445
  • 198222
  • 0
  • 2010
  • 20110,4 %
  • 20120,3 %
  • 20130,3 %
  • 20140,3 %
  • 816 142
  • 819 190
  • 821 568
  • 823 668
  • 825 927

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 19819
  • 15855
  • 11892
  • 7928
  • 3964
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,1 %
  • 2012+2,9 %
  • 2013+5,9 %
  • 20140,0 %
  • 14 699
  • 15 153
  • 15 593
  • 16 516
  • 16 516

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement de l'Oise a une superficie de 5 860 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,3%

En 2013 le TCAM est de + 0,4%

En 2012 le TCAM est de + 0,4%

En 2011 le TCAM est de + 0,5%

En 2010 le TCAM est de + 0,5%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 19,5% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 18,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 18,4% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 17,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 17,4% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Oise (60) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Oise depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 350 854 personnes.
  • En l'an 1901 : 407 808 personnes.
  • En l'an 1990 : 725 603 personnes.
  • En l'an 2009 : 821 568 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
350 854 372 676 375 817 385 124 397 725 398 641 398 868 406 028 403 857
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
396 085 401 417 401 274 396 804 401 618 404 555 403 146 401 835 404 511
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
407 808 410 049 411 028 387 760 405 971 407 432 402 569 396 724 435 308
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
481 289 540 988 606 320 661 781 725 603 766 441 821 568