FR 62

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
DU PAS DE CALAIS (62)
 

 
Le point rouge sur la carte vous donne la position du département du Pas de Calais 62 sur la carte de France.
Contacter le Conseil General du Pas de Calais (62). Contacter le Conseil General du Pas de Calais (62).

Bienvenue dans le département du Pas de Calais (62) qui se situe dans la Région Nord Pas de Calais Picardie.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, Rue Ferdinand Buisson, 62018 ARRAS Cedex 9

 Téléphone : +33 (0)3 21 21 62 62

Page de contact officielle

 Site Internet Officiel :http://www.pasdecalais.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/pages/Pas-de-Calais-Mon-d%C3%A9partement/215022941894202

 Twitter Officiel :https://twitter.com/CG_62

 Flux d'actualités (RSS) Officiel :http://www.pasdecalais.fr/flux-rss

 Google+ Officiel :https://plus.google.com/+conseilgeneral62/posts

Blason et logo
Département du Pas de Calais


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Arras.

Blason et Armes du département du Pas de Calais 62 Ancien logo du Conseil Général du Pas de Calais 62  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental du Pas de Calais 62

Président du Conseil Départemental

Monsieur Michel Dagbert

Né le 28 janvier en 1962 (54 ans) à Barlin (Pas de Calais).

En fonction depuis le 23/06/2014.

Nuance politique : Parti Socialiste (PS)

Découvrez la liste des mairies dans le département du Pas de Calais.

Consultez la préfecture du département du Pas de Calais.

Le conseil général du Pas de Calais est dans la Région : Nord Pas de Calais Picardie.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département du Pas de Calais (62).


Le département du Pas de Calais est composée de 78 conseillers départementaux

Le departement
du Pas de Calais

a une superficie de
6671 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 1463628 personnes avec une densite de 219 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général du Pas de Calais intègre 7 arrondissements, avec 39 cantons.
  •  Vous trouverez 894 communes dans le Conseil Départemental du Pas de Calais.

Le département du Pas de Calais en quelques mots :

L’histoire du Pas-de-Calais est profondément désolée jusqu’à ce qu’ils entrent en grâce lors de la révolution industrielle. Malheureusement ils essuient aujourd’hui le contrecoup d’une reconversion mal engagée.


Il y fait un climat océanique qui implique un écart thermique peu important, un ensoleillement timide et des précipitations fréquentes, mais peu abondantes.


L’économie du département repose encore beaucoup sur son industrie, ce qui doit tendre à se transformer dans les années à venir. Un chômage élevé (12.9% en 2015) explique la perte de vitesse du Pas-de-Calais, bien qu’il fasse partie de la 4ème région contributrice de France.


Allez visiter le Pas-de-Calais, mais surtout, avant de longer le littoral et de profiter de Boulogne-sur-Mer, faites une halte à Arras ainsi qu’à Calais, pour vous délecter de deux villes magnifiques, aux histoires impressionnantes.


Le Pas-de-Calais, c’est aussi le nord : on n’échappe pas à leurs délicieuses moules-frites, à leur Maroilles et à l’emblème du département : le chicon !


FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Histoire et situation géographique

Le département du Pas-de-Calais fait partie de la région Nord-Pas-de-Calais et sa préfecture est la belle ville d’Arras.

Alors que César occupe la vallée de la Somme après une victoire écrasante sur tous les peuples de Gaule en 57 avant notre ère, les Morins et les Atrébates se soumettent à l’envahisseur sans beaucoup plus de résistance. Ils se suppléèrent alors à la cité de Reims devenue la capitale de la Gaule Belge par l’impériale décision de l’empire romain.

Jusqu’au IVe siècle, le Pas-de-Calais est assommé par les taxes, mais profite d’une dynamique gallo-romaine exceptionnelle. Le commerce et l’agriculture connaissent une poussée sans précédent. Malheureusement, le département subit une série d’invasions et de ravages dont celle des Francs en 276 de notre ère, nos ancêtres qui n’avaient alors pas encore l’intention de constituer un royaume tel qu’on le connaît. Dès lors, l’évangélisation du territoire du Pas-de-Calais se fait rapidement et on voit d’ores et déjà émerger des diocèses qu’on reconnaît aujourd’hui : Arras et Thérouanne.

