FR 71

CONSEIL GÉNÉRAL
DÉPARTEMENTAL
DU DÉPARTEMENT
SAÔNE ET LOIRE (71)
 

Besoin d'un renseignement ?
Contactez votre Conseil Général
Appelez le
118 007

Bienvenue dans le département Saône et Loire (71) qui se situe dans la Région Bourgogne Franche Comté.

Contact

 Adresse : Conseil Départemental, rue Lingendes, 71026 Macon Cedex 9

 Téléphone : +33 (0)3 85 39 66 00

Page de contact officielle

 Site Internet Officiel :http://www.cg71.fr

 Facebook Officiel :https://www.facebook.com/saoneetloire71

 Twitter Officiel :https://twitter.com/saoneetloire71

 Flux d'actualités (RSS) Officiel :http://www.cg71.fr/pratique/flux-rss/#.VL5_2y6Fu-s

 Google+ Officiel :https://plus.google.com/110060679413760653277/posts

 Daily Motion Officiel :http://www.dailymotion.com/Conseilgeneral71

Blason et logo du département Saône et Loire


La ville administrative la plus importante (chef Lieu)
est Mâcon.

Blason et Armes du département Saône et Loire 71 Ancien logo du Conseil Général Saône et Loire 71  avant qu'il change de nom Logo du Conseil Départemental Saône et Loire 71

Président du Conseil Départemental

Monsieur André Accary

Né le 8 juin en 1966 (50 ans)

En fonction depuis le 02/04/2015.

Nuance politique : Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

Découvrez la liste des mairies dans le département Saône et Loire.

Consultez la préfecture du département Saône et Loire.

Le conseil général Saône et Loire est dans la Région : Bourgogne Franche Comté.

Résultats des élections cantonales 2011 dans le département Saône et Loire (71).


Le département Saône et Loire est composé de 58 conseillers départementaux

Le departement
Saône et Loire

a une superficie de
8575 Km2.

  •  En 2012 la population représentait 555039 personnes avec une densite de 65 personnes par Km2.
  •  Le Conseil Général Saône et Loire intègre 5 arrondissements, avec 29 cantons.
  •  Vous trouverez 573 communes dans le Conseil Départemental Saône et Loire.

Le département Saône et Loire en quelques mots :

La Saône-et-Loire a pâtit assez violemment de son histoire, des batailles qui ont été livrées sur ses terres au profit de la domination de nombreux camps qui l’ont rendue très souvent meurtrie. Cependant, la Bourgogne étant à proximité, le département s’est toujours relevé et a toujours vu des jours meilleurs se profiler, jusqu’à nos jours.


Le climat de la Saône-et-Loire est tout ce qu’il y a de plus emblématique du climat continental : froid en hiver, chaud en été et ensoleillement avantageux.


L’économie de ce département fait partie de celles qui se portent bien, avec un taux de chômage qui ne dépasse pas 10%. Leur terroir et leur économie ne font qu’un, l’un dynamisant l’autre.


Si vous souhaitez visiter la Saône-et-Loire sans encombre, privilégiez un circuit optimum entre la Roche de Solutré, Autun, Bibracte et enfin Mâcon.


FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Histoire et situation géographique

Le département de la Saône-et-Loire fait partie de la région Bourgogne-Franche-Comté et sa préfecture est la cité Lamartine, j’ai nommé : Mâcon.

Comme leurs voisins de la Haute-Saône, la Saône-et-Loire était peuplée par les Eduens qui menaient, eux aussi, une guerre acharnée et véhémente contre leurs voisins les Séquanais. César, lorsqu’il franchit les Alpes, mit un point final à ces conflits insensés et établit sa domination sur la région, autant que sur l’ensemble de la Gaule. Même lorsque les Eduens se soulevèrent aux côtés de Sacrovir, c’était déjà trop tard. Vercingétorix avait déjà perdu.

Peu prospère, la Saône-et-Loire fut aussi l’une des régions qui ne furent pas défendues outre-mesure par l’empire romain lorsqu’il commença à chanceler. Les Huns, les Burgondes, puis les Francs se succédèrent à la tête de ce qui allait devenir le duché le plus puissant de France. L’Autunois prospéra aussi péniblement qu’il changea d’allégeance très régulièrement. On raconte que jamais une terre n’a été aussi tiraillée et violentée par les exactions et les guerres que la Saône-et-Loire, au cours des XIIème et XIIIème siècles. Le duché de Bourgogne ne récupère le Mâconnais qu’en 1247 et y restera jusqu’à ce que le duché rejoigne le royaume de France à la mort de Charles le Téméraire à Nancy en 1477. La guerre des Armagnacs contre les Bourguignons qui précéda cette intégration de la Bourgogne à la France, fut un désastre pour la Saône-et-Loire.

Les Guerres de religions achèvent les ressources du département, même après l’abjuration d’Henri IV. A cause de ces troubles, le département se tint quelque peu éloigné des troubles de la Fronde et des engagements huguenots réprimés par Louis XIII et Richelieu.

Le 4 mars 1790, le département est officiellement créé, dans un enthousiasme et une célébration à la mesure de la joie ressentie par l’ensemble de la Saône-et-Loire lors de la Révolution Française.

Climat

Le climat de la Saône-et-Loire est de nature continental, avec ses caractéristiques les plus typiques : un écart thermique annuel important, associé à une moyenne relativement élevée. La température moyenne hivernale est donc de 6°C en 2014 et de 20,5°C pour l’été.