Toute la période qui sépare les Pas-de-Calaisiens du XIème siècle est faite de désolation à cause des invasions normandes qui ne cessent de déferler sur ses terres. Fort heureusement, les grands souverains flamands qui reprirent le flambeau apportèrent un nouveau souffle au département qui put profiter de leur talent de commerçants ! C’est dans ce ferment que s’élève un mouvement qui fera de la région l’une des plus dynamiques d’Europe, à la suite de l’inclusion de l’Artois au royaume de France grâce à Philippe Auguste. Une fois de plus cependant, les fléaux s’abattent sur le pauvre département du Pas-de-Calais qui essuie les ravages de la Peste dans une mesure qui dépasse l’entendement aujourd’hui. Elle dura notamment un temps relativement exceptionnel pour l’époque étant donné que l’épidémie y cessa à la fin du Moyen-Âge.

Alors que la mort noire disparait, c’est au tour de Charles Quint de choisir le « Patz-de-Calais » (désignant initialement l’espace qui séparait la France et l’Angleterre) comme champ de bataille. Arras en subit le plus les fureurs, autant que celles de la Terreur qui y trouve l’un de ses sièges les plus confortables en 1790. Enfin, en 1841 des sites miniers de charbon sont découverts à Oignies, ce qui signa le début d’une ère industrielle particulièrement florissante dans le département. Malheureusement, les revers de la modernisation y ont été ressentis avec une importante amplitude.

Climat

Le climat dans le Pas-de-Calais est de nature océanique et l’amplitude thermique y est faible, quoi qu’en disent les nombreux stéréotypes sur cette région, il n’y fait pas spécialement froid ! En effet, on note une moyenne hivernale de 3.5°C et une moyenne estivale allant jusqu’à 16°C, ce qui n’est pas des mauvaises températures pour un département qui a la réputation de ne jamais dépasser le 0 emblématique ! Cependant, on ne pourra réhabiliter pour eux le nombre d’heures de soleil qui reste toujours assez discret, avec une moyenne annuelle de 1628 heures. Quant aux précipitations, elles y sont soutenues tout au long de l’année, et d’une quantité moyenne, entre 700 et 750mm.

Economie, entreprise, agricole, industriel

Comme nous l’avons vu lorsqu’on a parlé de l’histoire du Pas-de-Calais, le département a profité d’une très bonne ère industrielle qui lui a permis de faire croître des villes aussi emblématiques qu’Arras et Calais. Malheureusement, cette dynamique ne s’est pas maintenue et a dû faire l’objet d’une reconversion.

Tout d’abord, revenons-en aux racines : le Pas-de-Calais est le seul département où des villes comme Arras recensent une consommation plus importante en bière qu’en eau. L’activité brassicole y est donc plus que primordiale, et ce, depuis le VIIème siècle ! Cependant, la production belge ayant fait beaucoup d’ombre à la bière du département, on constate un déclin radical des exploitations, au profit d’autres produits comme le chicon (endive), qui y est produit en quantités astronomiques : 200 000 tonnes par an, pour 55% de la population mondiale !

En ce qui concerne le secteur secondaire, il est en crise comme chacun le sait. Cependant, malgré ce statut de difficulté sensible à la reconversion, l’industrie recouvre encore aujourd’hui une grande part de l’activité du département. Elle recense à elle seule 65 800 salariés, constituant 31% des emplois du Pas-de-Calais. Un pourcentage assez exorbitant surtout si on consulte son degré de tertiarisation qui n’a réussi aujourd’hui à atteindre que les 2/3 des emplois, ce qui est assez faible au regard du reste du territoire qui dépasse aisément en moyenne les 75%.

Le Pas-de-Calais fait partie malheureusement des départements au taux de chômage les plus élevés de France puisqu’il s’élevait en 2015 à 12.9%.

Attractivité touristique

Le Pas-de-Calais regorge de charmes et de très beaux endroits à découvrir, plus encore que notre cinéma a bien voulu en faire connaître.

Arras dénote par rapport aux autres villes du nord comme Lille, mais elle est solidaire aussi de l’esprit du Nord-Pas-de-Calais. Cette solidarité se ressent dans l’esprit qui remplit la cité, cette dynamique jeune et impétueuse, autant que la tradition culinaire et l’organisation du tissu urbain. La Place des Héros et ses arcades régulières donnent l’impression d’une petite ville en fête, où un carnaval et des célébrations ne demandent qu’à s’inviter. Les nombreux estaminets de la ville vous feront découvrir la chaleur du Pas-de-Calais et son entrain, autour d’une bonne bière de pays ! Cependant, Arras est aussi une ville exceptionnelle grâce à ses deux magnifiques places du Beffroi et de la Citadelle, toutes deux recensées au patrimoine mondial de l’UNESCO !

Enfin Calais, la porte vers l’Angleterre, est aussi une ville qui doit attirer notre intérêt. Sa situation fait d’elle un espace de transition où toutes les rencontres sont permises et où les événements abondent. D’un autre côté, quand on a un si beau Théâtre que le Théâtre National de Calais, pourquoi s’en priver ?

Saveurs

La tradition a la peau dure dans le Pas-de-Calais, tant et si bien que lorsqu’elle est partagée, elle est indéboulonnable ! En effet, les moules-frites sont plus qu’une institution dans le Pas-de-Calais, il s’agit d’un emblème et d’un art de préparation ! Le Calaisis ne s’en laissera jamais distraire, et quiconque aime ce plat, sait qu’il faut à tout prix en profiter lorsqu’on passe par le département.

Le chicon, autre symbole du département qui fait pousser 80% de la production nationale, y est cuisiné à toutes les sauces. Mais la plus connue reste l’endive au jambon, petit plat du dimanche dont tous les enfants raffolent !

Enfin, la Mimolette, le Maroilles et la boulette d’Avesnes sont tous les trois les fromages qu’on déguste au couteau, ou cuisinés chez votre petit estaminet du coin. Il vous sera interdit de repartir de là, sans y avoir goûté !

Le Saviez-vous ?

La Côte d’Opale, principal lieu touristique côtier du département, tire son nom de sa lumière chimérique qui fascina même Turner qui peignit de nombreuses toiles en s’en inspirant.

Les habitants des départements du nord portent depuis des siècles le sobriquet de « Boyaux rouges ». Nous ne savons encore aujourd’hui pas exactement pourquoi.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
du Pas de Calais (62)

 
 
FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 2076 M€
  • 1661 M€
  • 1246 M€
  • 830 M€
  • 415 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,2 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013+7,3 %
  • 2014+2,2 %
  • 1 557,7
  • 1 555,1
  • 1 577,3
  • 1 691,9
  • 1 729,9

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1393 €
  • 1115 €
  • 836 €
  • 557 €
  • 279 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,3 %
  • 2012+1,2 %
  • 2013+7,3 %
  • 2014+2,2 %
  • 1 049,2
  • 1 046
  • 1 059
  • 1 136
  • 1 161

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 1707 M€
  • 1366 M€
  • 1024 M€
  • 683 M€
  • 341 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,9 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+3,8 %
  • 1 303,5
  • 1 315,1
  • 1 333,4
  • 1 371,3
  • 1 422,8

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1146 €
  • 917 €
  • 688 €
  • 458 €
  • 229 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,7 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+3,7 %
  • 878
  • 884
  • 896
  • 921
  • 955

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 385 M€
  • 308 M€
  • 231 M€
  • 154 M€
  • 77 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,6 %
  • 2012+1,6 %
  • 2013+31,4 %
  • 2014-4,2 %
  • 254,2
  • 240
  • 243,9
  • 320,6
  • 307,1

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 258 €
  • 206 €
  • 155 €
  • 103 €
  • 52 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,0 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+31,1 %
  • 2014-4,2 %
  • 171,2
  • 161
  • 164
  • 215
  • 206

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 2076 M€
  • 1661 M€
  • 1246 M€
  • 830 M€
  • 415 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,2 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013+7,3 %
  • 2014+2,2 %
  • 1 557,7
  • 1 555,1
  • 1 577,3
  • 1 691,9
  • 1 729,9