Du point de vue de l’ensoleillement, la Haute-Saône est plus chanceuse que sa voisine la Haute-Saône puisqu’elle n’est presque pas affectée par des influences continentales. Le département est par conséquent souvent situé dans la première moitié des départements les plus ensoleillés de France. En 2014, par exemple, il était 29ème, et 48ème en 2013.

Economie, entreprise, agricole, industriel

L’agriculture de la Saône-et-Loire est restée très traditionnelle, renforçant aussi bien la viticulture que l’élevage de la très célèbre vache Charolaise ainsi que la Poule de Bresse. Des grands noms répondent de la culture et de la rigueur qui règne encore aujourd’hui en Saône-et-Loire. Pouilly Fuissé, Viré-Clésse, Moulin à vent, Chenas et j’en passe, attestent de concert cette même force agricole qu’on admire et qu’on respect dans le département.

L’industrie de son côté se porte aussi plutôt bien, avec plus d’un quart des emplois dans le secteur de l’agroalimentaire (Vitagora, Alimentec, etc.). 21% des emplois du département sont alloués à l’industrie et 46% de la masse salariale du Mâconnais y appartient. La Saône-et-Loire met un point d’honneur à entretenir une industrie à la fois solide et performante, dans le respect de ses employés. Aussi, c’est pour cette raison que le site industriel Itron de Mâcon a reçu en 2013 le prix de la meilleure usine de France !

Le tertiaire rassemble 68% des emplois du département, dont 29% non-marchands. Il faut comprendre que dans ce secteur, le souci du progrès est constant, de sorte que la Saône-et-Loire se place parmi les départements présentant une hausse importante dans la parité à l’emploi.

Attractivité touristique

Le département de la Saône-et-Loire assoit son tourisme sur ses paysages et sur sa tradition généreuse, qu’elle partage sans mal, surtout au niveau de ses vins et de son patrimoine historique.

Rendez-vous donc à la Roche de Solutré dans un premier temps, à la fois pour fouler la même terre que nos ancêtres jusqu’à 55 000 ans avant nous, pour admirer la spécificité de ces terres à la faune et à la flore unique, et enfin pour profiter du panorama unique d’un vignoble unique : le Pouilly et le Solutré Pouilly. Toujours dans la gloire de nos ancêtres, n’hésitez pas à visiter Bibracte, l’ancienne capitale des celtes Eduens qui s’étalait sur pas moins de 135 hectares ! Des vestiges inestimables y sont encore observables aujourd’hui, vous pourrez même à l’occasion visiter quelques-unes des terres où s’élèvent encore des structures aussi impressionnantes que la Porte du Rebout. Autun aussi, bien qu’il s’agisse aujourd’hui de la 10ème commune la plus peuplée de Bourgogne-Franche-Comté, garde de très beaux vestiges de cette époque, comme le surprenant temple de Janus par exemple. Ses fortifications médiévales viennent hybrider le profil de cette petite ville qui se présente de façon assez unique.

Le Massif du Morvan qui surgit entre les frontières départementales, propose lui aussi un lot d’activités, mais cette fois davantage orienté vers les sportifs. Le chemin Bibracte-Alésia est notamment l’un des plus connus et des plus périlleux puisqu’il rejoint les deux oppidums. Vous l’aurez compris, il s’agit d’un parcours pour les avertis !

Saveurs

Ah, le mâconnais. Que de petites spécialités à faire craquer à tout moment de la journée et à en réduire à néant le petit régime qu’on s’est promis de faire à l’entrée de l’été ou au sortir de l’hiver ! La charmante gaufrette mâconnaise, petites fille des oublies médiévales, se présente sous la forme d’un cigare d’une dizaine de centimètres de long, croquantes et sucrées. La piquenchâgne aussi, une tourte qui fleure bon la tradition franc-comtoise, fera les beaux jours de vos goûters ! De la pâte tendre, piquée de fruits frais entiers, posés sur le fond et cuits la tête en haut, voilà le petit plaisir coupable des fins de repas en Saône-et-Loire !

Pour rester très terroir, Mâcon a fait la part belle à l’œuf en meurette ainsi qu’à la gourmande gougère. Pour le premier, il s’agit d’un œuf mollet, placé dans une sauce au vin rouge et à l’échalote. La seconde est un genre de petite chouquette soufflée, généralement au fromage, et que toutes les bonnes boulangeries franc-comtoises et bourguignonnes vendent !

Le Saviez-vous ?

La Saône-et-Loire est le département le plus peuplé de Bourgogne.

Chalon dans la rue est l’un des plus grands festivals de théâtre de rue de France, et ce, depuis 1987. Vous vous en doutez, il a lieu à Chalon sur Saône.

STATISTIQUES

BUDGETS
DU CONSEIL GÉNÉRAL
Saône et Loire (71)

 
 
FERMER TOUS LES ACCORDÉONS CI DESSOUS

Les dépenses départementales (hors gestion active de la dette)

Dépenses totales en millions d'euros

  • 717 M€
  • 574 M€
  • 430 M€
  • 287 M€
  • 143 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,3 %
  • 20120,1 %
  • 20130,2 %
  • 2014+2,3 %
  • 584,7
  • 582,8
  • 583,3
  • 584,3
  • 597,7

Dépenses totales en euros par habitant

  • 1247 €
  • 997 €
  • 748 €
  • 499 €
  • 249 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,6 %
  • 2012-0,1 %
  • 20130,0 %
  • 2014+2,3 %
  • 1 023,6
  • 1 017
  • 1 016
  • 1 016
  • 1 039

Dépenses de fonctionnement
en millions d'euros

  • 568 M€
  • 454 M€
  • 341 M€
  • 227 M€
  • 114 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,6 %
  • 2012-1,2 %
  • 2013+1,2 %
  • 2014+2,8 %
  • 463,4
  • 460,6
  • 455,1
  • 460,7
  • 473,4

Dépenses de fonctionnement
en euros par habitant

  • 988 €
  • 790 €
  • 593 €
  • 395 €
  • 198 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,9 %
  • 2012-1,4 %
  • 2013+1,0 %
  • 2014+2,7 %
  • 811,3
  • 804
  • 793
  • 801
  • 823

Dépenses d'investissement
en millions d'euros

  • 154 M€
  • 123 M€
  • 92 M€
  • 61 M€
  • 31 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,7 %
  • 2012+4,9 %
  • 2013-3,5 %
  • 20140,6 %
  • 121,3
  • 122,1
  • 128,1
  • 123,6
  • 124,3

Dépenses d'investissement
en euros par habitant

  • 268 €
  • 214 €
  • 161 €
  • 107 €
  • 54 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,3 %
  • 2012+4,7 %
  • 2013-3,6 %
  • 20140,5 %
  • 212,3
  • 213
  • 223
  • 215
  • 216

Les recettes départementales (hors gestion active de la dette)

Les recettes totales
en millions d'euros

  • 717 M€
  • 574 M€
  • 430 M€
  • 287 M€
  • 143 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,3 %
  • 20120,1 %
  • 20130,2 %
  • 2014+2,3 %
  • 584,7
  • 582,8
  • 583,3
  • 584,3
  • 597,7

Les recettes totales
en euros par habitant

  • 1247 €
  • 997 €
  • 748 €
  • 499 €
  • 249 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,6 %
  • 2012-0,1 %
  • 20130,0 %
  • 2014+2,3 %
  • 1 023,6
  • 1 017
  • 1 016
  • 1 016
  • 1 039

Les recettes de fonctionnement
en millions d'euros

  • 612 M€
  • 490 M€
  • 367 M€
  • 245 M€
  • 122 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,6 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013-1,3 %
  • 2014+3,0 %
  • 489,8
  • 492,6
  • 501,8
  • 495,4
  • 510,2

Les recettes de fonctionnement
en euros par habitant

  • 1064 €
  • 852 €
  • 639 €
  • 426 €
  • 213 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013-1,4 %
  • 2014+2,9 %
  • 857,4
  • 859
  • 874
  • 862
  • 887

Les recettes d'investissement
en millions d'euros

  • 114 M€
  • 91 M€
  • 68 M€
  • 46 M€
  • 23 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,1 %
  • 2012-9,5 %
  • 2013+9,1 %
  • 2014-1,6 %
  • 94,9
  • 90,1
  • 81,5
  • 88,9
  • 87,5

Les recettes d'investissement
en euros par habitant

  • 199 €
  • 160 €
  • 120 €
  • 80 €
  • 40 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,5 %
  • 2012-9,6 %
  • 2013+9,2 %
  • 2014-1,9 %
  • 166,2
  • 157
  • 142
  • 155
  • 152

Les dépenses de fonctionnement par poste (1/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en millions d'euros

  • 111 M€
  • 89 M€
  • 67 M€
  • 45 M€
  • 22 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,5 %
  • 2012-1,0 %
  • 2013+2,5 %
  • 2014+3,0 %
  • 87,5
  • 88,8
  • 87,9
  • 90,1
  • 92,8

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges de personnel
en euros par habitant

  • 193 €
  • 155 €
  • 116 €
  • 77 €
  • 39 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,2 %
  • 2012-1,3 %
  • 2013+2,6 %
  • 2014+2,5 %
  • 153,1
  • 155
  • 153
  • 157
  • 161

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en millions d'euros

  • 64 M€
  • 51 M€
  • 39 M€
  • 26 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,3 %
  • 2012+4,5 %
  • 2013-1,1 %
  • 2014+1,3 %
  • 52,4
  • 51,2
  • 53,5
  • 52,9
  • 53,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges à caractère général
en euros par habitant

  • 112 €
  • 89 €
  • 67 €
  • 45 €
  • 22 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,1 %
  • 2012+4,5 %
  • 2013-1,1 %
  • 2014+1,1 %
  • 91,8
  • 89
  • 93
  • 92
  • 93

Les dépenses de fonctionnement par poste (2/2)

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en millions d'euros

  • 18 M€
  • 14 M€
  • 11 M€
  • 7 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-26,5 %
  • 2012-1,8 %
  • 2013-3,7 %
  • 2014-11,4 %
  • 15,1
  • 11,1
  • 10,9
  • 10,5
  • 9,3

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
en euros par habitant

  • 32 €
  • 25 €
  • 19 €
  • 13 €
  • 6 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-28,0 %
  • 2012-0,5 %
  • 2013-3,7 %
  • 2014-11,0 %
  • 26,4
  • 19
  • 18,9
  • 18,2
  • 16,2

Les dépenses de fonctionnement
avec les charges financières
dont les intérêts de la dette
en millions d'euros