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1393 €
  • 1115 €
  • 836 €
  • 557 €
  • 279 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,3 %
  • 2012+1,2 %
  • 2013+7,3 %
  • 2014+2,2 %
  • 1 049,2
  • 1 046
  • 1 059
  • 1 136
  • 1 161

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 1780 M€
  • 1424 M€
  • 1068 M€
  • 712 M€
  • 356 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014+5,0 %
  • 1 371,3
  • 1 373,5
  • 1 393,3
  • 1 413,2
  • 1 483,5

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1194 €
  • 955 €
  • 716 €
  • 478 €
  • 239 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+1,3 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014+4,8 %
  • 923,7
  • 924
  • 936
  • 949
  • 995

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 334 M€
  • 268 M€
  • 201 M€
  • 134 M€
  • 67 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,5 %
  • 2012+1,3 %
  • 2013+51,5 %
  • 2014-11,6 %
  • 186,3
  • 181,6
  • 184
  • 278,7
  • 246,4

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 224 €
  • 180 €
  • 135 €
  • 90 €
  • 45 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,8 %
  • 2012+1,6 %
  • 2013+50,8 %
  • 2014-11,8 %
  • 125,5
  • 122
  • 124
  • 187
  • 165

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 354 M€
  • 283 M€
  • 212 M€
  • 142 M€
  • 71 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,2 %
  • 2012+2,8 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014+3,8 %
  • 262,1
  • 270,5
  • 278,2
  • 284,4
  • 295,1

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 238 €
  • 190 €
  • 143 €
  • 95 €
  • 48 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,1 %
  • 2012+2,7 %
  • 2013+2,1 %
  • 2014+3,7 %
  • 176,6
  • 182
  • 187
  • 191
  • 198

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 167 M€
  • 133 M€
  • 100 M€
  • 67 M€
  • 33 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,0 %
  • 2012-3,3 %
  • 20130,5 %
  • 2014+1,4 %
  • 139
  • 133,5
  • 129,1
  • 129,8
  • 131,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 112 €
  • 90 €
  • 67 €
  • 45 €
  • 22 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,9 %
  • 2012-3,3 %
  • 20130,0 %
  • 2014+1,1 %
  • 93,7
  • 90
  • 87
  • 87
  • 88

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 13 M€
  • 10 M€
  • 8 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,9 %
  • 2012-2,9 %
  • 2013-6,9 %
  • 2014+9,5 %
  • 10,6
  • 10,5
  • 10,2
  • 9,5
  • 10,4

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 9 €
  • 7 €
  • 5 €
  • 3 €
  • 2 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,4 %
  • 2012-1,4 %
  • 2013-7,2 %
  • 2014+9,4 %
  • 7,1
  • 7
  • 6,9
  • 6,4
  • 7

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 12 M€
  • 10 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 2013+18,7 %
  • 2014+12,4 %
  • 7,5
  • 7,5
  • 7,5
  • 8,9
  • 10

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 1177 M€
  • 942 M€
  • 706 M€
  • 471 M€
  • 235 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,1 %
  • 2012+1,6 %
  • 2013+3,6 %
  • 2014+3,9 %
  • 862,1
  • 897,2
  • 911,7
  • 944,3
  • 980,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 790 €
  • 632 €
  • 474 €
  • 316 €
  • 158 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,8 %
  • 2012+1,5 %
  • 2013+3,6 %
  • 2014+3,8 %
  • 580,7
  • 603
  • 612
  • 634
  • 658

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 641 M€
  • 513 M€
  • 385 M€
  • 256 M€
  • 128 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-33,0 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+4,0 %
  • 2014+9,5 %
  • 534,2
  • 358,1
  • 364,8
  • 379,5
  • 415,4

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 432 €
  • 345 €
  • 259 €
  • 173 €
  • 86 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-33,0 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013+4,1 %
  • 2014+9,4 %
  • 359,8
  • 241
  • 245
  • 255
  • 279

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 630 M€
  • 504 M€
  • 378 M€
  • 252 M€
  • 126 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,0 %
  • 2012+6,0 %
  • 20130,4 %
  • 2014-1,1 %
  • 461,5
  • 493,8
  • 523,4
  • 525,4
  • 519,6