  • 18 M€
  • 14 M€
  • 11 M€
  • 7 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-26,7 %
  • 2012-8,2 %
  • 20130,0 %
  • 2014-9,9 %
  • 15
  • 11
  • 10,1
  • 10,1
  • 9,1

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en millions d'euros

  • 380 M€
  • 304 M€
  • 228 M€
  • 152 M€
  • 76 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,8 %
  • 2012-2,6 %
  • 2013+2,0 %
  • 2014+3,4 %
  • 303,1
  • 308,5
  • 300,4
  • 306,3
  • 316,6

Les dépenses de fonctionnement
avec les autres charges d'activité
en euros par habitant

  • 661 €
  • 529 €
  • 397 €
  • 264 €
  • 132 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,4 %
  • 2012-2,8 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014+3,4 %
  • 530,7
  • 538
  • 523
  • 533
  • 551

Les recettes de fonctionnement par poste (1/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en millions d'euros

  • 249 M€
  • 199 M€
  • 149 M€
  • 100 M€
  • 50 M€
  • 0
  • 2010
  • 20110,5 %
  • 2012-22,8 %
  • 2013+6,5 %
  • 2014+6,2 %
  • 206,2
  • 207,3
  • 160
  • 170,4
  • 181

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts locaux
en euros par habitant

  • 434 €
  • 348 €
  • 261 €
  • 174 €
  • 87 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012-22,9 %
  • 2013+6,1 %
  • 2014+6,4 %
  • 361,1
  • 362
  • 279
  • 296
  • 315

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations
en millions d'euros

  • 212 M€
  • 170 M€
  • 127 M€
  • 85 M€
  • 42 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-3,2 %
  • 2012+12,9 %
  • 2013-3,1 %
  • 2014-1,4 %
  • 161,8
  • 156,7
  • 176,9
  • 171,4
  • 169

Les recettes de fonctionnement
avec les dotations et participations dont DGF*
en millions d'euros
(*Dotation Globale de Fonctionnement)

  • 134 M€
  • 107 M€
  • 80 M€
  • 53 M€
  • 27 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,2 %
  • 20120,0 %
  • 20130,1 %
  • 2014-3,0 %
  • 111,4
  • 111,2
  • 111,2
  • 111,3
  • 108

Les recettes de fonctionnement par poste (2/2)

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en millions d'euros

  • 177 M€
  • 142 M€
  • 106 M€
  • 71 M€
  • 35 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,7 %
  • 2012+42,9 %
  • 2013-5,9 %
  • 2014+3,1 %
  • 94,2
  • 103,3
  • 147,6
  • 138,9
  • 143,2

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
en euros par habitant

  • 308 €
  • 247 €
  • 185 €
  • 123 €
  • 62 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+9,1 %
  • 2012+42,8 %
  • 2013-5,8 %
  • 2014+2,9 %
  • 165
  • 180
  • 257
  • 242
  • 249

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont DMTO*
en millions d'euros
(*Droits de Mutation à Titre Onéreux)

  • 40 M€
  • 32 M€
  • 24 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+26,8 %
  • 2012+6,1 %
  • 2013-15,4 %
  • 2014+7,1 %
  • 24,6
  • 31,2
  • 33,1
  • 28
  • 30

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes dont TSCA*
en millions d'euros
(*Taxe Spéciale sur les Conventions d'Assurances)

  • 83 M€
  • 66 M€
  • 50 M€
  • 33 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-5,2 %
  • 2012+88,3 %
  • 20130,0 %
  • 2014+4,9 %
  • 36,8
  • 34,9
  • 65,7
  • 65,7
  • 68,9

Les recettes de fonctionnement
avec les impôts et taxes
dont TCIPE* et TIPP*
en millions d'euros
(*TICPE = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques)
(*TIPP = Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers)

  • 40 M€
  • 32 M€
  • 24 M€
  • 16 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,7 %
  • 2012+15,9 %
  • 20130,0 %
  • 2014+2,7 %
  • 24,9
  • 28,3
  • 32,8
  • 32,8
  • 33,7

Les prélèvements et reversements de fiscalité

Les prélèvements et reversements de fiscalité FNGIR en millions d'euros (FNGIR = Fonds National de Garantie Individuelle des Ressources)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 11 M€(Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité DMTO en millions d'euros (DMTO = Droits de Mutation à Titre Onéreux)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 5,1 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité CVAE en millions d'euros (CVAE = Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Les prélèvements et reversements de fiscalité SDRIFen millions d'euros (SDRIF = Schéma directeur de la Région Ile de France)

2014 : 0 M€ (Prélevé)

2013 : 0 M€ (Reversé)


Recettes fiscales totales en millions d'euros

2012 : 307,7 M€

2011 : 310,6 M€

2010 : 300,5 M€


Recettes fiscales totales en euros par habitant

2012 : 536 €

2011 : 542 €

2010 : 526 €


Recettes fiscales totales % des RRF (Recettes Réelles de Fonctionnement)

2012 : 61,3%

2011 : 63%

2010 : 61,4%


Recettes fiscales totales % de + ou - entre les années

2012 : - 0,9%

2011 : + 3,4%

2010 : + 6,4%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en millions d'euros

2012 : 105,7 M€

2011 : 102 M€


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti en %

2012 : 20,08%

2011 : 20,08%


La fiscalité départementale et le produit voté sur le foncier bâti évolution du produit voté en en %

2011 : + 3,8%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes en millions d'euros. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 206,2 M€


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes % de + ou - entre les années. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : + 10,2%


La fiscalité départementale avec le produit voté des 3 taxes après soustraction du ticket modérateur. (l'évolution 2009 à 2010 est calculée sur le périmètre de la compensation-relais et des 3 taxes "ménages" : taxe d'habitation, taxe sur le foncier bâti et sur le foncier non-bâti.)

2010 : 202,2 M€

Les dépenses d'investissement par poste (hors réaménagements de dette)

Les dépenses d'investissement
immobilisations
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 66 M€
  • 53 M€
  • 40 M€
  • 26 M€
  • 13 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+21,0 %
  • 2012+10,2 %
  • 2013-4,5 %
  • 2014+3,8 %
  • 41,4
  • 50,1
  • 55,2
  • 52,7
  • 54,7

Les dépenses d'investissement
et les subventions d'équipement
en millions d'euros
(hors réaménagements de dette)

  • 50 M€
  • 40 M€
  • 30 M€
  • 20 M€
  • 10 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,5 %
  • 2012+1,9 %
  • 2013-4,9 %
  • 2014-2,9 %
  • 41,6
  • 36
  • 36,7
  • 34,9
  • 33,9

Les dépenses d'investissement
et le remboursement de la dette
en millions d'euros

  • 45 M€
  • 36 M€
  • 27 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-7,2 %
  • 2012-0,3 %
  • 2013-0,3 %
  • 2014-1,7 %
  • 37,6
  • 34,9
  • 34,8
  • 34,7
  • 34,1

Les dépenses d'investissement immobilisations % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 44%

2013 : 42,6%

2012 : 43,1%

2011 : 41%

2010 : 34,1%


Les dépenses d'investissement et les subventions d'équipement % des DRI (hors réaménagements de dette) (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 27,3%

2013 : 28,3%

2012 : 28,6%

2011 : 29,5%

2010 : 34,3%


Les dépenses d'investissement et le remboursement de la dette % des DRI (DRI : Dépenses Réelles d'Investissement)

2014 : 27,4%

2013 : 28,1%

2012 : 27,2%

2011 : 28,5%

2010 : 31%

Les recettes d'investissement par poste

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers
en millions d'euros

  • 18 M€
  • 14 M€
  • 11 M€
  • 7 M€
  • 4 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-32,2 %
  • 2012+10,9 %
  • 2013+2,7 %
  • 20140,9 %
  • 14,9
  • 10,1
  • 11,2
  • 11,5
  • 11,6

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont FCTVA*
en millions d'euros
(*Fonds de Compensation pour la TVA)

  • 8 M€
  • 6 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-46,2 %
  • 2012+71,4 %
  • 20130,0 %
  • 2014-8,3 %
  • 6,5
  • 3,5
  • 6
  • 6
  • 5,5

Les recettes d'investissement
et les Subventions,
dotations et fonds divers dont DGE*
en millions d'euros
(Dotation Globale d'Équipement)

  • 2 M€
  • 2 M€
  • 1 M€
  • 1 M€
  • 0 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-50,0 %
  • 2012+50,0 %
  • 2013-66,7 %
  • 2014-20,0 %
  • 2
  • 1
  • 1,5
  • 0,5
  • 0,4

Les recettes d'investissement
et le produit des emprunts
en millions d'euros

  • 93 M€
  • 74 M€
  • 56 M€
  • 37 M€
  • 19 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+8,8 %
  • 2012-11,7 %
  • 2013+8,8 %
  • 2014-1,6 %
  • 71,2
  • 77,5
  • 68,4
  • 74,4
  • 73,2

Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 13,2%

2013 : 13%

2012 : 13,7%

2011 : 11,3%

2010 : 15,7%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont FCTVA (Fonds de Compensation pour la TVA) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 6,3%

2013 : 6,8%

2012 : 7,4%

2011 : 3,9%

2010 : 6,8%


Les recettes d'investissement et les Subventions, dotations et fonds divers dont DGE (Dotation Globale d'Équipement) en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 0,5%

2013 : 0,6%

2012 : 1,8%

2011 : 1,1%

2010 : 2,1%


Les recettes d'investissement et le produit des emprunts en % des RRI (Recettes Réelles d'Investissement)

2014 : 83,7%

2013 : 83,7%

2012 : 83,9%

2011 : 86%

2010 : 75,1%

Epargne de gestion courante, brute et nette

Epargne de gestion courante
en millions d'euros
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 68 M€
  • 54 M€
  • 41 M€
  • 27 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,1 %
  • 2012+31,9 %
  • 2013-21,0 %
  • 2014+2,2 %
  • 41,3
  • 43
  • 56,7
  • 44,8
  • 45,8

Epargne de gestion courante
en euros par habitant
(L'épargne de gestion courante est le solde entre les recettes de fonctionnement courant et les dépenses de gestion courante.)

  • 119 €
  • 95 €
  • 71 €
  • 48 €
  • 24 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+3,6 %
  • 2012+32,0 %
  • 2013-21,2 %
  • 2014+2,6 %
  • 72,4
  • 75
  • 99
  • 78
  • 80

Epargne de gestion courante brute
en millions d'euros
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 56 M€
  • 45 M€
  • 34 M€
  • 22 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+21,7 %
  • 2012+45,9 %
  • 2013-25,7 %
  • 2014+6,1 %
  • 26,3
  • 32
  • 46,7
  • 34,7
  • 36,8

Epargne de gestion courante brute
en euros par habitant
(L'épargne brute est l'épargne de gestion courante augmentée de la charge d'intérêts.)