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 413 M€
  • 331 M€
  • 248 M€
  • 165 M€
  • 83 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,1 %
  • 20120,0 %
  • 2013-0,4 %
  • 2014-2,3 %
  • 344
  • 344,4
  • 344,5
  • 343,2
  • 335,2

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 629 M€
  • 503 M€
  • 377 M€
  • 252 M€
  • 126 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+44,0 %
  • 2012-3,6 %
  • 20130,1 %
  • 2014+7,6 %
  • 350,6
  • 504,9
  • 486,7
  • 487,1
  • 524

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 422 €
  • 338 €
  • 253 €
  • 169 €
  • 84 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+43,6 %
  • 2012-3,5 %
  • 20130,0 %
  • 2014+7,6 %
  • 236,1
  • 339
  • 327
  • 327
  • 352

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 127 M€
  • 102 M€
  • 76 M€
  • 51 M€
  • 25 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+17,1 %
  • 2012+7,1 %
  • 2013-4,3 %
  • 2014+18,0 %
  • 75
  • 87,8
  • 94
  • 90
  • 106,2

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 250 M€
  • 200 M€
  • 150 M€
  • 100 M€
  • 50 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+165,2 %
  • 2012-8,2 %
  • 2013-0,8 %
  • 2014+5,2 %
  • 78,7
  • 208,7
  • 191,6
  • 190,1
  • 200

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 228 M€
  • 182 M€
  • 137 M€
  • 91 M€
  • 46 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,3 %
  • 2012-7,8 %
  • 2013+1,3 %
  • 2014+5,7 %
  • 180,4
  • 190
  • 175,2
  • 177,4
  • 187,5

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 41,6 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 6,5 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0,7 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 851,5 M€

2011 : 863 M€

2010 : 884,8 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 572 €

2011 : 580 €

2010 : 596 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 61,1%

2011 : 62,8%

2010 : 64,5%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : - 1,3%

2011 : - 2,5%

2010 : + 7,9%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 221 M€

2011 : 208,8 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 19,90%

2011 : 19,51%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 6,5%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 532 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 2,2%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 506,1 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 254 M€
  • 203 M€
  • 152 M€
  • 101 M€
  • 51 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,4 %
  • 2012+3,9 %
  • 2013+13,7 %
  • 2014+20,5 %
  • 162,3
  • 148,6
  • 154,4
  • 175,5
  • 211,4

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 54 M€
  • 43 M€
  • 32 M€
  • 22 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,5 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013+5,7 %
  • 2014-7,1 %
  • 41,8
  • 41,6
  • 42,4
  • 44,8
  • 41,6

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 119 M€
  • 95 M€
  • 71 M€
  • 47 M€
  • 24 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,4 %
  • 2012-5,7 %
  • 2013+112,2 %
  • 2014-48,1 %
  • 48,7
  • 49,4
  • 46,6
  • 98,9
  • 51,3

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 68,8%

2013 : 54,8%

2012 : 63,3%

2011 : 61,9%

2010 : 63,9%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 13,5%

2013 : 14%

2012 : 17,4%

2011 : 17,3%

2010 : 16,4%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 16,7%

2013 : 30,8%

2012 : 19,1%

2011 : 20,6%

2010 : 19,2%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 63 M€
  • 50 M€
  • 38 M€
  • 25 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,1 %
  • 2012-6,0 %
  • 2013-1,9 %
  • 2014-21,6 %
  • 52,3
  • 51,7
  • 48,6
  • 47,7
  • 37,4

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 34 M€
  • 27 M€
  • 20 M€
  • 13 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-25,0 %
  • 2012+6,2 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 28
  • 21
  • 22,3
  • 22,3
  • 22,3

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 1 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0 M€
  • 0 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 20140,0 %
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 272 M€
  • 218 M€
  • 163 M€
  • 109 M€
  • 54 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,7 %
  • 2012+2,2 %
  • 2013+73,5 %
  • 2014-12,3 %
  • 124,6
  • 128
  • 130,8
  • 227
  • 199