  • 97 €
  • 78 €
  • 58 €
  • 39 €
  • 19 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+21,0 %
  • 2012+45,2 %
  • 2013-25,9 %
  • 2014+6,7 %
  • 46,1
  • 55,8
  • 81
  • 60
  • 64

Epargne de gestion courante nette
en millions d'euros
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 14 M€
  • 11 M€
  • 9 M€
  • 6 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-75,0 %
  • 2012-525,0 %
  • 2013-100,0 %
  • 20140,0 %
  • -11,2
  • -2,8
  • 11,9
  • 0
  • 2,7

Epargne de gestion courante
nette en euros par habitant
(L'épargne nette est l'épargne brute diminuée des remboursements d'emprunts.)

  • 25 €
  • 20 €
  • 15 €
  • 10 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-74,5 %
  • 2012-520,0 %
  • 2013-100,0 %
  • 20140,0 %
  • -19,6
  • -5
  • 21
  • 0
  • 5

Les dépenses d'aide sociale

Les dépenses totales
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 376 M€
  • 301 M€
  • 226 M€
  • 150 M€
  • 75 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,3 %
  • 2012-2,7 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014+3,6 %
  • 297,6
  • 304,3
  • 296,1
  • 302,5
  • 313,3

Les dépenses totales
d'aide sociale
en euros par habitant
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

  • 654 €
  • 523 €
  • 392 €
  • 262 €
  • 131 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,9 %
  • 2012-2,8 %
  • 2013+1,9 %
  • 2014+3,6 %
  • 520,9
  • 531
  • 516
  • 526
  • 545

Les dépenses nette
d'aide sociale
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 345 M€
  • 276 M€
  • 207 M€
  • 138 M€
  • 69 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,5 %
  • 2012+11,2 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014-5,1 %
  • 240,6
  • 251,5
  • 279,7
  • 287,2
  • 272,6

Les dépenses nette
d'aide sociale en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 600 €
  • 480 €
  • 360 €
  • 240 €
  • 120 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,2 %
  • 2012+10,9 %
  • 2013+2,7 %
  • 2014-5,2 %
  • 421,2
  • 439
  • 487
  • 500
  • 474

Les dépenses nette d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

2014 : 57,6%

2013 : 62,3%

2012 : 61,5%

2011 : 54,6%

2010 : 51,9%


Les dépenses totales d'aide sociale en % des DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)
(Dépenses des fonctions de prévention médico-sociale, action sociale, RMI, APA et RSA.)

2014 : 66,2%

2013 : 65,7%

2012 : 65,1%

2011 : 66,1%

2010 : 64,2%

Les dépenses obligatoires d'aide sociale, RMI RSA et APA

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros

  • 369 M€
  • 295 M€
  • 222 M€
  • 148 M€
  • 74 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,5 %
  • 2012-2,6 %
  • 2013+2,3 %
  • 2014+3,6 %
  • 291,2
  • 298,4
  • 290,5
  • 297,1
  • 307,8

Les dépenses brutes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant

  • 642 €
  • 514 €
  • 385 €
  • 257 €
  • 128 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+2,2 %
  • 2012-2,9 %
  • 2013+2,2 %
  • 2014+3,5 %
  • 509,7
  • 521
  • 506
  • 517
  • 535

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour le RMI et RSA
en millions d'euros

  • 70 M€
  • 56 M€
  • 42 M€
  • 28 M€
  • 14 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+1,2 %
  • 2012+4,5 %
  • 2013+4,5 %
  • 2014+8,6 %
  • 48,4
  • 49
  • 51,2
  • 53,5
  • 58,1

Les dépenses obligatoires
d'aide sociale pour l'APA*
en millions d'euros
(*Allocation Personnalisée d'Autonomie)

  • 83 M€
  • 67 M€
  • 50 M€
  • 33 M€
  • 17 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,8 %
  • 2012+2,5 %
  • 2013+6,0 %
  • 20140,7 %
  • 63,9
  • 63,4
  • 65
  • 68,9
  • 69,4

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en millions d'euros
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 321 M€
  • 256 M€
  • 192 M€
  • 128 M€
  • 64 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,9 %
  • 2012+2,4 %
  • 2013+2,4 %
  • 2014+3,7 %
  • 234,3
  • 245,7
  • 251,5
  • 257,5
  • 267,1

Les dépenses nettes obligatoires
d'aides sociales
en euros par habitant
(Dépenses brutes desquelles sont enlevées une estimation des recouvrements et participations.)

  • 558 €
  • 446 €
  • 335 €
  • 223 €
  • 112 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+4,6 %
  • 2012+2,1 %
  • 2013+2,3 %
  • 2014+3,8 %
  • 410,2
  • 429
  • 438
  • 448
  • 465

Les dépenses pour les collèges

Les dépenses totales
pour les collèges
en millions d'euros

  • 37 M€
  • 30 M€
  • 22 M€
  • 15 M€
  • 7 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+49,0 %
  • 2012+2,7 %
  • 2013-13,3 %
  • 2014+2,2 %
  • 20,2
  • 30,1
  • 30,9
  • 26,8
  • 27,4

Les dépenses totales
pour les collèges
en euros par habitant

  • 65 €
  • 52 €
  • 39 €
  • 26 €
  • 13 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+46,9 %
  • 2012+3,8 %
  • 2013-13,0 %
  • 2014+2,1 %
  • 35,4
  • 52
  • 54
  • 47
  • 48

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 13 M€
  • 11 M€
  • 8 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+6,3 %
  • 2012+5,0 %
  • 20130,9 %
  • 2014+3,7 %
  • 9,5
  • 10,1
  • 10,6
  • 10,7
  • 11,1

Les dépenses de fonctionnement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 23 €
  • 18 €
  • 14 €
  • 9 €
  • 5 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+7,8 %
  • 20120,0 %
  • 2013+5,6 %
  • 20140,0 %
  • 16,7
  • 18
  • 18
  • 19
  • 19

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en millions d'euros

  • 24 M€
  • 19 M€
  • 15 M€
  • 10 M€
  • 5 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+86,9 %
  • 2012+1,5 %
  • 2013-20,7 %
  • 2014+1,9 %
  • 10,7
  • 20
  • 20,3
  • 16,1
  • 16,4

Les dépenses d'investissement
pour les collèges
en euros par habitant

  • 42 €
  • 34 €
  • 25 €
  • 17 €
  • 8 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+87,2 %
  • 20120,0 %
  • 2013-20,0 %
  • 20140,0 %
  • 18,7
  • 35
  • 35
  • 28
  • 28

Les dépenses d'investissement pour les collèges en % des dépenses totales

2014 : 59,6%

2013 : 60,2%

2012 : 65,8%

2011 : 66,3%

2010 : 52,9%

Les dépenses de voirie

Les dépenses totales
de voirie
en millions d'euros

  • 46 M€
  • 37 M€
  • 28 M€
  • 18 M€
  • 9 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,3 %
  • 2012+16,5 %
  • 2013-4,4 %
  • 2014+9,1 %
  • 27,8
  • 31,5
  • 36,7
  • 35,1
  • 38,3

Les dépenses totales
de voirie
en euros par habitant

  • 80 €
  • 64 €
  • 48 €
  • 32 €
  • 16 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+13,2 %
  • 2012+16,4 %
  • 2013-4,7 %
  • 2014+9,8 %
  • 48,6
  • 55
  • 64
  • 61
  • 67

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en millions d'euros

  • 9 M€
  • 7 M€
  • 5 M€
  • 3 M€
  • 2 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011-2,9 %
  • 2012+7,5 %
  • 2013-15,3 %
  • 20140,0 %
  • 6,9
  • 6,7
  • 7,2
  • 6,1
  • 6,1

Les dépenses de fonctionnement
de voirie
en euros par habitant

  • 16 €
  • 12 €
  • 9 €
  • 6 €
  • 3 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,8 %
  • 2012+8,3 %
  • 2013-15,4 %
  • 20140,0 %
  • 12,1
  • 12
  • 13
  • 11
  • 11

Les dépenses d'investissement
de voirie
en millions d'euros

  • 39 M€
  • 31 M€
  • 23 M€
  • 15 M€
  • 8 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011+18,7 %
  • 2012+18,5 %
  • 2013-1,4 %
  • 2014+11,0 %
  • 20,9
  • 24,8
  • 29,4
  • 29
  • 32,2

Les dépenses d'investissement
de voirie
en euros par habitant

  • 67 €
  • 54 €
  • 40 €
  • 27 €
  • 13 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+17,5 %
  • 2012+18,6 %
  • 2013-2,0 %
  • 2014+12,0 %
  • 36,6
  • 43
  • 51
  • 50
  • 56

L'endettement départemental (hors gestion active de la dette)

Stock de dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 398 M€
  • 319 M€
  • 239 M€
  • 159 M€
  • 80 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013-1,2 %
  • 20140,0 %
  • 331,8
  • 327,9
  • 328

Stock de dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 796 €
  • 637 €
  • 478 €
  • 318 €
  • 159 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,2 %
  • 2012-7,1 %
  • 2013-1,4 %
  • 20140,0 %
  • 663,3
  • 622
  • 578
  • 570
  • 570

Annuité de la dette
pour emprunt
en millions d'euros

  • 54 M€
  • 43 M€
  • 32 M€
  • 22 M€
  • 11 M€
  • 0
  • 2010
  • 2011
  • 2012
  • 20130,0 %
  • 2014-3,8 %
  • 44,8
  • 44,8
  • 43,1

Annuité de la dette
pour emprunt
en euros par habitant

  • 110 €
  • 88 €
  • 66 €
  • 44 €
  • 22 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-13,0 %
  • 2012-2,5 %
  • 20130,0 %
  • 2014-3,8 %
  • 92
  • 80
  • 78
  • 78
  • 75

Annuité de la dette pour emprunt en % de l\épargne de gestion

2014 : 94,1%

2013 : 100%

2012 : 79,1%

2011 : 106,6%

2010 : 127,1%

Les ratios financiers (1/2) (en euros par habitant)

Ratio
des Dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 988 €
  • 790 €
  • 593 €
  • 395 €
  • 198 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,9 %
  • 2012-1,4 %
  • 2013+1,0 %
  • 2014+2,7 %
  • 811,3
  • 804
  • 793
  • 801
  • 823