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 15,2%

2013 : 17,1%

2012 : 26,4%

2011 : 28,5%

2010 : 28,1%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 9,1%

2013 : 8%

2012 : 12,1%

2011 : 11,6%

2010 : 15%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 0,4%

2013 : 0,4%

2012 : 0,5%

2011 : 0,6%

2010 : 0,5%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 80,8%

2013 : 81,5%

2012 : 71,1%

2011 : 70,5%

2010 : 66,8%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 90 M€
  • 72 M€
  • 54 M€
  • 36 M€
  • 18 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-12,6 %
  • 2012+2,3 %
  • 2013-24,6 %
  • 2014+39,2 %
  • 75,4
  • 65,9
  • 67,4
  • 50,8
  • 70,7

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 61 €
  • 49 €
  • 37 €
  • 24 €
  • 12 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,4 %
  • 2012+2,3 %
  • 2013-24,4 %
  • 2014+38,2 %
  • 50,8
  • 44
  • 45
  • 34
  • 47

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 81 M€
  • 65 M€
  • 49 M€
  • 33 M€
  • 16 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,9 %
  • 2012+2,6 %
  • 2013-30,1 %
  • 2014+44,9 %
  • 67,8
  • 58,4
  • 59,9
  • 41,9
  • 60,7

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 55 €
  • 44 €
  • 33 €
  • 22 €
  • 11 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-14,0 %
  • 2012+1,8 %
  • 2013-30,0 %
  • 2014+46,4 %
  • 45,7
  • 39,3
  • 40
  • 28
  • 41

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 23 M€
  • 18 M€
  • 14 M€
  • 9 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-52,9 %
  • 2012+48,9 %
  • 2013-524,6 %
  • 2014-116,5 %
  • 19,1
  • 9
  • 13,4
  • -56,9
  • 9,4

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 15 €
  • 12 €
  • 9 €
  • 6 €
  • 3 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-53,5 %
  • 2012+50,0 %
  • 2013-522,2 %
  • 2014-115,8 %
  • 12,9
  • 6
  • 9
  • -38
  • 6

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 1199 M€
  • 960 M€
  • 720 M€
  • 480 M€
  • 240 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,3 %
  • 20120,7 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+2,7 %
  • 901
  • 940,1
  • 946,8
  • 972,8
  • 999,5

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 805 €
  • 644 €
  • 483 €
  • 322 €
  • 161 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,1 %
  • 20120,6 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+2,8 %
  • 606,9
  • 632
  • 636
  • 653
  • 671

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 1133 M€
  • 907 M€
  • 680 M€
  • 453 M€
  • 227 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,3 %
  • 2012+6,2 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014-2,2 %
  • 828,7
  • 864,7
  • 918,3
  • 944,4
  • 923,5

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 761 €
  • 609 €
  • 456 €
  • 304 €
  • 152 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,1 %
  • 2012+6,2 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014-2,2 %
  • 558,2
  • 581
  • 617
  • 634
  • 620

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 64,9%

2013 : 68,9%

2012 : 68,9%

2011 : 65,8%

2010 : 63,6%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 70,3%

2013 : 70,9%

2012 : 71%

2011 : 71,5%

2010 : 69,1%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 1168 M€
  • 935 M€
  • 701 M€
  • 467 M€
  • 234 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,5 %
  • 20120,9 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+2,8 %
  • 873,9
  • 912,9
  • 921
  • 946,8
  • 973,5

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 784 €
  • 627 €
  • 470 €
  • 313 €
  • 157 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,3 %
  • 20120,8 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014+2,7 %
  • 588,6
  • 614
  • 619
  • 636
  • 653

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 384 M€
  • 307 M€
  • 230 M€
  • 154 M€
  • 77 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,7 %
  • 2012-2,2 %
  • 2013+3,2 %
  • 2014+4,1 %
  • 277,7
  • 304,5
  • 297,7
  • 307,3
  • 319,9

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 209 M€
  • 167 M€
  • 126 M€
  • 84 M€
  • 42 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,7 %
  • 2012-3,0 %
  • 2013-2,1 %
  • 2014+1,3 %
  • 174,4
  • 173,1
  • 167,9
  • 164,4
  • 166,6