Ratio
des contributions directes
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 434 €
  • 348 €
  • 261 €
  • 174 €
  • 87 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012-22,9 %
  • 2013-0,7 %
  • 2014+3,6 %
  • 361,1
  • 362
  • 279
  • 277
  • 287

Ratio
des recettes réelles de fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 1064 €
  • 852 €
  • 639 €
  • 426 €
  • 213 €
  • 0
  • 2010
  • 20110,2 %
  • 2012+1,7 %
  • 2013-1,4 %
  • 2014+2,9 %
  • 857,4
  • 859
  • 874
  • 862
  • 887

Ratio
des immobilisations
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 115 €
  • 92 €
  • 69 €
  • 46 €
  • 23 €
  • 0
  • 2010
  • 2011+20,2 %
  • 2012+10,3 %
  • 2013-4,2 %
  • 2014+3,3 %
  • 72,4
  • 87
  • 96
  • 92
  • 95

Ratio
dette pour emprunt
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 796 €
  • 637 €
  • 478 €
  • 318 €
  • 159 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-6,2 %
  • 2012-7,1 %
  • 2013-1,4 %
  • 20140,0 %
  • 663,3
  • 622
  • 578
  • 570
  • 570

Ratio
des dépenses Réelles de Fonctionnement
divisé par la population
(en euros par habitant)

  • 234 €
  • 187 €
  • 140 €
  • 94 €
  • 47 €
  • 0
  • 2010
  • 2011-0,6 %
  • 20120,0 %
  • 20130,0 %
  • 2014-3,1 %
  • 195,1
  • 194
  • 194
  • 194
  • 188

Les ratios financiers (2/2) (en pourcentage)

Ratio en % des charges de personnels divisé par les DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement)

2014 : 19,6%

2013 : 19,6%

2012 : 19,3%

2011 : 19,3%

2010 : 18,9%


Ratio recettes fiscales divisé par le potentiel fiscal (en %)

(pas de données en 2103 et 2014)

2012 : 69,2%

2011 : 88,2%

2010 : 93,8%


Ratio DRF (Dépenses Réelles de Fonctionnement) + remboursement de la dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 99,5%

2013 : 100%

2012 : 97,6%

2011 : 100,6%

2010 : 102,3%


Ratio immobilisation / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 10,7%

2013 : 10,6%

2012 : 11%

2011 : 10,2%

2010 : 8,4%


Ratio dette / RRF (Recettes réelles de fonctionnement) en %

2014 : 64,3%

2013 : 66,2%

2012 : 66,1%

2011 : 72,3%

2010 : 77,4%

Caractéristiques démographiques et sociales

Évolution démographique de la Population
(Nombre de personnes)

  • 690060
  • 552048
  • 414036
  • 276024
  • 138012
  • 0
  • 2010
  • 20110,4 %
  • 20120,1 %
  • 20130,2 %
  • 20140,0 %
  • 571 193
  • 573 235
  • 574 002
  • 574 874
  • 575 050

Bénéficiaires du RSA socle
et activité et du RMI
(Nombre de personnes)

  • 11413
  • 9131
  • 6848
  • 4565
  • 2283
  • 0
  • 2010
  • 2011+5,5 %
  • 2012+2,7 %
  • 2013+7,3 %
  • 20140,0 %
  • 8 188
  • 8 638
  • 8 867
  • 9 511
  • 9 511

(Les recensements ne permettent pas des données plus récentes)
La population totale en vigueur en 2014 est calculé avec l'année de référence 2011.
La population totale en vigueur en 2013 est calculé avec l'année de référence 2010.
La population totale en vigueur en 2012 est calculé avec l'année de référence 2009.
La population totale en vigueur en 2011 est calculé avec l'année de référence 2008.
La population totale en vigueur en 2010 est calculé avec l'année de référence 2007.


Le departement Saône et Loire a une superficie de 8 575 km2.


Population en TCAM (Taux de Croissance Annuel Moyen) en % :
(Calculé entre les populations sans doubles comptes).

En 2014 le TCAM est de + 0,2%

En 2013 le TCAM est de + 0,2%

En 2012 le TCAM est de + 0,2%

En 2011 le TCAM est de + 0,2%

En 2010 le TCAM est de + 0,2%


Population de 60 ans et plus en % :

En 2014 le taux est de 28,9% (Estimation de la population au 1er janvier 2011).

En 2013 le taux est de 28,3% (Estimation de la population au 1er janvier 2010).

En 2012 le taux est de 27,8% (Estimation de la population au 1er janvier 2009).

En 2011 le taux est de 27,2% (Estimation de la population au 1er janvier 2008).

En 2010 le taux est de 26,8% (Estimation de la population au 1er janvier 2007).

Population du département Saône et Loire (71) depuis 1801.

  • Quelques chiffres pour résumer l'évolution démographique dans le département Saône et Loire depuis plus de 200 ans.
  • En l'an 1801 : 452 673 personnes.
  • En l'an 1901 : 620 360 personnes.
  • En l'an 1990 : 559 413 personnes.
  • En l'an 2009 : 574 002 personnes.
1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846 1851
452 673 471 236 498 057 515 776 524 180 538 507 551 543 565 019 574 720
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
575 018 582 137 600 006 598 344 614 309 625 589 625 885 619 523 621 237
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
620 360 613 377 604 446 554 816 549 240 538 741 525 676 506 749 511 182
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2009
535 772 550 364 569 810 571 852 559 413 544 893 574 002