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 1077 M€
  • 862 M€
  • 646 M€
  • 431 M€
  • 215 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,5 %
  • 20120,8 %
  • 2013+2,9 %
  • 2014+3,3 %
  • 802
  • 837,8
  • 844,8
  • 869,5
  • 897,8

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 722 €
  • 578 €
  • 433 €
  • 289 €
  • 144 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,2 %
  • 20120,7 %
  • 2013+3,0 %
  • 2014+3,1 %
  • 540,2
  • 563
  • 567
  • 584
  • 602

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 172 M€
  • 137 M€
  • 103 M€
  • 69 M€
  • 34 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,5 %
  • 2012-1,3 %
  • 2013+13,7 %
  • 2014+11,2 %
  • 117,8
  • 114,8
  • 113,3
  • 128,8
  • 143,2

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 115 €
  • 92 €
  • 69 €
  • 46 €
  • 23 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,9 %
  • 2012-1,3 %
  • 2013+13,2 %
  • 2014+11,6 %
  • 79,3
  • 77
  • 76
  • 86
  • 96

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 90 M€
  • 72 M€
  • 54 M€
  • 36 M€
  • 18 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-1,0 %
  • 2012+3,6 %
  • 2013+6,6 %
  • 2014+2,2 %
  • 67,5
  • 66,8
  • 69,2
  • 73,8
  • 75,4

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 61 €
  • 49 €
  • 37 €
  • 24 €
  • 12 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,9 %
  • 2012+4,4 %
  • 2013+6,4 %
  • 2014+2,0 %
  • 45,4
  • 45
  • 47
  • 50
  • 51

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 81 M€
  • 65 M€
  • 49 M€
  • 33 M€
  • 16 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-4,8 %
  • 2012-7,9 %
  • 2013+24,7 %
  • 2014+23,3 %
  • 50,3
  • 47,9
  • 44,1
  • 55
  • 67,8

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 54 €
  • 43 €
  • 32 €
  • 22 €
  • 11 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,6 %
  • 2012-6,3 %
  • 2013+23,3 %
  • 2014+21,6 %
  • 33,9
  • 32
  • 30
  • 37
  • 45

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 47,3%

2013 : 42,7%

2012 : 38,9%

2011 : 41,8%

2010 : 42,7%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 142 M€
  • 113 M€
  • 85 M€
  • 57 M€
  • 28 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,9 %
  • 2012-4,1 %
  • 2013-3,3 %
  • 2014+13,0 %
  • 118
  • 101,6
  • 97,4
  • 94,2
  • 106,4

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 95 €
  • 76 €
  • 57 €
  • 38 €
  • 19 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-14,4 %
  • 2012-4,4 %
  • 2013-3,1 %
  • 2014+12,7 %
  • 79,4
  • 68
  • 65
  • 63
  • 71

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 27 M€
  • 22 M€
  • 16 M€
  • 11 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-17,3 %
  • 2012-17,1 %
  • 2013-23,2 %
  • 20140,0 %
  • 22,6
  • 18,7
  • 15,5
  • 11,9
  • 11,9

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 18 €
  • 15 €
  • 11 €
  • 7 €
  • 4 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-14,5 %
  • 2012-23,1 %
  • 2013-20,0 %
  • 20140,0 %
  • 15,2
  • 13
  • 10
  • 8
  • 8

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 114 M€
  • 92 M€
  • 69 M€
  • 46 M€
  • 23 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,1 %
  • 2012-1,2 %
  • 20130,5 %
  • 2014+14,7 %
  • 95,4
  • 82,9
  • 81,9
  • 82,3
  • 94,4

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 77 €
  • 62 €
  • 46 €
  • 31 €
  • 15 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-12,8 %
  • 2012-1,8 %
  • 20130,0 %
  • 2014+14,5 %
  • 64,2
  • 56
  • 55
  • 55
  • 63

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 558 M€
  • 446 M€
  • 335 M€
  • 223 M€
  • 112 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+1,1 %
  • 20140,7 %
  • 456,3
  • 461,4
  • 464,8

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 374 €
  • 300 €
  • 225 €
  • 150 €
  • 75 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,9 %
  • 2012+4,4 %
  • 2013+1,3 %
  • 20140,6 %
  • 274,2
  • 293
  • 306
  • 310
  • 312

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 129 M€
  • 103 M€
  • 78 M€
  • 52 M€
  • 26 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013+99,3 %
  • 2014-43,1 %
  • 54,1
  • 107,8
  • 61,3

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 86 €
  • 69 €
  • 52 €
  • 35 €
  • 17 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,3 %
  • 2012-5,3 %
  • 2013+100,0 %
  • 2014-43,1 %
  • 37,9
  • 38
  • 36
  • 72
  • 41

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 86,7%

2013 : 212%

2012 : 80,2%

2011 : 86,3%

2010 : 74,7%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1146 €
  • 917 €
  • 688 €
  • 458 €
  • 229 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,7 %
  • 2012+1,4 %
  • 2013+2,8 %
  • 2014+3,7 %
  • 878
  • 884
  • 896
  • 921
  • 955

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 432 €
  • 345 €
  • 259 €
  • 173 €
  • 86 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-33,0 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013-7,8 %
  • 2014+9,3 %
  • 359,8
  • 241
  • 245
  • 226
  • 247

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1194 €
  • 955 €
  • 716 €
  • 478 €
  • 239 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,0 %
  • 2012+1,3 %
  • 2013+1,4 %
  • 2014+4,8 %
  • 923,7
  • 924
  • 936
  • 949
  • 995

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 170 €
  • 136 €
  • 102 €
  • 68 €
  • 34 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-8,5 %
  • 2012+4,0 %
  • 2013+13,5 %
  • 2014+20,3 %
  • 109,3
  • 100
  • 104
  • 118
  • 142

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 374 €
  • 300 €
  • 225 €
  • 150 €
  • 75 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,9 %
  • 2012+4,4 %
  • 2013+1,3 %
  • 20140,6 %
  • 274,2
  • 293
  • 306
  • 310
  • 312

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 278 €
  • 223 €
  • 167 €
  • 111 €
  • 56 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,1 %
  • 2012-0,4 %
  • 2013-0,4 %
  • 2014-2,2 %
  • 231,7
  • 232
  • 231
  • 230
  • 225

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 20,7%

2013 : 20,7%

2012 : 20,9%

2011 : 20,6%

2010 : 20,1%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 59,8%

2011 : 62,7%

2010 : 101,1%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 99,4%

2013 : 104%

2012 : 99%

2011 : 99,3%

2010 : 98,6%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 14,3%

2013 : 12,4%

2012 : 11,1%

2011 : 10,8%

2010 : 11,8%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 31,3%

2013 : 32,6%

2012 : 32,7%

2011 : 31,7%

2010 : 29,7%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 1788617
  • 1430893
  • 1073170
  • 715447
  • 357723
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 20120,1 %
  • 20130,0 %
  • 20140,1 %
  • 1 484 667
  • 1 487 199
  • 1 488 951
  • 1 489 209
  • 1 490 514

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 63560
  • 50848
  • 38136
  • 25424
  • 12712
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,6 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013+4,1 %
  • 20140,0 %
  • 48 778
  • 50 041
  • 50 902
  • 52 967
  • 52 967

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement du Pas de Calais a une superficie de 6 671 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,1%

En 2013 le TCAM est de + 0,1%

En 2012 le TCAM est de + 0,1%

En 2011 le TCAM est de + 0,1%

En 2010 le TCAM est de + 0,1%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 21,3% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 20,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 20,5% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 20% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 19,6% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Pas de Calais (62) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Pas de Calais depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 535 394 personnes.
  • En l'an 1901 : 955 947 personnes.
  • En l'an 1990 : 1 433 203 personnes.
  • En l'an 2009 : 1 488 951 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
535 394 571 049 627 507 643 882 656 121 665 554 685 909 696 638 693 878
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
713 718 725 203 750 627 762 001 794 042 819 842 854 371 875 032 906 879
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
955 947 1 012 934 1 068 821 990 170 1 172 181 1 205 426 1 179 634 1 168 636 1 276 842
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
1 366 248 1 397 099 1 402 295 1 412 413 1 433 203 1 441 568 1 488 951